Sainte-Marguerite-sur-Mer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte-Marguerite.
Sainte-Marguerite-sur-Mer
Image illustrative de l'article Sainte-Marguerite-sur-Mer
Blason de Sainte-Marguerite-sur-Mer
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Dieppe
Canton Dieppe-1
Intercommunalité Communauté d'agglomération de la Région dieppoise
Maire
Mandat
Claude Ferchal
2014-2020
Code postal 76119
Code commune 76605
Démographie
Gentilé Saint-Margueritais
Population
municipale
485 hab. (2014 en diminution de 4,34 % par rapport à 2009)
Densité 90 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 54′ 29″ nord, 0° 56′ 53″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 87 m
Superficie 5,41 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Sainte-Marguerite-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Sainte-Marguerite-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sainte-Marguerite-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sainte-Marguerite-sur-Mer

Sainte-Marguerite-sur-Mer est une commune française, située dans le département de la Seine-Maritime en Normandie (anciennement Haute-Normandie). Ses habitants sont les Saint-Margueritais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Plage de Sainte-Marguerite-sur-Mer.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au cours de la Révolution française, la commune, alors nommée simplement Sainte-Marguerite, porte provisoirement le nom de Phare-de-l'Ailly[1].

  • 1822 : Blancmesnil est rattachée à Sainte-Marguerite.
  • 19 août 1942 : les hommes du 4e Commando britannique de Lord Lovat débarquent sur la Orange Beach et prennent la batterie Hess et sa garnison. Ce sera le seul succès de l'opération Jubilee.
  • 1981 : Sainte-Marguerite prend le nom de Sainte-Marguerite-sur-Mer.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Sainte-Marguerite-sur-Mer

Les armes de la commune de Sainte-Marguerite-sur-Mer se blasonnent ainsi :

D’argent à la jumelle ondée d’azur surmontée d’une inscription de deux lignes en lettre du même, « Ste Marguerite » et « sur Mer », au chef ondé de gueules chargé de cinq marguerites tigées et feuillées de deux pièces du champ ordonnées 2 et 3[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
190x   Lavenu    
2001   Jean-Yves Nédélec    
mars 2014 en cours Claude Ferchal    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4].

En 2014, la commune comptait 485 habitants[Note 1], en diminution de 4,34 % par rapport à 2009 (Seine-Maritime : +0,48 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
252 295 285 317 523 503 505 508 485
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
457 427 403 402 388 371 368 392 383
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
353 324 315 310 305 315 297 250 245
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
243 249 306 465 506 502 509 511 485
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Les chiffres ne tiennent pas compte de la population de Blancmesnil.

Économie[modifier | modifier le code]

En 2003, Olivier Frébourg fonde à Sainte-Marguerite-sur-Mer les éditions des Équateurs[6].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Cap d'Ailly.
  • Le phare d'Ailly.
  • Jardin du Vasterival : le Vasterival, jardin de 9 hectares créé en 1957 par la princesse Greta Sturdza[7], après le rachat de l'ancienne propriété d'Albert Roussel, vice-présidente de la Royal Horticultural Society et présidente de l'International Dendrology Society, est un jardin exceptionnel qui attire depuis des années les connaisseurs du monde entier[8].
  • Église Sainte-Marguerite.

Personnalité liée à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Site du Jardin de Vasterival

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. GASO - Banque du blason - 76605
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  6. Éditions des Équateurs sur le site de la commune.
  7. Margaretha Kvaal,princesse Georges-Michel Sturda (1914-2009)
  8. Princesse Greta Sturdza, « Le Vastérival, jardin d’une passion », dans La Maison Rustique, 1998.