Église Saint-Taurin d'Évreux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Église Saint-Taurin)

Église Saint-Taurin
Image illustrative de l’article Église Saint-Taurin d'Évreux
Présentation
Culte Catholique romain
Type Église paroissiale
Début de la construction Xe siècle
Protection Logo monument historique Classé MH (1840, 1846)
Logo monument historique Inscrit MH (1996)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Ville Évreux
Coordonnées 49° 01′ 26″ nord, 1° 08′ 30″ est
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Église Saint-Taurin
Géolocalisation sur la carte : Normandie
(Voir situation sur carte : Normandie)
Église Saint-Taurin
Géolocalisation sur la carte : Eure
(Voir situation sur carte : Eure)
Église Saint-Taurin

L'église Saint-Taurin située à Évreux est dédiée à Taurin d'Évreux, premier évêque de la ville. L'ancienne abbaye est protégée au titre des monuments historiques : la tour Saint-Taurin fait l’objet d’un classement par la liste de 1840 ; L'église est classé par la liste de 1846 ; Divers vestiges des bâtiments de l'abbaye sont inscrits par arrêté du 2 octobre 1996[1].

Historique[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Taurin faisait partie d'un ancien monastère bénédictin installé immédiatement à l'ouest du centre-ville d'Évreux, dans un secteur sillonné de canaux et de bras de l'Iton.

Selon la légende de saint Taurin, le tombeau de ce saint évêque aurait été découvert par Landulf au VIe siècle, lequel aurait construit sur cet emplacement un modeste oratoire en bois, détruit lors des invasions normandes à la fin du IXe siècle.

Après le traité de Saint-Clair-sur-Epte de 911 et à la suite de la réorganisation de la nouvelle province de Normandie, l'abbaye Saint-Taurin fut fondée par Richard Ier de Normandie dit « Richard sans peur », vers 950[2].

Robert le Magnifique, père de Guillaume le Conquérant, plaça l'abbaye sous la dépendance des moines de Fécamp qui restaurèrent l'abbaye d'hommes[3]. Le monastère fut l'objet de nombreuses destructions durant le conflit opposant les ducs de Normandie (devenus rois d'Angleterre) et les rois de France, et menaçait ruine. En 1195, lors de la prise de la ville par Philippe Auguste, l'abbaye fut incendiée en même temps que la ville d'Évreux, et dut être presque entièrement reconstruite.

Au XIIIe siècle, Gilbert de Saint-Martin fut élu abbé. Sous son gouvernement, l'abbaye devint indépendante. C'est à lui aussi que l'on doit la châsse de saint Taurin, ainsi que le portail sud. En , le roi Louis IX vint à l'abbaye à l'occasion du sacre de Raoul de Grosparmi, nommé évêque du diocèse.

Par la suite, avec la mise en place du régime de la commende, l'abbaye tomba en décadence[4]. Il fallut attendre le XVIIe siècle pour que la réforme bénédictine amène la congrégation de Saint-Maur à reprendre l'abbaye en 1642. L'église était en ruine ; les trois dernières travées de la nef durent d'ailleurs être démolies. Ce sont les mauristes qui construisirent le portail actuel, de style classique.

Sous la Révolution, le frère Louis Janthia[5], moine de l'abbaye, est conduit à Paris par les autorités révolutionnaires et exécuté le . L'église abbatiale est transformée en salpêtrière, les derniers moines en ayant été chassés. Elle n'est rendue au culte qu'en 1801 et devient alors église paroissiale, en remplacement de l'église Saint-Gilles située alors dans le cimetière qui occupait l'actuelle place Saint-Taurin qui, avec ses arbres, constitue un site naturel classé[6].

Liste des abbés[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Le chœur est de style gothique du XVe siècle, tandis que la nef est un mélange de roman du XIIe siècle, par les piliers et arcatures du bas-côté nord, et par le pilier sud-ouest de la croisée du transept, et gothique du XVe siècle, par ses voûtes, fenêtres et triforium nord. On y trouve aussi du style Renaissance.

De l'extérieur, en plus du portail de style classique, du XVIIe siècle, on peut voir le portail sud, donnant sur la place, avec son tympan martelé, représentant le Christ entouré des Évangélistes qui possédaient un corps humain et une tête montrant l'animal symbolique qui leur était attribué.

Vitraux[modifier | modifier le code]

  • Les trois verrières de l'abside du chœur datent du XVe siècle. Elles représentent des scènes de la vie de saint Taurin, l'annonce de sa naissance, son baptême, son arrivée dans la ville, etc.
  • Les deux grandes verrières du chœur sont aussi du XVe siècle, et représentent la dormition de la Vierge et l'Ascension.
  • Les fenêtres intermédiaires représentent la légende de saint Leufroy, elles sont du XIXe siècle [7].
  • La verrière du croisillon sud est du XVe siècle et représente un évêque, sainte Catherine, saint Augustin, saint Ambroise et saint Grégoire.
  • Les verrières du bas-côté sud sont de Max Ingrand et montrent successivement :
    • Noé après le déluge ;
    • Le sacrifice d'Isaac ;
    • Le pressoir mystique ;
    • La Messe.
  • Les vitraux du chœur de l'église, relatant la vie légendaire de saint Taurin.

Statuaire[modifier | modifier le code]

  • Dans le croisillon nord, on trouve une statue de saint Fiacre du XVe siècle et un saint Michel du XVIIe siècle.
  • Dans la chapelle latérale, se trouve un bas-relief en marbre du XVIIe siècle et un retable en bois du XVIe siècle, dédié aux litanies de la Vierge.
  • À l'entrée du chœur, se trouve une vierge à l'Enfant du XVIIe siècle.
  • Dans le chœur, est érigée une statue moderne de saint Taurin, œuvre de Gérard Vincent, sculpteur ébroïcien.

Orgue[modifier | modifier le code]

L'orgue de l'église a été fabriqué en 1842 par Callinet et Daublaine et restauré en 1974 par Alfred Kern.

La châsse de saint Taurin[modifier | modifier le code]

La châsse a été exécutée au XIIIe siècle sur l'ordre de Gislebert de Saint-Martin. Elle est faite de bois et d'argent et est recouverte d'une feuille d'or repoussé.

Le décor de cette châsse retrace les différents épisodes de la légende de saint Taurin.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il souscrit à la charte de fondation de l'abbaye de Conches en 1035.
  2. Il assiste au concile de Rouen en 1128.
  3. Neveu d'Étienne II de Saint-Amand, il doit céder la commende à Jacques II d'Annebault.
  4. Il devient évêque d'Évreux en 1608.
  5. Il introduit la Congrégation de Saint-Maur.
  6. Fils d'Henri IV et d'Henriette d'Entragues. Il se marie en 1668.
  7. Il reçoit la commende de Saint-Taurin du pape Clément IX.
  8. Il se résigne.
  9. À la mort de son frère, il se marie en 1689 et prend le titre de prince de Rohan.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Notice n°PA00099403 », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. François Neveux, La Normandie des ducs au rois, Xe – XIIe siècle, Rennes, Ouest-France université, , 676 p. (ISBN 2-7373-0985-9), p. 310.
  3. Neveux 1998, p. 308.
  4. Les abbés commendataires furent alors successivement Raoul du Fou, évêque d'Évreux, constructeur de l'ancien évêché ; Sully ; et Casimir V, roi de Pologne.
  5. in Les martyrs de la foi pendant la révolution française, 1821.
  6. « La place Saint-Taurin avec ses arbres à Évreux », sur Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement Normandie (consulté le ).
  7. La légende de saint Leufroy est due à l'atelier du verrier Duhamel-Marette (XIXe siècle) et de Max Ingrand (1908-1969).