Chronimed

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Chronimed
Cadre
Type
Pays

Chronimed est une association loi de 1901 fondée par le Pr Luc Montagnier, Corinne Skorupka, Dominique Rueff, le Dr Philippe Bottéro[1] et le Dr Philippe Raymond, en tant que « groupe de réflexion sur les infections froides, l'inflammation et les phénomènes ondulatoires »[2]. Elle est présidée par le Dr Gérard Guillaume, et travaille sur l'autisme et la maladie de Lyme. Ses théories sont largement dénoncées comme pseudoscientifiques.

L'association fédère des médecins (les « chronidocs ») autour de protocoles de soin de l'autisme et de la maladie de Lyme par des médicaments antibiotiques, antifongiques et antiparasitaires. En septembre 2020, une cinquantaine de médecins membres ou sympathisants de Chronimed sont mis en cause par l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé pour avoir réalisé des essais thérapeutiques sauvages sur des enfants autistes.

Histoire[modifier | modifier le code]

D'après la journaliste française Olivia Cattan, dans son article paru dans le bimensuel Yanous, la création de l'association Chronimed a été décidée en décembre 2009 par Corinne Skorupka et un médecin ami de Luc Montagnier, après une réunion de l’Association pour le développement de la nutrition orthomoléculaire (ADNO)[3]. Chronimed est fondée officiellement en février 2012[4]. D'après Pauline Delassus et Anne Jouan, journalistes pour Paris Match, le nom de Christian Perronne apparait sur le procès-verbal de création de l'association, mais ce dernier affirme en ne pas en être membre[5].

Luc Montagnier demande, dès 2010, un essai pilote de prise prolongée d'antibiotiques chez des enfants et adultes autistes[6]. Il obtient le soutien financier de l'Autism Research Institute[7], mais pas l'approbation par un comité d'éthique, et rebaptise son essai en « protocole » ; la recherche est effectuée par Corinne Skorupka et Lorène Amet de l'Autism Treatment Trust depuis Édimbourg en Écosse, suscitant l'indignation de scientifiques anglais[8],[9],[10], et du médecin américain et critique des pseudo-médecines David Gorski[11]. Montagnier présente ses recherches sur la piste microbienne dans l'autisme en mars 2012 à l'Académie nationale de médecine, qui se démarque de son exposé en publiant un communiqué parlant d'« observations isolées », et demandant la reproductibilité des résultats annoncés par Montagnier[12],[3].

Entre 2010 et 2020, les médecins membres de Chronimed évoquent des « études » menées autour des antibiotiques et de l'autisme sur plus de 3 000 enfants, dans des documents qu'ils présentent lors de conférences publiques et diffusent sur internet[3]. L'une de ces « études » est, dans ces documents, présentée comme ayant été menée sur 12 enfants de l'institut médico-éducatif de Suresnes[3]. Ces « études » sont présentées à Xavier Bertrand, puis à Olivier Véran, alors député, qui écrit le au ministère de la santé pour demander un financement du protocole proposé par l'association Chronimed[3]. La professeure Marion Leboyer évoque des milliers d'enfants autistes traités par antibiotique lors d'une audition au Sénat en 2017[3]. Parallèlement, les « traitements » proposés par les médecins membres de Chronimed sont conseillés dans des groupes de parents sur le réseau social Facebook, dont l'un est administré par Vincent Dennery, président de l'association Agir et Vivre l'autisme[3]. La Fondation autisme, qui compte parmi ses membres Florent Chapel, Bertrand Jacques et le Dr Philippe Raymond, organise des levées de fonds en faveur de Chronimed[3].

En septembre 2020, des médecins de Chronimed figurent parmi une cinquantaine de médecins accusés par l'Agence nationale de sécurité du médicament d'avoir prescrit des antibiotiques, antifongiques et antiparasitaires à des enfants autistes, de manière non-déontologique et hors autorisation de prescription[13],[14],[15]. Une mère témoigne que son fils a « servi de cobaye », sur RTL[16]. Dans le cadre de cette polémique, dix médecins de Chronimed déclarent par la voix de leur avocat qu'Olivier Véran leur a apporté son soutien ; cependant, d'après l'analyse de Barthélémy Philippe dans Capital, Olivier Véran a certes manifesté un intérêt pour les thèses du Pr Luc Montagnier, mais n'a ni autorisé ni soutenu la médication hors autorisation de prescription[17].

Radié du tableau de l'Ordre des médecins le pour avoir délivré à des patients autistes des soins « non fondés sur les données acquises de la science », le docteur Philippe Raymond fait appel de cette décision, déplorée par l'association France Lyme mais applaudie par l'association SOS Autisme France, qui dénonce les pratiques incriminées[18].

Le « traitement » Chronimed n'a, non seulement, aucun effet améliorateur mesurable chez les enfants autistes, mais en plus, entraîne des effets secondaires nuisibles à leur santé, selon Odile Pouget, spécialiste santé de RTL[19].

Missions[modifier | modifier le code]

Le président Gérard Guillaume décrit Chronimed comme une association d'une quinzaine de médecins cliniciens qui s'est formée autour de Luc Montagnier[20].

À l'origine, Chronimed s'axe principalement sur l'autisme[20],[21], en recherchant des causes infectieuses[22]. Ensuite, Chronimed s'oriente sur la maladie de Lyme, en suivant la thèse controversée de l'ILADS selon laquelle la maladie de Lyme chez la mère provoque l'autisme chez l'enfant à naître, et a des liens avec la maladie d'Alzheimer et Parkinson. Luc Montagnier parraine et soutient l'association Lyme Sans Frontières (LSF) à partir de 2015[23].

Le blog de Chronimed relaie les nouvelles concernant les ennuis ordinaux des membres de l'association, et la fronde des associations de patients atteints de la maladie de Lyme contre les lignes directrices officielles des autorités de santé. En avril 2018, ce blog (animé par le psychiatre Jean-Pierre Lablanchy) est épinglé par Sciences et Avenir pour avoir plagié intégralement leurs articles[24],[25].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La maladie de Lyme, un calvaire aussi pour les médecins qui tentent un traitement long », sur Marianne, (consulté le 2 août 2019)
  2. http://zetetique-languedoc.fr/wp-content/uploads/2019/11/Clarisse%20Vautrin_Autisme_CZLR.pdf
  3. a b c d e f g et h « L’affaire Chronimed », sur Yanous ! Le magazine francophone du handicap, (consulté le 2 avril 2021).
  4. « Consulter les annonces du JO Association », sur www.journal-officiel.gouv.fr (consulté le 2 août 2019).
  5. Pauline Delassus et Anne Jouan, « Christian Perronne, un professeur à la dérive », sur parismatch.com, (consulté le 17 avril 2021).
  6. « Des antibiotiques contre l'autisme ? », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 2 août 2019).
  7. (en) Declan Butler, « Trial draws fire », Nature, vol. 468, no 7325,‎ , p. 743–743 (ISSN 0028-0836 et 1476-4687, DOI 10.1038/468743a, lire en ligne, consulté le 2 août 2019).
  8. (en) « Montagnier and the Autism Treatment Trust », sur Left Brain Right Brain, (consulté le 2 août 2019).
  9. « Luc Montagnier: The Nobel disease strikes again | ScienceBlogs », sur scienceblogs.com (consulté le 2 août 2019).
  10. (en-US) « The Nobel Prize winner and the unethical autism trial | Immortality Medicine » (consulté le 2 août 2019).
  11. (en-US) « Luc Montagnier and the Nobel Disease », sur sciencebasedmedicine.org (consulté le 2 août 2019).
  12. « Autisme et microbes: l'Académie de médecine se démarque du Pr Montagnier », sur Sciences et Avenir (consulté le 2 août 2019).
  13. Handicap.fr, « Antibiotiques pour 'guérir' l'autisme: la justice saisie », sur Handicap.fr (consulté le 15 septembre 2020)
  14. « Antibiotiques pour "guérir" l'autisme: une enquête ouverte à Paris pour "mise en danger d'autrui" », sur Le Point, (consulté le 17 septembre 2020)
  15. « Antibiotiques pour « guérir » l’autisme : ouverture d’une enquête ouverte pour « mise en danger d’autrui » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 17 septembre 2020)
  16. « Antibiotiques pour "guérir" l'autisme : “mon fils a servi de cobaye”, alerte une mère », sur RTL.fr (consulté le 28 septembre 2020).
  17. Barthélémy Philippe, « Olivier Véran a-t-il soutenu un traitement “potentiellement dangereux” contre l’autisme ? », sur Capital.fr, (consulté le 22 octobre 2020).
  18. Le Figaro avec AFP, « Un médecin qui prétendait guérir l'autisme radié de l'Ordre, il fait appel », sur lefigaro.fr, (consulté le 25 février 2021).
  19. « Antibiotiques pour "guérir" l'autisme : “mon fils a servi de cobaye”, alerte une mère », sur RTL.fr (consulté le 18 septembre 2020).
  20. a et b « Maladie de Lyme, interview du président de Chronimed le Dr Gérard Guillaume » (consulté le 9 août 2019).
  21. « TF1, journal de Claire Chazal, Vendredi 7 février 2014, autisme et réseau Chronimed cités », sur Association France Lyme (consulté le 2 août 2019).
  22. « Interview Collectif Autisme Dr. Ph Raymond », sur http://www.mednat.org/, .
  23. Thomas Mahler, « Il n'y a aucune raison d'alimenter une angoisse autour de Lyme », sur Le Point, (consulté le 2 août 2019).
  24. « Piratage : Sciences et Avenir pillé par Chronimed le groupe de médecins du Pr Luc Montagnier », sur Sciences et Avenir (consulté le 2 août 2019).
  25. « Les plagieurs français se portent bien et la communauté réagit parfois, et L Montagnier propage des fausses vérités », sur Rédaction Médicale et Scientifique (consulté le 2 août 2019).

Annexes[modifier | modifier le code]

  • CEASE, autre protocole bidon pour soi-disant « guérir l'autisme »