Luis Rego

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rego.
Luis Rego
Description de cette image, également commentée ci-après

Sur le tournage du documentaire Luis Rego, la balade d'un homme heureux en 2012

Naissance (74 ans)
Lisbonne, Portugal
Nationalité Drapeau du Portugal Portugaise
Profession Acteur
Chanteur
Films notables La Grande Java
Les Bidasses en folie
Les Bronzés
La Vengeance du serpent à plumes

Luis Rego est un acteur, humoriste et musicien portugais[1], ayant fait sa carrière en France depuis 1960, né le à Lisbonne.

En bas à droite Luis Rego avocat véreux du Tribunal des flagrants délires sur France Inter avec "l'accusé" Patrick Dewaere à droite et face à lui, Claude Villers en président, le vendredi .

Biographie[modifier | modifier le code]

Luis Rego naît le 30 mai 1943 à Lisbonne, au Portugal. À 17 ans, en 1960, il fuit son pays afin d'échapper au service militaire en Angola, qui était encore une colonie portugaise et pour fuir la dictature qui régnait alors dans son pays. Il commence sa carrière comme musicien dans Les Problèmes où il tient la guitare rythmique, groupe qui accompagne le chanteur Antoine. Il est arrêté pour désertion et emprisonné durant 2 mois au Portugal[2] sous le régime dictatorial de Salazar. Son nom apparaît dans une chanson écrite pour le soutenir, Ballade à Luis Rego, prisonnier politique, extraite du premier album du groupe (Antoine rencontre les Problèmes).

En 1966, le groupe devient « Les Charlots ». La carrière de Luis Rego est alors étroitement liée à celle de ses acolytes : Gérard Rinaldi, Gérard Filippelli, Jean-Guy Fechner et Jean Sarrus. Il partage avec les Charlots le succès de leurs nombreuses chansons humoristiques : Paulette la reine des paupiettes (1967), On n'est pas là pour se faire engueuler (1969)... En 1971, après avoir tourné le film Les Bidasses en folie avec les Charlots, il décide de quitter le groupe, craignant que sa notoriété reste associée à celui-ci. Cependant, il apparaîtra encore dans certains de leurs films quelques années plus tard : Le Retour des bidasses en folie (1983), Le Retour des Charlots (1992).

Luis Rego joue en solo dans plusieurs films à succès : Les Bronzés (1978), Les hommes préfèrent les grosses (1981) ou encore La Vengeance du serpent à plumes (1984). Dans les années 1980, on l'entend aussi à la radio, en « avocat le plus bas d'Inter », plaidant avec Pierre Desproges dans Le Tribunal des flagrants délires sur France Inter. À cette occasion, il interprète notamment, en présence de l'invité Jean-Marie Le Pen, le sketch « La Journée d'un fasciste »[3], qui restera une de ses interventions les plus célèbres dans cette émission. En 1987, il réalise le film Poule et frites.

Depuis, Luis Rego continue sa carrière au cinéma (sa prestation chez Philippe Garrel dans Le Cœur fantôme est très remarquée), au théâtre et à la télévision.

En 2013, un portrait documentaire lui est consacré sous la direction du journaliste et réalisateur Gilles Botineau[4]. Ce film, intitulé Luis Rego, la balade d'un homme heureux, donne au comédien l'occasion de s'exprimer en toute liberté[1]. Il revient notamment sur sa longue carrière artistique, avec nostalgie d'une part, humour et objectivité de l'autre.

Louis Rego a demandé la nationalité française, elle lui a été refusée[2]. Il dit lui-même qu'il est à sa connaissance le seul Portugais installé depuis des dizaines d'années en France et qui s'est vu refuser la nationalité française. Il bénéficie d'une carte de séjour de 10 ans renouvelable. Au Portugal, il fut amnistié en 1981 des différentes poursuites judiciaires de l'État portugais, suite à sa désertion de 1960, et il peut aller librement dans son pays natal depuis janvier 1982.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Doublage[modifier | modifier le code]

  • 1984 : Le Big Bang (long métrage d'animation), voix de Fred
  • 1987 : Le Croque-Note Show (série télévisée pour la jeunesse), voix de tous les personnages masculins
  • 1993 : Chipie et Clyde (série d'animation 3D temps réel), voix de Clyde
  • 2003 : La Prophétie des grenouilles (long métrage d'animation), voix de René Lamotte
  • 2006 : New Délire (long métrage de doublage parodique), voix de Machin

Disques[modifier | modifier le code]

  • 1972 : Hé,Amor novo, Quadras soltas (45 tours)
  • 1973 : Mozart, basta !, Je t’aime, tu m’aimes, on s’emmerde (45 tours)
  • 1977 : Le cœur en polyuréthane (45 tours)
  • 1983 : Festival du café-théâtre de Cannes (33 tours de sketches de divers humoristes), sketch Allo Macha
  • 1986 : L'Envers du monde (33 tours de textes lus par différents acteurs), texte Les sables mouvants
  • 1992 : Résident de la république française (Album CD)
  • 2005 : Le Tribunal des flagrants délires : La Journée d'un fasciste, L'homme est bon, Toto chez le médecin, L'imprésario du Christ, Ma femme de ménage, La Bretagne, Le Petit capuchon, 'Appel du RPR, Corrigez-moi ça me fait rire, Je suis féministe, SOS racisme, Les lois de l'équilibre, Ma voisine, Les poux, La Mère porteuse, Festival de Cannes, D'accord pas d'accord, 7 péchés capitaux, Manger tue, Le bienheureux, BHL on me dit que vous êtes philosophe, Du caviar dans la soupe, ULLA 36 15, Prenéape le verlan, La rigueur ou ma main dans la gueule, Le plus nul de l'équipe, Le courrier des imbéciles, Elle est chou Arlette, Dialogue avec Desproges, On vieillira ensemble, Immigration 1989, Ici on blanchit, Quand vous serez réfugié fiscal au Portugal (Double album CD)

Chansons pour d'autres interprètes :

  • 1967 : Cléo : Les bouaïtes (Luis Rego et Gérard Rinaldi)
  • 1967 : Petit Louis et son Quartet : Moi j'suis maso (Luis Rego et Boris Bergman)
  • 1967 : Chérie : Chatte de velours (Boris Bergman & Gérard Rinaldi / Luis Rego)
  • 1968 : Henri Genès et Jean Lefebvre : Les minets de la plage (Luis Rego et Georges Pirault)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]