Fifi Martingale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fifi Martingale
Réalisation Jacques Rozier
Pays d’origine Drapeau de la France France
Durée 127 minutes
Sortie 2001

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Fifi Martingale est un film français, de 2001, qui n'est jamais sorti en salle.

Synopsis[modifier | modifier le code]

L'histoire du film tourne autour d'une pièce de théâtre de boulevard, intitulée L'Œuf de Pâques. Décontenancé d'avoir reçu un Molière, l'auteur réagit en modifiant le texte de la pièce. S'ensuivent des répétitions chaotiques.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Titre français : Fifi Martingale
  • Réalisation : Jacques Rozier
  • Pays d'origine : France
  • Format : Couleurs - 35 mm
  • Genre :
  • Durée : 127 minutes
  • Date de sortie : 2001

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Jacques Rozier, qui n'avait rien réalisé pour le cinéma depuis Maine Océan, sorti en 1986, a commencé le tournage de Fifi Martingale avec Bernard Tapie dans le rôle principal masculin. Les prises de vues ont commencé début 1997[1]. Bernard Tapie ayant quitté le projet du fait de sa désorganisation, Jacques Rozier l'a alors remplacé par Jean Lefebvre. Par suite de problèmes financiers, le tournage a été interrompu durant deux ans avant de pouvoir reprendre[2]. Projeté à la Mostra de Venise 2001, où il a été mal accueilli, le film n'est ensuite jamais sorti en salles : le réalisateur, insatisfait de son premier montage, a déclaré vouloir le retravailler. Fifi Martingale n'a, à ce jour, connu que de rares projections publiques. Il a cependant été diffusé, à des horaires tardifs, sur Canal+ qui l'avait coproduit[3],[4].

Lien externe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bernard Tapie va se refaire une santé, Le Soir, 3 février 1997
  2. Alexandra Stewart, Mon Bel âge, L'Archipel, 2014
  3. Critique du film dans Les Inrockuptibles
  4. Jacques Rozier et le passage du temps, L'Humanité, 30 novembre 2004