Jean-Pierre Bisson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bisson.
Jean-Pierre Bisson
Description de cette image, également commentée ci-après

Jean-Pierre Bisson au festival de Cannes 1991.

Naissance
Charenton-le-Pont, Val-de-Marne
Nationalité Drapeau : France français
Décès (à 51 ans)
Beaune, Côte-d'Or
Profession Acteur
Films notables 37°2 le matin
Association de malfaiteurs
Lune froide
Germinal

Jean-Pierre Bisson est un acteur français né le à Charenton-le-Pont et mort le à Beaune.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d’un milieu modeste, Jean-Pierre Bisson naît le 15 février 1944 à Charenton-le-Pont (Val-de-Marne). Durant les années 1960, il exerce le métier d’instituteur, mais ses convictions anticonformistes exprimées avec fougue et violence se heurtent rapidement au conservatisme de l’Éducation nationale. Il démissionne et devient reporter-photographe pour la maison de disques Pathé-Marconi.

Le milieu du spectacle convient mieux à son tempérament expansif et il décide de devenir comédien. Inscrit au cours Dullin, il a Jean-Pierre Darras, Jean-Paul Moulinot et Lucien Arnaud pour professeurs. Jean-Pierre Bisson débute modestement sur la scène du théâtre de Chaillot dans L’Agression suivi, en 1966, par des rôles plus importants dans Les Justes de Camus et Le Silence de la mer de Vercors.

Les bouleversements apportés par les événements de mai 1968 coïncident avec son esprit contestataire et ses conceptions artistiques novatrices. Il s’engage avec passion dans l’écriture et la mise en scène de différents spectacles tels que Le Matin rouge, La Passion en bleu, blanc, rouge et Sarcelles sur Mer, qu’il joue lui-même. Il interprète alors son premier rôle au cinéma, un intellectuel de gauche devenu ouvrier, frère de Marie-José Nat, dans Élise ou la Vraie Vie de Michel Drach.

Nommé directeur du Centre dramatique national de Nice en 1975, il monte des spectacles originaux et controversés avant de quitter l’institution trois ans plus tard. Il poursuit également sa carrière d'acteur de second rôle dans Lily aime-moi avec Patrick Dewaere en 1975 et en 1982 dans Le Quart d'heure américain avec Gérard Jugnot. Il enchaîne avec Jacques Rouffio, le réalisateur de La Passante du Sans-Souci l'engage dans son film Mon beau-frère a tué ma sœur avec Michel Serrault, Michel Piccoli, Juliette Binoche. Puis il tourne avec Robert Enrico Zone rouge. Bisson poursuit également ses activités d’auteur dramatique avec Toute honte bue (1982), Balise de toi (1985) et La peau trop fine (1992).

Jean-Pierre Bisson se plaît dans la noirceur, le cynisme et l’arrogance dissimulant parfois une sensibilité d’écorché vif tel le maître chanteur manchot, brutal et pitoyable de Mort un dimanche de pluie, donnant la réplique à Jean-Pierre Bacri, Nicole Garcia et Dominique Lavanant. Mais à partir des années 1980, il apparaît de plus en plus fréquemment au cinéma, composant, avec une évidente délectation, une galerie d’individus peu recommandables : banquier fripouille et désinvolte dans Association de malfaiteurs, aux côtés de François Cluzet, Christophe Malavoy, Hubert Deschamps, Véronique Genest.

Il partage avec Jean-Pierre Marielle la vedette du film Les mois d'avril sont meurtriers, où il interprète un tueur sadique. Il tourne ensuite dans La Couleur du vent réalisé par Pierre Granier-Deferre, grand metteur en scène français. Yves Boisset et Jean-Pierre Bisson se retrouvent à nouveau pour le tournage de La Tribu. Puis il enchaîne Radio Corbeau où il est un commissaire de police méprisant et sagace.

En 1990, il joue aux côtés de François Négret, Patrick Bouchitey, Serge Reggiani dans Plein fer. Il participe à l'épopée 37,2 le matin et au film intimiste Lune froide de Patrick Bouchitey. On le voit également dans Germinal de Claude Berri, où il interprète un gargotier désabusé.

En 1994, il réalise et interprète le rôle principal de Montana Blues, distribué sur les écrans en septembre 1995. Trois mois après la sortie de ce film, il meurt d'une crise cardiaque.

Il a dirigé le Théâtre de Nice de 1975 à 1978.

Il a eu 5 enfants, François, Stéphane, Mathieu, Jullia et Diego.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma
Télévision

Théâtre[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]