Parlement (série télévisée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Parlement

Genre Série comique, satire politique
Création Noé Debré
Production Cinétévé, Artemis Productions, CineCentrum
Acteurs principaux Xavier Lacaille, Liz Kingsman, Lucas Englander, Philippe Duquesne, William Nadylam, Christiane Paul, Jane Turner, Koen Van Impe
Pays d'origine Drapeau de l'Allemagne Allemagne / Drapeau de la Belgique Belgique / Drapeau de la France France
Chaîne d'origine france.tv, BeTV, WDR
Nb. de saisons 1
Nb. d'épisodes 10
Durée 26 minutes
Diff. originale
Site web https://www.france.tv/series-et-fictions/series-comedies/parlement/

Parlement est une série télévisée franco-germano-belge en dix épisodes de 26 minutes, créée par Noé Debré, coécrite par Noé Debré, Doran Johnson, Pierre Dorac et Maxime Calligaro, et diffusée à partir du sur france.tv. Elle a été coréalisée par Émilie Noblet et Jérémie Sein. La série comique décrit la découverte du Parlement européen et de son fonctionnement par un jeune assistant parlementaire, Samy, qui tente au cours des épisodes de faire adopter un amendement interdisant le shark finning.

Coproduction internationale, Parlement est joué en trois langues principales : le français, l'anglais, l'allemand.

La série reçoit un accueil plutôt positif de la presse française à sa sortie en avril 2020[1],[2],[3],[4]. Elle est l'une des meilleures audiences de la fiction numérique de France Télévisions[5].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Samy débarque à Bruxelles au lendemain du vote du Brexit. Jeune assistant parlementaire fraîchement engagé, il ne connaît pas grand-chose aux institutions européennes, mais espère s’en tirer au charme et au bagout. Par maladresse, il se retrouve chargé de faire adopter un amendement sur la pêche. Il va prendre son destin en main, mais il n'aurait peut-être pas dû... Il n’a pas la moindre idée de la manière dont on fait adopter un amendement au Parlement et a six mois pour y parvenir. Ainsi débute son chemin de croix, entre apprentissage et renoncement.

Distribution[modifier | modifier le code]

rôles principaux[modifier | modifier le code]

  • Xavier Lacaille : Samy Kantor, alias « Samy the shark », assistant parlementaire de Michel Specklin
  • Liz Kingsman : Rose Pilkington, assistante parlementaire anglaise de Sharon Redlion
  • Philippe Duquesne : Michel Specklin, eurodéputé français centriste
  • Lucas Englander : Torsten Muckenstrum, alias « Toto », assistant allemand d'Ingeborg et acolyte de Samy (plus ou moins contre le gré de ce dernier)
  • William Nadylam : Eamon, « le méchant surveillant », administrateur de la Commission Pêche, mentor énigmatique de Samy
  • Christiane Paul : Ingeborg Becker, conseillère politique ambitieuse et manipulatrice
  • Jane Turner (en) : Sharon Redlion, eurodéputée britannique pro-Brexit
  • Koen Van Impe (nl) : Cornelius Jaeger, eurodéputé et allié de Samy

et par ordre alphabétique[modifier | modifier le code]

  • Clément Baronnet : agent de sécurité belge
  • Amélie Belohradsky : Josefina
  • Fayssal Benbahmed : Radek
  • Xavier Boulanger : agent de sécurité français
  • Luke Calzonetti : employeur facebook
  • José-Luis Criado : Rubial Sanchez Casas De Alba
  • Gauthier Danniau : Kenneth
  • Gauthier Danniau : le gardien de nuit
  • Klaus Fischbach : le président du parlement - Strasbourg
  • Bruno Georis : huissier commission économique
  • Alice Hubball : Marianne Nordager
  • Pascal Lamy : lui-même (caméo)
  • Sandrine Laroche : électrice - professeur d'histoire
  • Yann Leriche : chauffeur de taxi
  • Aurora Marion : Femke Van Gils
  • Olivier Massart : électeur - professeur de biologie
  • Quentin Minon : Miguel
  • Nagisa Morimoto : assistante de Vasilios Kapsis
  • Ana Rodriguez : Alicia Leon Sanchez
  • Daniel Sanz Sieteiglesias : Gorka Munduberri
  • Jonathon Sawdon : interlocuteur skype
  • Joren Seldeslachts : Lucas Iris, assistant de Nordager
  • Niccolò Senni (it) : Guido Bonafide, lobbyiste italien
  • Georges Siatidis : Vasilios Kapsis
  • Freddy Sicx : mari de l'électrice
  • Elvira Tröger : Maja Karlsson
  • Jean-Benoît Ugeux : Maurice Casier, conseiller politique Pêche ADLE
  • Nicole Valberg : chef du groupe d'électeurs
  • François-Michel Van Der Rest : huissier commission pêche
  • Carole Weyers : Janet Moore
  • Shane Woodward : Leroy Sparks

Production[modifier | modifier le code]

Parlement est une co-production Cinétévé (France), Artémis Productions (Belgique) et CineCentrum (Allemagne). Le budget est de 2,5 millions d'euros[6], deux à trois fois inférieur à des productions de la même ampleur.

Développement[modifier | modifier le code]

Parlement est une idée originale de Noé Debré, scénariste et réalisateur à la filmographie de coauteur éclectique, avec notamment Dheepan de Jacques Audiard, Le Brio d'Yvan Attal ou Le Poulain de Mathieu Sapin.

La série part du constat d'un décalage entre un récit récurrent dans la fiction – celui de dirigeants au pouvoir décroissant qui luttent pour continuer à exister médiatiquement - et l'histoire que nous raconte le Parlement Européen – celui de parlementaires au pouvoir croissant qui tentent d'en faire le meilleur usage possible en dépit de la complexité des institutions dans lesquelles ils évoluent.

Parlement témoigne ainsi d'une volonté, non pas de juger ces institutions, mais de les dépeindre avec fidélité : « La série n'a évidemment pas pour objet de promouvoir ou de flétrir les institutions, mais d'en proposer un portrait fidèle et drôle. »[7].

Le tournage d'une deuxième saison est confirmé le 11 juin 2020[8].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage de la série s'est déroulé entre Bruxelles (Comité Européen des Régions et Comité Economique et Social Européen) et Strasbourg (Parlement Européen).

Épisodes[modifier | modifier le code]

Première saison (2020)[modifier | modifier le code]

  1. J'ai jamais eu de rapport : Au lendemain du vote du Brexit, Samy arrive à Bruxelles en tant que jeune assistant parlementaire. Il espère compenser sa moindre connaissance des institutions européennes par son charme et son bagout. Par maladresse, il se retrouve, dès son premier jour, en charge de faire adopter un amendement sur la pêche. Il n'a pas d'autres choix que de prendre son destin en main.
  2. L'Invisible Armada : Pour parvenir à ses fins, Samy doit amadouer son conseiller politique, Maurice. Mais ça ne peut se faire qu'au prix de l'amour de sa vie...et de sa dignité.
  3. La Politique et les Saucisses : Samy se débat dans les grandes eaux, entre requins, banquiers et nazis, pour tenter d'élaborer un amendement de compromis. A condition bien sûr de savoir d'abord de quoi il s'agit.
  4. Le Plus Vieux Métier du monde : Samy oscille entre sa fidélité à la cause des requins, les menaces d'Ingeborg, les manipulations de Guido et sa propre lâcheté. Rose, de son côté, s'essaie au plus vieux métier du monde : celui de lobbyiste.
  5. Demos Kratos : À la venue d'électeurs souhaitant visiter le Parlement, Samy, à son grand dam, doit troquer sa casquette d'assistant parlementaire contre celle de guide touristique. Sharon, elle, s'échine à trouver une solution à la question de la frontière nord-irlandaise.
  6. Je suis Sharky Samy, Rose et Torsten décident d'organiser une conférence de sensibilisation sur les requins. Pour séduire du monde, ils doivent trouver un intervenant célèbre. La commissaire danoise, sur laquelle ils jettent leur dévolu, fait chavirer le coeur de Samy.
  7. Wild West Wing : La campagne anti-finning est lancée. Un célèbre activiste américain est invité au Parlement pour défendre la cause. Hyper enthousiaste, physique de play boy, américain.
  8. Le Pacte de stabilité : Samy et Rose se retrouvent enfermés une nuit entière dans le bureau de Cornélius. L'alcool et les protéines délient les langues.
  9. Strasbourg, outre-Rhin : Voyage à Strasbourg pour le vote. Samy est confiant. Ingeborg poursuit ses manigances. Eamon, fidèle au poste, veille.
  10. C'était un jeune requin : Le vote sur le finning arrive enfin. Rose se prépare au grand départ. Torsten à la fête de la saucisse. C'est le grand final.

Accueil[modifier | modifier le code]

Audiences[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

Le Monde souligne le burlesque et la portée éducative de la série, qui permet à la série d'aller au-delà des séries politiques britannique The Thick of It et américaine Veep[9]. Pour Télérama, la « série dévoile progressivement son potentiel comique »[4]. La Vie note la qualité des dialogues mais constate que la série s’essouffle un peu dans sa deuxième moitié[3]. Et pour Le Parisien, la série réussit son pari haut-la-main en étant drôle et instructive[10]. Pour France Culture, enfin, Parlement "redonne espoir en l'Union Européenne"[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Série : « Parlement », la construction d’une Europe de la satire », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 15 avril 2020)
  2. « “Parlement”, la série qui dézingue les embrouilles de l’UE », sur Les Inrocks, (consulté le 15 avril 2020)
  3. a et b « “Parlement“ : enfin une série sur l’Europe ! », sur La Vie.fr (consulté le 15 avril 2020)
  4. a et b Aude Dassonville, « “Parlement” sur France.tv : la série qui prouve qu’on peut rire avec l’administration européenne », Télérama,‎ (lire en ligne)
  5. « Sened Dhab, directeur de la fiction numérique de France TV : "Pas de baisse prévue de notre budget, au contraire !" », France Info, (consulté le 12 juin 2020)
  6. « "Parlement", la série humoristique qui décrypte les institutions européennes », sur Europe 1 (consulté le 15 avril 2020)
  7. « Prochainement sur France.tv Parlement (10 × 26 min) La série politiquement (pas) correcte ! », sur www.francetvpro.fr (consulté le 30 avril 2020)
  8. Thomas Robert, « Skam France, Mental, Stalk, Parlement... France Télévisions renouvelle toutes les séries à succès de France.tv Slash ! », sur programme-tv.net, (consulté le 11 juin 2020).
  9. « « Mrs. America », « Parlement », « Run »… le printemps des séries », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  10. Grégory Plouviez, « Parlement : 5 bonnes raisons de regarder la comédie politique de france.tv », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  11. « Regardez Parlement, la fiction numérique de France.tv, pour vous redonner espoir en l’Union Européenne », France Culture,

Liens externes[modifier | modifier le code]