Partis politiques marocains

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Il existe de nombreux partis politiques marocains, le régime politique du Royaume admettant, du fait de la liberté d'association, l'existence du multipartisme[1] dans la vie politique et parlementaire.

Sur un plan légal[modifier | modifier le code]

Dans la Constitution marocaine de 2011, il est précisé, dans son article 7[2], que :

« Les partis politiques œuvrent à l'encadrement et à la formation politique des citoyennes et citoyens, à la promotion de leur participation à la vie nationale et à la gestion des affaires publiques. Ils concourent à l'expression de la volonté des électeurs et participent à l'exercice du pouvoir, sur la base du pluralisme et de l'alternance par les moyens démocratiques, dans le cadre des institutions constitutionnelles.

Leur constitution et l'exercice de leurs activités sont libres, dans le respect de la Constitution et de la loi. Il ne peut y avoir de parti unique.

Les partis politiques ne peuvent être fondés sur une base religieuse, linguistique, ethnique ou régionale, ou, d'une manière générale, sur toute base discriminatoire ou contraire aux Droits de l'Homme.

Ils ne peuvent avoir pour but de porter atteinte à la religion musulmane, au régime monarchique, aux principes constitutionnels, aux fondements démocratiques ou à l'unité nationale et l'intégrité territoriale du Royaume.

L'organisation et le fonctionnement des partis politiques doivent être conformes aux principes démocratiques.

Une loi organique détermine, dans le cadre des principes énoncés au présent article, les règles relatives notamment à la constitution et aux activités des partis politiques, aux critères d'octroi du soutien financier de l'État, ainsi qu'aux modalités de contrôle de leur financement. »

Selon l'article premier de la loi no 36-04 de 2006, relative aux partis politiques[3] :

« Le parti politique est une organisation permanente et à but non lucratif, dotée de la personnalité morale, instituée en vertu d'une convention entre des personnes physiques, jouissant de leurs droits civils et politiques et partageant les mêmes principes, en vue de participer, par des voies démocratiques, à la gestion des affaires publiques. »

Histoire[modifier | modifier le code]

Liste des partis politiques[modifier | modifier le code]

Ci-après les partis politiques marocains :

Droite[modifier | modifier le code]

Parti Politique Date de création Sigle Logo Idéologie Symbole
Parti de la justice et du développement [4] 1967 PJD


Islamisme

Conservatisme

Lampe
Parti de l'Istiqlal[5] 1944 PI


Nationalisme

Conservatisme

Balance
Mouvement Populaire[6] 1957 MP


Berbérisme

Conservatisme

Épi
Union Constitutionnelle[7] 1983 UC


Social-Libéralisme Cheval

Gauche[modifier | modifier le code]

Parti Politique Date de création Sigle Logo Idéologie Symbole
Parti du progrès et du socialisme[8] 1943 PPS


Progressisme

Socialisme

Livre
Union socialiste des forces populaires[9] 1959 USFP


Socialisme Rose
Fédération de la gauche démocratique[10] 2007 FGD


Socialisme Enveloppe

Centre[modifier | modifier le code]

Parti Politique Date de création SIgle Logo Idéologie Symbole
Rassemblement national des indépendants

[11]

1978 RNI


Libéralisme Colombe
Parti authenticité et modernité

[12]

2008 PAM


Royalisme Tracteur

Coalitions politiques[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Koutla, Wifaq et Alliance pour la démocratie.

L'histoire politique du Maroc moderne a connu la naissance de plusieurs coalitions politiques. La Koutla, fondée dans les années 1970 par le parti de l'Istiqlal, l'USFP et le PPS, en est la plus importante. Une deuxième coalition (Wifaq) naîtra à la veille des législatives de 1993 autour de trois partis de courant libéral, le Rassemblement national des indépendants, le Mouvement populaire et l'Union constitutionnelle.

Une nouvelle coalition verra le jour en 2011, appelée Alliance pour la démocratie, à la veille des élections législatives de novembre 2011. Elle est formée par huit partis politiques autour du Parti authenticité et modernité, cette coalition sera rapidement dispersée à la suite de sa défaite lors des législatives de 2011 remportées par le parti islamiste PJD.

Notes[modifier | modifier le code]

Le Parti du progrès et du socialisme est l'ancien Parti communiste Marocain

Le Parti de l'Union socialiste des forces populaires est membre de l'Internationale socialiste

Le Parti de l'Istiqlal est le premier parti créé au Maroc

À savoir qu'il y'a d'autres partis mineurs et donc pas représentés comme : Le Parti de la gauche verte (d'idéologie écologiste)[13] , Annahj Adimocrati (se positionnant à l'extrême gauche , d'idéologié communiste , marxiste-léniniste)[14]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lire Santucci 2006 à propos du multipartisme au Maroc.
  2. « Constitution du 1er juillet 2011 : Titre premier. Dispositions générales », sur Mjp.univ-perp.fr (consulté le 27 septembre 2015)
  3. [PDF] Dahir no 1-06-18 du 15 moharrem 1427 (14 février 2006) portant promulgation de la loi no 36-04 relative aux partis politiques, p. 334 ; lire à son propos Bendourou 2005-2006
  4. « الموقع الإلكتروني لحزب العدالة والتنمية », sur www.pjd.ma (consulté le 3 juillet 2018)
  5. « PARTI DE L ISTIQLAL », sur PARTI DE L ISTIQLAL (consulté le 3 juillet 2018)
  6. « Mouvement Populaire », sur www.alharaka.ma (consulté le 3 juillet 2018)
  7. (en-US) « أخر ساعة - الموقع الرسمي لحزب الاتحاد الدستوري », sur possible.ma (consulté le 3 juillet 2018)
  8. « Accueil », ppsmaroc.com,‎ (lire en ligne)
  9. (ar) « الرئيسية - الاتحاد الاشتراكي للقوات الشعبية », sur الاتحاد الاشتراكي للقوات الشعبية (consulté le 3 juillet 2018)
  10. « fédération de la gauche démocratique »
  11. (ar) « (RNI) الموقع الإلكتروني لحزب التجمع الوطني للأحرار », sur الموقع الإلكتروني لحزب التجمع الوطني للأحرار (consulté le 3 juillet 2018)
  12. « Parti authencité et modernité »
  13. « Accueil », sur gaucheverte.ma (consulté le 3 juillet 2018)
  14. « La Voie Démocratique », sur La Voie Démocratique (consulté le 3 juillet 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]