Élections au Maroc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la politique au Maroc
Cet article est une ébauche concernant la politique au Maroc.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Les élections au Maroc sont tenues à un niveau national pour la législature. Les 395 membres de la Chambre des Représentants, qui constitue la Chambre basse du parlement marocain, sont élus pour cinq ans au suffrage universel direct, au scrutin de liste à la proportionnelle. Les 270 membres de la Chambre haute, la Chambre des Conseillers, sont élus pour neuf ans[réf. nécessaire] avec renouvellement par tiers tous les trois ans. Ils sont par ailleurs élus au suffrage indirect par les élus des chambres professionnelles, des salariés et des collectivités locales.

Système électoral[modifier | modifier le code]

Le Maroc a adopté le multipartisme depuis son indépendance en 1956. On remarque cependant une balkanisation du champ politique marocain, qui compte à peu près 30 partis, à tel point que certains partis obtiennent des scores très serrés et parviennent difficilement à se mettre d'accord sur la formation du gouvernement marocain.

L'affaire des fraudes électorales en 2006[modifier | modifier le code]

En octobre 2006, 67 personnes à peu près ont été arrêtées pour fraude électorale lors des élections du renouvellement du tiers des membres de la Chambre des conseillers, le 8 septembre 2006[1]. Parmi eux, il y avait 12 membres de la Chambre des conseillers et 5 de la Chambre des représentants.

Élections législatives[modifier | modifier le code]

Élections législatives de 2011[modifier | modifier le code]

L’élection du parlement a eu lieu, très tôt, le 25 novembre 2011. Elle était programmée pour l’année 2012, et elle est reportée du 7 octobre 2011.

Comme un résultat du printemps arabe, des protestations se sont déroulées durant février 2011, qui ont causé l’annonce du roi Mohammed VI de cette élection anticipée. Dans le processus de réforme constitutionnelle, il a accordé aux citoyens plus de droits civils et a abandonné une partie de son autorité administrative. À la suite d'un référendum le 1er juillet 2011, la ratification de la nouvelle Constitution a eu lieu le 13 septembre.

Élections législatives de 2016[modifier | modifier le code]

Les élections législatives du 7 octobre 2016 connaîtront pour la première fois la participation de la gauche socialiste unifiée de Nabila Mounib.

Autres élections[modifier | modifier le code]

Il existe des élections communales dont les premières se sont déroulées le [2], sous le règne de Mohammed V.

Le 4 septembre 2015, des élections communales et régionales ont eu lieu pour la première fois.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Paul Chambergeat, « Les élections communales marocaines du 29 mai 1960 », Revue française de science politique, vol. 11, no 1,‎ , p. 89-117 (lire en ligne) — article sur les premières élections communales organisées au Maroc. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Thierry Desrues et Bernabé Lopez Garcia, « L’institutionnalisation des élections et la désertion des électeurs : le paradoxe de la monarchie exécutive et citoyenne », L'Année du Maghreb, Aix-en-Provence, IREMAM, no IV,‎ (DOI 10.4000/anneemaghreb.455, lire en ligne)
  • Bernabe Lopez Garci, « La question électorale au Maroc : Réflexions sur un demi-siècle de processus électoraux au Maroc », Revue marocaine des sciences politiques et sociales, Rabat, vol. VI, no 4,‎ , p. 35-63 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]