Parti pirate international

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir PPI et Parti pirate.
Parti pirate international
Logo de l'organisation
Carte de l'organisation
Pays où l'on trouve au moins un parti pirate lié au PPI.

Création [1]
Type Politique
Membres Partis pirates
Effectifs 39 membres et 14 observateurs[2]
Coprésidents Guillaume Saouli et Bailey Lamon
Site web pp-international.net

Le Parti pirate international (PPI) est une organisation regroupant les Partis pirates du monde entier.

Le PPI est régi par un conseil, mené par deux coprésidents[3] La ligne à suivre, la gouvernance, les listes de diffusion, la communication interne, les relations avec les instances internationales, la coordination de la fondation de partis pirates nationaux et les demandes d'affiliation sont à la charge de l'Assemblée générale du PPI qui doit se réunir au moins une fois par an[4].

Le Parti pirate international, défendant des idées de partage des données, a demandé son adhésion à l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) en tant que membre observateur, mais cette requête lui a été refusée[5]. En revanche le statut d'observateur lui a été accordé pour la réunion interministérielle de l'OMC en décembre 2013 à Bali[6].

Avènement du PPI[modifier | modifier le code]

Inspirés par l'initiative suédoise, les partis pirates existent de façon plus ou moins active dans 66 pays[7] (en comptant le Parti pirate européen[8]). Ces partis coopèrent et accordent leurs programmes par le biais du Parti Pirate international[7]. Néanmoins, ils ne sont pas tous reconnus au niveau national et à ce jour le Parti pirate international regroupe 28 partis en tant que membres ordinaires et 6 organisations en tant qu'observatrices.

En , les différents partis pirates se réunissent à Vienne, en Autriche pour discuter de l'avenir du mouvement. La conférence est intitulée Politique étape suivante !? Pirates à Bruxelles en 2009 !?. L'événement est organisé par l'Académie des beaux-arts de Vienne et plusieurs groupes militants[9]. La dernière conférence du PPI s'est tenu les 14 et 15 avril 2012 à Prague en République tchèque, une discussion s'est tenue sur l'avenir et les objectifs du Parti pirate européen[10].

Liste des partis membres (ordinaires et observateurs) du PPI[modifier | modifier le code]

Les partis membres ordinaires du PPI[modifier | modifier le code]

Les membres ordinaires doivent :

  • adhérer aux statuts et aux buts de l'association ;
  • employant le mot pirate dans leur nom ;
  • avoir un fonctionnement basé sur des principes démocratiques.

Il peut y avoir plusieurs membres ordinaire par pays. Le pouvoir de vote de ce pays est alors réparti entre les membres.

Partis membres du PPI et du PPE

Les partis membres observateurs du PPI[modifier | modifier le code]

Liste des anciens partis membres (ordinaires et observateurs) du PPI[modifier | modifier le code]

Les anciens partis membres ordinaires du PPI[modifier | modifier le code]

En février 2015, suite à des désaccords profonds avec la direction et l’organisation du PPI, le Parti pirate australien démissionne[11] Le même mois, le Parti pirate du Royaume-Uni démissionne lui aussi[12]. Il est imité en mars par le Party pirate belge[13].

Le 20 avril 2015, le Parti pirate islandais vote la sortie du PPI.[14] Selon Arnaldur Sigurðarson, membre de l’exécutif, la sortie du PPI a reçu 96.56% des voies, ajoutant que : « Le PPI a été assez inutile en ce qui concerne ses objectifs qui devraient être d’encourager la coopération internationale entre les différents partis pirates. »

En mai 2015, le Parti pirate suédois vote à une large majorité la sortie du PPI[15].

Les anciens partis membres observateurs du PPI[modifier | modifier le code]



Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.pcworld.fr/internet/actualites,naissance-parti-pirate-international,486821,1.htm
  2. http://int.piratenpartei.de/Members_of_the_PPI
  3. Statuts du Parti pirate international, article XIII.
  4. Statuts du Parti pirate international, articles IX à XI.
  5. https://www.partipirate.org/spip.php?article203
  6. Guillaume Champeau, « Le Parti Pirate obtient le statut d'observateur à l'OMC », Numerama,‎ jeudi 21 novembre 2013 à 16h44 (consulté le 29 novembre 2013).
  7. a et b http://www.pp-international.net/
  8. http://ppeu.net/?lang=fr
  9. http://www.nextsteppolitics09.org/
  10. http://ppeu.net/?page_id=269&lang=fr
  11. (en) « Pirate Party Australia resigns from PPI »,‎ (consulté le 11 février 2015)
  12. (en) « PPUK leaves PPI »,‎ (consulté le 25 février 2015)
  13. (en) « PPBE suspends their PPI membership »,‎ (consulté le 8 mars 2015)
  14. (en) « Icelandic Pirates: PPIS Vote to Leave PPI and Birgitta only Politician to increase in Trust »,‎ (consulté le 20 avril 2015)
  15. (en) « Motion P01: Proposition ang. att lämna observatörsmedlemskapet i PPI »,‎ (consulté le 10 mai 2015)

Lien externe[modifier | modifier le code]