Parti de la liberté et de la justice sociale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Parti de la liberté et de la justice sociale
Présentation
Secrétaire général Miloud Moussaoui
(depuis )
Fondation par Miloud Moussaoui
Siège Drapeau : Maroc Rabat
Symbole Éléphant[1]
Idéologie Centrisme, nationalisme
Couleurs bleu
Représentation
Représentants
1 / 395
Conseillers
0 / 270
Ministres
0 / 31

Le Parti de la liberté et de la justice sociale (PLJS) est un parti politique marocain d'idéologie centriste créé le par Miloud Moussaoui. Lors des dernières élections législatives de 2011, le parti a obtenu un seul siège sur les 395 constituant la chambre basse marocaine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le PLJS a été créé par Miloud Moussaoui, ancienne figure du Rassemblement national des indépendants (il démissionne en 1998) et puis du Parti marocain libéral (PML). En 2004, il démissionne du PML à la suite d'un différend avec Mohammed Ziane et décide de créer son propre parti PLJS.

Idéologie[modifier | modifier le code]

Le Parti de la liberté et de la justice sociale se positionne au centre dans la scène politique marocaine, son Secrétaire général, Miloud Moussaoui refuse que son parti fasse l'objet d'une classification gauche-droite et précise que « ces notions occidentales n'ont rien à voir avec la réalité de la société marocaine ». Toutefois, Moussaoui affirme que « le PLJS se sent beaucoup plus proche d'une formation comme l'Istiqlal que l'USFP par exemple ».

Par ailleurs, le parti est adepte du courant ultra-nationaliste marocain. En 2005, Miloud Moussaoui a affirmé que « son parti n'aura aucun rapport avec la classe politique et associative algérienne, tant que des soldats marocains seront toujours emprisonnés sur le territoire algérien »[n 1].

Représentation législative[modifier | modifier le code]

Lors de sa première participation aux législatives de 2007, le parti n'a obtenu aucun siège. Au scrutin de 2011, le parti a obtenu un seul siège dans la circonscription de Chefchaouen.

Représentation communale[modifier | modifier le code]

Lors des communales de 2009, le parti a obtenu 7 sièges, arrivant ainsi au dernier rang.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] « Arrêté du ministre de l'Intérieur no 2914-11 du 30 kaada 1432 (28 octobre 2011) fixant les symboles attribués aux listes de candidatures ou aux candidats appartenant aux partis politiques », Bulletin officiel du Royaume du Maroc, no 5992,‎ , p. 2386-2387 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]