Éric Jalton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Éric Jalton
Illustration.
Éric Jalton en 2008.
Fonctions
Maire des Abymes
En fonction depuis le
(12 ans, 3 mois et 15 jours)
Élection 16 mars 2008
Réélection 23 mars 2014
15 mars 2020
Prédécesseur Daniel Marsin
Député français

(15 ans et 1 jour)
Élection 16 juin 2002
Réélection 17 juin 2007
16 juin 2012
Circonscription 1re de la Guadeloupe
Législature XIIe, XIIIe et XIVe (Cinquième République)
Prédécesseur Daniel Marsin
Successeur Olivier Serva
Conseiller général de la Guadeloupe

(11 ans, 5 mois et 20 jours)
Élection 22 mars 1998
Réélection 21 mars 2004
Circonscription Canton des Abymes-1
Prédécesseur Rosan Fanhan
Successeur Chantal Lérus
Biographie
Date de naissance (58 ans)
Lieu de naissance Les Abymes (Guadeloupe)
Nationalité Française
Parti politique PCG[1], FRAPP
Père Frédéric Jalton
Profession Chirurgien-dentiste

Éric Jalton, né le aux Abymes (Guadeloupe), est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études et formation[modifier | modifier le code]

Éric Jalton suit des études secondaires à Pointe-à-Pitre puis à Paris où il obtient son baccalauréat (série C), puis un doctorat en chirurgie dentaire à l'université Diderot. Durant ses études à Paris, il est membre de la section socialiste du 18e arrondissement et de SOS Racisme.

Débuts en politique[modifier | modifier le code]

En 1988, Éric Jalton rentre dans sa commune natale, Les Abymes, et est élu en 1990 au conseil d’administration de la section socialiste des Abymes en qualité de secrétaire administratif, puis secrétaire fédéral de la jeunesse. Il en devient secrétaire général en 1996 après la mort de son père, Frédéric Jalton.

En 1992, il est élu conseiller régional de la Guadeloupe (après la démission de son père pour cause de cumul des mandats[2]) et réélu en 1993 après l’annulation des élections. En 1995, il entre au conseil municipal des Abymes, puis est élu en 1998 conseiller général au premier tour dans le canton des Abymes-1, et réélu conseiller régional sur la liste d’union de la gauche.

Le tournant de 2002[modifier | modifier le code]

Il conduit la liste du Rassemblement abymien pour le progrès aux élections municipales de 2001 aux Abymes.

En 2002, il quitte le PS et est élu député dans la première circonscription de la Guadeloupe, battant le député-maire socialiste des Abymes, Daniel Marsin.

En 2004, il est réélu conseiller général au premier tour et conseiller régional. Pour se conformer à la loi sur le cumul des mandats, il choisit de démissionner de son mandat de conseiller régional de la Guadeloupe.

Éric Jalton est réélu député le avec plus de 62 % des suffrages. Il est rattaché au groupe socialiste.

Lors des élections municipales de 2008, il l'emporte sur Daniel Marsin, maire sortant des Abymes, au second tour en obtenant 59,4 % des suffrages et 39 sièges sur 49.

Battu aux élections régionales de 2010 (il arrive en troisième position), il est une nouvelle fois élu député lors des élections législatives de 2012.

Lors des élections municipales de 2014, sa liste l'emporte dès le premier tour avec 53,6 % des suffrages, devançant le candidat dissident socialiste Olivier Serva[3]. L'année suivante, il est de nouveau battu aux élections régionales, alors qu'il figurait en troisième position sur la liste du député-président de région sortant, le socialiste Victorin Lurel.

Il soutient le candidat En marche Emmanuel Macron pour l'élection présidentielle de 2017[4]. En raison de la loi sur le cumul des mandats, il décide de ne pas se représenter aux élections législatives et de soutenir son adjoint à la mairie des Abymes, Rosan Rauzduel, qui reçoit l'investiture de la FRAPP, mais pas de La République en marche.

Lors des élections municipales de 2020, sa liste l'emporte dès le premier tour face à Olivier Serva, désormais député LREM, avec 70,9 % des suffrages[5].

Assiduité à l'Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

Le , le site nosdeputes.fr recense 0 semaine d'activité à l'Assemblée, 0 présence en commission, 0 intervention dans l’hémicycle, 0 rapport écrit, 0 proposition de loi écrite et 0 question orale du député Éric Jalton sur les douze derniers mois[6].

À la fin de la législature, le site révèle qu'entre 2012 et 2017, Éric Jalton n'a été présent qu'à 5 réunions, n'a pris la parole que 2 fois dans l'hémicycle et n'a écrit aucune proposition de loi ni aucun rapport[7]. Pour venir à Paris, il bénéficiait pourtant de 13 allers-retours par an en avion, offerts par l'Assemblée nationale[8].

Plaintes contre Éric Jalton[modifier | modifier le code]

En , un policier municipal abymien, Gérard Flory, dépose quatorze plaintes contre Éric Jalton. Les motifs portent sur des affaires d’attouchements, de détournement et d'infraction sur mineur de 15 ans, de fraude et d'escroquerie à l'assurance, et de travaux illicites qui auraient été opérés en au moment des élections municipales[9].

Détail des mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

À l’Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

Au niveau local[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche d’Éric Jalton », sur assemblee-nationale.fr (consulté le 14 octobre 2016).
  2. Marianne Payot, « La Politique dans le Sang », sur L'Express, .
  3. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur interieur.gouv.fr (consulté le 2 mai 2020).
  4. Olivier Lancien et Peggy Robert, « Éric Jalton choisit Emmanuel Macron », sur France Info, .
  5. « Résultats des élections municipales et communautaires aux Abymes : Éric Jalton est réélu », sur La Première, .
  6. « Éric Jalton, le député le plus absent de l'Assemblée nationale », La Première,‎ (lire en ligne).
  7. « Éric Jalton - Son activité de député à l'Assemblée nationale », sur nosdeputes.fr (consulté le 9 août 2018).
  8. « Assiduité des députés : des cartons rouges et un bonnet d'âne », France Info,‎ (lire en ligne).
  9. « Gérard Flory a déposé de nombreuses plaintes contre le maire Éric Jalton », SoundCloud,‎ (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]