Saint-Andéol-de-Berg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Berg.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Andéol.

Saint-Andéol-de-Berg
Saint-Andéol-de-Berg
24 novembre 1997
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Largentière
Canton Berg-Helvie
Intercommunalité Communauté de communes Berg et Coiron
Maire
Mandat
Didier Loyrion[1]
2014-2020
Code postal 07170
Code commune 07208
Démographie
Gentilé Saint-Andéolais
Population
municipale
125 hab. (2015 en diminution de 4,58 % par rapport à 2010)
Densité hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 31′ 41″ nord, 4° 31′ 41″ est
Altitude Min. 262 m
Max. 524 m
Superficie 15,57 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte administrative de l'Ardèche
City locator 14.svg
Saint-Andéol-de-Berg

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte topographique de l'Ardèche
City locator 14.svg
Saint-Andéol-de-Berg

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Andéol-de-Berg

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Andéol-de-Berg
Liens
Site web saint-andeol-de-berg.fr

Saint-Andéol-de-Berg est une commune française située dans le département de l'Ardèche en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses 126 habitants (recensement 2014) sont appelés les Saint-Andéolais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Drapeau
du Vivarais

Saint-Andéol-de-Berg est un petit village situé au sud de l'ancienne province du Vivarais, dans la vallée du Rhône, entre l'extrémité est du Massif central (Cévennes) et les Alpes, dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, le département de l'Ardèche (339 communes recensées en 2012), l'arrondissement de Largentière, le canton de Villeneuve-de-Berg[2],[3] et la Communauté de communes Berg et Coiron.

Le Rhône coule à 13,4 km de Saint-Andéol-de-Berg et traverse 35 communes ardéchoises en 2011. Il borde toute la façade est du département de l'Ardèche et toute la façade ouest du département de la Drôme[4] et faisait office de frontière entre l'Empire (rive gauche) et le Royaume (rive droite) au Moyen Âge[5]. Affluent droit du Rhône, l'Ardèche conflue avec lui en amont de Pont-Saint-Esprit.

Communes proches[modifier | modifier le code]

Croix du Clorond
à l'entrée du village

Par les routes, le village se trouve à cinq kilomètres et demi de Villeneuve-de-Berg[6], à 13 kilomètres de Saint-Maurice-d'Ibie[7], de Mirabel et du domaine du Pradel d'Olivier de Serres[8],[9], à 17 kilomètres d'Alba-la-Romaine[10], à 24 kilomètres de Valvignères[11] et d'Aubenas et à 28 kilomètres de Vals-les-Bains[12], à 34 kilomètres de Viviers[13] et de la route nationale 7, de l'Autoroute du Soleil (A7) et de la gare de voyageurs (SNCF) de Montélimar[14], toutes les trois situées dans la Drôme (en 2017, l'Ardèche est le seul Département de France qui n'est desservi par aucune Gare SNCF de voyageurs et qui n'est traversé par aucune Autoroute), à 45 kilomètres de Bourg-Saint-Andéol[15] et 57 kilomètres de la neige de La Croix de Bauzon[16],[17], à 86 kilomètres du théâtre antique d'Orange et de ses Chorégies[18], à 170 kilomètres de Grenoble[19], à 180 kilomètres de Lyon[20] et de la mer Méditerranée du Grau-du-Roi[21], à 187 kilomètres de Montpellier[22], à 200 kilomètres des Saintes-Maries-de-la-Mer[23] et de Marseille[24]… et aussi, par le T.G.V., au départ de Montélimar, à deux heures cinquante et une minutes de Paris et cinquante-quatre minutes de l'aéroport de Lyon-Saint-Exupéry… Un aérodrome civil ouvert au trafic international se trouve sur la commune de Lanas, à 10 kilomètres[25].

Aubenas (24 km)
Villeneuve-de-Berg
Lyon (180 km)
Mirabel (13 km)
Villeneuve-de-Berg (5,5 km)
Alba-la-Romaine (17 km)
Villeneuve-de-Berg Saint-Andéol-de-Berg Montélimar (34 km)
Valvignères
Saint-Maurice-d'Ibie (13 km) Saint-Maurice-d'Ibie
Marseille (200 km)
Valvignères (24 km)
Bourg-Saint-Andéol (45 km)

Voies de communication[modifier | modifier le code]

La Chapelle du Devois
(22 août 2015)
Plaques de rues
Rue centrale du village

La route nationale RN 102 relie Villeneuve-de-Berg à Montélimar et à l'autoroute A7 (autoroute du soleil)[26].

À la sortie de Villeneuve-de-Berg, la route départementale D 259 traverse l’Ibie sur le pont des Frères, puis escalade la colline au sommet de laquelle se trouve la chapelle Notre-Dame du Devois ou Notre-Dame des 7 Douleurs (rénovée en 2015), qui marque le début de la voie conduisant à Saint-Andéol-de-Berg[27],[28].

Elle descend alors, le long de la ferme fortifiée de Pierouby[29], jusqu'au pied d'une colline boisée où se nichait une maisonnette (et son enclos de derrière), agrandie et rénovée en 2016, que le Saint-Andéolais Marius Ribon[30] surnommait à l'intention de ses petits-enfants, la « Maison de monsieur Seguin ».
Après avoir traversé le pont du quartier de Chabrillères (ou Chabridières) qui enjambe le Rounel, elle passe sur un faux plat qui le longe et le surplombe, puis franchit un troisième pont - le pont de Péret, appelé aussi pont du ravin des Abéouradous - avant de gravir la montée de Péret dominant le cours d'eau, jusqu'à quelques virages en lacets après lesquels elle arrive à Saint-Andéol-de-Berg. Une fois le bourg traversé, elle continue jusqu'au hameau de Ladou, tout en bas du village (voir l'image au paragraphe Sports ci-dessous), mais ne va pas plus loin.

Conformément à la loi, au début de l'année 2013, la municipalité donne un nom et une plaque de signalisation aux routes, rues, impasses et chemins habités de Saint-Andéol-de-Berg et en numérote les maisons. Ainsi, la RD 259, qui traverse de part en part la commune, est baptisée route de Péret, à l'entrée du village (à partir du panneau « Saint-Andéol-de-Berg », de la croix du Clorond et du chemin pierreux des Rouvières), où elle croise le chemin goudronné du Clux (sans plaque car sans habitant) et l'impasse des Mourades, puis rue du Pigeonnier, dans la partie haute du bourg (où elle croise la route de Masgiraud, qui commence à proximité du cimetière, en direction du nord-est, et permet d'atteindre le bois des Pins, l' arbre Ferrat, le quartier de Serrecourt, le Mas Giraud, le Cros de Berg... et Alba-la-Romaine), puis rue du Puits du Moine, dans la partie centrale (où elle longe la place de l'Église et croise le chemin des Lauriers, l'impasse de l'Église - qui conduit au sentier du Vallat (en patois : le viôl[31] du Vallat) - et l'impasse des Prés), puis rue des Pourettes, dans la partie basse (où elle croise le chemin du Lavoir, l'impasse des Fresnes - qui conduit au sentier du Vallat - et l'impasse de Patafla), puis route de Ladou, à la sortie du bourg (croisant le chemin d'Autignas), puis rue de l'Abri de la Fontaine, dans sa traversée du hameau de Ladou (où elle croise les chemins du Merdaric, du Moulin et de l'Arcade), après lequel elle se continue en route de Coussas (croisant l'impasse de Bas Coussas), avant de se prolonger en un chemin de terre qui permet de rejoindre Valvignères.

Puits de Veyrenc ou Fontaine d'Argent ou Puits du Moine
La calade[modifier | modifier le code]

Selon Marius Ribon[30], la rue du Puits du Moine (qui commence juste après le chemin pierreux du Puits et qui va de l'ancienne Mairie - no 1 et no 3 - jusqu'à la place de l'Église) et la rue des Pourettes (de l'ancienne école publique - no 1 - jusqu'à l'ancienne aire de la Cure - no 7) ne constituaient qu'une seule et même rue au début du XXe siècle, que les Saint-Andéolais appelaient la Calade (Calade : rue en pente raide, pavée, dans les villes, ou empierrée, dans les villages).
Selon Marius et Pierre Ribon[32], au XVIIIe siècle, le puits qui est aujourd'hui intégré dans la façade du 6 de la rue du Puits du Moine était nommé par les Saint-Andéolais, Puits de Veyrenc - car il appartenait aux Veyrenc - ou bien Fontaine d'Argent - car il avait coûté très cher au village (cf. la Notice historique de Marius Ribon, page 29[30]).

En 2013, le Conseil municipal a donné à la rue le nom de Puits du Moine, en référence[Note 1] à une légende qui dit qu'autrefois les habitants de Saint-Andéol-de-Berg ont jeté dans ce puits le corps d'un ou deux moines de la grange de Berg, légende qui s'est sans doute construite à partir de l'événement de 1280, au cours duquel un moine de Berg a effectivement été tué par les villageois (dans le bourg, à la Calade, près de la Fontaine d'Argent, dit une tradition orale), mais n'a bien sûr pas été jeté dans ce puits, qui n'existait pas à cette époque et que, s'il avait existé, les Saint-Andéolais n'auraient en aucun cas pollué, l'eau potable étant pour eux une ressource bien trop précieuse (cf. paragraphe ci-dessous intitulé XIIe et XIIIe siècles).

Géologie[modifier | modifier le code]

« Les montagnes de Berg sont caractérisées par une alternance de bancs marneux et de bancs calcaires, à débit en boules rappelant des miches de pain, d’où leur nom de "calcaires à miches". On trouve dans ces calcaires de nombreux fossiles (s, ammonites, oursins, etc.), témoins de la présence de la mer qui occupait la région au Crétacé. L’érosion ronge peu à peu ces montagnes, de nombreux ravins s’y creusent et sont occupés par des ruisseaux plus ou moins pérennes[33]. »

24 juillet 2009

Relief[modifier | modifier le code]

Aux portes du parc naturel régional des Monts d'Ardèche[34], Saint-Andéol-de-Berg se niche sur une crête, au cœur des montagnes de Berg et au milieu de forêts de chênes et de pins, près des deux tiers de la surface de la commune étant boisés[Note 2]. Le point le plus haut du territoire communal se trouve à 524 mètres[Note 3] et le plus bas à 262 mètres[35]. La mairie est à une altitude de 360 mètres environ[36].

Le paysage est parcouru de murets en pierres sèches, appelés « clapas », abritant une dense faune de lézards et délimitant de nombreuses faysses (« terrasses qui rythment la chute des prés dans les vallons »)[37],[38].
Les Saint-Andéolais ont longtemps été surnommés Couocho létro (Chasseurs de lézards) par les habitants des villages voisins[30].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'eau et l'absence d'eau, les sources, les puits et les fontaines ont joué et jouent encore un rôle important à Saint-Andéol-de-Berg (cf. les paragraphes traitant des XIIe et XIIIe siècles et du XIXe au XXIe siècle). En 2017, la Source du Bouyril, la Fontaine-réservoir des Chabannes et, en centre-bourg, le Puits de Veyrenc (appelé aussi la Fontaine d'Argent ou bien, depuis 2013, le Puits du Moine) et le Puits du Pouzet, sont des buts de promenade.

De nombreux ruisseaux presque toujours à sec (eaux temporaires) passent sur le territoire de la commune, dont quatre principaux : le ruisseau de Vazeille [39], qui fait office de frontière avec Saint-Maurice-d'Ibie, sur un quart de sa longueur, le Mézeyras[40] et le Merdaric[41], qui confluent près du hameau de Ladou, et le Rounel[42], qui rejoint l'Ibie[43] (affluent de l'Ardèche) après avoir constitué une limite communale entre Saint-Andéol-de-Berg, sur sa rive gauche, et Villeneuve-de Berg, sur sa rive droite, le long de la route qui relie les deux villages (Vazeille et Merdaric → Rounel → Ibie → Ardèche).

Juste avant l'ancienne mairie, le chemin pierreux du Puits descend jusqu'à un ancien puits bouché, près du Pouzet, ruisseau sec qui longe le bas des prés de Landreau et de la Piche, puis va se jeter dans le Merdaric.

Pendant l'été, la prudence et les autorités recommandent de limiter les arrosages au strict nécessaire et interdisent les feux de broussailles ou autres[Note 4].

De 125,1 km de longueur[44], l'Ardèche prend sa source, à 1 467 m d'altitude, dans le Vivarais, près du col de la Chavade, dans la forêt de Mazan, sur la commune d’Astet. Après Aubenas et Ruoms, elle reçoit le Chassezac et La Beaume, puis s’enfonce à partir de Vallon-Pont-d’Arc dans les célèbres gorges qu’elle a elle-même creusées. Affluent droit du Rhône, elle le rejoint en amont de Pont-Saint-Esprit.

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de l'Ardèche.

Le climat de L'Ardèche méridionale (ou Bas-Vivarais) est un climat méditerranéen, caractérisé par des hivers doux, une chaleur estivale écrasante entraînant une sécheresse importante (mais néanmoins parfois rafraîchie à Saint-Andéol-de-Berg par un petit vent frais appelé « Rhouné »[45]) et de fortes précipitations aux équinoxes.

La plus proche station météorologique est celle de Montélimar :

Données météo Relevés météorologiques à Montélimar pour la période 1961-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1,2 2,3 3,9 6,5 9,9 13,5 16,1 15,6 13,2 9,4 4,8 1,9 8,2
Température moyenne (°C) 4,5 6 8,6 11,6 15,5 19,3 22,5 21,7 18,6 14 8,3 4,9 13
Température maximale moyenne (°C) 7,7 9,8 13,3 16,7 21,1 25,1 28,9 27,9 24,1 18,5 11,9 7,8 17,7
Précipitations (mm) 67,4 74,7 71,4 73,3 88,7 56,3 35,3 69,6 107,8 121,8 79,9 67,1 913,3
Source : Infoclimat : Montélimar[46]


Montélimar et les communes proches bénéficient d'une durée exceptionnelle d'ensoleillement, avec en moyenne 2 496 heures de soleil par année (entre 1961 et 1990[46]). Des épisodes extrêmes restent gravés dans les mémoires Saint-Andéolaises : abondantes précipitations en été ou en automne, pluies d'eau propices à la chasse aux escargots puis à la baignade dans les ruisseaux, pluies de grêlons gros comme des oranges, cyclone dévastateur (lire le paragraphe Édifices religieux ci-dessous). Le thermomètre a atteint à Montélimar −15 °C le et + 39,6 °C le .

Records climatiques de Montélimar (1952-2002)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Record de froid (°C)
date du record
−14,4
5/1/71
−15
10/2/56
−7,2
7/3/71
−3,1
7/4/71
−0,2
4/5/67
3,6
3/6/75
7,5
6/7/54
7,4
18/8/63
2,6
24/9/77
−1,5
29/10/81
−5
23/11/98
−12,2
28/12/62
Record de chaleur (°C)
date du record
18,4
28/1/02
22,4
23/2/90
26,4
25/3/94
29,7
8/4/61
33,4
26/5/53
37,5
30/6/52
39,6
6/7/82
37,9
5/8/90
36,2
9/9/66
29,1
4/10/86
22,8
3/11/77
19,9
4/12/61
Source : Infoclimat : Montélimar[46]


Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune tire son nom d'un saint catholique et d'une montagne.

Saint Andéol…[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Andéol du Vivarais.
Statue de saint Andéol
à Bourg-Saint-Andéol

Saint Andéol (du gallo-romain Sanctus Andeolus) naquit à Smyrne (actuellement Izmir, Turquie) au IIe siècle. Sous-diacre, il fut envoyé par saint Polycarpe (évêque de Smyrne, disciple de l'apôtre Jean, martyrisé en 155 ou en 167, selon les sources) ou bien par son successeur, Polycrate, évangéliser la Gaule, en l'an 166, à l'appel de saint Irénée, évêque de Lyon (né à Smyrne)[47]. Il arriva ainsi dans le Vivarais (Ardèche actuelle). L'empereur Septime Sévère, de passage dans la région, le fit mettre à mort, la tête fendue par un glaive de bois, le 1er mai 208, à Bergoïata, ancienne cité celte devenue Bourg-Saint-Andéol au XVe siècle.

On fête saint Andéol, premier apôtre du Vivarais, le 1er mai, jour de son martyre (selon le martyrologe romain et le site Infocatho de la Conférence des évêques de France), ou bien le 4 mai (selon le diocèse de Viviers[48]).

En 1902, l'Ardèche est le département de France qui comprend le plus de communes portant le nom d'un saint (hagiotoponymie), soit 30,5 % contre 12,3 % de moyenne nationale[49],[50],[Note 5].

...de-Berg[modifier | modifier le code]

« Jusqu'au XIXe siècle, on disait « Berc ». Ce fut d'ailleurs le nom de la commune pendant la Terreur, quand furent supprimés les saints catholiques du calendrier républicain, en 1793[30]. »

Vocable emprunté aux langues celtiques, dans lesquelles le mot « Berg » (ou « Berc ») désigne une hauteur, un mont, le nom de « Berg » vient sans doute de la région montagneuse et boisée dans laquelle le village est situé et que l'on trouve désignée ainsi dans les plus anciens documents.

Lieux[modifier | modifier le code]

Croix de Ladou

Le territoire de Saint-Andéol-de-Berg comprend de nombreux lieux aux noms fleuris, à l'orthographe incertaine (toponymes dénaturés en raison de mauvaises transcriptions, de cacographies...) et d'origines plus ou moins mystérieuses[51], lieux autrefois appelés « quartiers » quand il s'agissait d'endroits habités[52],[53],[54].

En voici quelques-uns :

  • Chabrillères
    (Cadastre 1813)
    ou Chabridières (Carte IGN) = des chèvres
  • Le Cros de Berg
  • Serrecourt
  • Mas-Giraud
  • Abérouadoux
  • La Barbine
  • Le pré de la Piche
  • Le Pouzet (ruisseau sec qui "coule" en bas de la Piche)
  • Autignas (Autignac)
  • Le Clux (déformé en Clut, alias Clu, Clos)
  • Le Cloron ou Clorond (Clos rond)
  • Les Chabannes
  • Le Vallat
  • Le pré de Landreau (ou Landrau), en bas duquel les onze enfants Guigon "gardaient " encore les chèvres au début des années 1960
  • Mézeyras (misère)
  • Patafla (onomatopée = patatras)
  • Les Chossognes
  • Les Rouvières (chênes rouvres)
  • Chanteperdrix
  • Clastre
  • Figeyre
  • Fontlonge
  • Toutes aures
  • L'Épine
  • Le Chade
  • Chauffaureilles
  • Ribeyras
  • Serremisou
  • Vermalle
  • Beaucouse
  • Jeu de Paume
  • Champsoulier
  • Clapas des pestiférés
  • Chazalet
  • Daumaze
  • Ladou (hameau)
  • Mas de Fialon
  • Claurisses
  • Devessous
  • Serre de Léouze
  • Lestrade
  • Taillades
  • POUZET (puits)
  • Bouyril
  • Les Charbonnières
  • Peyre-Neyre (pierre ou rocher de couleur noire)
  • La Devesse
  • Rond de fées
  • Creux de l'Escudelle
  • Baraque de Coudène
  • Creux de Laura
  • Fournat
  • Les Combes
  • Trappeloup
  • Jalades
  • Coustou
  • Lichières
  • Jarriges
  • Champroumégoux
  • Carcala
  • Bébet ou Cougnet de bébet = Coin de l'agneau ou des agneaux
    (du latin conhetum, devenu cohn, cohq, conhet, cognit, coignet, cosnié, cognet, cougnet... et du latin bebo = crier bê bê = bêlement d'agneau)
Clocher de l'église
de Saint-Andéol-de-Berg

Histoire[modifier | modifier le code]

Néolithique[modifier | modifier le code]

« Le territoire de Saint-Andéol-de-Berg était habité au Néolithique (6000 à 2500 av. J.-C.). On a trouvé des tombes de cette époque aux quartiers du Clut (Clux au Moyen Âge) et du Pouzet[30]. »

L’arbre Ferrat et le culte de la Nature[modifier | modifier le code]

« L’arbre Ferrat, un chêne situé à 2,5 km au nord du village, à 475 mètres d’altitude, est un vestige du culte de la Nature. On plantait des clous dans son tronc à la suite d'un vœu ou en mémoire d'une grâce obtenue (ex-voto)[30]. »

Selon l'abbé Mollier, cet arbre plusieurs fois séculaire aurait été brûlé par un berger en 1861[55]. Selon Maurice Bousquet, il n'aurait pas survécu à un élagage mal effectué pendant la Seconde Guerre mondiale (taille trop importante)[Note 6]. On dit aussi que ses restes furent foudroyés dans les années 1960. Au cours de sa très longue vie, il fut le témoin d'actes judiciaires (lire le paragraphe « XVe siècle » ci-dessous)[56], mais aussi de rendez-vous amicaux ou galants. Pour beaucoup, il est encore aujourd'hui un but idéal de promenade en famille, à l'occasion d'une fête religieuse par exemple. En 1984, sa circonférence mesurait 9,5 mètres au niveau du sol et 4 mètres à 1,5 mètre de hauteur[56]. Un écriteau citant des historiens locaux a été cloué sur son tronc, par un auteur anonyme, à une date inconnue[57].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Dans son livre intitulé Guérisseurs et remèdes populaires dans la France ancienne (Éditions Horvath, 1983), Pierre Ribon publie une photographie de l'arbre Ferrat encore bien vivant (cf. ci-dessous), prise par son père Marius Ribon, à l'occasion d'une promenade familiale effectuée le dimanche de Pâques 1938[58], l'année où il publiait sa Notice historique consacrée à Saint-Andéol-de-Berg[30].
« Le site est impressionnant, même de nos jours, pour qui sait voir, écouter, sentir, imaginer. On devine en ce lieu la présence d'un Grand Passé. » écrit Pierre Ribon[59].

L'arbre Ferrat, le 17 avril 1938 (Marthe Ribon, à l'extrême gauche, et Madeleine Saunier, à l'extrême droite)

Antiquité[modifier | modifier le code]

À la suite de la Guerre des Gaules, conduite par Jules César de 58 à 51/50 av. J.-C., le territoire qui correspond à la France d'aujourd'hui est totalement sous la domination de Rome. La Gaule transalpine, qui correspond aux régions de Languedoc-Roussillon, Provence-Alpes-Côte d'Azur et Auvergne-Rhône-Alpes, avait déjà été conquise par les Romains, entre 122 et 118 av. J.-C., et les Helviens, qui habitaient la région correspondant au département de l'Ardèche, avaient soutenu Jules César contre Vercingétorix (cf. Histoire de l'Ardèche).

Du Ve au IXe siècle[modifier | modifier le code]

Aux Ve et VIe siècles, la région se trouve sous la domination des Burgondes, peuple d'origine germanique (cliquer sur la carte du Royaume burgonde au Ve siècle).

Pour Marius Ribon, « La date de la fondation de Saint-Andéol-de-Berg n’est pas très sûre. Cependant, il semble que la destruction d'Alba-la-Romaine, vers 411, ait provoqué la fuite d’un certain nombre de ses habitants dans les forêts qui couvraient alors entièrement la région de Berg, et que ces fuyards auraient alors constitué une première communauté, installée sur un territoire correspondant à celui du village d'aujourd'hui[30]. »

Pour Jean Volane (pseudonyme d'Auguste Bourret), « C’est sous saint Avolus, le cinquième évêque d’Alba, que la capitale de l’Helvie (Alba-la-Romaine) fut pillée et incendiée par Chrocus, roi des Vandales, en 411, et totalement anéantie par les Goths et les Alains qui, pendant dix ans, ravagèrent la contrée. Après la destruction d’Alba, le siège de l’église helvienne fut transporté par l’évêque Auxonius à Vivaria (Viviers), qui donna son nom à notre province : rien n’a résisté à la fureur des barbares. Ils n’ont rien épargné, ni le sacré, ni le profane, ni la faiblesse du sexe, ni celle de l’âge : peuple, prêtres, vierges, évêques, tout a été frappé sans distinction, envoyé au supplice ou conduit en esclavage. Les moissons, les vignes, les oliviers ont péri dans les flammes. Les ronces et les épines effaceront bientôt la trace de tout ce qui a vécu. Quand tout l’Océan aurait inondé les Gaules, il n’aurait pas commis de si terribles ravages. » (Saint Prosper (403-463), chroniqueur aquitain, prêtre de Marseille)[60]. »

Pour d'autres, « L'existence réelle de Chrocus n'est aucunement prouvée, bien que l'on lui ait prêté nombre de destructions de cités romaines (Alba…). Or, l'archéologie n'a pas apporté de traces de destructions rapides de ces cités. Il s'agit plutôt d'un chef mythique, non toutefois sans une certaine historicité (invasion des Alamans sous le règne de Valérien (253-260). »

Article connexe : Chrocus.

Ainsi, pour Jean Moulin, « Les campagnes successives de fouilles du site d'Alba ont démontré que la cité n'a pas connu de destruction massive, mais au contraire un déclin très lent, qui s'est accentué avec le transfert du siège épiscopal d'Alba à Viviers[61]. »

Par contre, il est certain qu'« à la fin du VIIe siècle, la paroisse de Saint-Andéol-de-Berg était fondée[45] ».

« Il est aussi établi que le mas Deborne (maison de Patafla, aujourd'hui) existait déjà en l'an 877, comme l'atteste une charte de Charles le Chauve[30]. » (Charles le Chauve : roi de Francie occidentale de 843 à 877, et empereur d'Occident de 875 à 877).

XIIe et XIIIe siècles[modifier | modifier le code]

Abbaye de Mazan (Ardèche)

Les abbayes cisterciennes possédaient généralement des exploitations éloignées de leur monastère et connues sous le nom de « granges ».
Les moines de l'ordre de Cîteaux appartenant à l'abbaye de Mazan[62],[63] exploitèrent une grange[64] dans la montagne de Berg, jusqu’en 1554[51],[45].
La grange de Berg constituait un petit prieuré, dirigé par l'un des religieux qu'on appelait « le Maître de la Grange »[30].

« Au début du XIIIe siècle, à la suite de dons et d'acquisitions, les moines possédaient tout le pourtour de Saint-Andéol-de-Berg. Les conflits pour l'usage des sources (dont celle du Bouyril) et des pâturages étaient fréquents entre les religieux et les habitants de Saint-Andéol-de-Berg qui vivaient surtout d'élevage. C’est ainsi qu’en 1280, ceux-ci tuèrent un moine et pillèrent la grange[30] ».

Pour Marius Ribon, « Ce drame accéléra la fondation de la Bastide de Villeneuve-de-Berg[30] », en 1284, par le roi de France Philippe III le Hardi, fils de Saint Louis, et l’abbé de Mazan, propriétaire de la commune de Villeneuve-de-Berg et désireux de se mettre sous la protection de la Couronne, et valut à Saint-Andéol-de-Berg « de jouer un jour, un seul jour il est vrai, un rôle important dans l'histoire du Vivarais[30] ».

Pour Jean Moulin, « Il faut chercher la cause de cette fondation dans l'évolution interne des cisterciens et dans la politique expansionniste des Capétiens, à la suite de leur mainmise sur le Languedoc oriental, mais il reste vrai cependant que l'événement de 1280 contribua largement à précipiter le processus déjà engagé[61] ».

Sur le site internet de Villeneuve-de-Berg[65], il est écrit que la bastide naquit de la convergence « des intérêts d'un pouvoir royal soucieux de faire pénétrer l'influence capétienne dans les principautés du Midi » avec ceux « d'une communauté de moines déterminés à sauvegarder leurs ressources, fût-ce au prix d'un partage de souveraineté ».

Ainsi donc, le 12 et le 25 novembre 1284, l’abbé cistercien de Mazan et le sénéchal de Beaucaire, représentant du roi, signèrent devant notaire une charte de paréage, concrétisant la fondation en pays de Berg d’une Ville Neuve, en co-seigneurie.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armoiries
des Douchanes (Deux-Chiens)
Interprétation libre des armoiries de la famille de Deux-Chiens (château d'Alba, chambre de l'évêque)[Note 7]

Au XIIIe siècle, Saint-Andéol-de-Berg fait partie de la baronnie d'Aps (Alba-la-Romaine)[30],[67],[68],[69].

Née vers 1252, mariée[67] vers 1282 avec Giraud Adhémar VI[70], de l'illustre famille d'Adhémar[Note 8],[71],
Blonde de Deux-Chiens (ou Blonde de Douchanet)[Note 7], baronne d'Aps, était la suzeraine de Saint-Andéol-de-Berg, où elle possédait un petit château fort[Note 9] qu'elle légua à son fils, le 13 juin 1287[30],[72] (Giraud Adhémar VII[70]).
Elle reviendra sur cette donation, le 14 décembre 1296, en se réservant jusqu'à la fin de sa vie (vers 1317) les revenus des biens qu'elle lui avait donnés[72].
Après Pons I et Pons II de Deux-Chiens (ou "des Deux-Chiens" ou "de Douchanes" ou "de Douchanet") au XIIIe siècle, la branche de Grignan de la famille d'Adhémar régna sur Aps et Saint-Andéol-de-Berg pendant trois cents ans, du XIVe au XVIe siècle, leur règne se terminant avec Anne de Saint-Chamond (1500-1573)[73] - femme de Louis Adhémar décédé vers 1559 sans postérité - les Brunier de Larnage, descendant des Adhémar par Catherine d’Adhémar qui avait épousé en 1508 Jacques de Brunier, seigneur de Larnage, renonçant à la baronnie d'Aps en 1670[72],[74].

La municipalité de Saint-Andéol-de-Berg n'a pas adopté de blason pour servir l'image de la commune. Toutefois, l'armorial du Gévaudan et l'armorial du château d'Alba-la-Romaine sont connus[72] et, au XIIIe siècle, les armes parlantes de la famille de Deux-Chiens étaient « Écartelé : aux 1 et 4 d'argent à deux chiens courant de gueules l'un sur l'autre; aux 2 et 3 d'or au huchet d'azur)[74],[75],[66] », celles de la famille d'Adhémar étaient « D'or à trois bandes d'azur », Lancea sacra (« Lance sacrée ») étant son cri de guerre et « Plus d'honneur que d'honneurs » étant sa devise[Note 10],[71] et les armoiries des Adhémar de Grignan étaient « Écartelé : aux 1 et 4 d'or à trois bandes d'azur; aux 2 et 3 de gueules au château d'or sommé de trois tours du même ».

Il existe aujourd'hui un palais d'Adhémar en Allemagne, à Bayreuth.
Ce Palais[Note 11],[Note 12],[Note 13],[76] a été construit en 1759, juste à la gauche de sa propre maison (Gontardhaus), par l'architecte Carl von Gontard (1731-1791)[Nb 1], fils du maître de ballet de la maison du margrave de Bayreuth, arrière-petit-fils d'un huguenot du Dauphiné et descendant direct d'Hugues Gontard, coseigneur de Saint-Andéol-de-Berg quatre siècles avant sa naissance, pour son ami le marquis Antoine-Honneste d'Adhémar de Monteil de Brunier (1710-1785), familier de Voltaire à partir de 1749, Grand maître à la cour de la margravine Wilhelmine de Brandebourg-Bayreuth[Note 14] à partir de 1752, et descendant direct de Blonde de Deux-Chiens, suzeraine de Saint-Andéol-de-Berg quatre siècles avant sa naissance[Nb 2],[77].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

XVe siècle[modifier | modifier le code]

Le 3 mai 1467, un compulsoire fut signé par les autorités, au pied de l'Arbre Ferrat, pour « graver dans le marbre » les sentences arbitrales de 1265 et 1289 qui, au fil du temps et avec l'aide armée de la Couronne, avaient mis un terme aux conflits de voisinage entre les moines de la grange de Berg et les habitants de Saint-Andéol-de-Berg[56].

À la fin du XVe siècle, les abbés Pierre, Méraud, Louis I, Louis II et Annet de Grolée restaurent les abbayes de Mazan, Sénanque et Aiguebelle et leurs granges, qui ont souffert de la Guerre de Cent Ans. Ainsi, la grange de Berg est restaurée et, entre 1470 et 1494, une tour et une chapelle lui sont ajoutées par Pierre ou Méraud de Grolée, dont les armoiries familiales figurent encore aujourd'hui sur la tour (une rue importante de Lyon porte le nom d'un de leurs ancêtres qui fut sénéchal de la ville en 1180)[51]. Non loin de Berg, à la même époque et pour les mêmes raisons, la grange du Crouzet[78], située près d'Ailhon et d'Aubenas, est elle aussi fortifiée par Jean de La Roque, abbé de l'Abbaye des Chambons - fille de Sénanque et petite-fille de Mazan - dont elle dépend[62].

En juillet 1492, quelques semaines avant que Christophe Colomb ne découvre l'Amérique le 12 octobre, un grand incendie dévore meubles et maisons de Saint-Andéol-de-Berg[30].

Du XVIe au XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Au milieu du XVIe siècle, le protestantisme s'est développé dans le Vivarais[79],[80],[81] comme dans le reste de la France et, ceci expliquant sans doute cela, La Grange de Berg ne comptait plus un seul religieux et n’était plus un monastère. En 1573, les Réformés s’emparèrent de Villeneuve-de-Berg et de Saint-Andéol-de-Berg. Les luttes sanglantes entre catholiques et protestants ne cessèrent qu'en 1629, à la suite de la venue du roi Louis XIII à Villeneuve-de-Berg.

De 1720 à 1737, les sentences arbitrales de 1265 et 1289, confirmées en 1467, sont contestées par les laïcs qui, succédant aux religieux, exploitent le domaine de la Grange de Berg pour le compte de l'abbaye de Mazan. Plusieurs procès seront nécessaires pour déterminer les droits de pacage des uns et des autres. Un jugement rendu en 1737 donna finalement pleine propriété aux habitants de Saint-Andéol-de-Berg, sur les terrains et les bois des lieux encore appelés aujourd'hui, Mezeyras, Mas-Giraud et Cros-de-Berg.

En 1789, les Saint-Andéolais présentèrent un cahier de doléances, conservé de nos jours dans les Archives départementales. Ce cahier soulignait la sécheresse et l'aridité du terroir de la commune, précisait que les biens de l'abbaye de Mazan étaient les meilleurs et les plus productifs et que le reste était majoritairement consacré au pacage de bêtes à laine. Il demandait par exemple, « l’établissement d’un impôt sur le luxe, basé sur les domestiques, les voitures et les chevaux d’agrément » et « l’augmentation du traitement des curés ».

La municipalité profita de la suppression des ordres religieux et de la nationalisation de leurs biens, en 1790, pour agrandir la superficie des terrains communaux.

Du XIXe au XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Saint-Andéol-de-Berg en 1910, quand les Saint-Andéolais étaient encore surnommés Couotcho-létro (Chasseurs de lézards).
À gauche, le grand bâtiment accueillant l'école jusqu'en 1950 et, devant lui, le pigeonnier.
Construction des fontaines
en 1888

Au cours du XIXe siècle, le très vaste domaine communal constitué par les Saint-Andéolais subit des amputations, en particulier à la suite des Révolutions de 1830 et 1848 (vente de certains biens à des propriétaires privés ou à l'État).

En 1856, les 402 habitants recensés à Saint-Andéol-de-Berg vivent principalement de la culture de céréales et d'élevage. On comptait en 1825 plus de mille têtes de moutons et de nombreux commerçants et artisans installés dans la commune.

Entre 1835 et 1865, une route carrossable et les ponts de Chabridières et de Péret sont construits entre le village et Villeneuve-de-Berg. Le chemin de Ladou est créé en 1842. Une mairie est édifiée en 1840 et une nouvelle église en 1855.

Une adduction d'eau est réalisée en 1887, à partir de la source de Bouyril, objet de conflits entre les moines de la Grange de Berg et les Saint-Andéolais, qui l'ont revendiquée tout au long des siècles. Des fontaines publiques sont construites en 1888 (fontaines aujourd'hui disparues ou désaffectées, mais dont la mémoire et l'importance sont soulignées par une inscription, gravée sur l'un des piliers du lavoir public (lui aussi disparu) utilisés pour soutenir le toit de la halle couverte, bâtie en 1997, à l'arrière de l'ancienne cure devenue mairie). Ces travaux très importants sont payés en grande partie grâce à la vente des chênes de la montagne de Berg et des terres du Cros de Berg[45].

Mais la « saignée » de la Première Guerre mondiale, le progrès et l'exode rural font que le village n'accueille plus que 180 habitants en 1921, 112 en 1946 et 50 en 1975.

L'école catholique ferme en 1914, l'abbé Denis Barbe[Nb 3] décède en 1934 et la paroisse ne bénéficiera plus jamais d'un curé résident.

Seuls subsistent encore en 1930, un cordonnier, un coiffeur et une couturière, ainsi que trois épiceries et deux cafés qui cessent toute activité en 1940[45].

Marthe Chandanson sonne Midi à la cloche en Ré de l'église, le dimanche 16 avril 2017 (Pâques).
Marius Ribon en 1968

En 1938, Marius Ribon, le pharmacien de Villeneuve-de-Berg, descendant d'une famille présente dans le village depuis au moins le milieu du XVe siècle jusqu'en 1958, publie une Notice historique sur Saint-Andéol-de-Berg, seul ouvrage entièrement consacré à cette commune[30].

Malgré les difficultés, la commune continue de se moderniser : installation du téléphone en 1932, électrification en 1956, nouvelle adduction d'eau en commun avec Villeneuve-de-Berg et tout-à-l'égout en 1966, construction du pont de Ladou et goudronnage des chemins.

L'école publique ferme à son tour à la rentrée scolaire de septembre 1971.

Des champs de lavandin et des vignes perdurent encore au XXe siècle mais, si on croise encore au bord des routes et des chemins, quelques mûriers et quelques amandiers rescapés, plus de vers à soie, plus d'élevage autre que pour une consommation familiale, plus de culture de céréales (champs petits et pierreux, pas adaptés à la mécanisation, et absence de main-d'œuvre) et plus un seul troupeau de moutons, sauf celui de la proche ferme villeneuvoise de Pierouby qui vient parfois paître sur le territoire de Saint-Andéol-de-Berg, comme en témoigne la photo qui se trouve en haut de cette page[45].

En mai 1972, un grand centre de vacances hollandais est inauguré à Villeneuve-de-Berg[82]. Des "NL go home" apparaissent sur les routes et murs locaux et, quelques années plus tard, les Saint-Andéolais refusent l'installation sur leur commune (à Serrecourt) d'un autre centre de vacances hollandais, encore plus grand[83]. « Comme on leur a fait des difficultés, ils sont partis à Grospierres. », regrette Jean Guigon, le maire de l'époque favorable au projet (journal Le Progrès du 27 novembre 1976).

À 16 années d'intervalle, Daniel Soubeyrand (29 ans), en 1973, et Louis Guigon (42 ans), en 1989, sont victimes de deux accidents de tracteur identiques, qui endeuillent Saint-Andéol-de-Berg et deux de ses familles, domiciliées tout en haut et tout en bas du village, à ses deux extrémités.

Au XXIe siècle, le domaine municipal boisé est encore très important - 962 ha sur les 1 557 ha de superficie de la commune (62 %) - mais coûte désormais plus à la commune qu'il ne lui rapporte[Note 2]. La Gange de Berg et sa tour existent toujours mais appartiennent à un propriétaire privé et laïc. Saint-Andéol-de-Berg a presque triplé sa population par rapport à 1975 et s'est reconverti avec succès dans le tourisme[84], toujours à l'écart des voies de communication, le chemin de Ladou continuant jusqu'à Valvignères et celui de Serrecourt jusqu'à Alba-la-Romaine, mais n'étant pas très « confortables » pour les automobiles.

En 2010, les habitants apprennent que le sous-sol de leur commune est peut-être riche en gaz de schiste, un très important gisement ayant été découvert autour de Villeneuve-de-Berg et de Valvignères[85]. Le 26 février 2011, plusieurs milliers de personnes[86] manifestent à Villeneuve-de-Berg leur opposition à une exploitation du gaz de schiste en Ardèche [87]. Les projets d'exploitation sont suspendus, mais le nouveau président de la République élu en 2012, François Hollande, a déclaré alors qu'il n'était encore que candidat : « Il ne faut jamais rien écarter, surtout si des recherches démontrent qu’on peut obtenir ce gaz sans nuire à la nature[88]. »

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1790[modifier | modifier le code]

Jusqu'au milieu du XVIe siècle, Saint-Andéol-de-Berg fut sous la tutelle seigneuriale. Puis, jusqu'en 1789, le village a été administré par un Conseil et des Consuls élus par lui. À partir de 1790, c'est un maire qui dirige la commune, le statut des municipalités étant ensuite officiellement fixé par la Constitution de l'An VIII (1799), qui dote Saint-Andéol-de-Berg d'un conseil municipal de dix membres, présidé par un maire, assisté d'un adjoint.

Municipalité[modifier | modifier le code]

Le maire est aujourd'hui secondé par deux adjoints[1],[89],[90]. L'ancienne cure jouxtant l'église est devenue « Mairie », le 11 novembre 1995, l'ancienne mairie devenant elle-même gîte d'étape, à partir du 22 juillet 2000, avant d'être reconvertie en trois logements conventionnés, en 2017.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Jean Guigon
(6 novembre 1955), maire de Saint-Andéol-de-Berg,
de 1945 à 1977

Entre 1945 et 2014 (69 années), Jean Guigon a été le maire du village pendant 32 ans, Maurice Bousquet, pendant 22 ans, et Régis Ozil, pendant 10 ans.

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
20 mai 1945 19 mars 1977 Jean Guigon SE Agriculteur
19 mars 1977 2 septembre 1981 Charles Chandanson SE Gérant d'Auto-école
2 septembre 1981 19 mars 1983 Maurice Bousquet SE Agriculteur
19 mars 1983 4 juin 1983 Michel Laurent SE Préparateur en pharmacie
4 juin 1983 24 mars 1989 Maurice Bousquet SE Agriculteur
24 mars 1989 15 avril 1993 Régis Ozil SE Instituteur
15 avril 1993 14 mars 2008 Maurice Bousquet SE Agriculteur
14 mars 2008 23 mars 2014 Régis Ozil SE Retraité
23 mars 2014 mandat en cours Didier Loyrion[1] SE Responsable technique hospitalier

Fiscalité[modifier | modifier le code]

L'imposition des ménages et des entreprises à Saint-Andéol-de-Berg en 2008[91]
Taxe Taux appliqué (part communale) Recettes dégagées en 2008 et en €
Taxe d'habitation (TH) 5,22 % 7 000
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 5,96 % 6 000
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 55,53 % 2 000
Taxe professionnelle (TP) 8,15 % 2 000

Si le taux de la taxe foncière sur les propriétés non bâties peut sembler important, il est à mettre en relation avec la très faible valeur locative des terrains non bâtis en Ardèche qui en constitue l'assiette.

Sauf pour la taxe d'habitation, l'imposition par habitant en 2008 s'avérait légèrement inférieure à celle des communes de la strate de Saint-Andéol-de-Berg (communes de moins de 250 habitants)[92].

Budget[modifier | modifier le code]

En 2008, le budget de la commune s'élevait à 164 000  et son endettement à 113 000 [93].

Les variations du montant du budget communal proviennent essentiellement de celles des investissements, car la partie fonctionnement du budget est relativement stable. Si les recettes de fonctionnement par habitant sont supérieures à la moyenne des communes de la catégorie, les charges de fonctionnement le sont aussi. Cela permet de dégager une capacité d'autofinancement par habitant double de celle des communes similaires. Pourtant l'endettement de 1 229  par habitant en 2008 est plus du double de la moyenne des communes de cette strate (442 €/hab). Le montant d'investissement en équipement (531 €/hab) souvent double de celui des communes de cette strate expliquant sans doute cela[93].

Évolution de l'endettement (en milliers d’€)[93] :
Évolution des dépenses d’équipement (en milliers d’€)[93]:

Population et société[modifier | modifier le code]

Saint-Andéol-de-Berg et la Dent de Rez au loin à gauche, en février 2011

Fortement touchée par l'exode rural, la commune a vu sa population chuter de 402 habitants en 1856 (pic démographique correspondant à l'âge d'or de la sériciculture[81], dans les Cévennes) à seulement 50 en 1975. Entre 1975 et 2010, la population a presque triplé. Environ 70 % des Saint-Andéolais résident au sein même du bourg, 20 % au hameau de Ladou et 10 % se répartissent entre plusieurs quartiers épars (Berg, Mas-Giraud, Cros de Berg et Chabridières).

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[94]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[95].

En 2015, la commune comptait 125 habitants[Note 15], en diminution de 4,58 % par rapport à 2010 (Ardèche : +2,89 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
255220276245303371392394394
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
402367331327360319318275272
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
27828021918016315111311288
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
828750859994122126128
2015 - - - - - - - -
125--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[96] puis Insee à partir de 2006[97].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de Saint-Andéol-de-Berg est jeune : En 2007, environ 82 % des habitants ont moins de soixante ans, 60 % ont moins de quarante-cinq ans et 22 % ont moins de quinze ans. La faiblesse de la tranche d'âge 15-29 ans s'explique sans doute par l'impossibilité de faire des études supérieures à proximité du village, et aussi, par la difficulté d'y trouver un emploi, étant donné la faiblesse du tissu économique local.

Pyramide des âges de Saint-Andéol-de-Berg en 2007 (%)[98]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
> 90
0,0 
3,3 
75-89
6,1 
11,7 
60-74
13,6 
21,7 
45-59
25,8 
20 
30-44
15,2 
13,3 
15-29
24,2 
30 
0-14
15,2 
Pyramide des âges de l'Ardèche en 2007 (%)[99]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
> 90
1,5 
7,6 
75-89
11,4 
15,4 
60-74
15,7 
21,7 
45-59
20,6 
20,5 
30-44
19,5 
15,7 
15-29
14,4 
18,7 
0-14
16,8 

Santé[modifier | modifier le code]

Les habitants de Saint-Andéol-de-Berg se font soigner dans les cabinets et établissements médicaux des communes voisines, principalement auprès des médecins généralistes et au sein de l'Hôpital Claude-Dejean de Villeneuve-de-Berg[100], ou bien au Centre hospitalier d'Ardèche méridionale[101] d'Aubenas ou au Centre hospitalier[102] de Montélimar. Ils peuvent effectuer une cure thermale aux Thermes de Vals-les-Bains[103],[12].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Pour se rendre à la Salle des fêtes communale depuis la place centrale du village, on longe en descendant, une maison blanche qui abrita l'école publique de 1950 jusqu'à sa fermeture en juin 1971 (l'observateur attentif peut encore deviner aujourd'hui l'emplacement de sa cour de récréation). On appelait « La Dame » sa dernière institutrice (professeur des écoles), madame Irène Chandanson[Note 16].

La première mention de l'existence d'un enseignement à Saint-Andéol-de-Berg remonte à 1702. Précepteurs, régents de la jeunesse, maîtres d'école, instituteurs, institutrices se sont succédé. En 1850, l'école est confiée par le conseil municipal, à l'ordre des sœurs de saint Joseph de Vesseaux. En 1887, une école laïque est inaugurée et cohabite avec l'école catholique, jusqu'à la fermeture de celle-ci, en 1914.

De nos jours, les enfants de 2 à 10 ans (depuis septembre 1971) et les jeunes de 11 à 17 ans (depuis toujours) étudient dans les établissements scolaires des communes voisines, principalement à Villeneuve-de-Berg (écoles publiques - maternelle Beaufort et élémentaire Jacques-Dupré - école primaire catholique du Coiron, collège public Laboissière, maison familiale rurale[104]) et à Aubenas (écoles, collèges et lycées publics et privés). Ils peuvent poursuivre leurs études universitaires à Valence ou à Grenoble[105].

Le lycée agricole public d'Aubenas[8] porte le nom d'Olivier de Serres[106], père de l’agronomie, né à Villeneuve-de-Berg[107], auteur en 1600 du Théâtre d’agriculture et mesnage des champs, dans lequel est représenté tout ce qui est requis et nécessaire pour bien dresser, gouverner, enrichir et embellir la maison rustique[108].

Saint-Andéol-de-Berg fait partie de l'académie de Grenoble.

Services publics[modifier | modifier le code]

La mairie met à la disposition des habitants un gîte d'étape, une salle des fêtes (inaugurée le 10 mai 1986), une bibliothèque, un transport scolaire et un accès gratuit à Internet. Le bureau de poste public et la brigade de gendarmerie les plus proches sont basés à Villeneuve-de-Berg.

Le département de l'Ardèche ayant la particularité d'être le seul département métropolitain à ne compter aucune gare ferroviaire de voyageurs sur son territoire, la gare SNCF la moins éloignée est la gare de Montélimar (Drôme)[109].

Sports[modifier | modifier le code]

La rivière de l'Ibie
au Trou de La Lune
Hameau de Ladou
Canyon de l'ardèche
à Saint-Remèze

Les jeux de cartes et de boules (pétanque et boule lyonnaise, parfois appelée indûment La Longue par confusion avec son jumeau, le Jeu provençal) sont très pratiqués (lire le paragraphe Festivités ci-dessous), de même que la chasse (lièvres, perdreaux, sangliers), l'équitation, le VTT, le quad, le canyoning, la spéléologie et l'escalade sur la commune ou dans les alentours[110], le parapente et le parachutisme à Lussas[111], le pilotage d'avion et d'ULM à l'aérodrome de Lanas, le karting et le BMX à Lavilledieu et la natation (25 piscines privées en 2014, les plus proches piscines publiques étant celles d'Alba-la-Romaine[112], de Vals-les-Bains et d'Aubenas).

La piscine privée du Centre de vacances hollandais de Villeneuve-de-Berg nommé Pommier-Force Mâle et géré par la famille De Kort (Jacques et Guillaume, 2 frères, fils d'un ancien ministre du gouvernement hollandais)[82], qui était ouverte au public depuis la naissance du Centre en 1972, est fermée et abandonnée à partir de 1990, de même que les deux courts de tennis voisins. Les 50 bungalows construits sur le domaine appelé Force Mâle au cadastre sont revendus à des particuliers et le camping 4 étoiles de 200 emplacements (avec sa piscine, ses deux tennis, son mini-golf, son bar...), sis sur le domaine appelé Pommier au cadastre, est racheté en 1995 par Pieter et Johannes Van Leeuwen, qui le transforment en un camping 5 étoiles, agrémenté d'un complexe nautique. Ce dernier est ouvert au public au printemps, depuis 2011, mais réservé en été aux clients du camping, 200 personnes « extérieures » par jour pouvant néanmoins y accéder à partir de 2014, année où il devient un grand parc aquatique nommé Aqua'Ardèche[113]. Un projet d'agrandissement du camping est annoncé, avec ouverture des attractions d'eau, en été, « à tous », sans limitation[114],[115], mais il est contesté et le Plan local d'urbanisme de Villeneuve-de-Berg qui l'autorisait est annulé, le 13 novembre 2014[116],[117],[118]. Pieter et Johannes Van Leeuwen renoncent à leur projet et revendent le camping et le parc aquatique à la chaîne Ciela village, en octobre 2016[119]. En 2016-2017, l'aire d'accueil du camping et le rond-point par lequel on y accède à partir de la RN 102 sont modifiés, une cinquième branche d'accès, une nouvelle réception et un parking de 500 places étant aménagés[120]. En février 2018, à la suite d'une enquête publique, le commissaire-enquêteur donne finalement un avis favorable à une extension du camping, qui n'est en réalité qu'une régularisation[121].

Le Pont du Diable, à Thueyts

Des sentiers de randonnée serpentent à travers les bois, à partir du village (circuit de six kilomètres). La « dent de Rez » (la « Dent de Scie » dominant le plateau des Gras à 719 m d'altitude - cette "rez", c'est reïssa, la scie en occitan) est un traditionnel but de promenade des Saint-Andéolais, situé à 11 km à vol d’oiseau et visible du village[122], comme le rocher d'Abraham (1 498 m), distant de 34 km[123],[124].

Un court de tennis public est à la disposition des habitants, à Ladou (hameau à l'écart du village), ce qui perpétue d'une certaine manière, l'ancienne tradition locale du jeu de paume, très en vogue jusqu'à la Première Guerre mondiale.

La pêche[125], le canoë-kayak (La descente des gorges)[126] et la baignade[127] se pratiquent beaucoup dans l'ArdècheVogüé, Balazuc, Vallon-Pont-d'Arc, Ruoms, Labeaume ou sous le Pont du Diable de Thueyts, dans l'Ibie (au Trou de la Lune[128]), ou bien dans le Rounel (cliquer sur Hydrographie), lorsqu'à la suite de précipitations très abondantes il lui arrive d'offrir quelques trous d'eau, ce qui est très rare[129],[130],[131].

En hiver, les Saint-Andéolais peuvent atteindre en à peine trente minutes La Croix de Bauzon (Ardèche - 57 kilomètres) et profiter de ses pistes de ski[16],[17]. En été, ils peuvent rejoindre en moins d'une heure et demie le Grau-du-Roi (Gard - 187 kilomètres), et bénéficier de ses plages au bord de la Mer Méditerranée[21].

Festivités[modifier | modifier le code]

Four public du village

Jusqu'en 1879, la vogue de Saint-Andéol-de-Berg se déroule le premier dimanche du mois de mai, correspondant ainsi avec la fête religieuse de saint Andéol (1er ou 4 mai), patron du village, et avec la récolte des vers à soie. En 1880, le conseil municipal, constatant que cette récolte est de ce fait compromise « par l'amour de l'amusement » et que d'autre part « la période est mal choisie pour favoriser les rapports que la commune a avec les localités voisines toutes occupées par la récolte de la soie », décide d'organiser la fête du village « à une saison où toutes les récoltes sont ramassées » et où donc « aucune ne souffrira des temps perdus », et la transfère au dimanche qui suit le 16 août[Note 17](Délibération du 15 février 1880).

Depuis l'été 1979, année de la création d'un Comité des fêtes, une bombine est servie sur la place centrale par les habitants, le samedi et le dimanche soir de la Fête (Recette). D'abord concoctée dans l'ancien four public, près de l'ancienne mairie, elle l'est désormais dans le nouveau, construit sur la place et inauguré lors de la Fête du mois d'août 1998. Elle est dégustée par les convives, sur la place agrandie (suppression du lavoir public et du jardin de la cure) et sous la halle couverte, inaugurées à l'occasion de la Fête du mois d'août 1997[Note 18],[Note 19],[Note 20]. Maurice Bousquet, maire du village pendant 23 années, avait pour habitude de servir lui-même à chaque invité, un verre d'eau de vie qui terminait le repas et précédait le bal et la finale du concours de boule. En effet, chaque soir, un bal traditionnel (musette et moderne) et de la marquisette[Note 21] sont également au menu de la fête du village, de même qu'un concours de pétanque le samedi après-midi et un concours de boule lyonnaise le dimanche après-midi.

Cette dernière se pratique sur la place centrale du village[132],[133], dont les trois terrains de jeu publics ont longtemps été complétés par des « Jeux » épiques, tracés la veille ou le matin du concours, à même la route, en différents endroits de la commune (jusqu'à Serrecourt certaines années !). Désormais, six nouveaux « Jeux » publics sont mis à la disposition des joueurs, dans un bel « amphithéâtre » situé en bas du village, achevé pour la Fête 2006[Note 22].

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture et emploi[modifier | modifier le code]

Châtaignes dans leur bogue

Historiquement, Saint-Andéol-de-Berg fut un pays :

Maurice Bousquet, maire de Saint-Andéol-de-Berg pendant 22 ans, est en 2016 le Grand Maître de la Confrérie du Picodon[134]. En 2006, des « Biques du Picodon » sculptées par Pierre-Louis Chipon [135] ont été installées à l'entrée de Villeneuve-de-Berg[136].

Picodon
Distillerie Deleuze
(Élixir du Coiron)

Aucun commerce n'étant établi dans le village, les Saint-Andéolais fréquentent les magasins des communes voisines (principalement, Villeneuve-de-Berg et Aubenas). On y trouve des spécialités régionales comme la pogne, l'eau de Vals, les produits Clément Faugier ou la liqueur du Coiron, fabriquée aujourd'hui par Eyguebelle[137], aussi appelée « Élixir du Coiron » ou « Coironnaise », et produite au XIXe siècle, à Villeneuve-de-Berg même, par la distillerie Deleuze (dans ce qui fut le Palais des Astars-Barruel, au 58 Grand-Rue[138])[139].

Au début du XXe siècle, subsistaient en particulier une épicerie (en bas du village, dans la maison Ribon-Barbe) et un café (à côté de la mairie d'avant 1995, dans la maison Lasporte-Laurent, qui fit également office de cabine téléphonique publique et de secrétariat de mairie jusqu'en 1983).

Dans les années 1960, deux épiciers de Villeneuve-de-Berg et un de Saint-Germain (à qui les enfants vendaient les kilos d'escargots ramassés les jours de pluie) venaient chaque semaine à Saint-Andéol-de-Berg proposer leurs marchandises de maison en maison, prévenant de leur arrivée en klaxonnant. Un poissonnier de Sampzon (près de Ruoms) faisait aussi régulièrement le déplacement, annonçant sa présence à l'aide d'un clairon. Quand le boulanger de Villeneuve-de-Berg cessa de venir deux fois par semaine, des villageois volontaires et bénévoles prirent le relais pendant quelques années et livrèrent en pain, à tour de rôle, chaque habitant qui le souhaitait[Note 6]. À cette époque aussi, les rares familles citadines en vacances estivales dans le village, appréciaient le privilège de goûter les produits fermiers que les paysans leur offraient (œufs, poulets, lapins, légumes, fruits, laits, fromages, vins).

En 2007, environ 67 % des actifs sont des salariés appartenant à la fonction publique ou titulaires d'un CDI et 33 % sont travailleurs indépendants ou employeurs. Le taux d'activité était de 75 % en 2007 (contre 72,9 % en 1999). Le taux de chômage s'élevait à 8,3 % des actifs en 2007 (contre 11,9 % en 1999)[Note 23]. Les retraités et les préretraités représentaient 11,9 % des 15-64 ans en 2007 (contre 10,2 % en 1999)[140].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Article connexe : Tourisme dans l'Ardèche.

Le tourisme est très développé à Saint-Andéol-de-Berg et dans les environs[141]. Le village compte 40 %[140] de résidences secondaires[142], restaurées par des Français ou des Néerlandais[143] . Les habitants et la commune ayant également rénové des maisons et transformé des granges et des étables, gîtes ruraux, meublés, chambres d'hôtes avec table et gîtes d'étape accueillent les touristes qui recherchent l'authenticité, le calme, le soleil, la beauté d'une nature sauvage, le parfum de la lavande, le chant des cigales et la richesse de la cuisine locale, que vantent les guides touristiques du Parc naturel régional des Monts d'Ardèche créé le 9 avril 2001[144].

Ressources culturelles proches[modifier | modifier le code]

Le village
de Saint-Montan

De nombreux villages de charme et de caractère se trouvent à proximité de Saint-Andéol-de-Berg, comme Saint-Montan[145], Sceautres ou Antraigues-sur-Volane, le village de Jean Ferrat. Un habitat troglodytique est bien conservé à Saint-Gineis-en-Coiron, sur le site des Balmes de Montbrun[146]. Le village féodal abandonné de Rochecolombe est en cours de restauration. Le caveau des vignerons des coteaux de Montfleury (d'où part le train touristique de l’Ardèche Méridionale[147]) se visite à Villeneuve-de-Berg, de même qu'un Petit musée du Bizarre à Lavilledieu[148],[149], un site archélogique à Alba-la-Romaine[150], un musée du vin à Ruoms[151], de la lavande à Saint-Remèze[152], de la soie à Lagorce[153], de la châtaigne à Joyeuse[154], de la Résistance au Teil[155] et d'Alphonse Daudet à Saint-Alban-Auriolles[156]

Un musée est aussi ouvert à Mirabel, dans l'ancien Domaine du Pradel d'Olivier de Serres[157], devenu une annexe du lycée agricole d'Aubenas. Un parc d'attractions aéronautiques est basé à Lanas (village où repose Henri Charrière, dit Papillon, près de sa mère, institutrice). À Lussas, on trouve l'oppidum de Jastres-Nord[158], l'un des 700 dolmens de l'Ardèche[159],[160], et les États Généraux du film documentaire, créés en 1989 par Jean-Marie Barbe[161],[162] et l'association « Ardèche Images », née en 1979[163],[164]. Près de Vallon-Pont-d'Arc, que l'on rejoint par la route de la sauvage et grandiose Vallée de l'Ibie ou par celle des panoramiques Gorges de l'Ardèche[165], se trouvent la grotte de l'Aven d'Orgnac et celle de Chauvet, non loin du Pont d'Arc[166]. Les rencontres de lutherie et de musique médiévales de Largentière durent tout le mois d'août[167] et Le festival en musiques de Labeaume se prolonge tout l'été[168]. Un château domine Vogüé, village classé parmi les plus beaux villages de France, comme Balazuc[169]. Le château d'Aubenas est classé au titre des monuments historiques. Bourg-Saint-Andéol est la deuxième ville parmi les communes de la région Auvergne-Rhône-Alpes (après Lyon) où l'on recense le plus de monuments classés et protégés[170].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Façade de l'église
12 juillet 2009
Bulletin paroissial de Saint-Andéol-de-Berg (1937-38-39)

Saint-Andéol-de-Berg est un village de tradition catholique qui fait partie du diocèse de Viviers.

La première pierre de l'église actuelle (succédant à celle bâtie au XIIe ou au XIIIe siècle, quasiment au même endroit), visible à gauche du portail d’entrée, a été bénie le 24 juillet 1854. « Le gros-œuvre fut achevé en 1855 et l'édifice livré au culte. " Du style ogival de l’architecture primaire du XIIIe siècle ", suivant les termes mêmes de l’architecte (M. Reymondon), il est situé à une altitude de 375 mètres[30]. » (1856 : pic démographique de Saint-Andéol-de-Berg : 402 habitants).

Au-dessus du portail d'entrée de style gothique, les phrases latines suivantes sont gravées sur les arcs brisés : « Hæc domus dei et porta cæli vere domine est in locoisto / Salve regina matermisericordiæ / 1855" (Le Seigneur se trouve vraiment dans ce lieu qui est la maison de Dieu et la porte du Ciel / Salut, O Reine, Mère de miséricorde / 1855 »).

Élévation de saint Andéol

On peut lire sur les chapiteaux des deux premières colonnes de la nef, les inscriptions suivantes : à droite, Anno Domini MDCCCLV (« Année du Seigneur 1855 ») et, à gauche, « Maire - Eti. Guigon / J.B. Vacher - Curé » (Étienne Guigon étant le maire de Saint-Andéol-de-Berg et Jean-Baptiste Vacher en étant le curé, en 1855).

1855 étant l’année de la promulgation du dogme de l’Immaculée Conception, la chapelle de gauche fut l’une des premières à être élevée en l’honneur de la Vierge Marie, qui prit la place de saint Léonard à qui une chapelle était dédiée dans l'ancienne église. « On dit que l'impératrice Eugénie, offrit l’ostensoir[30]. »

Un tableau - daté du XIXe siècle, sans titre, d'un auteur inconnu - exposé dans la chapelle située à droite du transept, représente l'élévation d'Andéol au rang de « saint martyr », un ange lui tendant la palme symbole de son martyre, sous le parrainage de saint Joseph (tenant son traditionnel bâton fleuri), représenté par une statue en bois doré placée devant le tableau. Cette peinture à l'huile ressemble à celle qui se trouve dans l'église de Bourg-Saint-Andéol et qui s'intitule Le Triomphe de saint Andéol. Deux statues en bois doré du XIXe siècle se font face en haut du chœur : celle de gauche représente saint Léonard (premier saint de la Couronne de France[171], Seigneur-Dieu de la vieille Bavière[172]), celle de droite représente saint Andéol tenant une palme dans sa main gauche (cliquer sur Représentations de saint Andéol : tableaux et statues).

La chaire à prêcher entre la chapelle de la Vierge et la statue de saint Léonard
Descente de Croix
par Rosette Clapier
(chapelle à gauche du transept)
Descente de Croix
par Maurice Tavernier
(chapelle à droite du transept)

En 1913, à l’initiative de l’abbé Denis Barbe, dernier curé résident de Saint-Andéol-de-Berg[Nb 3], une souscription publique permit l'installation d'une nouvelle cloche, sonnant le Ré, fondue à Lyon (Fonderie BURDIN sise au 22 rue Condé, dans le 2e arrondissement) et sur laquelle on peut lire : « Burdin Aîné, fonderie 1913 - D. Barbe curé St-Andéol-de-Berg - SANCTA MARIA ORA PRO NOBIS » (Sainte Marie priez pour nous). La souscription ouverte « pour l'achat de la cloche paroissiale » fut signée par 47 familles (de 2 à 30 Francs) et rapporta un montant de 418 Francs/Or[173]. En 2017, chaque jour, Marthe Chandanson, secrétaire de mairie de 1983 à 2009, sonne Midi à la cloche de l'église, comme le faisaient avant elle sa tante, Paulette Bousquet et Madeleine ou Auguste Laurent (secrétaire de mairie de janvier 1958 à 1983), tous les quatre secondés parfois par les enfants du village (Saint-Andéolais ou vacanciers), se disputant la faveur de les aider (cf. photo ci-dessus, dans la section contemporaine du chapitre "Histoire").

« On dit que la cloche de l’ancienne église, fondue en 1744, fut provisoirement sauvée de la réquisition, pendant la Révolution française, grâce aux habitants qui l’enterrèrent dans une pièce de terre située au-dessus du pré de Landreau, avant de finalement la livrer au district du Coiron. Elle fut transportée ensuite à La Voulte-sur-Rhône, pour y être fondue et transformée en canon[30]. » Cet épisode est sans doute à l'origine de la légende encore vivante, d'un trésor enfoui dans le pré de Landreau.

De 1934 à 1990, c’est monsieur l'abbé Louis Debroas qui dessert la paroisse du village[Nb 4]. De février 1937 à juin 1939, il publie 29 numéros d'un bulletin paroissial mensuel intitulé L'Espoir.

La chaire à prêcher est inscrite au titre des monuments historiques.

« Le 23 septembre 1953, à 23 heures, un cyclone balaya une partie du Bas-Vivarais, en particulier Saint-Andéol-de-Berg. Le clocher de l'église fut arraché et les vitraux cassés. L'abbé Debroas[Nb 4] ouvrit une souscription et commanda les travaux[30]. » Les vitraux furent remplacés par Jean-Marie Balayn (° 1924 – † 2013)[174], de Loriol, maître en vitraux d'art. Le clocher fut refait en béton par l'entreprise Comte de Villeneuve-de-Berg[175].

On en profita pour changer le Chemin de croix. Les quatorze stations furent sculptées sur bois par l'artiste lyonnais, Maurice Tavernier, natif du Puy-en-Velay (1926-2018), dont c'est la première création, en 1957[176].
Le 8 juin 2013, Maurice Tavernier demande à André Barbe, qui l'avait recommandé cinquante-six années plus tôt à l'Abbé Debroas, de remettre aux Saint-Andéolais une Descente de croix qu’il a sculptée sur bois et qu’il offre à l'église de Saint-Andéol-de-Berg, au soir de sa carrière[177],[178].
Le 17 octobre 2013, quelques jours avant la fête de la Toussaint, elle est installée par Maurice Bousquet, à la suite du Chemin de croix, dans la chapelle dédiée à saint Andéol, située à droite du transept, en face du tableau représentant aussi une Descente de Croix, peint en 1945 par Mme Rosette Clapier (1915-1977) et exposé dans la chapelle dédiée à la Vierge, située à gauche du transept,

Le 6 novembre 1955, jour de la fête religieuse de saint Léonard (selon le site Infocatho), le centenaire de l’église actuelle (dédiée à saint Andéol bien sûr) et sa rénovation furent célébrés en présence de Mgr Couderc, évêque de Viviers.
À cette occasion, une statue de la Sainte Vierge, venue de Lourdes, fut transportée très solennellement jusqu’à un oratoire situé sur le chemin des Chabannes. Ce monument privé avait été édifié pour l'abriter, par Clément Comte et Léon Brioude, à la demande de Madame Aline Guigon, mère de onze enfants et épouse du maire, Jean Guigon, lui-même arrière-petit-fils du maire de 1855, à la suite de sa promesse à Notre-Dame de Lourdes de lui faire construire un oratoire et d’y faire déposer sa statue, si elle exauçait son vœu de faire revenir sains et saufs de la guerre de 39-45, ses six frères et son mari mobilisés. Elle avait en mémoire la guerre de 14-18, au cours de laquelle son beau-père et deux de ses oncles par alliance avaient trouvé la mort au champ d’honneur, tout comme de nombreux habitants du village (voir les Plaques commémoratives ci-dessous)[179],[180].

Jean Ribon (14-5-2006)

À l'issue de la messe de Pâques célébrée par le Père Jean Ribon (Chancelier, économe[Note 24] et archiviste[181] de l'évêché de Viviers [Nb 5],[Note 25],[Note 26]), le 11 avril 2004, Maurice Bousquet, maire de Saint-Andéol-de-Berg, a informé l'assistance de la réfection en cours du toit de l'église et lui a présenté la statue en bois de la Vierge Marie, installée jusqu'alors à l'extérieur, devant le vitrail situé au-dessus du portail d'entrée de l'église, et récemment déplacée à l'intérieur, à droite de la nef, à la croisée du transept. Sa complète restauration a été réalisée par Jean Javaillon (résident du village) et par Bernard Silhol (menuisier à Villeneuve-de-Berg), et financée par une paroissienne de la commune.

Depuis Noël 2006, un élégant parvis dallé, réalisé par l’entreprise Rieusset-Vital de Villeneuve-de-Berg et par Jean-Pierre Chandanson (employé communal), agrémente l'entrée de l'église et, en soirée, l'abat-son du clocher et la rosace sont éclairés de l'intérieur et douze luminaires enterrés illuminent les trois façades de l'édifice (rénovées en 1991 par Rieusset-Vital).
En 2014, la mairie fait fabriquer et poser sur l'abat-son, de nouvelles lames en bois, identiques aux anciennes.

Croix de la place centrale
Croix des Pourettes, voisine de nombreux mûriers jusqu'à la fin du XXe siècle[Note 27]

Certains lieux de Saint-Andéol-de-Berg sont marqués par une croix monumentale : la croix du Clorond, à l'entrée du village, la croix érigée sur la place de l'Église, pour rappeler l'emplacement de l'ancien cimetière et de l'ancienne église, la croix qui signale l'entrée du hameau de Ladou, la croix située à la jonction de la rue du Pigeonnier et de la route de Masgiraud, la nouvelle croix du cimetière (1997), la croix des Pourettes[Note 27], où l'abbé Debroas[Nb 4] conduisait parfois les fidèles catholiques en procession, dans les années 1960. Cette dernière protège le carrefour où se croisent, tout près de l'Hieyro dé Clastré[Note 28], la rue des Pourettes qui se continue en route de Ladou et l'impasse des Fresnes qui se continue en impasse de Patafla. Selon Pierre Ribon[51], les croix qui sont situées aux endroits où routes et chemins se coupent ou bien se rejoignent, y ont peut-être remplacé des autels gallo-romains, censés « protéger des esprits malins, feux follets, lutins, fantômes, mauvais génies qui risquaient d'induire l'homme en erreur », en des lieux réputés dangereux.

Aucun Monument aux morts ne se dresse dans le village. Une plaque commémorative en marbre honore les paroissiens tués pendant les deux guerres mondiales (1914-18 et 1939-45), sur le bas-côté nord de l'église, tout de suite en entrant. Une nouvelle plaque, réparant les oublis de la première, est apposée sur le mur de la mairie, le 3 août 2014 (100 ans jour pour jour après la déclaration de la guerre mondiale de 1914), en hommage à tous les Saint-Andéolais morts pour la France (Monuments aux morts de l'Ardèche). Le cimetière utilisé de nos jours a été béni le 15 décembre 1841, à 11 heures du matin, par Étienne Blache, curé de Saint-Pons délégué par l’évêque de Viviers, assisté de Jean-Baptiste Vacher, curé de Saint-Andéol-de-Berg. Il a remplacé l’ancien cimetière qui était situé entre la croix de la place centrale et l'église actuelles. La translation des restes de l'un à l'autre a été effectuée en 1842.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités historiques liées à la commune[modifier | modifier le code]

Certains seigneurs et nobles de Saint-Andéol-de-Berg et des environs ont su défendre leurs vassaux, lors des récurrents conflits de territoires qui les ont opposés aux moines puis aux laïcs de la Grange de Berg. Quelques-uns d'entre eux appartenaient à de grandes familles :

- Du XIIIe au XVIe siècle :

  • Blonde de Deux-Chiens, baronne d'Aps[Note 7], de la famille d'Adhémar par alliance (lire le paragraphe Héraldique ci-dessus)[70],[182],[183],[184], nièce de Pons II de Deux-Chiens (ou "des Deux-Chiens" ou "de Douchanes" ou "de Douchanet") et Gaufride de Chamaret, petite-fille de Bronne de Verfeuil[72] (Béatrix de Verfeuil dite « Blonde de Deux-Chiens », fille de Jean de Verfeuil, dame d’Aps et de Verfeuil[71]).
  • Philippe et Joachim des Astars, coseigneurs de Saint-Andéol et de Mirabel[79],[80].

- Du XVIIe au XIXe siècle :

  • La marquise Isabeau-Louise-Françoise de Blou (° 1665 – † 1732) : « Elle conserva jusqu'à sa mort ses possessions à Saint-Andéol-de-Berg, qui échurent ensuite à son cousin le marquis de Bernis »[30] : nièce de Isabeau de Blou, mariée en 1657 à Jean-Louis de Pierre (Famille de Pierre) et grand-mère du Cardinal de Bernis (investis par les Adhémar de fiefs à Saint-Andéol-de-Berg[Note 29], les seigneurs de Blou-Laval[185] y jouent un rôle important durant les XVIe et XVIIe siècles[30]. Leurs armes se blasonnaient d'argent au cyprès arraché[186] de sinople[187],[188] et figurent sur le blason de leur berceau familial de Thueyts (château de Blou), où elles côtoient celles de la branche des Blou de Serrecourt).
Louis Debroas
Denis Barbe entouré de ses frères Cyprien (à g.) et Adrien (à dr.)

Notices biographiques[modifier | modifier le code]

  1. Carl von Gontard (° 1731 – † 1791) : arrière-petit-fils d'Étienne Gontard (commerçant calviniste à Grenoble et conseiller au parlement du Dauphiné, dont les fils ont fui la France pour rejoindre Francfort-sur-le-Main (Frankfurt am Main), attirés en Allemagne par l’édit de Potsdam, à la suite de la révocation de l’édit de Nantes par Louis XIV, en 1685), lui-même descendant d'Eymard Gontard, vassal très catholique (en 1137, son ancêtre Loup Gontard favorisa par la donation d'un territoire, la fondation de l'Abbaye Notre-Dame d'Aiguebelle) du suzerain Giraud Adhémar VII, qui lui concéda en 1334 le fief de Granges (sis à l'endroit d'un carrefour de voies romaines appelé « Logis de Berre ») qui devint ensuite Les Granges-Gontardes (baronnie de la Garde-Adhémar), la famille ayant d'autre part cédé en 1332, les terres qu'elles possédaient à Saint-Andéol-de-Berg, dont Hugues Gontard était un coseigneur, vassal ayant fait hommage à Giraud Adhémar VII, suzerain de Saint-Andéol-de-Berg, fils de Blonde de Deux-Chiens
  2. Antoine-Honneste d'Adhémar de Monteil de Brunier (° 1710 – † 1785) : fils d'Omer de Brunier d'Adhémar, lui-même fils de Jean-Louis de Brunier d'Adhémar (qui renonça le 21 février 1670, moyennant 4 000 livres, à tous ses droits et prétentions sur Aps, ancienne baronnie de Saint-Andéol-de-Berg), lui-même DESCENDANT direct de Jacques de Brunier, marié le 9 juillet 1508, au château de Grignan, à Catherine Adhémar de Monteil de Grignan, baronne d'Aps (la descendance prenant le surnom prestigieux d’Adhémar, voire d'Adhémar de Monteil, certains le plaçant même à la première place de leurs patronymes !), elle-même DESCENDANT direct de Giraud Adhémar VI et de Blonde de Deux-Chiens, mariés en 1282, suzerains de Saint-Andéol-de-Berg. Antoine-Honneste d'Adhémar est parfois confondu avec son frère cadet Alexandre d’Adhémar de Monteil de Brunier (1714-vivant en 1791), marié à Anne Dorothée, comtesse de Bouzey, tous les deux évoqués plusieurs fois dans l'article Dombrot-sur-Vair, parents de Jean Christophe Alexandre de BRUNIER, marié avec la tante de Patrice de Mac Mahon, duc de Magenta, Président de la République de 1873 à 1879 (lire Une primitive oubliée de l'école des cœurs sensibles, par G. Noël (Plon-Nourrit / Paris 1913) où G. Noël confond les deux frères et fait de l'aîné le père du cadet !).
  3. a et b Denis Barbe (° 1875 – † 1934) : dernier curé résident de Saint-Andéol-de-Berg, pendant vingt-sept années, de 1907 à 1934, il est né le 9 octobre 1875 à Saint-Pierre-la-Roche et décédé le 20 novembre 1934 à Saint-Andéol-de-Berg, où il repose depuis dans le cimetière.
  4. a, b et c Louis Debroas (° 1908 – † 1996) : né le 17 novembre 1908 à Valgorge, ordonné prêtre le 2 juillet 1932 à Viviers, aumônier de l'hôpital de Villeneuve-de-Berg et curé desservant la paroisse de Saint-Andéol-de-Berg à partir de 1934, jusqu'à sa retraite le 22 octobre 1990. Fait chapelain d'honneur de la cathédrale de Viviers le 6 novembre 1935, puis chanoine d'honneur le 30 mai 1962. Il est décédé le 19 janvier 1996 à Villeneuve-de-Berg. Il repose au cimetière de Saint-Andéol-de-Berg.
  5. Jean Ribon (° 1928 – † 2010) : né le 6 février 1928 à Villeneuve-de-Berg, descendant d'une famille présente pendant au moins 500 ans à Saint-Andéol-de-Berg (depuis le milieu du XVe siècle jusqu'en 1933). Prêtre, conseiller épiscopal diocésain élu et réélu par ses pairs de 1977 à 1983, chancelier et archiviste de l'évêché de Viviers pendant vingt-sept années (de 1983 à 2010), économe du diocèse de Viviers de 1983 à 2003, auprès de trois évêques : Mgr Jean Hermil, Mgr Jean Bonfils et Mgr François Blondel. Secrétaire perpétuel de l'Académie des Sciences, Lettres et Arts de l'Ardèche de 2006 à 2010. Directeur de la Revue du Vivarais de 1981 à 1987 et président de son conseil d'administration de 1987 à 2010. Membre fondateur de l’Association des Amis de la Chapelle de Trachin d’Annonay, qui a restauré cette église. A conduit la restauration totale de l’église Saint-François d'Annonay en 1982. Responsable de la Commission diocésaine d’Art sacré de 1979 à 1993 (à ce titre, Membre de la Commission nationale d’Art sacré et membre de la Commission du patrimoine historique, archéologique et ethnologique de la région Rhône-Alpes). Responsable de nombreux chantiers immobiliers diocésains dont en particulier, parmi les plus importants, la rénovation de la Maison Sainte-Marthe, maison de retraite des prêtres à Aubenas (1991), l'aménagement du nouvel évêché dans l'ancienne mairie de Viviers et la création de sa chapelle (1986-1988). A publié Reflets de l'Ardèche, aux Éditions E.& R. La Bouquinerie (Valence, 2007) et de nombreux articles d'histoire civile et religieuse, notamment dans la Revue du Vivarais, dans la Revue des enfants et amis de Villeneuve-de-Berg et dans les publications de l'association Mémoire d'Ardèche et temps présent. Coauteur en 1977, sous la direction de l'abbé Jean Charay, de la Petite Histoire de l'église diocésaine de Viviers. Président des enquêteurs, le père Jean Ribon était auprès de Jean-Paul II, l’un des 40 concélébrants de la cérémonie solennelle de béatification de l'Ardéchois Pierre Vigne, à l’issue de laquelle il a salué le pape et lui a baisé la main, à Rome, le 3 octobre 2004. Il est décédé à Aubenas, le 18 août 2010. Il repose au cimetière de Saint-Andéol-de-Berg, près de sa mère et de son père Marius Ribon (cf. Bibliographie).

Iconographie : détails de l'église[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.


Bibliographie[modifier | modifier le code]

Croix des Pourettes
ou Pourrettes

Livre dédié[modifier | modifier le code]

Il existe un seul livre uniquement consacré à Saint-Andéol-de-Berg. Il a été écrit en 1938, par Marius Ribon (° 1889 – † 1970), pharmacien à Villeneuve-de-Berg, né à Saint-Andéol-de-Berg, en 1889, fils d'Antonia Clary (1863-1958) et d'Andéol Ribon (1857-1924), descendant d'une famille présente pendant plus de 500 ans à Saint-Andéol-de-Berg (depuis le milieu du XVe siècle jusqu'en 1958), mari de Thérèse Lasporte, père de Paul, Odette, Marthe, Jean et Pierre :

  • Marius Ribon, Saint-Andéol-de-Berg - Notice historique, Éditions Habauzit, Aubenas, 1938

Ouvrages, revues et articles[modifier | modifier le code]

  • Joannis Columbi, Opuscula Varia, p. 559 : territoire de Berg, Saint-Andéol-de-Berg, Villeneuve-de-Berg, Lyon, 1658.
  • Abbé Mollier, Recherches historiques sur Villeneuve-de-Berg, Aubanel frères, Avignon, 1866.
  • Abbé Onésime Mirabel, Saint Andéol et son culte, Éditions Victor Palmé, Paris, 1868.
  • Léon Clugnet, Patois de Gilhog (Ardèche), Ernest Leroux éditeur, Paris, 1883.
  • Docteur Francus (= Albin Mazon - 1828-1908), Voyage au pays helvien, Imprimerie du « Patriote », Privas, 1885.
  • Albin Mazon, Églises du Vivarais, tome II, p. 208, mas de Borne, et p. 239, prieuré de Saint-Andéol, Privas, 1893.
  • Louis Lambert, Chants et chansons populaires du Languedoc recueillis et publiés avec la musique notée et la traduction française, Tome deuxième, Montpellier - Imprimerie centrale du midi, 1905.
  • Albert Grimaud, Histoire de Villeneuve-de-Berg, Éditions Habauzit, Aubenas, 1942.
  • Charles Coste, Vieille paroisse en Vivarais : Saint-Andéol-de-Vals, Imprimerie Humbert et fils, Largentière, 1950.
  • Franck Delarbre et Albert Grenier, Alba Augusta Helviorum : la seigneurie d'Aps, Imprimerie Bénistant, Le Teil, 1958.
  • Abbé Jean Charay, Aubenas en Vivarais, Tomes 1 et 2, Éditions Habauzit, 1950.
  • Abbé Pierre Arnaud, Valvignères en Helvie, Imprimerie Lucien Volle, Privas, 1963.
  • Franck Delarbre et Albert Grenier, Brochure Alba Augusta Helviorum, 1968.
  • Abbé Pierre Arnaud, Armorial du château d’Alba, Imprimerie Lucien Volle, Privas, 1974.
  • Jean Ribon, Saint-Andéol-de-Berg, et Michel Barbe, Les maisons en pierre, in Revue de la Société des Enfants et Amis de Villeneuve-de-Berg, 1976.
  • Abbé Jean Charay, travail d'équipe, Petite histoire de l'église diocésaine de Viviers, Imprimerie Lienhart, Aubenas-en-Vivarais, 1977.
  • Michel Barbe, Le Pommier Forcemale a 5 ans, article publié dans le journal La Tribune de Montélimar, le 21 juillet 1977.
  • Pierre Ribon, Guérisseurs et remèdes populaires dans la France ancienne. Cévennes, Vivarais, Éditions Horvath, 1983.
  • Fernande Maza-Pushpam, Les régionalismes de Mariac. Regard sur le français parlé à Pont-de-Fromentières, Ardèche, Éditions littéraires et linguistiques de l'Université de Grenoble, 1992.
  • Jean Volane (Auguste Bourret), L. Gout, J. Roux, Histoire de l'Ardèche (Vivarais & Helvie), texte original de 1908, Éditions E. & R. La Bouquinerie, Valence, 1997.
  • Claudine Fréchet, Dictionnaire du parler de la Drôme, Éditions Empire et Royaume, La Bouquinerie, Valence, 1997.
  • Pierre Ribon, Voyage en Basse-Ardèche, Éditions E. & R. La Bouquinerie, Valence, 1998
  • Jean Moulin, Habitat et communications dans le pays de Berg, Éditions La Fontaine, Valence, 2000.
  • Jean Ribon, Reflets de l'Ardèche, Éditions E. & R. La Bouquinerie, Valence, 2007.
  • Pierre Ribon, Une Bastide Occitane : Villeneuve-de-Berg (Villanova-dé-Berco) - Habitants, maisons, rues, lieudits, Éditions E.& R. - Valence - 2011.
  • Revue du Vivarais
  • Association Mémoire d'Ardèche et temps présent
  • Académie des sciences, lettres et arts de l'Ardèche
  • La Chapelle de Trachin d'Annonay par Jean Ribon et Maurice Frappa
  • Revue de la Société des Enfants et Amis de Villeneuve-de-Berg (revue annuelle fondée en 1921, distinguée en 1973 par l'Académie des Sciences Morales et Politiques de l'Institut de France - rapport d'Edmond Giscard d'Estaing).
  • Église de Viviers, revue bimensuelle de l'église catholique ardéchoise, organe officiel de l’évêché de Viviers : Béatification de Pierre Vigne le 3 octobre 2004 - Dossier de Gilles FOUBERT constitué à partir d'articles de Jean Ribon.
  • Revue du Vivarais, année 1893, Aps féodal et ses dépendances par l'abbé Fillet (N°8 du 15 août, N°9 du 15 septembre, N°10 du 15 octobre, N°11 du 15 novembre, N°12 du 15 décembre)
  • Revue du Vivarais, Tome CXVI, no 4, octobre-décembre 2012 : Hommage à Jean Ribon (Secrétaire perpétuel de l'Académie des Sciences, Lettres et Arts de l'Ardèche 2006-2010).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon les dires de Régis Ozil, maire de Saint-Andéol-de-Berg en 2013
  2. a et b 962 ha sur 1 557 ha de superficie (62 %) : Le canton de Villeneuve-de-Berg sur le site France, le trésor des régions.
  3. 524 m d'altitude d'après l'Insee mais 523 m au lieu-dit « Trappe Loup » sur la carte IGN.
  4. Dans les départements méditerranéens, les préfets déterminent chaque été les périodes où les feux sont autorisés, et peuvent également, à l'instar des maires, prendre des mesures de restriction des usages de l'eau, en cas de sécheresse.
  5. Au 1er mars 2007, sur 36 782 communes françaises, 4 794 (13 %) portent un nom qui commence par « Saint » ou « Sainte » ou bien contiennent le terme « Saint » ou « Sainte » à l'intérieur de leur nom :
    • 3 927 portent un nom qui commence par « Saint », y compris Le Saint. Le saint le plus courant est Saint-Martin (222 communes), suivi de Saint-Jean (170 communes) et Saint-Pierre (155 communes). Saint-Montan est unique. 471 autres communes contiennent le terme « Saint » à l'intérieur de leur nom;
    • 334 communes portent un nom qui commence par « Sainte », y compris Saintes. La sainte la plus courante est Sainte-Marie (40 communes, y compris Saintes-Maries-de-la-Mer), suivie de Sainte-Colombe (27 communes) et Sainte-Croix (25 communes). 62 autres communes contiennent le terme « Sainte » à l'intérieur de leur nom (Gentilés de France S - Portail : Communes de France).
  6. a et b Dixit M. Maurice Bousquet (août 2009 et 2011), Maire du village pendant 22 ans.
  7. a, b et c Jusqu’au milieu du XIIIe siècle, le territoire d’Aps est la propriété de l’évêque. Ensuite, c’est la famille de Deux-Chiens qui devient propriétaire. Après le mariage de Blonde de Deux-Chiens avec Giraud Adhémar, seigneur de Grignan, la seigneurie tombe entre les mains des Adhémar et y demeure jusqu’à la fin du Moyen Âge. L'évêque de Viviers était tenu d'offrir deux chiens à la famille de Deux-Chiens (ou "des Deux-Chiens" ou "de Douchanes" ou "de Douchanet"), en retour d'hommage à chaque changement de baron. L'évêque Bermond d'Anduze le fit en 1241, de même que l'évêque Aimon de Genève en 1262, présents dûment constatés par des actes publics (docteur Francus = Albin Mazon - 1828-1908, Voyage au pays helvien, Imprimerie du « Patriote », Privas, 1885). Aujourd'hui, on peut voir une interprétation libre des armoiries de la famille de Deux-Chiens - deux chiens debout se faisant face - au-dessus de la cheminée de la chambre de l'évêque, dans la tour du Marin du château d'Alba-la-Romaine.
  8. Famille des Adhémar : faits en 1164, par l'empereur Frédéric Barberousse, seigneurs de Monteil, cité où se trouve leur château et qui devient définitivement Montélimar en 1328 (contraction de Montilium Adhemari / Monteil Adhémar).
  9. On en a retrouvé les fondations lors de fouilles entreprises en 1842 dans le jardin de l'ancienne cure, entre la croix qui marque sur la place centrale actuelle du village, l'emplacement de l'ancien cimetière et de l'ancienne église (datée du XIIe ou du XIIIe siècle et placée sous la protection de Saint Andéol et de Saint Léonard), et la maison qui borde les jeux de boules de la place.
  10. « La si belle devise « Plus d'honneur que d'honneurs » a pour corps les trois bandes que nous remarquons dans les armoiries d'Adhémar. La bande, dans les pièces honorables de l'écu, symbolise l'écharpe du chevalier. Or à Rome, comme plus tard dans les Gaules, le collier, la ceinture, l'écharpe et l'anneau étaient appelés « honneurs ». On en dépouillait les traîtres et les félons. Quant au cri « Lancea sacra », nous le croyons inspiré par un épisode de la première croisade (1096-1099). La lance qui perça le côté de Notre-Seigneur, retrouvée miraculeusement, fut portée au milieu d'une escorte choisie, à presque toutes les batailles, probablement par Adhémar, l'illustre évêque du Puy, qui fut enseveli dans l'église Saint-Pierre d'Antioche, au lieu même où la sainte lance avait été découverte. » DEVISAIRE BRETON - par M. E. DE BOCERET - 1890 - Bibliothèque nationale de France
  11. En 1940, le Palais d'Adhémar accueille le Cafe Metropol
  12. En 2010, il héberge un jardin d'enfants : Kindergarten St Vinzenz 10 MaximilianstraBe 95444 Bayreuth Voir le Palais d'Adhémar : à droite du vieux château (vignette « Altes Schloss and Monument to King Maximilian II »), face à la tour de son église (vignette " Bayreuth Turm der Schlosskirche "), se trouvent le Palais d'Adhémar, et à sa droite (vue de derrière), la maison (Gontardhaus) de son architecte Carl von Gontard (toits gris). Pour les voir à partir de différents points de vue, cliquer sur la vignette "Altes Schloss" (en haut à gauche), puis sur la photo, puis sur chacune des vignettes.
  13. Cliquer sur le symbole du Altes Schloss sur la BurgenstraBe et et du Neues Schloss sur la route des châteaux : de 1603 à 1753, le vieux château du XIIIe siècle, fut la résidence du margrave de Bayreuth. Après le grand incendie du 26 janvier 1753, la Gontardhaus, le palais d'Adhémar et l'église actuelle du château (dont la crypte royale abrite les sarcophages du margrave Friedrich et de la margravine Wilhelmine) ont été construits en lieu et place des ailes est et nord et un nouveau château (Neues Schloss) a été érigé plus au sud de la ville (LudwigstraBe).
  14. L'influence française et protestante était grande à Berlin et à la cour de Bayreuth. La margravine (Wilhelmine, princesse de Prusse, sœur de Frédéric II le Grand de Prusse) ayant manifesté le désir d'avoir un seigneur français pour chambellan (appelé Grand maître comme le Grand maître de France !), Voltaire (lui-même chambellan et ami de Frédéric II de Prusse, très en cour également auprès de sa sœur Wilhelmine de Bayreuth et du Duc de Lorraine) lui recommanda le marquis Antoine-Honneste d'Adhémar de Monteil de Brunier (1710-1785), qui écrira un Éloge historique de Wilhelmine de Bayreuth après sa mort en 1758 (dans lequel il est question de l'opéra et de la « comédie française » mis à l'honneur à Bayreuth par la margravine et son mari Frédéric III de Brandebourg-Bayreuth), membre (surnommé Le Saint) du cercle de Françoise de Graffigny (et de l'ami intime de celle-ci, François-Antoine Devaux (1712-1796), poète de cour surnommé « Panpan », receveur des finances de Lorraine à Lunéville et lecteur du roi Stanislas Leszczyński, fils de Nicolas Devaux, chirurgien major des Suisses de la garde du duc Léopold Ier de Lorraine), fils de Charlotte-Gabrielle de Sublet d'Heudicourt et d’Omer de Brunier d'Adhémar (qui le déshéritera), comte de Marsanne, baron d'Apt et de Vabre, seigneur de Bonlieu et de Mirabel, établi en Lorraine après son mariage (lire Description de la Lorraine et du Barrois par M. Durival et Adhémar de Monteil), chambellan puis premier maître d'hôtel du duc de Lorraine (Léopold Ier puis Stanislas Leszczyński).
  15. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.
  16. Avant 1950, l'école occupait un bâtiment situé plus haut dans le bourg, sur un emplacement devenu parking public aujourd'hui. Délibération du conseil municipal du 29 mars 1955 : projet de démolition de l’ancienne école, menaçant ruine depuis 1939. Délibération du conseil municipal du 4 août 1957 : bâtiment dans lequel fonctionne la nouvelle école, acheté 150 000 francs à Jean Guigon par la commune qui en est locataire gratuitement depuis le 29 janvier 1950. Délibération du conseil municipal du 21 septembre 1964 : décision de démolir les maisons menaçant ruines en dessous de la nouvelle école (aujourd’hui remplacées par la salle des fêtes et un parking public).
  17. Le 16, et non le 15 comme beaucoup le disent ou l'écrivent à tort (dont Marius Ribon, dans sa Notice historique de 1938 !), pour que la fête du village n'ait jamais lieu le 16, jour réservé à la fête de Saint Roch (selon le site Infocatho), saint que l'on invoque en particulier contre les épidémies et qui était très important pour les Saint-Andéolais, puisque d'après le même Marius Ribon (cf. Bibliographie), ils avaient prononcé le vœu de « ne jamais faire travailler les animaux de trait dans la commune le jour de sa fête », sans doute en souvenir de la vingtaine d'habitants du village victimes de l'épidémie de 1628, dont on avait retrouvé les squelettes alignés en rangs serrés dans de la chaux vive, en 1842, lors de la translation des restes de l'ancien cimetière au nouveau, et sans doute aussi pour remercier le saint d'avoir épargné le village, lors de l'épidémie de choléra qui avait en 1854 ravagé la région (l'église de la proche commune de Saint-Germain est d'ailleurs surmontée d'une statue de la vierge, en mémoire de cette épidémie - St Roch, St Roch 2, St Roch 3).
  18. Bombine : En Ardèche, chaque village, chaque maison, chaque mère de famille a sa propre recette de ce plat qu'on appelle parfois « le plat du pauvre ». Voici celle de Marthe Ribon, sans doute assez proche de l'originale car sans viande : pommes de terre coupées en petits cubes, mijotées à la cocotte minute dans du jus de viande, accompagnées d'olives noires et parfumées à la feuille de laurier.
  19. * Source 1 : Bombine dérive du verbe bombiner = tasser (Dictionnaire du Parler ardéchois par Claudine Fréchet, docteur en sciences du langage, maître de conférence à l’Université catholique de Lyon - Institut Pierre Gardette).
    * Source 2 : Bombine (n.f.) : 1. Râgout de pommes de terre auquel on peut ajouter des carottes ou même des champignons. 2. loc.verb. (se) METTRE EN BOMBINE : (s') écraser. Phrases de référence : 1. On ne met surtout pas de viande dans la bombine ! 2. Je lui portais quelques pêches; elles se sont mises en bombine au fond de mon sac. Étymologie : F.E.W. 1, 419 a sous BOB - : Boumbino (s. f.) : pommes de terre écrasées dans du lait. Patois de Gilhog (Ardèche) par Léon Clugnet, Ernest Leroux éditeur, Paris 1883 (source : Les Régionalismes de Mariac. Regard sur le français parlé à Pont-de-Fromentières, Ardèche, par Fernande Maza-Pushpam. Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble 1992).
    * Source 3 : Bombine, nom féminin 1. Pommes de terre cuites à l’eau avec des oignons et des herbes aromatiques. « Que mangez-vous pour avoir si bonne mine mademoiselle ? De la bombine, monsieur le Préfet ». 2. Locution verbale. Être en bombine = s’écraser. « Les poires williams sont vite en bombine, quand elles sont mûres ». Peu attesté à Buis-les-Baronnies, globalement connu ailleurs. Peut-être du latin « bombus » « bruit retentissant » (Dictionnaire du parler de la Drôme de Claudine Fréchet, Éditions Empire et Royaume, La Bouquinerie, Valence, 1997).
    * Synthèse des 3 sources : à l'origine, la Bombine était sans doute un plat composée uniquement de pommes de terre (tassées ? écrasées ? coupées en morceaux ?), celles-ci étant appelées boumbino dans le Languedoc (cf. le chant ci-dessous).
  20. Chant et bourrée à deux temps : N'ia 'ncaro mai / De boumbino [bis) / N'ia 'ncaro mai / De boumbino din la mai. Lou vi, la boumbino, Fan bouono cousino; Lou pan de froumen / M'es avis que gasto rèn. En français : Il y en a encore / Des pommes de terre (bis) / Il y en a encore / Des pommes de terre dans la maie. Le vin, la pomme de terre, Font une bonne cuisine; Le pain de froment / (M'est avis que) lui aussi ne gâte rien. (Recueilli par le Dr Chaussinand de Coux - Chants et chansons populaires du Languedoc recueillis et publiés avec la musique notée et la traduction française, par Louis Lambert, Tome deuxième, Montpellier - Imprimerie centrale du midi 1905).
  21. Marquisette (variante de la Marquise Cocktails blancs) : Chaque village de l'Ardèche a sa propre recette de cette boisson un peu « traître ». En voici une parmi d'autres : limonade, mousseux ou champagne, vin blanc, sucre, liqueur de mandarine impériale, rhum blanc, sirop d'orange, citrons jaunes et oranges en morceaux.
  22. Avant l'ère de la télévision, pendant l'été, de longues et animées parties de Longue se déroulaient jusque tard dans la nuit, chaque samedi soir. Les jeunes estivants étaient très fiers d'être parfois admis à intégrer une quadrette d'adultes. En milieu de parties, ils vivaient comme une sorte de rite initiatique, l'honneur d'être associés à l'instant magique où monsieur Paul Bousquet avait pour habitude d'offrir aux joueurs, un verre de vin local très apprécié.
  23. Il s'agit d'une baisse mécanique du chômage, car le nombre de chômeurs est exactement le même en 1999 et en 2007. C'est l'augmentation de 34 % du nombre d'habitants entre les deux années (de 94 en 1999 à 126 en 2007), et donc du nombre d'actifs (de 59 en 1999 à 84 en 2007, soit + 42 %), qui explique la diminution importante du pourcentage.
  24. Le mot économe vient du grec "οικονομος" - Oikonomos qui est formé de deux mots : "οικος" - oikos, c’est le ménage, la maisonnée, incluant tous les membres d’une maison particulière. "νομος" - nomos (du mot primaire nemo), c'est « partager de manière rationnelle de la nourriture ou du pâturage pour animaux ». La mission de l'Économe n'est donc pas axée sur l'action de capitaliser, mais sur l'action de procurer, de partager, de redistribuer des ressources aux différents individus appartenant à une même Maison, d'une façon juste et opportune
  25. Cimetière de St-Andéol-de-Berg, le samedi 21 août 2010 (Fête du village) : « Père Jean RIBON, N’ayant plus de responsabilités à St-Andéol-de-Berg, je tenais néanmoins à exprimer les sentiments d’amitié qui nous liaient et vous liaient avec St-Andéol. Pour moi, pour nous, vous étiez un homme de foi qui souvent a célébré la messe à Saint-Andéol et en particulier pour la fête de Toussaint lorsque le père Louis DEBROAS ne pouvait plus assurer le service. Nous nous souvenons de cette Toussaint récente où vous aviez initié une rencontre, après la messe, à la salle des fêtes du village, avec apéritif et buffet. C'était l’occasion de retrouvailles chaleureuses pour toutes les familles dispersées par les situations personnelles ou professionnelles. Malheureusement, votre santé vous a empêché d'être présent à ce moment exceptionnel de communion de l’amitié. Vous étiez aussi un homme de bon sens, comme un homme de la terre, qui savait poser les bonnes questions lorsque nous parlions de l’agriculture ou de tout autre sujet. Vous étiez bien sûr un homme de culture, les écrits que vous laissez, fruits de vos recherches historiques, en témoignent. Enfin je voudrais dire combien j'apprécie votre volonté d’être inhumé au cimetière de St-Andéol-de-Berg parmi les vôtres. Vous nous montrez tout l’attachement que vous portez à notre village. Il va falloir que je surveille si ma lampe est restée allumée, comme le disent les écritures, pour être prêt le jour où nous logerons ensemble dans ce même lotissement. Alors, pour tout ce que vous nous avez apporté père Jean RIBON, très simplement et très sincèrement, Merci. » Maurice Bousquet - Maire de Saint-Andéol-de-Berg pendant 22 années.
  26. Homélie prononcée par Mgr Blondel lors des funérailles du père Jean Ribon concélébrées en la cathédrale Saint-Vincent de Viviers, par Mgr Blondel, Mgr Bonfils et quarante prêtres.
  27. a et b Une pourette (ou pourrette) en arboriculture désigne un plant non greffé. « On donne le nom de pourrette au jeune plant provenu de la graine de mûrier » : Encyclopédie d'agriculture (Dr Alexandre Bixio), « Traité sur la culture du mûrier et spécialement sur la taille qui convient à faire durant chaque mois, par M.L.A. Duvernay / Grenoble 1843 », « Traité de la culture du mûrier, de l'établissement des magnaneries et de l'éducation des vers à soie, par Édouard Perris / Lyon 1846 ». Une pourette est aussi une châtaigne ardéchoise.
  28. L'Hieyro ou L'Hière dé Clastré (de l'occitan claustra/clastre = presbytère) = l'Aire de la Cure (Aire = place que l'on a unie et préparée pour y battre les grains) : propriété de l'abbé Antoine Gascon, curé du village à la fin du XVIIe siècle, qui appartient toujours au début du XXIe siècle à ses très lointains arrière-petits-neveux, de même que la maison qui l’occupe (maison Barbe-Ribon).
  29. Principe féodal : le seigneur le plus puissant, le suzerain, reçoit l'hommage du seigneur plus faible, qui devient alors son vassal. En échange de services essentiellement militaires, il l'investit d'un fief, dont il n'a que l'usufruit, et lui accorde sa protection.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Le Maire de St Andéol de Berg, Association des maires de l'Ardèche
  2. Saint-Andéol-de-Berg dans la vallée du Rhône sur Google Maps
  3. Territoire de Saint-Andéol-de-Berg sur Google Maps.
  4. Carte du département de l'Ardèche.
  5. « La frontière entre l'Empire et le Royaume », Le Guichet du savoir, bibliothèque municipale de Lyon, 23 octobre 2007.
  6. Itinéraire Saint-Andéol-de-Berg - Villeneuve-de-Berg sur Google Maps.
  7. Itinéraire Saint-Andéol-de-Berg - Saint-Maurice-d'Ibie sur Google Maps.
  8. a et b Domaine du Pradel - Olivier de Serres - Mirabel - Lycée agricole d'Aubenas.
  9. Itinéraire Saint-Andéol-de-Berg - Mirabel sur Google Maps.
  10. Itinéraire Saint-Andéol-de-Berg - Alba-la-Romaine sur Google Maps.
  11. Itinéraire Saint-Andéol-de-Berg - Valvignères sur Google Maps.
  12. a et b Itinéraire Saint-Andéol-de-Berg - Aubenas - Vals-les-Bains sur Google Maps.
  13. Itinéraire Saint-Andéol-de-Berg - Viviers sur Google Maps.
  14. Itinéraire Saint-Andéol-de-Berg - Montélimar sur Google Maps.
  15. Itinéraire Saint-Andéol-de-Berg - Bourg-Saint-Andéol.
  16. a et b Stations de ski du Massif central.
  17. a et b Itinéraire Saint-Andéol-de-Berg - La Croix de Bauzon sur Google Maps.
  18. itinéraire Saint-Andéol-de-Berg - Orange sur Google Maps.
  19. Itinéraire Saint-Andéol-de-Berg - Grenoble sur Google Maps.
  20. Itinéraire Saint-Andéol-de-Berg - Lyon sur Google Maps.
  21. a et b Itinéraire Saint-Andéol-de-Berg - Le Grau-du-Roi sur Google Maps.
  22. Itinéraire Saint-Andéol-de-Berg - Montpellier sur Google Maps.
  23. Itinéraire Saint-Andéol-de-Berg - Saintes-Maries-de-la-Mer sur Google Maps.
  24. Itinéraire Saint-Andéol-de-Berg - Marseille sur Google Maps.
  25. L'Aérodrome d'Aubenas - Ardèche méridionale.
  26. Voir le tracé de la RN 102 sur Google Maps.
  27. « Chapelle du devois à Villeneuve de Berg (07) », Site petit-patrimoine.com, consulté le 16 juillet 2015.
  28. « Enquête autour d’un retable », Enfants et Amis de Villeneuve-de-Berg, 7 août 2013.
  29. « Architecture et Patrimoine de Villeneuve-de-Berg », Page 16 du « Rapport de présentation A.V.A.P. » rédigé par Anne-Laure Meriau, urbaniste et historienne de l'Art, et Guillaume Pillard, architecte DPLG, commandé par la mairie de Villeneuve-de-Berg, septembre 2012.
  30. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w et x Marius Ribon, Saint-Andéol-de-Berg - Notice historique, Aubenas, Habauzit, .
  31. « Dictionnaire de patois », Site nemausensis.com.
  32. Voyage en Basse-Ardèche, Éditions E. & R. La Bouquinerie, Valence, 1998
  33. Site de Saint-Andéol-de-Berg.
  34. Le parc naturel régional des Monts d'Ardèche.
  35. Voir Saint-Andéol-de-Berg sur Google Maps.
  36. « Plan de Saint-Andeol-de-Berg » sur cartesfrance.fr.
  37. Les faysses d'Ailhon.
  38. Mise au point terminologique.
  39. Le Vazeille sur le site du Sandre.
  40. Le Mézeyras sur le site du Sandre.
  41. Le Merdaric sur le site du Sandre.
  42. Le Rounel sur le site du Sandre.
  43. L'Ibie sur le site du Sandre.
  44. Sandre, « Fiche cours d'eau - L'Ardéche (V50-0400) » (consulté le 24 mars 2013).
  45. a, b, c, d, e et f Jean Ribon, Reflets de l'Ardèche, Valence, Éditions E.& R. La Bouquinerie,
  46. a, b et c Relevés infoclimat de Montélimar.
  47. Petite histoire de l'église diocésaine de Viviers, travail d'équipe coordonné par l'abbé Jean Charay (Imprimerie Lienhart - 1977 - Aubenas-en-Vivarais).
  48. Saintes et saints du vivarais - Diocèse de Viviers.
  49. Encyclopédie BONNETON - Ardèche pages 184-186
  50. La religion dans la toponymie - I.G.N. - Académie de Reims.
  51. a, b, c, d et e Pierre Ribon, Voyage en Basse-Ardèche, Valence, La Bouquinerie, .
  52. Encyclopédie BONNETON - Ardèche.
  53. Éléments de toponymie - @rdecol / Inspection Académique de l'Ardèche.
  54. @rdecol / Éducation et patrimoine en Ardèche.
  55. Abbé Mollier, Recherches historiques sur Villeneuve-de-Berg (page 59), Aubanel frères, Avignon, 1866.
  56. a, b et c Arbres Admirables de L'Ardèche par Jacky Reyne (octobre 1999) pages 44-47
  57. a et b Source de l'écriteau : Histoire d'un arbre : chêne sacré : l'arbre Ferrat.
  58. La date de Pâques depuis 1900
  59. Pierre Ribon, Guérisseurs et Remèdes populaires dans la France ancienne, Cévennes, Vivarais, Horvath,
  60. Jean Volane (Auguste Bourret), L. Gout, J. Roux, Histoire de l’Ardèche (Vivarais & Helvie), éditions E.& R., Valence, 1908
  61. a et b Jean Moulin, Habitat et communications dans le pays de Berg, Valence, La Fontaine,
  62. a et b « Patrimoine monastique et ordre des cisterciens », Syndicat Intercommunal pour le Thermalisme et l'Environnement
  63. Itinéraire Saint-Andéol-de-Berg - Mazan-L'Abbaye sur Google Maps
  64. La grange dite « de Berg » est mentionnée pour la première fois dans une bulle du pape Honorius III datée du 22 décembre 1216 et intitulée Religiosam vitam eligentibus, dite en français « privilège d’Honorius » (Cartulaire de Mazan, no 9, folio 185-189 et Gallia christ.XVI, inst. p. 240).
  65. Site internet de Villeneuve-de-Berg
  66. a et b Le château d'Alba-la-Romaine
  67. a et b Ardèche, terre de châteaux, par Michel Riou - Baronnie d'Aps - Mariage Blonde de Deux-Chiens
  68. Alba-la-Romaine, cité médiévale.
  69. Revue du Vivarais, année 1893, Aps féodal et ses dépendances par l'abbé Fillet (N°8 du 15 août, N°9 du 15 septembre, N°10 du 15 octobre, N°11 du 15 novembre, N°12 du 15 décembre)
  70. a, b et c Descendance de Giraud Adhémar VI et Blonde de Deux-Chiens
  71. a, b et c Devise, Cri de Guerre, Blasons, Généalogie de la famille d'Adhémar de Monteil
  72. a, b, c, d et e Armorial du château d’Alba, par l'abbé Pierre Arnaud, Imprimerie Lucien Volle, Privas, 1974
  73. « "Ardèche terre de châteaux" de Michel Riou et Michel Rissoan / La Fontaine de Siloé »
  74. a et b Franck Delarbre et Albert Grenier, Brochure Alba Augusta Helviorum, 1968
  75. Le chien dans l'héraldique
  76. Schlosskirche : l'église du château
  77. Edgar Mass, Le marquis d'Adhémar : la correspondance inédite d'un ami des philosophes à la cour de Bayreuth, Banbury, Oxfordshire, Voltaire Foundation, Thorpe Mandeville House, coll. « Studies on Voltaire and the eighteenth century »,
  78. La Grange du Crouzet, Site de la commune d'Ailhon (cliquer sur le dessin de l'église)
  79. a et b Protestantisme en Ardèche - Tour de Mirabel - Astars.
  80. a et b Tour de Mirabel - Astars.
  81. a, b et c Olivier de Serres
  82. a et b Le Pommier Forcemale a 5 ans, article de Michel Barbe, publié dans le journal La Tribune de Montélimar, le 21 juillet 1977.
  83. « Ardèche : « colonie hollandaise » », L'Unité (Journal du Parti Socialiste de janvier 1972 à décembre 1986, Archives de la Fondation Jean Jaurès), 18 juin 1976.
  84. « Note sur l'essor touristique du département de l'Ardèche », de Pierre Bozon in Revue de géographie de Lyon, 1978, Volume 53, Numéro 53-4, p. 355-360.
  85. Recherches d'un gisement de gaz de schiste en Ardèche méridionale - Le Projet de GDF-Suez
  86. « Carnet de voyage: Manif’ contre le gaz de schiste, Ardèche, février 2011 », Blog d'un manifestant ayant séjourné à Saint-Andéol-de-Berg, 1er mars 2015.
  87. « Plusieurs milliers de personnes réunies contre les gaz de schistes en Ardèche », Le Monde, 26 février 2011.
  88. « France : offensive en faveur du gaz de schiste », Le Figaro, 16 juillet 2012.
  89. Élus municipaux / Données du journal Le Monde
  90. Les membres du Conseil municipal
  91. Taxe.com
  92. Les comptes des communes sur le site dédié du Ministère des Finances
  93. a, b, c et d Les comptes des communes sur le site dédié du ministère des Finances
  94. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  95. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  96. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  97. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  98. INSEE - Population totale par sexe et âge à Saint-Andéol-de-Berg (2007)
  99. INSEE - Population totale par sexe et âge en Ardèche (2007)
  100. Hôpital local Claude-Dejean - Villeneuve-de-Berg
  101. Centre hospitalier d'Ardèche méridionale - Aubenas
  102. Centre hospitalier de Montélimar
  103. Cure thermale à Vals-les-Bains
  104. Maison familiale rurale de Villeneuve-de-Berg
  105. L'enseignement supérieur en Ardèche - Conseil général
  106. Généalogie des Serres
  107. Institut Olivier de Serres
  108. Théâtre d’agriculture et mesnage des champs d'Olivier de Serres
  109. Sites des services publics - Saint-Andéol-de-Berg
  110. Escalade, Canyoning, VTT en Ardèche
  111. Le vol libre dans le Sud de l'Ardèche
  112. Piscine publique d'Alba-la-Romaine
  113. Site internet d'Aqua'Ardèche
  114. « L'avis du Petit Futé sur AQUA'ARDÈCHE », Le petit futé, consulté le 14 décembre 2014.
  115. « AQUA'ARDECHE, l'aquaparc résidentiel de vos rêves », Syndicat national des espaces de loisirs, d'attractions et culturels, 28-11-2013.
  116. « Aqua'Ardèche à Villeneuve-de-Berg : le coup de gueule des Pommiers», Tribune.fr, 9-12-2013.
  117. « Concordia civium murus urbium », Collectif de défense pour le développement concerté de Villeneuve de Berg dans le cadre du PLU, consulté le 14 décembre 2014.
  118. « Le plus grand parc aquatique résidentiel d’Europe ? », Le Dauphiné, 1-4-2013
  119. « Le camping Le Pommier racheté par la chaîne Ciela village », Le Dauphiné, 26 mai 2017.
  120. « Lou Pitchoun », Bulletin municipal, 1er trimestre 2016
  121. « Enquête publique sur l'extension de l'emprise du camping "Domaine Le pommier"», Site de la mairie de Villeneuve-de-Berg consulté le 23 mai 2018
  122. La Dent de Rez, altituderando.com
  123. Rocher d'Abraham, altituderando.com
  124. Randonnée au rocher d'Abraham
  125. « Carte des lieux de pêche en Ardèche », Site Ardèche évasion consulté en février 2018
  126. La route touristique des gorges de l'Ardèche, L'Ardèche en vidéos
  127. « Carte des lieux de baignade en Ardèche », Site Ardèche évasion consulté en février 2018
  128. Le Trou de la Lune
  129. Qualité des eaux de l'Ardèche et de ses affluents - Saison 2009 - Syndicat Mixte Ardèche Claire
  130. Qualité des eaux de baignade en Ardèche - Saison 2008 - Ddass
  131. Qualité des eaux de baignade en Ardèche - Préfecture
  132. « La boule lyonnaise du pays de Berg / Fête de Saint-Andéol-de-Berg le 21 août 2011 », Boule amicale Villeneuve-de-Berg, 22 août 2011
  133. « La boule lyonnaise du pays de Berg / Fête de Saint-Andéol-de-Berg le 19 août 2012 », Boule amicale Villeneuve-de-Berg, 20 août 2012
  134. « Deux intronisés au Chapitre de la confrérie du Picodon à Mirabel », La Tribune, 31 mars 2016.
  135. « Pierre Louis CHIPON Sculpteur »
  136. « La Procession des Biques du Picodon », azarts.fr, 2006
  137. « Héritage et savoir-faire artisanal / Recettes », Domaine Eyguebelle
  138. "Une Bastide Occitane : Villeneuve-de-Berg (Villanova-dé-Berco) - Habitants, maisons, rues, lieudits", par Pierre Ribon, Éditions E.& R. - Valence - 2011
  139. « Héritage et savoir-faire artisanal / Histoire », Domaine Eyguebelle
  140. a et b Saint-Andéol-de-Berg sur le site de l'Insee (2007)
  141. Office de tourisme de Berg et Coiron
  142. Part des résidences secondaires par rapport à la totalité des logements (Insee)
  143. Les maisons en pierre par Michel Barbe in Revue 1976 de la Société des Enfants et Amis de Villeneuve-de-Berg
  144. « Guide du parc naturel des monts d'Ardèche » (2015)
  145. Saint-Montan, Cité médiévale
  146. Les Balmes de Montbrun
  147. Le train touristique de l’Ardèche Méridionale
  148. Le Petit musée du bizarre de Candide
  149. Le Petit musée du bizarre à la TV
  150. Site archéologique d'Alba-la-Romaine « Copie archivée » (version du 18 juin 2012 sur l'Internet Archive)
  151. Musée du vin
  152. Musée de la lavande
  153. Musée de la soie
  154. Musée de la châtaigneraie
  155. Musée de la Résistance en Ardèche et de la Déportation
  156. Musée Alphonse Daudet
  157. Musée du Pradel
  158. L'oppidum de Jastres
  159. Le dolmen dit Les quatre pierres
  160. Les dolmens en Ardèche
  161. « États Généraux du film documentaire » Lussas - Jean-Marie Barbe, Surf TV, 16 décembre 2012 sur Daily Motion.
  162. « Lussas, un lieu où le réel a du talent », Institut National de l'Audiovisuel (INA), septembre 2013.
  163. « Site de l'association "Ardèche Images" »
  164. « Jean-Marie Barbe : "Les États généraux ne peuvent pas ronronner !" », Site du Festival du film documentaire de Lussas (2007).
  165. L'Ardèche en vidéo haute définition
  166. Les grottes de l'Ardèche
  167. « Rencontres de lutherie et de musique médiévales de Largentière »
  168. Le Festival de Labeaume en Musiques
  169. Site des plus beaux villages de France
  170. Patrimoine de Bourg-Saint-Andéol
  171. Culte de Saint Léonard
  172. Grand livre des saints : culte et iconographie en Occident, par Jacques Baudoin
  173. Archives paroissiales
  174. Atelier Balayn Vitraux
  175. Le clocher de l'église de Saint-Andéol-de-Berg
  176. « Autobiographie de Maurice Tavernier », Site artquid.com, consulté le 14 septembre 2018.
  177. « Maurice Tavernier illustre le cinéma », L'éveil de la Haute-Loire, 25 août 2011.
  178. « Haute-Loire : Maurice Tavernier met fin à sa carrière », L'éveil de la Haute-Loire, 7 août 2013.
  179. Le Dauphiné libéré (novembre 1955)
  180. L'Oratoire des Chabannes in Revue 2015 de la Société des Enfants et Amis de Villeneuve-de-Berg
  181. Droit canonique : le Chancelier, l'Archiviste, Missions, Droit canonique : L'économe diocésain, Missions
  182. Ascendance de Giraud Adhémar VI
  183. Descendance 2 - Adhémar de Monteil = Monteil Adhémar = Montélimar / Château de Grignan.
  184. Descendance 3 - Marquise de Sévigné.
  185. Les seigneurs de Laval Saint Roman
  186. Glossaire héraldique illustré
  187. Nobiliaire universel de France, volume 5, par Nicolas Viton de Saint-Allais
  188. Blason de la famille de Blou
  189. Blason de la famille Malmazet de Saint-Andéol.
  190. Arbre généalogique 1 de la famille Malmazet de Saint-Andéol.
  191. Arbre généalogique 2 de la famille Malmazet de Saint-Andéol.
  192. Arbre généalogique 3 de la Famille Malmazet de Saint-Andéol.
  193. Archives généalogiques et historiques de la noblesse de France, Volume 4, par P. Louis Lainé.