Saint-Germain (Ardèche)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Germain.

Saint-Germain
Saint-Germain (Ardèche)
Le village de Saint-Germain.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Largentière
Canton Berg-Helvie
Intercommunalité Communauté de communes Berg et Coiron
Maire
Mandat
Joseph Fallot
2014-2020
Code postal 07170
Code commune 07241
Démographie
Population
municipale
709 hab. (2016 en augmentation de 9,41 % par rapport à 2011)
Densité 75 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 33′ 20″ nord, 4° 27′ 04″ est
Altitude Min. 175 m
Max. 438 m
Superficie 9,5 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes

Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Saint-Germain

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte topographique de l'Ardèche
City locator 14.svg
Saint-Germain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Germain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Germain

Saint-Germain est une commune française, située dans le département de l'Ardèche en région Auvergne-Rhône-Alpes. Ses habitants sont appelés les Saint-Germinois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village de Saint-Germain est situé en Ardèche méridionale dans la partie "Sources et Volcans" ainsi que du Berg-Helvie depuis 2015. Les communes les plus proches sont Lavilledieu (3 km), Vogüé (5 km) Villeneuve-de-Berg (6 km) Lussas (8 km) ou encore Mirabel (10 km). La commune est proche de la vallée du Rhône par Le Teil ainsi que des gorges de l'Ardèche à seulement 23 km de Vallon-Pont-d'Arc.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Germain
Lavilledieu Mirabel
Vogüé Saint-Germain Villeneuve-de-Berg
Rochecolombe

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint-Germain était à l'origine un village médiéval marqué par les carrières de pierre qui se trouvaient à proximité du hameau des Chaze (ouest du village) où on trouve un vieux four à pain.

La fondation de la paroisse remonte vers 1150 et c'est Geoffroy de Vogüé, évêque de Saint-Paul-Trois-Châteaux, qui en était le propriétaire et qui laissera à sa mort une somme d'argent pour construire un escalier d'accès. Le 9 août 1570, durant les guerres de Religion les catholiques se réfugient dans la tour fortifiée qui constitue aujourd'hui le sous-bassement du clocher actuel.

En 1670 sous le règne de Louis XIV, les conditions de vie très difficiles, poussent certains villageois à participer à une révolte conduite par Anthoine du Roure (seigneur de Lachapelle-sous-Aubenas). Mais face à l'armée royale, cette « jacquerie » prendra fin à Lavilledieu où du Roure sera battu. En guise de représailles le clocher sera écimé (ainsi que ceux de Lavilledieu et de Voguë). Un dimanche, devant les paroissiens rassemblés et encadrés par des soldats, c’est avec humiliation que les chefs de famille sont contraints d’écimer leur clocher qui désormais sera coiffé d’une simple toiture.

Le 27 juillet 1884, éclate un fléau du choléra qui touchera les communes de Vogüé, Rochecolombe et de Lavilledieu. Les Saint-Germinois font le 8 septembre le vœu que si leur village était épargné ils mettront sur leur clocher une statue de Notre-Dame de Lourdes et le village ne connaîtra pas le choléra. En guise de remerciement envers la Vierge, une statue de Notre-Dame sera mise sur le clocher rénové du village le 12 mars 1893.

En 1964, le paroisse et la mairie se sont concertées pour doter le village d’une horloge électrique qui sonnerait automatiquement heures et demi-heures ainsi que les trois angélus. Cette modernisation allait nécessiter une 2e cloche. En 1965 prenait place dans le clocher « Dame Jeanne-Gabrielle » une cloche de 165 kilos qui sonne le mi-bémol. De nombreux clocherons se sont succédé pour actionner les cloches au rythme des offices ou des événements. Grâce à l’électrification, on peut sans peine faire teinter ou carillonner à la volée nos cloches pour les offices, les cérémonies, les glas ou le tocsin.

Mais, dans la nuit noire notre clocher se faisait bien discret malgré ses presque 40 mètres (plus haut clocher de l’Ardèche). Depuis le 30 janvier 2010, le clocher est illuminé le soir.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1789 1790
(révoqué)
Étienne Helly Royaliste Rentier
1790 1792 André Sénéque Révolutionnaire Cultivateur
1792 1798 Jean Baptiste Bolze    
1798 1801 Frédéric Fargier    
1801 1809 Étienne Helly   Rentier
1809 1815 Charles Richard   Propriétaire
1815 1815 André Labro   Cultivateur
1815 1819 Antoine Lauriol   Cultivateur
1819 1825 François Pastré   Cultivateur
1825 1830 Félix Helly   Rentier
1830 1844 François Sénéque   Propriétaire
1844 1848 Antoine Gascon   Propriétaire
1848 1876 Germain Sauveur   Propriétaire
1876 1879 Benjamin Gascon   Propriétaire
1879 1888 Clément Raoulx   Propriétaire
1888 1892 Benjamin Gascon   Propriétaire
mai 1892 17 mars 1907
(décès)
Frédéric Fargier Républicain Propriétaire
5 mai 1907 17 mai 1925 Firmin Croze Républicain Propriétaire
17 mai 1925 18 novembre 1929
(décès)
Jean-Baptiste Mounier Républicain Cultivateur
novembre 1929 19 mai 1935 Auguste Monjal Radical de gauche Tailleur de pierres
19 mai 1935 21 juillet 1944
(décès)
Paul Boyron Conservateur Cafetier
Paul-Edmond Tardieu assure l'intérim de juillet à septembre 1944
19 septembre 1944 9 mai 1953 Ernest Guigon PCF Entrepreneur en maçonnerie
Président du comité de Libération
élu maire le 18 mai 1945
9 mai 1953 30 décembre 1955
(démission)
Pierre-Marie Veyrat DVD Médecin
30 décembre 1955 1959
(démission)
Édouard Beaume DVD Administrateur à Lafarge
1959 11 août 1973
(décès)
Paul-Edmond Tardieu   Agriculteur
22 septembre 1973 26 mars 1983 Maurice Fallot   Agriculteur
26 mars 1983 24 mars 1989 Denis Boule   Agriculteur
24 mars 1989 23 juin 1995 Francis Imbert   Retraité SNCF
23 juin 1995 30 janvier 2005 Gérard Martinell   Aide-soignant
Le conseil municipal fut dissous par la préfecture à la suite de dissensions
30 janvier 2005 14 mars 2008 Francis Imbert   Retraité SNCF
14 mars 2008 En cours
(au 24 avril 2014)
Joseph Fallot[1]   Gérant de société
Président du SIVOM Olivier de Serres

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3].

En 2016, la commune comptait 709 habitants[Note 1], en augmentation de 9,41 % par rapport à 2011 (Ardèche : +2,48 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
297243291247266327344366376
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
386397422408424410432444428
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
420397414422406372347303282
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
241267212280340505581635716
2016 - - - - - - - -
709--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église de Saint-Germain.
Le four des Chazes.
  1. Milliaire romain de la voie d'Antonin situé à l'entrée nord du village indiquant le XIIIe mille (?) depuis Alba, capitale de l'Helvie (voir Helviens).
  2. Vestige de pont romain - attribution discutée - (une arche) traversant l'Auzon situé sur le tracé de la voie d'Antonin.
  3. L'église du bourg.
  4. Le centre du bourg.
  5. Le four et le hameau des Chazes.
  6. Le parcours de pêche au bord de l'Auzon.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Liste des maires du département de l'Ardèche » [PDF], sur le site de la préfecture de l'Ardèche, (consulté le 31 juillet 2015).
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :