Darbres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Darbres
Vue d'ensemble de Darbres, depuis la route de Lussas.
Vue d'ensemble de Darbres, depuis la route de Lussas.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Largentière
Canton Le Teil
Intercommunalité Communauté de communes Berg et Coiron
Maire
Mandat
Patricia Eyraud
2014-2020
Code postal 07170
Code commune 07077
Démographie
Population
municipale
226 hab. (2014)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 38′ 55″ nord, 4° 30′ 19″ est
Altitude Min. 337 m
Max. 880 m
Superficie 16,52 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte administrative d'Ardèche
City locator 14.svg
Darbres

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte topographique d'Ardèche
City locator 14.svg
Darbres

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Darbres

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Darbres

Darbres est une commune française, située dans le département de l'Ardèche en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Darbres est limitrophe de sept communes[1], toutes situées dans le département de l'Ardèche et réparties géographiquement de la manière suivante :

Rose des vents Saint-Priest Freyssenet Berzème Rose des vents
Saint-Laurent-sous-Coiron N Saint-Gineis-en-Coiron
O    Darbres    E
S
Lussas Mirabel

Histoire[modifier | modifier le code]

Le blason de la commune truite et châtaigne, a été dessiné par Christophe GRUDNOWSKI en 1992. [réf. nécessaire]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1965 juin 1995 Edmond Cadmas DVG  
juin 1995 mars 2008 Jacques Brunier Les Verts  
mars 2008 mars 2014 Pierre Julien DVD  
mars 2014 en cours
(au 24 avril 2014)
Patricia Eyraud[2] DVG Fonctionnaire

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 226 habitants, en diminution de -10,32 % par rapport à 2009 (Ardèche : 2,73 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
165 409 409 574 456 728 750 870 855
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
788 614 608 650 645 640 622 577 563
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
516 531 535 426 414 375 349 264 223
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
234 190 190 168 213 212 247 229 226
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La Fontaine intermittente de Boulègue (ou bien de Boulaigue) possède une légende, lorsque son eau émerge d'une couleur ocre, cela signifie que l'on se trouve en période de malheur, de guerre… C'est une eau clair et fraiche, idéale en période estivale. Son intermittence est visible à l'œil nu, sa particularité est que l'eau coule dans en endroit calcaire alors que son environnement est basaltique. Cette résurgence est référencée dans le guide Michelin.

Pour s'y rendre depuis le village de Freyssenet, suivre les indications à l'aide des panneaux "Ferme de Boulegue" ; arrivé au hameau de la Prade au bout de 3 km, tourner sur votre gauche.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Direction départementale de l'équipement (DDE), « Carte en relief de l'Ardèche avec limites communales », sur http://www.ardeche.equipement.gouv.fr, (consulté le 4 octobre 2011)
  2. « Liste des maires du département de l'Ardèche » [PDF], sur le site de la préfecture de l'Ardèche, (consulté le 30 juillet 2015).
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .