Saint-Pons (Ardèche)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Pons.
image illustrant une commune de l’Ardèche
Cet article est une ébauche concernant une commune de l’Ardèche.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Saint-Pons
Panorama sur Saint-Pons
Panorama sur Saint-Pons
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Largentière
Canton Le Teil
Intercommunalité Communauté de communes Berg et Coiron
Maire
Mandat
Dominique Laville
2014-2020
Code postal 07580
Code commune 07287
Démographie
Population
municipale
288 hab. (2013)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 35′ 41″ Nord 4° 34′ 38″ Est / 44.5947, 4.5772
Altitude Min. 214 m – Max. 683 m
Superficie 16,5 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte administrative d'Ardèche
City locator 14.svg
Saint-Pons

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte topographique d'Ardèche
City locator 14.svg
Saint-Pons

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Pons

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Pons

Saint-Pons est une commune française, située dans le département de l'Ardèche en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

Géologiquement, la commune de Saint-Pons se situe sur des terrains tendres du Crétacé constitués de marnes et de calcaires et à la limite du plateau volcanique du Coiron aux formes géologiques caractéristiques comme les orgues.

Le massif du Coiron étant ancien, les cônes stromboliens ont été sérieusement malmenés par l'érosion. Certains ont été complètement détruits et l'on peut observer, aujourd'hui, la partie basse de la cheminée d'alimentation qui est représentée soit par des gros culots de lave : les necks soit par des filons de quelques décimètres à plusieurs mètres d'épaisseur et de quelques mètres à plus d'un kilomètre de long : les dykes.

La Chapelle de Roche chérie a été bâtie sur le flanc d'un neck.


Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Gineis-en-Coiron Berzème Rose des vents
Saint-Jean-le-Centenier N Sceautres
O    Saint-Pons    E
S
Alba-la-Romaine

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint-Pons est un bourg ecclésial regroupé autour de l'église. Seule la présence d'une grande enceinte de la fin du Moyen Âge, mal datée mais à attribuer sans doute à la période de la guerre de cent ans, est à l'origine de son appellation de "château". Il n'y a jamais eu de château proprement dit à Saint-Pons, bien qu'une petite maison forte tardive située à l'extérieur de l'enceinte ait parfois été qualifiée ainsi.

L'enceinte de la fin du Moyen Âge avait une forme globalement quadrangulaire, aux angles nord cantonnés de tours encore en partie visible de nos jours. Une porte sur chaque face de l'enceinte permettait l'accès au village, centré autour de l'église et de la place du marché. Sur cette dernière se tenait, à la fin du XVè siècle, une foire concédée à Saint-Pons. A l'heure actuelle, la rue de Barry et la rue du Vallat conservent le souvenir des fortifications anciennes : ces termes désignent en effet respectivement les remparts et le fossé.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1977 mars 1983 Maurice Raynaud DVD Commerçant
mars 1983 mars 2008 Christian Mey PCF  
mars 2008 en cours
(au 24 avril 2014)
Dominique Laville[1] DVD Exploitant agricole

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 288 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
580 621 607 587 672 667 673 736 733
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
706 759 764 748 750 685 650 645 601
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
593 563 528 446 376 340 322 284 231
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 -
186 184 175 170 181 203 262 288 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La plaine du Regard est située au sud du plateau du Coiron et permet d'avoir un beau panorama sur le village situé au-dessous, la vallée de l'Escoutay ainsi qu'Alba-la-Romaine

Panorama plaine du Regard

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Liste des maires du département de l'Ardèche » [PDF], sur le site de la préfecture de l'Ardèche,‎ (consulté le 30 août 2015).
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2008, 2013.