Limerzel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du Morbihan
Cet article est une ébauche concernant une commune du Morbihan.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Limerzel
La chapelle du Temple Haut.
La chapelle du Temple Haut.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Vannes
Canton Questembert
Intercommunalité Questembert Communauté
Maire
Mandat
Gilbert Perrion
2014-2020
Code postal 56220
Code commune 56111
Démographie
Gentilé Limerzelais
Population
municipale
1 337 hab. (2014)
Densité 53 hab./km2
Population
aire urbaine
16 444 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 38′ 15″ nord, 2° 21′ 09″ ouest
Altitude 96 m (min. : 1 m) (max. : 97 m)
Superficie 25,15 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte administrative du Morbihan
City locator 14.svg
Limerzel

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Limerzel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Limerzel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Limerzel

Limerzel [limɛʁzɛl] est une commune française située dans le département du Morbihan, en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attesté sous les formes Ylismerzer vulgo Limerzel en 1272, Ecclesie Martirum en 1387 [1], Lesmerzer en 1422[2], Ecclesie Martyrum en 1453, Limerzel en 1454[3], Ecclesia Martyrum alias Lismerzel en 1516. [style à revoir][réf. incomplète] La forme de l'année 1272 est intéressante avec Ylismerzer que nous lisons aujourd'hui en Iliz ar Merzher, « église du martyr », et qui est corroborée par Ecclesia Martyrum alias Lismerzel en 1516.[style à revoir]

Ce toponyme rappelle donc l'existence d'une église dédiée à la mémoire d'un martyr dont l'anthroponyme reste mystérieux[style à revoir].

Lizmerzher en breton.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Roger Juhel    
mars 2008   Gilbert Perrion    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 337 habitants, en augmentation de 3,08 % par rapport à 2009 (Morbihan : 3,36 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 700 1 127 1 213 1 314 1 396 1 407 1 411 1 440 1 445
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 450 1 412 1 505 1 527 1 550 1 650 1 674 1 587 1 627
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 612 1 689 1 691 1 664 1 713 1 686 1 636 1 594 1 525
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 425 1 339 1 265 1 229 1 178 1 134 1 175 1 297 1 337
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006 [7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église paroissiale Saint-Sixte est un édifice bâti vers 1885 dans le style du XVe siècle.
  • Chapelle Saint-Clair
  • Fontaine de dévotion dédiée à saint Clair
  • Chapelle Saint-Julien
  • Chapelle Saint-Laurent
  • Chapelle Saint-Louis
  • Le calvaire du cimetière
  • Croix de Saint-Clair
  • Croix de Crévéac
  • La commanderie templière
  • Le château du Bois de Roz, au sud-est du bourg, était à l'origine un relais de chasse du duc de Bretagne, Jean IV, qui finalement en fit don à l'abbaye de Prières qui le transforma au XVIIe siècle en hospice pour les religieux âgés. Saisi et vendu nationalement en 1791, le château fut plusieurs fois le refuge du chef chouan, Sol de Grisolles. Après plusieurs ventes au cours du XIXe siècle, le château a vu sa propriété passer à la famille d'Espitalié de la Peyrade, en 1901, ses descendants en sont encore aujourd'hui propriétaires. Lorsque Henri d'Espitalié de la Peyrade en fit l'acquisition, le château était en mauvais état : l'aile Sud, détruite par un incendie en 1885, est donc par lui reconstruite. La demeure conserve encore aujourd'hui une chapelle du XVIIe siècle, une tour d'escalier du XVIe, des meneaux, un beau puits dans la cour. Bois-de-Roz était la seigneurie la plus importante de la paroisse, puisqu'elle avait haute, basse et moyenne justice.
  • Le château de Pinieux, ou quelquefois Pinieuc, est un manoir du XVe siècle bâti au milieu des bois à l'ouest du bourg. Il appartient à la famille Louis du Bouëxic de Pinieux depuis des générations. La demeure qu'accompagne une très belle chapelle privée, a été très remaniée au début du XXe siècle, et conserve son caractère médiéval. Un moulin à eau de Pinieux est toujours visible quelques centaines de mètres au nord.
  • Le manoir de Kerfaz (ou Kerface) s'élève non loin du Pinieuc. Il fut édifié au XVIe siècle par Louis de Coëtlogon, mais la seigneurie, avec moyenne et basse justice, est plus ancienne. Aujourd'hui le manoir, flanqué d'une grosse tour carrée, est la résidence de Mme Hardy, née du Cosquer de Kerviler.

Sports[modifier | modifier le code]

  • Saint Clair Limerzel : club de Football (niveau D2).

La Saint-Clair Limerzel compte plus de soixante années d’existence. M. Eugène Le Glaunec eut l'idée de fonder un club de football afin de rassembler les jeunes un peu désœuvrés en cette année noire de 1943. Mais le clergé à cette époque, en raison des vêpres, n’accordait pas son soutien. Une première équipe fut formée à l'aide de réfugiés venant de Saint-Nazaire et quelques matchs se déroulaient contre les occupants allemands.

Les statuts furent déposés en 1946 et le premier président fut M. Grayo. Les déplacements à l’époque se faisaient à vélo, en charrette ou en camionnette.

La Saint-Clair a d’abord évolué dans les championnats de patronage avant de rejoindre le District et démarrer en 3e division. Le club sera à son apogée en 1995, il rejoint la 1re division de District pendant deux années avant de redescendre en promotion de 1re division.

  • Darts Club Hismerzher : club de fléchettes (niveau D1).

Culture[modifier | modifier le code]

Limerzel est l'objet d'une chanson, « À Limerzel », assez connue dans le répertoire breton (en langue française). Cette chanson, humoristique, décrit des bizarreries qu'on peut imaginer trouver à Limerzel.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lambert (Y), Dieu change en Bretagne : la religion à Limerzel de 1900 à nos jours, Paris, Édition du Cerf, 1985, 451 p.
  • Fleury, Joseph, Ni route, ni électricité, ni service d'eau. La vie à Limerzel dans les années 50, Questembert, Stéphane Batigne Éditeur, 2013, 136 p., (ISBN 979-10-90887-14-5)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ernest Nègre - Toponymie générale de la France - Volume 2 - Page 1041.
  2. Ernest Nègre - Toponymie générale de la France - Volume 2 - Page 1041.
  3. Ernest Nègre - Toponymie générale de la France - Volume 2 - Page 1041.
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .

Liens externes[modifier | modifier le code]