Bras de fer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bras de Fer (homonymie).
Page d'aide sur l'homonymie Pour le film français de 1985, voir Bras de fer (film). Pour le film américain de 1987, voir Le Bras de fer.
La position pour un bras de fer.

Le bras de fer (ou tir au poignet) est un jeu ou un sport (en compétition) utilisé pour reconnaître le plus fort des deux participants. Il se pratique à deux personnes qui s'assoient face à face autour d'une table. Ils empoignent chacun le poignet de l'autre et forcent chacun vers la main non utilisée. Le gagnant est celui qui amène la main de l'autre, sans le blesser, à la table.

Facteurs de victoire[modifier | modifier le code]

Divers facteurs peuvent jouer un rôle dans une victoire en bras de fer. La technique, la vitesse et la force de l'ensemble de la ceinture scapulaire sont les facteurs les plus déterminants. La longueur du bras est également un facteur très important (le plus petit bras étant légèrement favorisé, il faut donc veiller à ce que les deux avant-bras soient de même hauteur[1]), la masse musculaire, la densité, la taille de la poignée, l'endurance, la souplesse du poignet ainsi que d'autres critères peuvent ajouter des chances de victoire à un concurrent.

L'entraînement[modifier | modifier le code]

Il est très spécifique. Comme le prouve le match improvisé entre Devon Larratt et Hafþór Björnsson[2] la force brute ne suffit pas. Il faut également une grande force dans les doigts et les poignets. Il existe du matériel spécifique pour travailler les différents mouvements. Mais comme l'a dit la légende du bras de fer John Brzenk : « best training for armwrestling is armwrestling » (« le meilleur entrainement de bras de fer est le bras de fer »).

Techniques[modifier | modifier le code]

Il existe trois principales technique au bras de fer sportif. Le Top-Roll consiste à tirer la main de l'adversaire vers soi en utilisant la force de pronation pour lui ouvrir les doigts et le poignet. Le Hook fait appel à la flexion palmaire pour crocheter la main de l'adversaire puis tirer vers soi pour lui ouvrir le bras. Enfin la Presse consiste à écraser le poignet de l'adversaire en utilisant la force de supination et le triceps.

Règle du bras de fer sportif[modifier | modifier le code]

La table[modifier | modifier le code]

La table de bras de fer est normée par la WAF. Elle est d'une hauteur de 102 cm. Le plateau fait 90 cm par 66 cm. Sur le plateau, on trouve deux pads pour poser les coudes (L 18cm / l 18cm / h 5cm), deux winpads disposés en biais (L 30cm / l 5cm / h 15cm) et deux poignées (h 15 cm) pour agripper la table de la main qui ne combat pas. La disposition de tous les éléments a été établie de manière à réduire le risque de blessure (décalage des pads de coude et hauteur des winpads plus importante). Les pads sont amovibles de manière à configurer la table pour un combat main gauche ou main droite.

La position de départ[modifier | modifier le code]

Pour que le départ soit équitable et fair-play, les adversaires doivent avoir une position spécifique avant de commencer le match. Un des rôles de l'arbitre est de contrôler cette position. Les mains doivent être au centre de la table, les poignets doivent être droits, l'articulation du pouce doit être visible et les épaules doivent être parallèles à la table. Si l'arbitre juge que la position n'est pas correcte, il peut décider de placer les mains lui-même. En compétition, l'arbitre est secondé par un arbitre assistant situé de l'autre coté de la table pour vérifier la position.

Le match[modifier | modifier le code]

Une fois que l'arbitre a donné le départ, les concurrents ont le droit de bouger leur main et leur corps dans toutes les positions. Il est toutefois interdit de lever le coude du pad, d'en sortir ou de lâcher la poignée de maintien : cela constitue une faute. L'arbitre arrête le match et donne un nouveau départ. Si une autre faute est faite par le même compétiteur, le match est donné à son adversaire. Si les mains lâchent, le match s’arrête, l'arbitre lie les mains des adversaires avec une sangle et donne un nouveau départ. Le but est de faire en sorte que la main de l'adversaire touche le winpad ou descende en dessous du plan que constituent les deux winpads.

Compétitions[modifier | modifier le code]

Dans les compétitions, les mains des adversaires sont parfois liées ensemble afin d'éviter les glissements.

Cette pratique a été structurée en tant que discipline sportive dans les années 1960, aux États-Unis.

Dans les concours de bras de fer, les affrontements se font debout avec les bras sur une table de tournoi de bras de fer. Les tournois sont également divisés en catégories de poids ainsi qu'en catégories gauchers et droitiers. Les compétiteurs sont appelés ferristes.

La World Armwrestling Federation (WAF) est universellement reconnue comme l'organisme mondial regroupant tous les amateurs de bras de fer et comprend plus de 85 pays membres.

On peut citer comme célèbres compétiteurs de bras de fer : John Brzenk, parfois considéré comme le plus grand compétiteur de bras de fer de tous les temps[3], Denis Cyplenkov, Andrey Pushkar, Magnus Samuelsson, Devon Larratt, et Alexey Voevoda. Allen Fisher est également renommé car il a remporté 26 championnats du monde et il est l'un des plus vieux compétiteurs de bras de fer, pratiquant toujours en compétition à l'âge de 54 ans[4].


Blessures[modifier | modifier le code]

Compétition de bras de fer. Le participant à droite est dans une position à risque de fracture. Son épaule devrait être alignée avec son bras, ou derrière, mais pas en avant comme ici. C'est une raison pour que l'arbitre arrête le match.
Fracture du 1/3 inférieure de l'humérus, typique du bras de fer.

Un bras de fer exerce un couple et une torsion importante sur l'os de la partie supérieure du bras, l'humérus, à un niveau rarement atteint dans d'autres activités physiques[5]. Les os de la plupart des humains ne sont pas habitués à de telles contraintes, et des blessures peuvent survenir très facilement. Le trait de fracture passe généralement au niveau d'une ligne située à mi-chemin entre l'épaule et le coude, ou un peu en dessous.

La tendance naturelle d'un pratiquant de bras de fer inexpérimenté est de pousser la main, le poignet et l'épaule dans la même direction de façon coordonnée, contre la force appliquée par l'adversaire. Toutefois, en tournant l'épaule de cette façon, on ne fait qu'ajouter de la pression à la torsion déjà appliquée à l'humérus par l'adversaire. US Arm Sports prévient du danger de « laisser votre épaule en avant de votre main ». Il est préférable de pivoter l'épaule et le bras, afin de ne jamais laisser la main en arrière de l'épaule.

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :