eXistenZ

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
eXistenZ
Titre original eXistenZ
Réalisation David Cronenberg
Scénario David Cronenberg
Acteurs principaux
Sociétés de production
Alliance Atlantis Communications
Canadian Television Fund
Harold Greenberg Fund
TMN
Serendipity Point Films (Canada)
Téléfilm Canada
Natural Nylon Entertainment (R.-U.)
UGC (France)
Pays d’origine Drapeau du Canada Canada
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de la France France
Genre Science-fiction
Durée 97 minutes
Sortie 1999

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

eXistenZ[1] est un film de science-fiction anglo-franco-canadien[2] réalisé par David Cronenberg et sorti en 1999.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans un futur proche, les joueurs de jeux vidéo sont reliés à un monde virtuel grâce à une console appelée pod, amphibien génétiquement modifié qui se connecte au système nerveux du joueur au travers d'un bioport, un trou percé à la base du dos du joueur. La démonstration du tout dernier jeu d'Allegra Geller (Jennifer Jason Leigh) tourne au cauchemar par l'intervention d'un groupe de Réalistes, fanatiques opposés à la « technologisation » de l'homme ; il ne s'agit plus de vivre une aventure, mais d'y survivre…

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Graphie du titre[modifier | modifier le code]

Le titre du film reprend celui du jeu fictif au centre de l'intrigue. Sa graphie particulière, « eXistenZ », mêlant capitales et bas-de-casse, est détaillée par un des personnages (Levi) au début du film : « eXistenZ. Written like this. One word. Small “E”, capital “X”, capital “Z”. “eXistenZ”. It's new, it's from Antenna Research, and it's here... right now. »[4].

Elle est expliquée par Mark Browning dans David Cronenberg: Author or filmmaker? : « Dans la scène d'ouverture (et de clôture) d’eXistenZ, Cronenberg démonte les traits paradoxaux du langage utilisé dans les présentations commerciales. En présentant le jeu, Levi écrit le mot eXistenZ sur un tableau noir en même temps qu'il le prononce et en insistant sur les lettres qui doivent être en majuscules[5]. ». Les lettres isten, en minuscules au milieu du mot, signifient « Dieu » en hongrois[6].

Certains ouvrages ont adopté une graphie partiellement normalisée en rétablissant la majuscule initiale : EXistenZ[7].

Produits dérivés[modifier | modifier le code]

Une novélisation du film a été écrite par l'auteur de science-fiction Christopher Priest, spécialiste des réalités parallèles. Le film de Cronenberg est peut-être inspiré du roman de Priest Les Extrêmes, publié en 1998, qui relate la vie de Teresa Simons, agent du FBI qui découvre la trame d'évènements tragiques à travers une réalité virtuelle proche des jeux vidéo.[réf. nécessaire]

Lectures du film[modifier | modifier le code]

eXistenZ et la science-fiction[modifier | modifier le code]

Cronenberg considère eXistenZ comme étant son « film dickien »[réf. nécessaire], celui contenant le plus de thèmes proches de l’œuvre de Philip K. Dick[8]. Il a d’ailleurs inclus une sorte d’hommage dans le film par le biais d'un sac en papier où est inscrit « Perky's Pat », en référence à la nouvelle The days of Perky Pat (1963), qui est (en partie) l'inspiration du roman Le Dieu venu du Centaure (The Three Stigmata of Palmer Eldritch, 1965). Le film illustre la réalité simulée, comme d'autres de l'époque : Matrix par exemple.

On peut y voir une critique du cyberpunk, plus notamment d'un de ses dérivé : le biopunk, ainsi que des univers virtuels[réf. nécessaire].

Jude Law est déjà habitué à la science-fiction et la dystopie. Il jouait Jérôme Eugène Morrow dans Bienvenue à Gattaca deux ans auparavant. Dans le même registre, il jouera encore Gigolo Joe dans A.I. Intelligence artificielle au côté de Haley Joel Osment en 2001 et Remy dans Repo Men au côté de Forest Whitaker en 2010.

Réel, virtuel et jeux[modifier | modifier le code]

La trame du film est basée sur la confusion entre la réalité et la réalité virtuelle, que les personnages vivent hors et dans le jeu vidéo appelé eXistenZ, dont le but est tout simplement de vivre une aventure (à la manière d'un jeu d'aventure), dans un monde ultra-réaliste. Dans ce film, David Cronenberg donne une texture biologique aux objets technologiques : les consoles de jeu qui permettent de s'immerger dans le virtuel sont des sortes de fœtus, les connexions sont assurées par des cordons ombilicaux s'enfichant dans des orifices, les « bioports », créés au moyen d'une perforation de la colonne vertébrale en bas du dos. Alain Badiou affirme que dans le film, « « l'autre monde » est bâtard, conformément au génie de Cronenberg, qui vise toujours à greffer l'un sur l'autre des éléments ordinairement hétérogènes[9] » (réel et virtuel, mécanique et biologique ici). Le thème de l'hybridation entre biologie et technologie est également présent dans autres œuvres de Cronenberg, par exemple Le Festin nu ou Vidéodrome).

Cronenberg joue aussi avec les codes des jeux vidéo : personnages et actions stéréotypés, des boucles d'actions qui continuent jusqu'à ce que le joueur fasse le « bon choix » pour les débloquer. Mehdi Belhaj Kacem compare ces scènes nécessaires à la poursuite de l'intrigue, dans lesquelles le joueur n'a plus de choix réel, aux cinématiques des jeux vidéo[10].

Le film est déroutant au sens où le spectateur lui-même se perd dans la mise en abyme du monde virtuel, jusqu'à la chute finale. Les personnages principaux essayent de se connecter au monde virtuel d'« eXistenZ » et n'y arrivent que tardivement, sans que l'on sache vraiment s'ils entrent dans le jeu ou s'ils y sont déjà. Comme le dit Belhaj Kacem, « depuis le départ, le jeu a semblé ne vivre que de ce qui le menaçait, l'empêchait de commencer, d'avoir lieu, de continuer »[11]. Cette impression est renforcée par la conspiration des « réalistes », les ennemis du virtuel, qui cherchent à détruire le jeu et ses moyens d'accès, ou bien qui utilisent le jeu et sont eux-mêmes virtuels. Badiou voit dans le terme « réalistes » une allusion à la philosophie (dans laquelle il existe un courant de pensée réaliste). Les réalistes condamnent moralement la fuite dans un imaginaire irréel que nous confondrions avec la réalité, voire nient que le virtuel ait une quelconque réalité (ils sont des « anti-deleuziens fanatiques »)[12].

La question de l'angoisse[modifier | modifier le code]

eXistenZ fait l'objet de plusieurs analyses philosophiques et psychanalytiques, à partir des concepts de l'angoisse et des pulsions.

Mehdi Belhaj Kacem voit dans le film une recherche constante de la cause de l'angoisse, cause pourtant introuvable. Il réutilise la définition de l'angoisse de Kierkegaard et Heidegger : une « peur » ou un « vertige » sans objet assignable, qui fait vaciller l'existence dans son ensemble[13]. Le film ajoute une dimension nouvelle à l'affect de l'angoisse, la jouissance, dimension absente de deux genres de film qui traitent de cet affect : le cinéma réaliste et les films d'horreur. En effet, selon Belhaj Kacem, le cinéma « réaliste » classique réduit l'angoisse à ce qu'on pense qu'elle est dans la vie courante, à savoir une « psychofrigidité dépressive », un blocage existentiel et une souffrance pure. De l'autre côté, les films d'horreur cherchent à donner un objet à l'angoisse, donc à la ramener à une peur, afin de produire chez le spectateur une catharsis, une décharge des affects négatifs. Les films d'horreur jouent le rôle d'exutoire. Belhaj Kacem écrit :

« eXistenZ est peut-être le plus profondément scandaleux des films de Cronenberg : saisissant l'angoisse comme l'impossible saisie de son objet, la jouissance qu'il procure se confond avec l'entièreté de la forme qui donne forme à cette saisie[14]. »

C'est le jeu qui transforme l'angoisse en jouissance, en quelque sorte le plaisir de ne pas savoir où on se trouve, si ce que l'on vit est réel ou non, réellement dangereux ou non. La pulsion, comme dans la scène d'érotisme entre Allegra et Ted, est artificiellement et esthétiquement créée dans le jeu, ce qui permet la jouissance de l'indétermination entre réel et virtuel ou mécanique et biologique, sur le mode fictionnel.

Jacques Brunet-Georget mobilise les concepts de Lacan pour analyser la scène « érotique » du film dans laquelle Allegra et Ted s'embrassent et s'enlacent comme malgré eux, pris dans une pulsion de jeu. Il écrit, à propos du branchement du pod de Ted dans son dos par Allegra :

« l'objet pénètre le sujet hors de son champ de vision, d'une façon qui semble menacer l'intégrité immédiatement sensible de son corps ; pourtant, Ted confesse ne rien sentir. L’angoisse demeure, à l'état diffus, à l’occasion d’un contact qui devient paradoxalement immatériel, mais qui aura suscité une vision d’horreur fantasmée[15]. »

La cause du désir, ici le bio-port, échappe à la « saisie représentative », comme l'objet a de Lacan.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Badiou, « Dialectiques de la fable », in Matrix, machine philosophique, Ellipses, 2003.
  • Mehdi Belhaj Kacem, eXistenZ. Lecture d'un film, Tristram, 2005.
  • Mark Browning, David Cronenberg: Author or filmmaker?, University of Chicago Press, 2008.
  • Jacques Brunet-Georget, « Entre l'angoisse et la pulsion : intensités tactiles dans eXistenZ (David Cronenberg) », in Proteus. Cahiers des théories de l'art, numéro zéro, avril 2010, p. 9-17.
  • Teresa de Lauretis, Pulsions freudiennes. Psychanalyse, littérature et cinéma, Paris, PUF, 2010. Le ch. IV est consacré au film.
  • Christopher Priest, EXistenZ, Denoël, 1999. C'est la novélisation du film.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Selon la graphie voulue par l'auteur. Cf. #Graphie du titre
  2. Allociné
  3. eXistenZ (1999) - Awards sur IMDb.
  4. « eXistenZ. Écrit comme ça. Un seul mot. Petit “e”, “X” majuscule, “Z” majuscule. eXistenZ. C'est nouveau, ça vient d'Antenna Research et c'est ici... et maintenant. »
  5. Mark Browning, David Cronenberg: Author or filmmaker?, p. 170.
  6. Deux des producteurs, András Hámori et Robert Lantos, sont originaires de Hongrie.
  7. Alain Rey (dir.), « Cronenberg (David) » dans Le Petit Robert des noms propres, édité en 2011 (ISBN 978-2-84902-888-9)
  8. Olivier Père, Philip K. Dick au cinéma : le K. Dick, Les Inrocks, 18 février 2004. Disponible en ligne.
  9. Alain Badiou, « Dialectiques de la fable », in Matrix, machine philosophique, Paris, Ellipses, 2003, p. 124.
  10. Mehdi Belhaj Kacem, eXistenZ. Lecture d'un film, Auch, Tristram, 2005, p. 15.
  11. Mehdi Belhaj Kacem, eXistenZ, p. 24.
  12. Alain Badiou, « Dialectiques de la fable », p. 124. Gilles Deleuze est un philosophe qui défend l'existence du virtuel dont l'« actualisation » n'est jamais que temporaire et instable. Cf. Deleuze et Parnet, Dialogues, Paris, Champs-Flammarion, 1996, ch. V, « L'actuel et le virtuel », p. 179-185.
  13. Mehdi Belhaj Kacem, eXistenZ, p. 32 : l'angoisse est un « existential ». Cf. Søren Kierkegaard, Le concept de l'angoisse, Gallimard, 1935 (1844). Et Martin Heidegger, « Qu'est-ce que la métaphysique ? », 1929.
  14. Mehdi Belhaj Kacem, eXistenZ, p. 47.
  15. Jacques Brunet-Georget, « Entre l’angoisse et la pulsion : intensités tactiles dans eXistenZ (David Cronenberg) », in Proteus. Cahiers des théories de l'art, numéro zéro, avril 2010, p. 11.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]