La Méthode (théâtre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Méthode.
L'acteur Marlon Brando — ici dans le film Viva Zapata ! — est l'un des inconditionnels de La Méthode[1].

La Méthode (aussi appelée système Stanislavski) est le nom donné aux principes d'interprétation au théâtre inventés et mis en œuvre par Constantin Stanislavski, en Russie. Cette méthode a été reprise par Lee Strasberg à l'Actors Studio[2] (« méthode Strasberg », très proche) pour la formation des plus grands acteurs et actrices de théâtre et de cinéma américains[3].

Cette méthode travaille à partir de l'impulsion du corps et plus généralement à partir de ce qu'elle nomme « action physique ». Il ne s'agit pas de jouer bien, mais de jouer juste et à partir de là de toucher ce qui est vrai[4].

Présentation[modifier | modifier le code]

Cette méthode de travail se réclame des écrits sur la mise en scène et la direction d'acteur de Constantin Stanislavski, metteur en scène et théoricien de théâtre russe dont la technique pédagogique est résumée en deux livres : La formation de l'acteur et La construction du personnage.

Lee Strasberg définit cette méthode comme permettant aux acteurs de « puiser dans ses propres affects pour créer l'émotion. Faire exister le rôle à travers sa mémoire affective. En bref, amener le personnage à soi et non l'inverse. »

La Méthode est souvent montrée comme une technique de jeu particulièrement naturaliste, en opposition à un jeu plus figuratif. En effet, Stanislavski a développé ses techniques de jeu pour traduire une réalité naturaliste, éloignée des clichés du théâtre de son époque, afin d'exprimer le naturalisme des textes des auteurs de son époque, tels que Gorki ou bien encore Tchekhov.

L'improvisation, la recherche sur la mémoire sensorielle, le passé du personnage, le geste psychologique, etc. sont des techniques habituelles de cette école. Mais le principe premier de cette technique de jeu naturaliste consiste avant tout à expérimenter les circonstances du rôle, ce qui est particulièrement manifeste dans ses Cahiers de régie[5], qui montrent que Stanislavski proposait à ses comédiens, parallèlement au texte et à des notations techniques, des indications psychologiques précises sur l'état du personnage à tel ou tel moment du drame. Par la suite, la réflexion de Stanislavski le pousse à ne plus imposer sa vision de la psychologie du personnage à ses comédiens, mais à former ses comédiens pour qu'ils travaillent à trouver, par eux-mêmes, et en eux-mêmes, la psychologie du personnage.

Tout cela doit être considéré comme un travail quotidien, qui se fait sous la direction, par exemple d'une maîtresse. Stanislavski a divisé ce travail de l'acteur ou de l'actrice en deux parties principales : le travail de la personne sur elle-même, et le travail sur le rôle. L'acteur travaille sur lui-même par le revivre, qui vient de son psychisme, et par l'incarnation, qui vient de son physique. Ce physique conduira le sentiment. À condition que le physique vienne d'une justification intérieure il sera naturel. Le choix des actions physiques est la base de la construction du personnage et il s'accomplit lorsque l'actrice sait à chaque instant pourquoi et comment, par le psychisme, elle fait telle chose. Stanislavski comprit l'importance du physique grâce à son élève Vsevolod Meyerhold, mais il décrira toujours comme fondamental l'incarnation de l'acteur dans son personnage, alors que Meyerhold s'éloignera de cette conception. [4]

La Méthode au cinéma[modifier | modifier le code]

Les techniques de jeu développées par Stanislavski furent popularisées par des grands noms du cinéma américain, qui ont été formés avec « la méthode » de Stanislavski, comme Montgomery Clift, Al Pacino, Paul Newman, Marlon Brando, Robert De Niro, James Dean, Glenn Close, Meryl Streep, Christian Bale, Viola Davis, Harvey Keitel ou encore Dustin Hoffman.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marlon Brando : Sa biographie - AlloCiné
  2. « L'Actors Studio », sur actorstudio.fr (consulté le 28 février 2019).
  3. Adèle Van Reeth et Philippe Petit, « Du comédien à l'acteur 2/4 : de Stanislavski à l'Actors Studio », sur France Culture.fr, .
  4. a et b Irène Perelli-Contos, « Stanislavski et Meyerhold : pionniers de la pédagogie théâtrale », Études littéraires, vol. 20, no 3,‎ , p. 13–25 (ISSN 0014-214X et 1708-9069, DOI https://doi.org/10.7202/500812ar, lire en ligne).
  5. Cahiers de régie sur la Cerisaie et les Trois sœurs. Constantin Stanislavski. Préface d’Alain Françon. Présentation de Camille Combes-Lafitte. Textes de Stanislavski traduits par Jacqueline Razgonnikoff. Textes de Tchekhov traduits par André Markowicz et Françoise Morvan, éditions Aux forges de Vulcain/Sciences, 2011.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (en) Site non officiel (il n'existe pas de site Internet officiel de l'Actors Studio)
  • (en) Site officiel (source : page Wikipedia en anglais de l'Actors Studio)