La Favorite (film, 2018)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis La Favorite (film))
La Favorite

Titre original The Favourite
Réalisation Yórgos Lánthimos
Scénario Deborah Davis
Tony McNamara
Acteurs principaux
Sociétés de production Element Pictures
Scarlet Films
Pays de production Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de l'Irlande Irlande
Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Historique, biopic, comédie noire
Durée 120 minutes
Sortie 2018

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Favorite (The Favourite) est un film américano-irlando-britannique réalisé par Yórgos Lánthimos, sorti en 2018.

Résumé détaillé[modifier | modifier le code]

Au début du XVIIIe siècle, l’Angleterre et la France s'affrontent (guerre de Succession d'Espagne). Pendant que, sur le continent, le duc de Marlborough guerroie non sans succès contre les Français, la Cour, insouciante, se livre aux courses d'oies et à la dégustation d’ananas.

La reine Anne (Olivia Colman), boulimique, de santé fragile et au caractère instable, joue avec ses 17 lapins - un pour chaque enfant qu'elle a perdu - tandis que son amie d'enfance Sarah Churchill (Rachel Weisz), duchesse de Marlborough, gouverne à sa place.

Sarah et son mari - elle à la Cour et lui sur les champs de bataille - sont les chefs du parti de la guerre à outrance contre la France.

En face, le camp d'une paix négociée est dirigé par Robert Harley (Nicholas Hoult), chef de l'opposition. Grand propriétaire foncier, il est hostile au doublement de taxes que Sarah exige de la Reine pour financer la poursuite de la guerre et fait valoir le risque d'émeutes dans les campagnes.

Abigail Masham, baronne Masham.

Abigail Hill (Emma Stone), une cousine de Sarah, frappée par la misère, arrive au palais et sollicite celle-ci - qui l'accueille non sans mépris - pour trouver du travail.

On apprend qu'elle a connu plusieurs revers de fortune et qu'elle a même été vendue à un Allemand par son père pour éponger une dette de jeu au whist. Elle travaille d'abord comme soubrette et est cantonnée à des tâches subalternes. Mais un jour, apprenant que la reine a eu une crise de goutte, elle prépare un mélange d'herbes qu'elle va lui appliquer dans sa chambre. Sarah la surprend et la fait d'abord fouetter pour son impudence puis, constatant que les herbes ont soulagé la reine, revient sur sa décision et la fait même nommer Lady of the Bedchamber .

Harley demande à Abigail - non sans une certaine morgue car il sait qu'elle sort du ruisseau - d'espionner Sarah et la reine. Abigail commence par refuser, mais, espionne pour son propre compte, voit Sarah et la reine coucher ensemble. Plus tard, elle consentira à fournir à Harley des informations qui permettront à celui-ci de faire ajourner fort habilement une réunion du Parlement au cours de laquelle la reine devait annoncer une augmentation des taxes pour faire face à l'effort de guerre.

Alors que Sarah est concentrée sur les affaires de la guerre, Abigail se lie d'amitié avec la reine, amitié qui devient sexuelle. Un jour, Sarah découvre ainsi Abigail endormie nue dans le lit de la reine. Estimant cette proximité dangereuse pour elle, elle tente vainement de faire renvoyer Abigail.

Lors d'une réception, Abigail drogue le thé de Sarah. Cette drogue fait tomber celle-ci de cheval alors qu'elle chevauchait seule dans un bois. Trainée inconsciente par son cheval, et grièvement blessée, Sarah se réveille dans une maison close et échappe de justesse à la condition de prostituée. Tandis qu'elle se remet peu à peu, elle demeure introuvable alors que la reine la fait chercher partout. Puis, pensant que Sarah l'a abandonnée pour la rendre jalouse, la reine finit par reporter son besoin d'affection sur Abigail et prend celle-ci sous une aile. Elle la marie ainsi au baron Samuel Masham (Joe Alwyn), et Abigail réintègre alors la noblesse.

Enfin de retour au palais, Sarah pose un ultimatum à la reine : soit celle-ci renvoie Abigail, soit elle dévoile au public sa correspondance épistolaire avec la reine, qui révèlera l'aspect sexuel de leur relation. Rentrée chez elle, prise de scrupules, elle change d'avis et brûle les lettres compromettantes. Mais la reine n'a désormais plus confiance en elle et la chasse de la Cour.

Quand Abigail, désormais promue gardienne de la bourse privée, fait état de détournements d'argent de la part de Sarah, la reine exile cette dernière, ainsi que son mari, le duc de Marlborough, héros de la guerre contre la France, hors d'Angleterre. Robert Harley est nommé Premier ministre et un traité de paix avec la France est négocié.

Abigail profite maintenant pleinement de sa position et s'adonne désormais sans retenue aux fêtes et aux divertissements de la Cour. Alors que, agacée et impatiente, elle attend le réveil de la reine, oubliant toute prudence, elle tente d'écraser un des lapins de celle-ci, avant de le laisser s'échapper, commettant ainsi un véritable crime de lèse-majesté. Ulcérée, la reine, qui l'a vu faire, empoigne alors Abigail par les cheveux et lui ordonne de lui masser les jambes, lui rappelant ainsi qu'elle n'est - et ne sera jamais, quelle que soit sa position, qui ne dépend que de son bon vouloir - qu'une servante.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

En , Emma Stone, Olivia Colman et Kate Winslet sont engagées pour jouer dans le film réalisé par le cinéaste grec Yórgos Lánthimos, d'après un scénario de Deborah Davi et Tony McNamara[2]. Un mois plus tard, Rachel Weisz remplace Kate Winslet[3].

En , Nicholas Hoult complète le casting[4] suivi de Joe Alwyn, la révélation d'Un jour dans la vie de Billy Lynn d'Ang Lee, un mois plus tard[5].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage a commencé en en Angleterre[6].

Postproduction[modifier | modifier le code]

L'équipe n'avait pas de compositeur. Le réalisateur choisissait lui-même la musique lors du montage[7].

Sortie[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

La Favorite
Score cumulé
SiteNote
Allociné3.8 étoiles sur 5
Compilation des critiques
PériodiqueNote
Télérama5.0 étoiles sur 5
Le Monde4.0 étoiles sur 5

En France, le site Allociné propose une moyenne des critiques de presse à 3,7/5[8].

Télérama accorde la note de 5/5 au film La Favorite. Télérama salue le « huis clos explosif, aussi cru que raffiné »[9]. Pour Véronique Cauhapé du Monde, Yorgos Lanthimos éprouve « un malin plaisir à repousser les limites du genre » du film historique offrant « un spectacle où le grandiose s’accorde au grotesque et la trivialité au raffinement »[10].

Box-office[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

L'actrice Rachel Weisz au Monclair Film Festival, l'année de sortie du film.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « StackPath », sur www.kodak.com (consulté le )
  2. Ali Jaafar, « Emma Stone & Olivia Colman In Talks To Board Yorgos Lanthimos’ ‘The Favourite’ », Deadline.com, (consulté le )
  3. Ali Jaafar, « Rachel Weisz In Talks To Reunite With Yorgos Lanthimos In ‘The Favourite’ », Deadline.com, (consulté le )
  4. Anita Busch, « Nicholas Hoult Joins Emma Stone And Rachel Weisz In ‘The Favourite’ », Deadline.com, (consulté le )
  5. Rebecca Ford, « 'Billy Lynn' Star Joe Alwyn Joins Emma Stone in 'The Favourite' (Exclusive) », The Hollywood Reporter, (consulté le )
  6. Justin Kroll, « Colin Farrell to Star as Oliver North in Iran-Contra Series for Amazon (EXCLUSIVE) », Variety, (consulté le )
  7. (en) Korey Pereira, « Interview: Johnnie Burn on Creating the Sound for The Favourite », sur designingsound.org, (consulté le )
  8. « La Favorite », sur Allociné (consulté le ).
  9. « La Favorite de Yorgos Lanthimos - (2018) - Film - Drame sentimental » (consulté le )
  10. Véronique Cauhapé, « La Favorite » : jeu de dames au palais, lemonde.fr, 5 février 2019
  11. JP-Boxoffice.com ; page du film La Favorite, consulté le 25 février 2019.
  12. « La Roche-sur-Yon. Le festival du film dévoile son palmarès », sur Ouest France, (consulté le ).
  13. (en) « ‘Roma’ Wins BAFTA for Best Film; ‘The Favourite’ Takes Seven », sur Variety, (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]