Sans filtre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sans filtre

Titre original Triangle of Sadness
Réalisation Ruben Östlund
Scénario Ruben Östlund
Acteurs principaux
Sociétés de production 30West
Arte France Cinéma
BBC Films
Bord Cadre Films
Coproduction Office
Film i Väst
Heretic
Imperative Entertainment
Piano Films
Plattform Produktion
Sovereign Films
Sveriges Television
Swedish Film Institute
Pays de production Drapeau de la Suède Suède
Drapeau de la France France
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie satirique
Durée 149 minutes
Sortie 2022

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Sans filtre (Triangle of Sadness) est une comédie satirique suédo-franco-germano-britannico-américaine écrite et réalisée par Ruben Östlund, sortie en 2022.

Il s'agit du premier long métrage du réalisateur majoritairement tourné en anglais[1].

Il est présenté en « compétition officielle » au Festival de Cannes 2022 et reçoit la Palme d'or[2].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Un couple de mannequins et influenceurs se retrouve embarqué sur un navire de croisière de luxe. Là-bas ne règne qu'argent, luxe et inégalité. Du moins jusqu'à ce qu'une tempête pointe le bout de son nez, et avec elle le bouleversement des rapports sociaux entre tous les occupants du navire. Passant du Titanic à Robinson Crusoé, avec l'élite capitaliste américaine et un marxiste pour capitaine, tout ce beau monde va devoir finir par cohabiter, quitte à renverser dogmes et hiérarchies...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

icône image Médias externes
Images
Affiche officielle française sur le site de Bac Films
Affiche promotionnelle française sur le site Ecran Large
Vidéos
Bande-annonce officielle, VOSTFR sur le compte YouTube de BAC Films

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Info Simple.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par les bases de données Allociné et IMDb.

 Source et légende : version française (VF) sur RS Doublage[3]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Le projet est annoncé dès juin 2017. Östlund s'inspire des discussions avec sa compagne, qui est photographe de mode. Le titre original, Triangle of Sadness, vient d'un terme utilisé en chirurgie esthétique pour désigner une ride entre les yeux[4]. Une réplique y fait référence dans une séquence de casting au début du film.

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

En , il est annoncé que Woody Harrelson, Harris Dickinson, Charlbi Dean, Vicki Berlin, Dolly De Leon, Zlatko Buric, Iris Berben font partie de la distribution[1].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage a lieu sur une île grecque et sur le yacht Christina O[5]. Le film est tourné tout le long de l'année 2020, la production étant interrompue un temps à cause de la pandémie de Covid-19[6].

Bande originale[modifier | modifier le code]

Liste des titres
No TitreArtistes Durée
1. Born FreeM.I.A. 4:13
2. Toccata et fugue en ré mineurJean-Sébastien Bach
3. New NoiseRefused 5:10
4. Lady (Hear Me Tonight) (Original Mix)Modjo 5:06
5. Make Your OwnAndreas Franck 3:00
6. Once In a WhileMichael Edwards, Bud Green 3:03
7. The OceanLinnea Olsson 4:15
8. Lush LifeBilly Strayhorn 3:30
9. Egyptian FantasyVincent Peirani & Émile Parisien 4:49
10. Sonnerie de Sainte-Geneviève du Mont de ParisMarin Marais 8:00
11. The PrayerMax Schultz
12. Flower PlayErnst August Quelle 3:05
13. Quintette à cordes opus 11Luigi Boccherini 3:49
14. L'InternationaleEugène Pottier, Pierre Degeyter 4:00
15. Tale of Two GirlsJames Kenelm Clarke 2:55
16. LifeDes'ree 3:29
17. Marea (We’ve Lost Dancing)Fred Again & The Blessed Madonna 4:45

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Sans filtre
Score cumulé
SiteNote
Metacritic62/100
Rotten Tomatoes74%
Allociné3.2 étoiles sur 5
Compilation des critiques
PériodiqueNote
Première2 étoiles sur 5
Ecran Large3 étoiles sur 5
aVoir-aLire4 étoiles sur 5
Cinema Teaser3 étoiles sur 5

En France, le site Allociné donne une moyenne de 3,25, après avoir recensé 40 titres de presse[7]. Le site Rotten Tomatoes donne une note de 74% pour 122 critiques[8]. Le site Metacritic donne une note de 62100 pour 39 critiques[9].

Les critiques tendent plutôt à être favorables pour cette comédie satirique. Pour Le Parisien, « Palme d’or à Cannes, le film de Ruben Östlund rentre dans le lard du politiquement correct à l’aide de dialogues et situations féroces. Et ce tout en soignant la mise en scène : avec Östlund, on a toujours droit à du grand cinéma »[10]. Son supplément Le Parisien Week-end apporte une autre critique et parle d'une « comédie délirante […] une fable déconcertante […] un film inclassable […] vivement recommandé »[11].

Pour Christophe Caron dans La Voix du Nord, le cinéaste « conçoit une charge ultra-virulente contre les riches. Facile mais efficace ». La critique estime que le « tout est exagérément étiré (deux heures trente !), sans doute facilement cathartique, mais le jeu de massacre est suffisamment radical et décapant pour qu’on monte à bord. »[12].

Dans Le Figaro, Éric Neuhoff estime que le film est tout simplement « savoureux » : « Feu sur le politiquement correct. Haro sur le fric roi. Assez de la tyrannie des apparences. Sa caméra est un lance-flammes. Cette bataille navale réjouit, décoiffe. Le malaise s’installe. »[13].

Gérard Crespo, pour le site avoir-alire.com, écrit : « Aussi puissant que The Square (précédente réalisation du cinéaste), et encore plus corrosif, Sans filtre est un récit étrange et jubilatoire, grand moment de cinéma et d’humour féroce. »[14].

Dans le JDD, le film a droit à deux avis divergents. La critique positive salue la « transgression en toute impunité [qui] engendre des rires cathartiques par son humour à multiples facettes », bien qu'il reconnaisse « quelques longueurs », ce sur quoi la critique négative le rejoint. Pour cette dernière, le film est « prévisible », « indigeste », « le palmé suédois se complaît dans une caricature satisfaite de notre époque bouffée par les apparences, la veulerie et les inégalités, engrais mortifères du capitalisme »[15].

Sur le site Écran Large, Alexandre Janowiak s'est laissé convaincre par la Palme d'or et « la foire au n'importe ». La plus grande force du réalisateur est alors d'avoir la « capacité à mener son récit n'importe où, n'importe quand, n'importe comment, surprenant en permanence les spectateurs ». Le site termine sa critique ainsi : « Sans filtre est un éloge du chaos. Un délire grossier et impertinent démantelant la société, explosant les hiérarchies et détruisant tout le monde dans une folie jubilatoire totalement anarchique. »[16].

Pour le site Critikat, Corentin Lê est favorable au résultat du film et considère que si le cinéaste « confirme de film en film un véritable savoir-faire comique, Östlund est surtout en train de passer maître dans l’art de nager dans la fange » (en référence à la très grande présence d'allégorie des matières fécales et du vomi)[17].

Pour Gael Golhen dans Première, la séance dans les salles obscures donne un rendu plus négatif : « Sans idéal de recours, Sans filtre finit par ronronner de son propre rictus et ses charges explosives s’étoufferaient presque dans leur propres inanités (la fin du film est d’ailleurs la partie la plus faible). »[18]. Du côté des Inrockuptibles, Murielle Joudet écrit : « le cinéaste suédois dégaine une redoutable machine à flatter son public, travestie en fable faussement subversive »[19]. L'Obs apporte une double critique : la première de François Forestier, avec trois étoiles sur quatre, décrit le film comme « déconcertant et poilant ». La seconde de Nicolas Schaller ne donne aucune étoile, acte expliqué par le scénario « pénible » pour un « film peu comique, formellement aussi creux et lisse que ses personnages »[20].

Box-office[modifier | modifier le code]

Pour son premier jour d'exploitation en France, Sans filtre réalise 36 565 entrées, dont 16 425 en avant-première pour 341 copies. Ce chiffre permet à la comédie satirique de figurer en seconde place du classement des nouveautés du jour, derrière la comédie française Jumeaux mais pas trop (46 253) et devant le thriller d'épouvante-horreur Smile (32 859)[21]. Après une première semaine d'exploitation en France, le long-métrage réalise 179 786 entrées cumulées, pour une quatrième place au box-office, derrière Jumeaux mais pas trop (210 444) et devant Une belle course (117 217)[22].

Au bout de sa seconde semaine d'exploitation, Sans filtre perd deux places avec 105 276 entrées supplémentaires, derrière Jumeaux mais pas trop (112 870) et devant The Woman King (81 836)[23]. En troisième semaine, le film fait 87 139 entrées supplémentaires, passant de la sixième à la neuvième place[24].

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau de la Suède Suède - - -
Drapeau de la France France 556 283 entrées[25] 13

Monde Total mondial 21 763 699 $[26] - -

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Sélections[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Le tournage de Triangle of Sadness, la prochaine satire sociale de Ruben Östlund, est terminé », sur lesinrocks.com, (consulté le )
  2. Cannes 2022 : avec « Triangle of sadness », de Ruben Östlund, la Palme d’or récompense une critique acide des super-riches, sur lemonde.fr, consulté le 29 mai 2022.
  3. « Fiche du doublage français - Sans Filtre », sur RS Doublage (consulté le )
  4. « Ruben Östlund, Palme d'or 2017, révèle son prochain film », sur Ecran Noir,
  5. (en) « The Square Helmer Ruben Ostlund on Filming Triangle of Sadness With Woody Harrelson During Pandemic (EXCLUSIVE) », sur variety.com, (consulté le ).
  6. (en) « Ruben Östlund’s ‘Triangle Of Sadness’ wraps Covid-free shoot in Greece », sur Screen International,
  7. « Sans filtre - Presse », sur Allociné (consulté le )
  8. (en) « Triangle of Sadness », sur Rotten Tomatoes (consulté le )
  9. (en) « Triangle of Sadness », sur Metacritic (consulté le )
  10. Catherine Balle, Renaud Baronian, Yves Jaeglé et Michel Valentin, « Sorties cinéma du 28 septembre : «Sans filtre», «le Sixième enfant», «Poulet frites»... les films à voir », sur Le Parisien, (consulté le )
  11. Olivier de Bruyn, « Grand écran « Sans filtre » », Le Parisien Week-end,‎ , p. 55 (ISSN 2262-6077)
  12. Christophe Caron, « « Sans filtre »****, la Palme d’or 2022, dans les salles ce mercredi: la croisière abuse », sur La Voix du Nord, (consulté le )
  13. Éric Neuhoff, « Notre critique de Sans filtre: La Grande Bouffe, en version nautique », sur Le Figaro, (consulté le )
  14. Gérard Crespo, « Sans filtre - Ruben Östlund - critique », sur aVoir-aLire, (consulté le )
  15. S.B., A.C., « « Sans filtre », « Le Sixième enfant », « Smile »… Les critiques des films en salles cette semaine », sur Le Journal du dimanche, (consulté le )
  16. Alexandre Janowiak, « Sans filtre : critique d'une Palme d'or tarée », sur Ecran Large, (consulté le )
  17. Corentin Lê, « Le métronome », sur critikat.com, (consulté le )
  18. Gael Golhen, « Les critiques de Première - Sans Filtre », sur Première (consulté le )
  19. Murielle Joudet, « “Sans filtre” de Ruben Östlund : une Palme d’or qui reste sur l’estomac » Accès limité, sur Les Inrockuptibles, (consulté le )
  20. François Forestier et Nicolas Schaller, « Débat : pour ou contre la palme d'or », L'Obs, no 3025,‎ , p. 86 (ISSN 0029-4713)
  21. Brigitte Baronnet, « Box-office : Jumeaux mais pas trop devance la Palme d'or pour le 1er jour France », sur Allociné, (consulté le )
  22. Vincent Formica, « Box-office France : Avatar toujours en tête devant le film d'horreur Smile », sur Allociné, (consulté le )
  23. Brigitte Baronnet, « Box-office France : Novembre encore plus fort que Bac Nord », sur Allociné, (consulté le )
  24. Vincent Formica, « Box-office France : Simone en tête, le million d'entrées pour Novembre », sur Allociné, (consulté le )
  25. « Sans filtre (2022) », sur Jp's Box-Office
  26. (en) « Triangle of Sadness (2022) », sur Box Office Mojo

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :