Pauvres Créatures

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pauvres Créatures
Description de l'image Pauvres Créatures.png.
Titre original Poor Things
Réalisation Yórgos Lánthimos
Scénario Tony McNamara
Musique Jerskin Fendrix (en)
Acteurs principaux
Sociétés de production Searchlight Pictures
Element Pictures
Fruit Tree
Film4
Pays de production Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de l'Irlande Irlande
Genre Comédie Sombre
Fiction Scientifique
Fantaisie
Drame
Mystère
Durée 141 minutes
Sortie 2023

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution.

Pauvres Créatures (en anglais: Poor Things) est un film irlando-britannico-américain réalisé par Yórgos Lánthimos, sorti en 2023. Le film mélange les genres de la science fantastique, et de la comédie sombre, non sans des dimensions gothique, surréaliste, steampunk et retrofuturiste.

Il s'agit de l'adaptation du roman éponyme écrit par Alasdair Gray et publié en 1992.

Le film reçoit une ovation de dix minutes et remporte le Lion d'Or à la Mostra de Venise 2023[1]. Il sort aux États-Unis le 8 décembre 2023, salué par la critique[2], notamment pour la performance d'Emma Stone, plébiscitée[3]. Il est nommé comme l'un des dix meilleurs films de 2023 par l'American Film Institute[4] et par le National Board of Review. Lors de l'édition 2024 des Golden Globes, le film reçoit le Golden Globe du meilleur film musical ou de comédie[5] et Emma Stone est sacrée meilleure actrice dans un film musical ou une comédie[6]. Emma Stone se voit également récompensée pour la seconde fois du BAFTA de la meilleure actrice pour sa prestation, tandis que le film reçoit 5 récompenses lors de la même cérémonie.

Argument[modifier | modifier le code]

Une jeune femme se donne la mort en se jetant d'un pont dans la Tamise. Elle est toutefois ramenée à la vie par le Dr Godwin Baxter, qui remplace son cerveau par celui de son enfant à naître. Baptisée Bella Baxter, elle a soif d'apprendre et veut découvrir le monde. Elle s'enfuit avec un avocat, Duncan Wedderburn. Ensemble, ils voyagent à travers les continents. De retour à Londres, elle devra choisir laquelle de ces deux vies elle veut vivre.

Synopsis[modifier | modifier le code]

À Londres, un étudiant en médecine, Max McCandles, devient l'assistant de son professeur, le docteur Godwin Baxter. Ce dernier lui demande d'étudier sa dernière expérience, sa « fille » Bella. Max, au début curieux du comportement puéril de Bella, tombe amoureux d'elle. Un soir, le docteur Godwin lui raconte son origine. Une femme enceinte, Victoria, s'est jetée du haut d'un pont. Godwin a racheté le corps à un vendeur au marché noir, puis effectué une opération consistant à placer le cerveau du fœtus dans le crâne de Victoria, qui devient ainsi Bella.

Avec la bénédiction (voire l'incitation) de Godwin, Max demande la main de Bella. Elle accepte mais à mesure que son intelligence se développe (au début du film, elle ne sait pas faire de phrases complètes et se déplace comme un bébé apprenant à marcher), elle demande à Max et Godwin (qu'elle appelle « God ») de découvrir le monde du dehors. Godwin fait appel à Duncan Wedderburn, un avocat coureur de jupon, pour écrire le contrat de mariage. Ce dernier, tombé lui aussi sous le charme de Bella, en profite pour la convaincre de s'enfuir avec lui à Lisbonne. Bella y découvre de nouveaux plaisirs, et notamment le sexe. Godwin, comprenant que Bella ne reviendra probablement pas, décide de renouveler son expérience avec Felicity, mais l'intelligence de celle-ci se développe bien plus lentement que celle de Bella.

Toujours à Lisbonne, Bella s'aventure de plus en plus seule dans le monde extérieur. Duncan a de plus en plus de mal à la contrôler ; fatigué par son comportement en rupture avec les normes sociales, la séquestre sur un bateau de croisière. À bord, Bella se lie d'amitié avec deux passagers : Harry et Martha. Ceux-ci lui font découvrir la philosophie et elle se met à lire, au grand désarroi de Duncan qui, se sentant abandonné, noie son chagrin dans l'alcool et les jeux d'argent.

Arrivée à Alexandrie, Bella découvre la misère lorsque Harry lui montre un bidonville jonché de bébés morts en contrebas de la terrasse de leur hôtel luxueux. Profondément choquée par ces souffrances, Bella s'empare de l'argent gagné au jeu par Duncan pour le donner aux pauvres. Le bateau ayant déjà largué les amarres, des membres de l'équipage profitent de la naïveté de Bella pour prendre l'argent. lui faisant croire qu'ils iront le donner aux pauvres. Lorsqu'elle revient dans la chambre, Duncan, ivre, est occupé à la mettre sens dessus dessous pour trouver l'argent. Il explose lorsque Bella lui raconte ce qu'elle en a fait. Le capitaine du bateau, apprenant que les deux passagers n'ont plus d'argent, les dépose lors de l'escale suivante : Marseille.

Bella et Duncan montent à Paris et se retrouvent sans le sou et à la rue. Cherchant une solution, Bella s'arrête devant une maison close, où elle apprend avec stupeur qu'elle pourra être payée pour des rapports sexuels avec des hommes de passage. Apprenant qu'elle s'est prostituée, Duncan devient fou de rage puis plonge dans la dépression. Revenant malgré tout, il lui explique que malgré les très nombreuses relations qu'il a entretenues, c'est la première fois qu'il tombe vraiment amoureux. Bella lui répond annonce qu'elle en a assez de lui, que pour elle, que la relation est une expérience qu'elle ne veut pas poursuivre et qu'elle avait d'ailleurs donné sa main à Max avant de partir. Elle continue de travailler dans la maison close et devient amie avec une prostituée du nom de Toinette. Cette dernière, syndicaliste, la convertit au socialisme.

À Londres, Godwin, atteint d'un cancer, sent que sa mort approche : il demande à Max de chercher Bella et de la ramener pour qu'il puisse la revoir avant de mourir. Max réussit à la retrouver après avoir mis la main sur Duncan dans un asile psychiatrique. De retour à Londres, Bella pardonne Godwin d'avoir fait d'elle un sujet d'experience et accepte de se marier avec Max. Le mariage est subitement interrompu par Duncan et le mari de Victoria, le général Alfie Blessington. Alfie est persuadé de parler à sa femme, mais Bella ne le reconnait pas. Il lui explique qu'ils étaient mariés avant son suicide et qu'il est venu la reprendre. Bella, curieuse de connaître son passé, abandonne Max et part avec Alfie.

À peine arrivée dans son manoir, Bella se rend compte que le général est violent, qu'il prend plaisir à menacer et torturer psychologiquement ses domestiques, et que si Victoria s'est suicidée, c'était pour lui échapper. Alfie l'enferme pour l'empêcher de le quitter. Surprenant une conversation entre Alfie et un médecin, elle découvre qu'Alfie veut lui la faire exciser, jugeant son clitoris cause de son insatiable désir de liberté, mais comptant avoir un autre bébé avec elle.

Elle exige de partir, mais Alfie la menace d'une arme et veut l'obliger à boire un sédatif pour mener à bien l'excision. Elle prend le verre mais le lui jette au visage. Dans la confusion, Alfie se tire une balle dans le pied et perd connaissance. Bella le traîne jusqu'au laboratoire de Godwin et demande à Max de l'aider à soigner la blessure. À la mort de Godwin, elle reprend ses travaux et greffe le cerveau d'une chèvre dans le crâne d'Alfie. Dans le jardin de Godwin, Bella annonce à Max, Toinette et Felicity qu'elle va passer le concours de médecine. Alfie, à quatre pattes, broute et bêle.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

 Source et légende : version française (VF) sur RS Doublage[9] et carton cinématographique du doublage français.

Production[modifier | modifier le code]

Génèse et développement[modifier | modifier le code]

En 2009, Yórgos Lánthimos se rend en Écosse pour parler avec Alasdair Gray de l'acquisition des droits de son roman : « C'était un homme plein de charme. Malheureusement, il est décédé quelques années avant le tournage du film, mais il était très spécial et énergique ; il avait [alors] 80 ans et à mon arrivée, il venait de voir Canine et il a dit : "J'ai demandé à mon ami de mettre le DVD, parce que je ne sais pas comment faire fonctionner ces machines, mais je pense que tu es très talentueux, jeune homme." »[10] Par la suite, Gray l'emmène visiter Glasgow et lui montre les lieux de l'histoire.

C'est lors du tournage de La Favorite (2018) que Lánthimos reprend cette idée et en discute avec Emma Stone. Le réalisateur commence à développer plus activement le film après le succès de La Favorite : « Après le succès du film [...] les gens étaient plus enclins à me laisser faire ce que je voulais. Je suis alors revenu au livre de Gray et j'ai dit : "C'est ce que je veux faire". Cela a été un long processus, mais j'avais toujours le livre à l'esprit. »[11]

Attribution des rôles[modifier | modifier le code]

Pauvres Créatures est officiellement annoncé en février 2021[12]. Yórgos Lánthimos estime que travailler à nouveau avec Emma Stone était un avantage pour la production car ils sont dans une relation de confiance mutuelle. Emma Stone explique à quel point le processus de réalisation est différent de celui de La Favorite car elle est ici productrice : « C'était très intéressant d'être impliquée dans la façon dont le film était créé, des acteurs aux décideurs. En fin de compte, c'est Yórgos qui prenait ces décisions, mais j'étais très impliquée dans le processus, qui a commencé pendant la pandémie ; nous tendions la main aux gens et faisions le casting et tout pendant cette période, parce que nous ne pouvions aller nulle part. »[11]

Willem Dafoe entame des négociations pour rejoindre le casting en mars 2021[13]. En avril, Ramy Youssef est en pourparlers pour se joindre au film[14]. Dafoe et Youssef sont confirmés en mai, ainsi que Mark Ruffalo[15] et Jerrod Carmichael[16]. En septembre, Christopher Abbott les rejoint[17]. En novembre, Margaret Qualley et Suzy Bemba sont retenues[18].

Pour préparer son rôle, Emma Stone prend des cours de danse. Lorsqu'elle se teint accidentellement les cheveux en noir[19], Lánthimos trouve que les cheveux noirs contrastent tellement avec le teint clair de l'actrice qu'il lui demande de les garder. Emma Stone est séduite par l'idée de dépeindre une femme avec un état d'esprit libéré et affranchie des pressions sociétales[11] :

« C'est un conte de fées et une métaphore — il est clair que cela ne peut pas vraiment arriver — mais l'idée que l'on puisse recommencer à zéro en tant que femme, en tant que corps déjà formé, tout voir pour la première fois et essayer de comprendre la nature de la sexualité, du pouvoir, de l'argent ou du choix, la capacité de faire des choix et de vivre selon ses propres règles et non celles de la société — j'ai pensé que c'était un monde vraiment fascinant à pénétrer. »

Emma Stone apprécie également le manque de honte de Bella concernant ses expériences[11] :

« [Bella] était le personnage le plus joyeux au monde à jouer, parce qu'elle n'a honte de rien. Elle est toute neuve. Je n'avais jamais eu auparavant à construire un personnage sans que des choses lui soient arrivées ou lui aient été imposées par la société tout au long de sa vie. L'incarner a été une expérience extrêmement libératrice. »

Ramy Youssef a révélé que lui et Willem Dafoe ont fréquenté une école de pompes funèbres pour préparer leurs rôles[20]. Dafoe passait six heures par jour au maquillage : quatre heures à se faire coller des prothèses le matin et deux heures à les enlever le soir[21].

En discutant des personnages masculins du film, Lánthimos a reconnu que même si chaque personnage masculin était différent et avait ses propres motivations, ils représentaient tous des attitudes masculines typiques de l'époque victorienne[11] :

« Avec des variations, je pense, mais dans ce film, il y a une tendance générale à essayer de contrôler [Bella] — même si c'est fait de manière bienveillante ou subtile, comme le peut un parent ou comme le fait Baxter [...], ou en étant juste sous son charme comme l'est Ramy. Vous voyez, des hommes gentils au fond, mais avec tous les caractères des hommes de cette époque. »

Emma Stone rappelle que lorsque Yórgos Lánthimos lui a parlé du livre pour la première fois, il lui a dit que « plus Bella acquiert d'autonomie, plus elle apprend et grandit, plus cela rend ces hommes malades. Plus elle a une opinion, ses propres désirs et besoins, etc., cela les rend fous ; ils veulent qu'elle reste une sorte de pure chose. »[11].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage principal a lieu en Hongrie. Il commence en août 2021 aux studios Origo de Budapest[22] et se termine en décembre de la même année[23]. Selon Robbie Ryan, le Dracula de 1992 de Francis Ford Coppola a servi d'inspiration principale et de référence première au film[24].

Costumes[modifier | modifier le code]

Le travail de Holly Waddington, la costumière principale du film, était de refléter l'évolution de Bella à travers sa garde-robe, des silhouettes les plus « bouffantes » de son époque aux robes corsetées qu'elle porte au point culminant du film[25].

Emma Stone explique justement cette croissance de Bella reflétée par les costumes[11] :

« J'ai adoré cet élément de réflexion : comment Bella assemblerait-elle ses vêtements avec la façon dont son esprit fonctionne à ce stade ? À la fin, il y a ces robes très militaires qui ne ressemblent à rien de ce que vous avez vu de Bella ; les choses sont bien plus ajustées et contraintes, mais c'est parce qu'elle est arrivée à un endroit où elle a grandi et a décidé qui elle est et ce qu'elle va faire. Elle n'assimile pas nécessairement, mais il y a juste plus de structure là-bas. »

Accueil[modifier | modifier le code]

Sortie[modifier | modifier le code]

En France, la sortie a été prévue au cinéma le [8], avant d'être repoussée au [26].

Le film sort au Royaume Uni le , avec une scène modifiée à la demande du British Board of Film Classification[27].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

En France, le site Allociné propose une moyenne de 3,85, d'après l'interprétation de 48 critiques de presse[28].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en-US) Joe Utichi,Nancy Tartaglione et Joe Utichi, « Yorgos Lanthimos’ ‘Poor Things’ Starring Emma Stone Gets Huge 10-Minute-Plus Ovation At Venice Film Festival Premiere », sur Deadline, (consulté le )
  2. Marc Cassivi, « Poor Things: Une greffe (très) réussie », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. (en-GB) Anne Billson, « ‘Entirely astounding’: Emma Stone’s star continues to rise with Poor Things », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  4. (en-US) Samantha Bergeson, « AFI Names 10 Best Films and TV Series of 2023: ‘Barbie,’ ‘Past Lives,’ ‘Oppenheimer,’ ‘Succession,’ ‘Beef,’ and More », sur IndieWire, (consulté le )
  5. (en) « Biennale Cinema 2023 | Poor Things by Yorgos Lanthimos wins at the 2024 Golden Globe Awards », sur La Biennale di Venezia, (consulté le )
  6. (en-US) Emmanuel Morgan, « Emma Stone Wins Her Second Golden Globe, for ‘Poor Things’ », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  7. Anthony D'Alessandro, « Emma Stone Reteam With Yorgos Lanthimos 'Poor Things' Sets Early Fall Release », sur Deadline Hollywood, (consulté le )
  8. a et b « Les line-ups s’ajustent chez les distributeurs », sur boxofficepro.fr, (consulté le )
  9. « Fiche de doublage du film », sur RS Doublage
  10. (en-US) Jeremy Smith, « Poor Things Author Was A Fan Of Yorgos Lanthimos From The Start », sur /Film, (consulté le )
  11. a b c d e f et g (en-US) Condé Nast, « Exclusive: Emma Stone and Yorgos Lanthimos on Creating a Woman Free of Shame in ‘Poor Things’ », sur Vogue, (consulté le )
  12. (en) « Yorgos Lanthimos And Emma Stone Reportedly Reuniting For Frankenstein-Style Tale Poor Things », sur Empire, (consulté le )
  13. (en-US) Justin Kroll, « Willem Dafoe In Talks To Co-Star In Yorgos Lanthimos Adaptation of ‘Poor Things’ For Searchlight and Film4 », sur Deadline, (consulté le )
  14. (en-US) Anthony D'Alessandro, « Ramy Youssef In Talks To Join Emma Stone In Yorgos Lanthimos’ ‘Poor Things’ For Searchlight & Film4 », sur Deadline, (consulté le )
  15. (en-US) Mia Galuppo, « Mark Ruffalo Joins Emma Stone in Yorgos Lanthimos Feature ‘Poor Things’ », sur The Hollywood Reporter, (consulté le )
  16. (en-US) Angelique Jackson, « Jerrod Carmichael Joins Emma Stone in Yorgos Lanthimos’ ‘Poor Things’ (EXCLUSIVE) », sur Variety, (consulté le )
  17. (en-US) Justin Kroll, « Christopher Abbott Joins Emma Stone In Yorgos Lanthimos’ Adaptation of ‘Poor Things’ For Searchlight And Film4 », sur Deadline, (consulté le )
  18. (en) Jeremy Kay2021-11-30T19:00:00+00:00, « Rising star Suzy Bemba joins Yorgos Lanthimos’s ‘Poor Things’ (exclusive) », sur Screen (consulté le )
  19. (en-GB) Matt MaytumContributions from Emily Garbutt published, « Emma Stone’s unique Poor Things character look was actually a mistake », sur gamesradar, (consulté le )
  20. (en) « Willem Dafoe Went To Mortician School For Poor Things: ‘It’s Not A Normal Film’ – Exclusive Image », sur Empire, (consulté le )
  21. (en-US) Valerie Wu, « Willem Dafoe’s ‘Poor Things’ Makeup Took Six Hours Each Day to Get On: I’d Show Up at 3 A.M., ‘Meditating and Trying to Deal With Standing Still’ », sur Variety, (consulté le )
  22. (en-GB) Denes Varga, « Hungarian Film Industry Is Booming in 2021 - FilmNewEurope.com », sur www.filmneweurope.com (consulté le )
  23. (en-US) « Poor Things will film in Hungary, starring Emma Stone | Budapest Reporter », (consulté le )
  24. (en) « Poor Things' Robbie Ryan on lighting a sci-fi sex comedy, being inspired by Francis Ford Coppola », sur Digital Trends, (consulté le )
  25. (en-US) Melena Ryzik, « Unfurling the Unusual Costumes of ‘Poor Things’ », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  26. « Du nouveau dans les line-ups des distributeurs », sur boxofficepro.fr, (consulté le ).
  27. (en) Emily Chudy, « Why this shocking sex scene had to be edited out of Emma Stone’s Poor Things for UK release », Pink News,‎ (lire en ligne)
  28. « Critiques presse pour le film Pauvres Créatures », sur Allociné (consulté le ).
  29. Yannick Vely, « Mostra de Venise 2023 : « Pauvres créatures » Lion d'or, les films français oubliés », sur Paris Match, (consulté le ).
  30. Le Monde avec AFP, « La Mostra de Venise sacre « Pauvres Créatures », de Yorgos Lanthimos, avec Emma Stone », sur Le Monde,

Liens externes[modifier | modifier le code]