KSK Beveren

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

KSK Beveren

Logo du KSK Beveren
Généralités
Nom complet Koninklijke Sportkring Beveren
Surnoms De Boeren (les Agriculteurs)
Noms précédents Voetbalclub Sportkring Beveren
SK Beveren/Waas
Fondation 1er juillet 1934
Disparition juin 2010
Couleurs Jaune et bleu
Stade Freethiel
(13 290 places)
Siège Klapperstraat, 151 bis
9120 Beveren
Championnat actuel disparu
Palmarès principal
National[1] Championnat de Belgique (2)
Coupe de Belgique (2)
Supercoupe de Belgique (2)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Dernière mise à jour : 29 septembre 2011.

Le Koninklijke Sportkring Beveren est un ancien club belge de football fondé en 1934 en football et basé à Beveren en Flandre orientale, non loin d'Anvers. Le club, porteur du matricule 2300 remporte au cours de son Histoire deux fois le championnat de Belgique, deux Coupes de Belgique, et deux Supercoupes de Belgique. En 2010, le club se met en inactivité et n'aligne pas d'équipe première, mais uniquement des équipes de jeunes, ainsi qu'une équipe féminine. C'est cette section qui maintient « vivant » le matricule beverenois, les équipes masculines étant désormais absorbées par le Red Star Waasland, rebaptisé depuis Waasland-Beveren.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation du club[modifier | modifier le code]

Un premier club est fondé à Beveren le 8 septembre 1926 sous le nom Standaard Football Club Beveren-Waes. Il reçoit le matricule 737 lors de son affiliation à l'URBSFA[2]. Ce club ne rencontre que peu de succès, et cesse ses activités le 28 mai 1931. Le 1er juillet 1934, d'anciens membres de ce club décident de le reformer, en employant le nom de Voetbalclub Sportkring Beveren. Le 6 septembre 1935, ce nouveau club s'affilie à l'Union Belge avec l'appellation Sportkring Beveren-Waes, et reçoit le matricule 2300[2]. Comme tous les clubs débutants, le club est versé dans les divisions provinciales.

Bien qu'à l'époque les matches internationaux entre clubs soient assez rares, Beveren dispute néanmoins un match amical contre l'équipe anglaise d'Eastleigh Athletic Football Club (en) le dimanche de Pâques 1938. L'équipe locale l'emporte 2-1, et doit disputer un match retour l'année suivante, qui n'aura finalement jamais lieu suite au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Le club anglais reçoit une coupe en remerciement de leur déplacement. Près de soixante ans plus tard, le dernier joueur encore vivant d'Eastley, Leonard Durant, renvoie cette coupe au club de Beveren. Elle est toujours visible aujourd'hui au Freethiel comme souvenir du premier match international disputé par le Sportkring Beveren-Waes[3].

Seconde Guerre mondiale et évolution dans les divisions provinciales[modifier | modifier le code]

Suite au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, l'URBSFA décide de suspendre toutes les compétitions en cours, la mobilisation des joueurs pouvant déforcer certains clubs et fausser ainsi les compétitions. À la place, des « compétitions d'urgence » sont organisées au niveau régional, sans valeur officielle. Ainsi, en Flandre-Orientale, quatre séries sont constituées sur base géographique, sans système de montée ni promotion. Les compétitions sont interrompues au plus fort des combats, puis reprennent après la capitulation belge. Le 12 mai 1940, le championnat non-officiel est terminé, et Beveren finit troisième derrière Scela Zele et Temsica[4].

Les compétitions « normales » reprennent la saison suivante, malgré les conditions de vie difficiles. En 1942-1943, le club dispute un barrage à trois pour la montée, face à Waasmunter et le Gerda Saint-Nicolas. Le match entre ces deux équipes se soldent par une victoire 3-0 du Gerda, forçant les joueurs de Beveren à l'emporter par un plus grand écart sur le club de Saint-Nicolas. Menés 0-2, les joueurs beverenois parviennent à complètement renverser la tendance et s'imposent 6-2. Grâce à cette victoire, ils rejoignent la plus haute division provinciale, appelée Deuxième Provinciale. Le club reçoit le certificat officiel de la Fédération validant la montée, et malgré l'occupation allemande, une grande fête est organisée pour les joueurs et les supporters[5].

Débuts en nationales[modifier | modifier le code]

En 1949, le club est champion provincial, et gagne le droit de rejoindre la Promotion, alors troisième et dernier niveau national. Des festivités sont organisées pendant plusieurs jours dans la ville : parades, soirées festives, cabaret, banquet, ou encore un tour d'honneur dans la ville avec les clubs de supporters. Six semaines après le titre, le club tout entier, de la direction aux joueurs en passant par les responsables logistiques, sont reçus par le bourgmestre d'Anvers Lode Craeybeckx et l'archevêque de Malines Monseigneur Van Roey[6]. À l'occasion de la montée du club en nationales, le terrain du Freethiel, alors dépourvu d'herbe, est remis à neuf. Une couche de terre des polders est déposée sur le terrain sablonneux, et du gazon est apporté d'un parc tout proche, le Park Ter Gaever. La vieille tribune est démolie, et une nouvelle plus confortable est reconstruite avec les mêmes matériaux. De nombreux supporters bénévoles aident à la réalisation des travaux. Le nouveau stade est inauguré le 21 août 1949 par un match amical remporté 5-2 contre l'Eendracht Alost, alors pensionnaire de Division 1[7].

Le club décroche la quatrième place dans sa série lors de sa première saison à ce niveau, performance qu'il réédite trois ans plus tard. Le club participe également pour la première fois à la Coupe de Belgique en 1953, année de « relance » de la compétition. Pour son entrée en lice, il hérite du Racing Malines, qui évolue en première division. Beveren est éliminé 6-1 par le futur finaliste, Roger Van Moer inscrivant le premier but du club en Coupe[8]. Les saisons suivantes sont moins bonnes pour Beveren, qui termine plusieurs fois de peu au-dessus de la zone de relégation. Il ne peut cependant éviter la culbute au terme de la saison 1959-1960, terminant la saison avec seulement 14 points. Pour la première fois de son histoire, le club subit une rétrogradation[9], et doit reculer en Promotion, quatrième niveau national depuis 1952.

Progression jusqu'en première division[modifier | modifier le code]

Le club manque d'un rien la remontée directe la saison suivante. Après une fin de saison en boulet de canon, il termine à égalité de points avec le KSV Sottegem, qui est déclaré champion dans leur série pour avoir concédé moins de défaites[10]. Finalement, le SK Beveren remporte sa série de Promotion deux ans plus tard, et remonte en troisième division. D'emblée, le club s'impose comme une des meilleures équipes de la division, et termine à la troisième place deux saisons de suite. Il fait encore mieux la saison suivante en remportant le titre dans sa série, malgré le départ de son jeune talent Wilfried Van Moer, ce qui lui permet de monter pour la première fois en Division 2[11]. Les Jaune et bleu poursuivent sur leur lancée la saison suivante, et décrochent le titre dès leur première saison en deuxième division. Le club de Beveren accède donc à l'élite du football belge en 1967. Ils sont dirigés par un entraîneur de 43 ans, habitué aux divisions inférieures, Guy Thys. Une journée de festivités est organisée le 11 juin 1967 pour célébrer les joueurs champions, dont une réception à l'hôtel de ville, un banquet, un bal aux lampions, et une tombola ayant comme premier prix une Peugeot 404[12].

Premier passage en Division 1[modifier | modifier le code]

En accédant à la première division, le club doit moderniser le Freethiel pour répondre aux exigences du plus haut niveau. Deux nouvelles tribunes, une debout et une assise, sont érigées le long du terrain, les tribunes derrière les goals sont rénovées, les vestiaires sont modernisés, et l'éclairage est installé[13] pour permettre la tenue de matches en soirée. Beveren termine juste au-dessus de la zone de relégation lors de sa première saison parmi l'élite. Ensuite, grâce à une politique de transferts ciblée, il termine les trois saisons suivantes en milieu du classement. Les dirigeants font notamment venir le gardien yougoslave Luksa Poklepovic de Kaiserslautern pour résoudre les problèmes récurrents du clubs à ce poste[14]. C'est à cette époque que la direction beverenoise décide de mettre en place une formation spécifique des gardiens de but au niveau des équipes de jeunes, qui fera la renommée du club durant les trente prochaines années.

Les joueurs waaslandiens réalisent leur meilleure performance lors de la saison 1969-1970 avec une cinquième place finale, qualificative pour la dernière édition de la Coupe des villes de foires. Ils y sont éliminés en huitièmes de finale par Arsenal, après avoir éliminé Valence au tour précédent. Ils terminent également septième du championnat la même année. La saison suivante est beaucoup moins réussie pour le club, qui termine dernier et est relégué en Division 2 après cinq saisons au plus haut niveau.

L'âge d'or du SK Beveren[modifier | modifier le code]

Le club de Beveren ne traîne pas au niveau inférieur. Il remporte directement le titre, et revient en première division après un an. Le club se stabilise en milieu de classement, terminant les quatre saisons suivantes entre la sixième et la treizième place. En 1977-1978, le club égale sa meilleure performance avec une nouvelle cinquième place. Le club remporte également le premier trophée de son Histoire, la Coupe de Belgique, grâce à une « génération dorée », emmenée par le capitaine vétéran Jean Janssens, entouré de jeunes joueurs qui feront par la suite une brillante carrière comme Jean-Marie Pfaff, Wim Hofkens ou Albert Cluytens. La direction du club décide de raccourcir le nom officiel du club en fin de saison, qui devient dès lors simplement Sportkring Beveren.

Le SK Beveren réalise l'exploit d'éliminer l'Inter Milan en quarts de finale de la Coupe des vainqueurs de coupe, mais ne peut rien faire au tour suivant contre le FC Barcelone, futur vainqueur. Mais à côté de leurs prestations européennes, les joueurs écrivent la plus belle page de l'Histoire du club en remportant le premier titre de champion de Belgique en 1979. En milieu de saison, le gardien Jean-Marie Pfaff devient le premier joueur du club à recevoir le Soulier d'or, suivi un an plus tard par Jean Janssens.

Qualifié pour la Coupe des clubs champions, Beveren y est éliminé dès le premier tour par le champion de Suisse, le Servette Genève. Cette élimination précoce marque le début d'une saison difficile pour le club, qui ne termine qu'à la onzième place en championnat. La saison suivante est meilleure, et grâce au retour de l'entraîneur à succès Urbain Braems, le club se classe quatrième, place qualificative pour la Coupe UEFA. Beveren parvient à y franchir un tour, et termine septième en championnat. En fin de saison, plusieurs joueurs importants de l'équipe s'en vont vers d'autres cieux, comme Jean-Marie Pfaff qui rejoint le Bayern Munich, ou mettent fin à leur carrière professionnelle, comme l'emblématique capitaine Jean Janssens.

L'équipe est reconstruite autour des deux piliers allemands, Heinz Schönberger et Erwin Albert. Un jeune gardien issu du centre de formation du club, Filip De Wilde, est appelé à remplacer le « monument » Pfaff. Des joueurs d'expérience et quelques jeunes promesses sont intégrés dans l'équipe, qui remporte à la surprise générale un second titre de champion en 1984, année du cinquantenaire du club. À l'occasion de cet anniversaire, le club reçoit le titre de « Société Royale », et adapte son nom en Koninklijke Sportkring Beveren, abrégé KSK Beveren. Après cette performance, Beveren termine cinquième lors des trois saisons suivantes, se qualifiant une fois pour la Coupe UEFA 1986-1987, où il réalise son dernier "exploit" européen en éliminant l'Athletic Bilbao au deuxième tour.

Difficiles années 1990[modifier | modifier le code]

Par la suite, les résultats deviennent de plus en plus mauvais, et le club ne peut éviter la culbute en deuxième division au terme de la saison 1989-1990. Il venait de disputer sa 17e saison consécutive au plus haut niveau national.

Le club joue en 1990-1991 sa troisième saison dans l'anti-chambre de l'élite, et la termine comme les deux précédentes : avec le titre de champion en poche. Beveren remonte en première division pour cinq ans, mais sans parvenir à égaler ses performances d'antan. Il ne peut faire mieux qu'une huitième place en 1992-1993, et est de nouveau relégué trois ans plus tard. À nouveau, le club est sacré champion de Division 2, et peut remonter en première division après une saison[15].

De retour en D1, le club joue chaque saison pour son maintien, terminant toujours avec quelques points de plus que le premier relégué. En 2002, englué dans des problèmes financiers, le club termine bon dernier, avec seulement 14 points récoltés. Cette place aurait dû lui valoir une quatrième relégation, mais suite aux rétrogradations administratives subies par le RWDM, 10e, et Alost, 17e, le club se maintient miraculeusement en première division.

L'arrivée de Jean-Marc Guillou : l'ère ivoirienne[modifier | modifier le code]

Durant l'été 2002, le français Jean-Marc Guillou est nommé directeur technique du club waaslandien. Il instaure des partenariats avec son académie de football à Abidjan, associée à l'ASEC Mimosas, ainsi qu'avec Arsenal pour sauver le club. Un reportage diffusé dans l'émisison Newsnight de la BBC[16], parlant d'une somme d'un million de livres prêtée par Arsenal à la société Goal, dont Guillou est un des actionnaires, provoque une enquête de la FIFA pour déterminer si Arsenal ne contrevient pas au règlement de la fédération interdisant à un club d'en contrôler un autre[17]. Après qu'Arsenal a démontré qu'il ne s'agissait que d'un prêt sans intérêt n'ayant aucune influence sur l'administration interne du KSK Beveren, la FIFA et la Fédération anglaise décident de classer l'affaire sanctionner un des deux clubs[18],[19].

L'arrivée massive de joueurs ivoiriens de qualité, ainsi que le prêt de quelques jeunes joueurs du club anglais, vont permettre à Beveren de sortir la tête de l'eau, aussi bien sportivement que financièrement. Le club se stabilise durant deux saisons en milieu de classement, à bonne distance de la zone de relégation, et parvient à atteindre la finale de la Coupe de Belgique 2004[20], perdue face au FC Bruges. Lors de cette finale, Beveren n'aligne aucun joueur belge au coup d'envoi. L'équipe est basée sur une colonie ivoirienne, parmi laquelle figurent plusieurs joueurs qui deviendront par la suite des piliers de l'équipe nationale, entre autres Copa Boubacar, Emmanuel Eboué, Arthur Boka ou encore N'Dri Romaric.

Grâce à cette place de finaliste, le club est qualifié pour la prochaine Coupe UEFA, Bruges étant également vice-champion et qualifié pour la Ligue des champions. Les joueurs parviennent à atteindre la phase de groupes, mais y subissent quatre défaites en autant de matches[21]. En championnat, le club doit à nouveau lutter pour son maintien, qu'il n'assure que pour un point en 2006. Mais cette saison marque un tournant dans l'Histoire récente du club, avec le licenciement de Jean-Marc Guillou le 9 mars 2006, et la fin de facto des collaborations avec Arsenal et la Côte d'Ivoire.

Fin de parcours au plus haut niveau[modifier | modifier le code]

Walter Meeuws est engagé durant l'été 2006 pour tenter de maintenir le club parmi l'élite, malgré le départ de plusieurs joueurs importants de l'équipe, liés à Guillou. Il est écarté en mars 2007 suite aux mauvais résultats du club, qui végète en fond de classement. Il est remplacé par son adjoint Edy De Bolle, qui entame son deuxième intérim à la tête du club pour tenter de le sauver à nouveau. Mais les résultats en fin de saison ne s'améliorent pas, bien au contraire. Le club ne remporte qu'un seul match au second tour, et termine dernier[22]. Le club redescend une nouvelle fois en Division 2, sans savoir à ce moment-là qu'il ne remontera plus jamais au plus haut niveau.

En mai, des discussions ont lieu avec les dirigeants du KSC Lokeren en vue d'une fusion entre les deux clubs, avec pour objectif de créer un grand club de football dans le Pays de Waes. Mais suite aux protestations vives des supporters des deux équipes, les pourparlers n'aboutissent pas, et Beveren voit ses meilleurs joueurs quitter le club.

Le chant du cygne en Division 2[modifier | modifier le code]

Le KSK Beveren est logiquement cité parmi les favoris au titre au début de la saison 2007-2008. L'équipe, dirigée désormais par Alexandre Czerniatynski[23], entame le championnat assez moyennement, mais parvient à remonter la pente en fin de premier tour pour s'inscrire parmi les candidats au tour final. Mais le club est toujours empêtré dans des soucis financiers, et le coach est forcé d'utiliser de plus en plus de jeunes du club au lieu des joueurs professionnels pour réduire le montant des primes de match. En mars 2008, il est lui-même écarté et remplacé par l'entraîneur des espoirs Bart Selleslags, mais reste employé par le club en tant que conseiller sportif[24]. Les résultats s'en ressentent, et l'équipe termine à une anonyme neuvième place. La direction et les supporters lancent une action de récolte de fonds baptisée « KSKB olé », qui rapporte 600 000€ au club, ce qui lui permet de payer les salaires des joueurs jusqu'en fin de saison et obtenir la licence pour le football rémunéré[25]. Les derniers joueurs ivoiriens encore présents sont alors libérés de leur contrat et quittent le club.

Avec l'engagement de deux anciens joueurs du club, Marc Van Britsom et Heinz Schönberger comme entraîneurs adjoints, ainsi que quelques transferts de renom comme Nathan D'Haemers, le président Dirk Verelst indique clairement qu'il ne compte pas se contenter de vivoter en deuxième division, mais ambitionne de remonter au plus vite parmi l'élite. Les résultats ne sont pas à la hauteur des ambitions du président. La saison ressemble à une copie de la précédente, le club ne parvenant pas à enchaîner les bonnes performances. Malgré quatre nouveaux transferts en janvier, Beveren ne parvient pas à se rapprocher du haut du classement. Le club chute petit à petit, ce qui coûte son poste à « Czernia », de plus en plus critiqué. Finalement, il termine treizième, très loin des espérances du président.

En juillet 2009, le club engage l'entraîneur à succès Johan Boskamp, avec un plan sur trois ans devant permettre au club de jouer les premiers rôles en championnat, tout en favorisant l'éclosion de jeunes joueurs du centre de formation. Mais l'alchimie ne prend pas, et le coach est licencié le 27 décembre 2009[26]. Le club, ambitieux en début de saison, occupe alors l'avant-dernière place. Le 22 avril 2010, la direction beverenoise fait savoir qu'elle ne compte pas demander de licence pour le football rémunéré pour la saison prochaine, et descendra donc d'office en Division 3.

Fusion avec le Red Star Waasland[modifier | modifier le code]

Les dirigeants entament alors des négociations avec leurs homologues du Red Star Waasland en vue d'une fusion. Ils se mettent d'accord sur les modalités de celle-ci, mais elle ne peut avoir lieu avant la fin de la saison prochaine, la demande n'ayant pas été rentrée dans les délais à la Fédération belge[27]. Pour contourner ce problème, le club décide de ne pas aligner d'équipe "senior" la saison prochaine, mais uniquement des équipes de jeunes, qui seront ensuite intégrées dans la fusion un an plus tard[27]. Les joueurs sont libérés de leur contrat, et la plupart d'entre eux rejoignent le Red Star. Ce dernier déménage au Freethiel, et fait une demande officielle pour changer son appellation en KV Red Star Waasland - SK Beveren, communément abrégé Waasland-Beveren. Le matricule 2300 du club est depuis uniquement utilisé par l'équipe féminine du club, fondée en 2009.

Article détaillé : Waasland-Beveren.

Naissance d'un nouveau Beveren[modifier | modifier le code]

En janvier 2011, certains supporters de Beveren opposés à cette fusion et à la disparition de leur club décident de fonder une A.S.B.L., baptisée Eskabee 1935, dans l'objectif de préserver l'Histoire du KSK Beveren, et relancer un club « jaune et bleu » dans la ville. Quelques mois plus tard, le Yellow Blue Beveren est créé, et s'affilie à l'Union Belge, qui lui octroie le matricule 9577. Le club est versé en quatrième provinciale de Flandre-Orientale, et dispute sa première saison en 2011-2012. Le club ne trouve pas de terrain disponible dans la commune de Beveren, et s'installe sur un terrain annexe du SK Sint-Niklaas, à Nieuwkerken-Waas. Il est entraîné par l'ancien joueur du KSK Beveren et international néerlandais Wim Hofkens.

Résultats en séries nationales[modifier | modifier le code]

Les statistiques sont clôturées, le club n'existant plus, ou tout du moins son équipe masculine.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Bilan[modifier | modifier le code]

Saisons jouées en nationales
Niv Divisions Jouées Titres TM Up TM Down
I 1e nationale 37 2
II 2e nationale 7 4
III 3e nationale 14 1
IV 4e nationale 3 1
 
  TOTAUX 61 8 0 0
  • TM Up= test-match pour départager des égalités, ou toutes formes de Barrages ou de Tour final pour une montée éventuelle.
  • TM Down= test-match pour départager des égalités, ou toutes formes de Barrages ou de Tour final pour le maintien.

Classements saison par saison[modifier | modifier le code]

Ordre Saison Nom du club Niveau Classement final Remarques
1 1949-50 SK Beveren-Waes Promotion (D3) série B 4e/16
2 1950-51 SK Beveren-Waes Promotion (D3) série B 7e/16
3 1951-52 SK Beveren-Waes Promotion (D3) série B 5e/16
4 1952-53 SK Beveren-Waes Division 3 série B 4e/16
5 1953-54 SK Beveren-Waes Division 3 série A 9e/16
6 1954-55 SK Beveren-Waes Division 3 série B 13e/16
7 1955-56 SK Beveren-Waes Division 3 série A 8e/16
8 1956-57 SK Beveren-Waes Division 3 série B 12e/16
9 1957-58 SK Beveren-Waes Division 3 série A 12e/16
10 1958-59 SK Beveren-Waes Division 3 série B 13e/16
11 1959-60 SK Beveren-Waes Division 3 série B 15e/16 Relégué
12 1960-61 SK Beveren-Waes Promotion série D 2e/16 [saisons 1]
13 1961-62 SK Beveren-Waes Promotion série B 3e/16
14 1962-63 SK Beveren-Waes Promotion série B 1er/16 Champion et promu
15 1963-64 SK Beveren-Waes Division 3 série B 3e/16
16 1964-65 SK Beveren-Waes Division 3 série A 3e/16
17 1965-66 SK Beveren-Waes Division 3 série B 1er/16 Champion et promu
18 1966-67 SK Beveren-Waes Division 2 1er/16 Champion et promu
19 1967-68 SK Beveren-Waes Division 1 13e/16
20 1968-69 SK Beveren-Waes Division 1 6e/16
21 1969-70 SK Beveren-Waes Division 1 5e/16 C3[saisons 2]
22 1970-71 SK Beveren-Waes Division 1 7e/16
23 1971-72 SK Beveren-Waes Division 1 16e/16 Relégué
24 1972-73 SK Beveren-Waes Division 2 1er/16 Champion et promu
25 1973-74 SK Beveren-Waes Division 1 10e/16
26 1974-75 SK Beveren-Waes Division 1 12e/20
27 1975-76 SK Beveren-Waes Division 1 6e/19
28 1976-77 SK Beveren-Waes Division 1 13e/18
29 1977-78 SK Beveren-Waes Division 1 5e/18
30 1978-79 SK Beveren Division 1 1er/18 Champion[saisons 3]
31 1979-80 SK Beveren Division 1 11e/18
32 1980-81 SK Beveren Division 1 4e/18 C3[saisons 4]
33 1981-82 SK Beveren Division 1 7e/18
34 1982-83 SK Beveren Division 1 6e/18
35 1983-84 SK Beveren Division 1 1er/18 Champion[saisons 5]
36 1984-85 KSK Beveren Division 1 5e/18
37 1985-86 KSK Beveren Division 1 5e/18 C3[saisons 6]
38 1986-87 KSK Beveren Division 1 5e/18 C3[saisons 7]
39 1987-88 KSK Beveren Division 1 14e/18
40 1988-89 KSK Beveren Division 1 12e/18
41 1989-90 KSK Beveren Division 1 17e/18 Relégué
42 1990-91 KSK Beveren Division 2 1er/16 Champion et promu
43 1991-92 KSK Beveren Division 1 12e/18
44 1992-93 KSK Beveren Division 1 8e/18
45 1993-94 KSK Beveren Division 1 9e/18
46 1994-95 KSK Beveren Division 1 10e/18 C4[saisons 8]
47 1995-96 KSK Beveren Division 1 17e/18 Relégué
48 1996-97 KSK Beveren Division 2 1er/18 Champion et promu
49 1997-98 KSK Beveren Division 1 16e/18
50 1998-99 KSK Beveren Division 1 15e/18
51 1999-2000 KSK Beveren Division 1 15e/18
52 2000-01 KSK Beveren Division 1 14e/18
53 2001-02 KSK Beveren Division 1 18e/18 [saisons 9]
54 2002-03 KSK Beveren Division 1 11e/18
55 2003-04 KSK Beveren Division 1 12e/18
56 2004-05 KSK Beveren Division 1 16e/18
57 2005-06 KSK Beveren Division 1 16e/18
58 2006-07 KSK Beveren Division 1 18e/18 Relégué
59 2007-08 KSK Beveren Division 2 9e/19
60 2008-09 KSK Beveren Division 2 13e/19
61 2009-10 KSK Beveren Division 2 18e/19 Relégué
X mai 2010 Arrêt des activités professionnelles du club

Résultats lors des compétitions européennes[modifier | modifier le code]

Coupe des clubs champions[modifier | modifier le code]

Grâce à ces deux titres de champions, le KSK Beveren participe à deux reprises à la Coupe des clubs champions, la plus prestigieuse compétition européenne. La première fois, en 1979-1980, il est éliminé dès le premier tour par le Servette Genève, après une défaite et un match nul. Lors de leur seconde participation en 1984-1985, il élimine les islandais d'Akranes au premier tour. Le club est éliminé par l'IFK Göteborg en huitièmes de finale par la règle des buts marqués à l'extérieur.

Résultats du KSK Beveren en Coupe des clubs champions
Édition Tour Adversaire Match aller Match retour Total
1979-1980 Premier tour Drapeau : Suisse Servette Genève 3-1 1-1 2-4
1984-1985 Premier tour Drapeau : Islande ÍA Akranes 2-2 5-0 7-2
1984-1985 Huitièmes de finale Drapeau : Suède IFK Göteborg 1-0 2-1 2-2

Coupe des vainqueurs de Coupe[modifier | modifier le code]

Avec ses deux Coupes de Belgique remportées, le club prend part à deux éditions de la Coupe des vainqueurs de coupe. Beveren réalise sa meilleure performance lors de sa première participation en 1978-1979, en atteignant les demi-finales de la compétition. Après un premier tour facile contre Ballymena United, représentant d'Irlande du Nord, il élimine le NK Rijeka, vainqueur de la Coupe de Yougoslavie en huitièmes de finale. En quarts de finale, Beveren est opposé à l'Inter Milan, un des plus grands clubs européens. Il parvient à arracher un nul blanc à San Siro, et s'impose contre toute attente au match retour au Freethiel. La belle aventure prend fin en demi-finales, où le FC Barcelone, déjà tombeur du RSC Anderlecht et futur vainqueur, se montre trop fort pour les waeslandiens.

Le club retrouve cette compétition lors de la saison 1983-1984. S'il s'impose facilement face aux chypriotes de l'Enosis Neon Paralimni au premier tour, le club est ensuite éliminé en huitièmes de finale par Aberdeen, entraîné par un certain Alex Ferguson.

Résultats du KSK Beveren en Coupe des vainqueurs de Coupe
Édition Tour Adversaire Match aller Match retour Total
1978-1979 Premier tour Drapeau de l’Irlande du Nord Ballymena United 3-0 0-3 6-0
1978-1979 Huitièmes de finale Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie NK Rijeka 0-0 2-0 2-0
1978-1979 Quarts de finale Drapeau : Italie Inter Milan 0-0 1-0 1-0
1978-1979 Demi-finales Drapeau : Espagne FC Barcelone 1-0 0-1 0-2
1983-1984 Premier tour Drapeau : Chypre Enosis Neon Paralimni 2-4 3-1 7-3
1983-1984 Huitièmes de finale Drapeau : Écosse Aberdeen FC 0-0 4-1 1-4

Coupe UEFA / Coupe des villes de foire[modifier | modifier le code]

La première compétition européenne disputée par le KSK Beveren est la Coupe des villes de foires 1970-1971. Le club franchit aisément le premier tour avec deux victoires contre le Wiener Sport-Club. Il réussit ensuite l'exploit d'éliminer les espagnols de Valence au tour suivant, grâce à une victoire à Mestalla. En huitièmes de finale face à Arsenal, il subit une lourde défaite 4-0 au match aller, qui signe son élimination de la compétition.

Le club participe pour la première fois à la Coupe UEFA en 1981-1982. Il domine les nord-irlandais du Linfield FC au premier tour, et rencontre le Hajduk Split en seizièmes de finale. Battu à domicile 2-3 au match aller, la victoire 1-2 au match retour n'est pas suffisante pour franchir un tour, les yougoslaves se qualifiant grâce aux buts marqués à l'extérieur.

Beveren joue de nouveau la Coupe UEFA cinq ans plus tard. Après un premier tour difficile contre le Vålerenga, il élimine l'Athletic Bilbao, grâce à une victoire 3-1 lors du match aller à domicile. Il est éliminé en huitièmes de finale par le Torino Calcio, qui lui inflige deux défaites. L'année suivante, Beveren est de nouveau qualifié pour la Coupe UEFA. Après avoir sorti le Bohemians Prague au premier tour, il est battu aux penalties par le Vitória Guimarães en seizièmes de finale, les deux équipes l'ayant emporté 1-0 à domicile.

Il faut attendre l'édition 2004-2005 pour revoir le club en Coupe UEFA. Le club franchit les deux tours préliminaires, d'abord face au FC Vaduz, ensuite contre le Levski Sofia, et se qualifie ainsi pour la phase de groupes. Il y subit quatre défaites en autant de matches, encaissant quinze buts pour seulement deux marqués, et termine dernier de son groupe.

Résultats du KSK Beveren en Coupe UEFA et en Coupe des villes de foire
Édition Tour Adversaire Match aller Match retour Total
1970-1971 Premier tour Drapeau : Autriche Wiener Sport-Club 0-2 3-0 5-0
1970-1971 Seizièmes de finale Drapeau : Espagne Valence 0-1 1-1 2-1
1970-1971 Huitièmes de finale Drapeau : Angleterre Arsenal 4-0 0-0 0-4
1981-1982 Premier tour Drapeau de l’Irlande du Nord Linfield FC 3-0 0-5 8-0
1981-1982 Seizièmes de finale Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Hajduk Split 2-3 1-2 4-4
1986-1987 Premier tour Drapeau : Norvège Vålerenga 1-0 0-0 1-0
1986-1987 Seizièmes de finale Drapeau : Espagne Athletic Bilbao 3-1 2-1 4-3
1986-1987 Huitièmes de finale Drapeau : Italie Torino Calcio 2-1 0-1 1-3
1987-1988 Premier tour Drapeau : Tchécoslovaquie Bohemians Prague 2-0 1-0 2-1
1987-1988 Seizièmes de finale Drapeau : Portugal Vitória Guimarães 1-0 1-0 1-1 (pén.)
2004-2005 2e tour préliminaire Drapeau : Liechtenstein FC Vaduz 3-1 1-2 5-2
2004-2005 Premier tour Drapeau : Bulgarie Levski Sofia 1-1 1-0 2-1
2004-2005 Groupe G Drapeau : Allemagne VfB Stuttgart 1-5 / 1-5
2004-2005 Groupe G Drapeau : Croatie Dinamo Zagreb 6-1 / 1-6
2004-2005 Groupe G Drapeau : Portugal Benfica Lisbonne 0-3 / 0-3
2004-2005 Groupe G Drapeau : Pays-Bas SC Heerenveen 1-0 / 0-1

Coupe Intertoto[modifier | modifier le code]

Le KSK Beveren ne participe qu'une seule fois à la Coupe Intertoto, lors de la première édition organisée par l'UEFA, en 1995. Versé dans un groupe comprenant le FC Etar Veliko Tarnovo, le Boby Brno, Groningue et le Ceahlăul Piatra Neamț, ils terminent troisième d'un groupe remporté par ce dernier club, et sont éliminés.

Résultats du KSK Beveren en Coupe Intertoto
Édition Tour Adversaire Résultat
1995 Groupe 9 Drapeau : Roumanie Ceahlăul Piatra Neamț 0-2
1995 Groupe 9 Drapeau : République tchèque Boby Brno 3-2
1995 Groupe 9 Drapeau : Pays-Bas Groningue 2-2
1995 Groupe 9 Drapeau : Bulgarie FC Etar Veliko Tarnovo 1-2

Tableau récapitulatif[modifier | modifier le code]

Récapitulatif statistique des participations du KSK Beveren aux compétitions européennes
Compétition Matches Victoires Défaites Partages Buts marqués Buts encaissés
Coupe des clubs champions (C1) 6 2 2 2 11 8
Coupe des vainqueurs de coupe (C2) 12 6 3 3 17 9
Coupe UEFA / Coupe des villes de foires (C3) 28 13 11 4 37 35
Coupe Intertoto (C4) 4 1 2 1 6 8
TOTAL 50 22 18 10 71 60

Le Freethiel[modifier | modifier le code]

Le Freethiel est le stade historique du KSK Beveren, occupé par Waasland-Beveren depuis 2010. À l'origine une piste de cyclisme, il doit son nom à Frederik Thielemans, premier propriétaire du terrain. Lorsque les « pistiers » abandonnent la piste au début des années 1930, il propose alors au club fraîchement créé d'utiliser le terrain pour jouer ses matches à domicile. Bien que l'endroit soit bien situé pour les spectateurs, la surface de jeu sans herbe ne facilite pas la pratique du football. Lorsque le club rejoint les séries nationales en 1949, le terrain est entièrement rénové, et le club a enfin droit à un gazon digne de ce nom. Une tribune est également construite le long du terrain, les autres côtés étant bordés de dunes, où prennent place les spectateurs.

Lorsque le club atteint la Division 1, un vrai stade est bâti au Freethiel, comprenant des vestiaires séparés pour les joueurs des deux équipes, et quatre tribunes portant la capacité du stade à 16 350 places. Après des agrandissements successifs, le stade permet d'accueillir 22 000 personnes dès le milieu des années 1970. Jusqu'au début des années 1990, le stade est un des plus appréciés de l'élite et répond aux normes européennes pour accueillir des rencontres de Coupe d'Europe. Mais le durcissement de celles-ci, conjugué à la modernisation des autres stades de première division font apparaître des manquements au niveau de la structure du stade et de la sécurité. Une tribune doit être fermée quelques années plus tard pour cette raison.

Des projets de modernisation sont évoqués dès 2005, et finalisés en 2008. Les travaux débutent réellement en juin de la même année par la destruction et la reconstruction de la tribune condamnée. Les autres tribunes doivent également être rénovées, mais aucune date n'a encore été fixée pour les travaux. En 2011, la capacité du stade est de 13 290 places.

Article détaillé : Freethiel.

Personnalités du club[modifier | modifier le code]

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Quarante entraîneurs différents ont dirigé l'équipe de Beveren entre 1938 et 2010, dont quelques-uns effectuent plusieurs passages par le club. Le premier entraîneur du club est Jos Hanssen, qui débute son mandat en 1938, quatre ans après la fondation du club. Auparavant, les joueurs s'entraînaient sans coach. Suivent ensuite douze techniciens différents jusqu'en 1966, dont les plus importants pour le club sont Jos Demolie, qui atteint les séries nationales pour la première fois, Alphonse De Winter, qui fait monter le club en Division 3 en 1963, et Omer Van Boxelaer qui l'amène en Division 2 trois ans plus tard. Guy Thys, encore relativement inconnu à l'époque, prend alors les rênes de l'équipe, et devient le premier à emmener le club en première division belge, ce qui lancera véritablement sa carrière.

Après que Rik Matthys a ramené le club en première division en 1973 sans y réaliser de bons résultats, Urbain Braems est nommé entraîneur du club en 1975. Il en deviendra l'icône emblématique du « petit banc » en remportant le premier trophée du club, la Coupe de Belgique 1978. Il quitte ensuite le club pour le voisin de Lokeren, et recommande de nommer Rik Pauwels, entraîneur des espoirs de Berchem Sport, pour lui succéder. Les dirigeants suivent l'avis de Braems, avec des résultats encore meilleurs. Associé à Robert Goethals, l'entraîneur anversois décroche le premier titre de champion du club dès sa première saison, et reste associé à la « Génération dorée » du KSK.

En 1981, Urbain Braems revient au club, remplacer Pauwels parti à Waterschei. Ce dernier revient à Beveren un an plus tard comme entraîneur-adjoint, et le duo remporte une seconde Coupe de Belgique en 1983, suivie un an plus tard par le second titre de champion de Belgique du club, ainsi que la Supercoupe de Belgique. Braems quitte ensuite le club, remplacé par Pauwels pour les deux saisons suivantes. Quand il quitte à son tour le club en 1986, le dernier vestige de la grande époque du KSK Beveren s'en va, et le club perd ensuite de sa stabilité.

Sur les 24 saisons suivantes, 22 entraîneurs différents dirigent l'équipe première, certains à deux reprises. Deux coaches remportent le championnat de Division 2, Johan Boskamp en 1991 et Paul Theunis en 1997. Edy De Bolle, qui succède en cours de saison à Walter Meeuws, est le dernier à diriger le club en première division en 2006-2007. David Penneman, remplaçant Boskamp à partir de la trêve hivernale, est le dernier entraîneur du club en 2010.

Anciens joueurs importants[modifier | modifier le code]

Internationaux belges[modifier | modifier le code]

Plusieurs joueurs ont marqué l'Histoire du KSK Beveren durant ses 76 ans d'existence. Le premier joueur du club à réussir une carrière de haut niveau est Wilfried Van Moer. Il est formé au club, et débute dans l'équipe A en 1964, alors que le club évolue encore en troisième division. En fin de saison, il est transféré par l'Antwerp, alors en Division 1, et remportera le premier de ses trois Souliers d'Or 18 mois plus tard.

Mais le joueur le plus emblématique du club est certainement le gardien Jean-Marie Pfaff. Il intègre l'équipe première en 1973, et succède à Christian Piot dans les buts de l'équipe nationale belge trois ans plus tard. Avec le club waeslandien, il remporte une Coupe de Belgique ainsi qu'un titre de champion de Belgique, les deux premiers trophées de l'Histoire du club. À titre individuel, il reçoit le Soulier d'Or en 1978, devenant ainsi le premier joueur du club à obtenir ce trophée. Il quitte le club en 1982 pour rejoindre le Bayern Munich, où il poursuit sa brillante carrière. Ses « héritiers » successifs à Beveren, notamment Filip De Wilde et Geert De Vlieger, porteront également le maillot des Diables Rouges dans les années 1990 et 2000.

D'autres joueurs se sont révélés aux côtés de Pfaff à Beveren à la fin des années 1970, et sont devenus ensuite internationaux, participant à la Coupe du monde ou au Championnat d'Europe. Parmi ceux-ci, on peut citer le capitaine Jean Janssens, Soulier d'Or 1979, le défenseur Marc Baecke, quinze fois international, le milieu de terrain Albert Cluytens, douze fois international et qui connaîtra l'apogée de sa carrière en remportant la Coupe des vainqueurs de Coupe 1988 avec le FC Malines.

Quelques joueurs étrangers[modifier | modifier le code]

Des joueurs étrangers de renom sont aussi passés par Beveren, la plupart ayant lancé leur carrière grâce au club. Les allemands Heinz Schönberger et Erwin Albert sont les fers de lance de l'attaque beverenoise lors des plus belles années du club. Ce dernier termine la saison du premier titre en tant que meilleur buteur, ce qu'aucun autre joueur du club n'a réussi. En 1989, le buteur néerlandais Peter van Vossen débute sa carrière professionnelle au KSK, avant de partir ensuite vers Anderlecht, l'Ajax Amsterdam et les Glasgow Rangers, clubs avec lesquels il est chaque fois champion national. Il portera également le maillot de l'équipe nationale des Pays-Bas, participant à la Coupe du monde 1994 et à l'Euro 2000. Plus proche de nous, les frères Żewłakow, Marcin et Michał, se sont véritablement révélés lors de leur prêt d'une saison à Beveren, au terme de laquelle ils sont devenus internationaux polonais.

La colonie ivoirienne[modifier | modifier le code]

Au début du XXIe siècle, le club est au bord de la faillite. Il est sauvé par le manager français Jean-Marc Guillou, directeur d'une académie de football à Abidjan, et qui souhaite mettre ses meilleurs joueurs en vitrine dans un championnat européen. C'est ainsi que débarquent à Beveren plusieurs joueurs ivoiriens, laissant tout d'abord sceptiques les supporters du club. Mais après des débuts difficiles, les africains s'habituent à la compétition belge, et apportent une touche technique qui fait souvent défaut dans les autres équipes. En quelques saisons, plusieurs joueurs passent du statut d'inconnu à celui d'international, ce qui leur offre des transferts vers de plus grands clubs.

Emmanuel Eboué rejoint Arsenal, où il sera titulaire pendant plusieurs saisons. Yaya Touré est un pion de base du Barcelone quand le club réalise le fameux « sextuplé »[29], et joue un rôle prépondérant dans les bonnes performances de Manchester City depuis son transfert en 2010. Romaric N'Dri Koffi s'est imposé comme une valeur sûre à Séville, club avec lequel il remporte la Coupe du Roi 2010. Gervinho devient un des joueurs les plus importants de son club lors du doublé Championnat-Coupe réalisé par Lille en 2011 et évolue depuis à Arsenal. Arthur Boka remporte le championnat d'Allemagne en 2007 avec Stuttgart. D'autres joueurs passés par Beveren porteront le maillot national ivoirien. Ainsi, on compte six joueurs ou anciens joueurs du club dans la sélection qui participe à la Coupe du monde 2006, la première pour la Côte d'Ivoire.

Effectif lors de la dernière saison du club (2009-2010)[modifier | modifier le code]

Effectif de la saison 2009-2010 au
Poste Nom Naissance Nationalité sportive[30] Sélection[31] Club précédent
1 Gardien Erwin Lemmens Drapeau de la Belgique Belgique FCV Dender EH
24 Gardien Bram De Bruyn Drapeau de la Belgique Belgique Formé au club
30 Gardien Frédéric Ledent Drapeau de la Belgique Belgique Germinal Beershot
30 Gardien Jordi De Jonghe Drapeau de la Belgique Belgique Formé au club
30 Gardien Mauro Janssens Drapeau de la Belgique Belgique Formé au club
23 Défenseur Yannick Aerts Drapeau de la Belgique Belgique Formé au club
18 Défenseur Pieter Collen Drapeau de la Belgique Belgique Cambuur Leeuwarden
17 Défenseur Yves Kabwe-Kazadi Drapeau de la Belgique Belgique Formé au club
3 Défenseur Kristof Lardenoit Drapeau de la Belgique Belgique Saint-Trond VV
6 Défenseur Jeffrey Rentmeister Drapeau de la Belgique Belgique KAS Eupen
14 Défenseur Jasper Vermeerbergen Drapeau de la Belgique Belgique Germinal Beershot
15 Défenseur Wesley Vanbelle Drapeau de la Belgique Belgique FC Malines
4 Milieu Sophiane Baghdad Drapeau de la France France Oud-Heverlee Louvain
? Milieu Daniel Adjei Boateng Drapeau du Ghana Ghana ?
18 Milieu Jordy Cathoir Drapeau de la Belgique Belgique Formé au club
12 Milieu Bob Cousin Drapeau de la France France KMSK Deinze
17 Milieu Nathan D'Haemers Drapeau de la Belgique Belgique SV Zulte-Waregem
20 Milieu Gianni De Keersmaecker Drapeau de la Belgique Belgique Formé au club
7 Milieu Steven Jacobs Drapeau de la Belgique Belgique FCV Dender EH
14 Milieu Michael Lacroix Drapeau de la Belgique Belgique KVK Tirlemont
10 Milieu Chakir Lmaknafi Drapeau de la Belgique Belgique Germinal Beershot
21 Milieu Gertjan Martens Drapeau de la Belgique Belgique Union Saint-Gilloise
25 Milieu Marvin Peersman Drapeau de la Belgique Belgique Formé au club
? Milieu Joachim Van Damme Drapeau de la Belgique Belgique Formé au club
8 Milieu Steven Van Geneugden Drapeau de la Belgique Belgique Formé au club
? Attaquant Amoudou Abdullei Nigeria Nigeria ?
? Attaquant Ernest Asante Drapeau du Ghana Ghana Feyenoord (jeunes)
19 Attaquant Zoran Kokot Drapeau de la Bosnie-Herzégovine Bosnie-Herzégovine FK Slavija
16 Attaquant Sidi Ceesay Drapeau de la Belgique Belgique Formé au club
31 Attaquant Stijn De Wilde Drapeau de la Belgique Belgique KSC Lokeren
28 Attaquant Adaon Kalala Drapeau de la Belgique Belgique RSC Anderlecht
18 Attaquant Kristof Snelders Drapeau de la Belgique Belgique Cercle Bruges KSV
11 Attaquant Ousmane Traoré Sénégal Sénégal Sainte-Anne de Reims
23 Attaquant Pieter Vervaet Drapeau de la Belgique Belgique Formé au club
Capitaine = capitaineGardien de butDéfenseurMilieu de terrainAttaquant

Identité du club[modifier | modifier le code]

L'école des gardiens beverenoise[modifier | modifier le code]

À partir des années 1970, le club waeslandien se forge une réputation nationale pour la qualité de la formation de ses gardiens de but. Conscients de la spécificité du poste, des entraîneurs spécialisés sont engagés pour s'occuper de tous les portiers des équipes de jeunes. Cette « école des gardiens » va former pendant près de trente ans des gardiens de but de niveau international, défendant les filets de l'équipe première, ainsi que de l'équipe nationale.

Le premier de cette « dynastie » n'est autre que Jean-Marie Pfaff, qui intègre le noyau A en 1973, et devient international trois ans plus tard. Après son départ pour le Bayern Munich en 1982, il est remplacé par un autre produit du club, Filip De Wilde, qui devient également international à la fin des années 1980. Transféré à Anderlecht en 1989, il laisse sa place au jeune Geert De Vlieger. Ce dernier lui succèdera à Anderlecht et en équipe nationale quelques années plus tard. Le successeur de De Vlieger, Erwin Lemmens, sera également international à deux reprises. Et enfin, le dernier de la lignée beverenoise, Tristan Peersman, passera également par Anderlecht et les Diables Rouges, mais sans connaître autant de succès que ses illustres prédécesseurs.

Supporters[modifier | modifier le code]

Rivalités[modifier | modifier le code]

Dès qu'ils ont commencé à se rencontrer dans les séries nationales, le KSK Beveren a entretenu une forte rivalité avec le KSC Lokeren et les clubs de Saint-Nicolas, l'Excelsior et le Sportkring. Ces trois villes étant assez proches géographiquement, cette rivalité s'est rapidement étendue dans tout le pays de Waes, exacerbée par les médias locaux et les supporters des différents clubs concernés. À partir des années 1970, cette rivalité s'est surtout réduite à l'opposition Beveren-Lokeren, qui se croisent régulièrement en première division, tandis que les clubs de Saint-Nicolas sont cantonnés aux divisions inférieures. Cette opposition est souvent appelée « derby waeslandien » (ou « derby du Pays de Waes ») par les journalistes sportifs.

Pendant longtemps, les deux clubs sont également rivaux sportifs, luttant tous deux soit pour une place européenne, soit pour leur maintien. Du milieu des années 1970 au milieu des années 1980, Lokeren et Beveren font partie du « subtop » belge, et participent à plusieurs reprises aux compétitions européennes. Mais là où Beveren parvient à remporter deux championnats et deux Coupes de Belgique, Lokeren doit se contenter d'une places de vice-champion et d'une finale perdue, toutes deux en 1981. Cette grande différence au niveau du palmarès a longtemps fait la fierté des supporters Jaune et bleu.

Mais dès la fin des années 1980, les deux clubs ne font plus le poids face aux ténors du championnat, et luttent le plus souvent pour leur maintien. Tour à tour, les deux clubs culbutent à l'échelon inférieur. D'abord Beveren en 1990, qui remonte après une saison. Lokeren est relégué en 1993, et prend trois ans à remonter. Durant le séjour de Lokeren dans l'anti-chambre de l'élite, le sort réunit à nouveau les deux clubs qui se rencontrent en huitièmes de finale de la Coupe de Belgique 1994-1995. La différence de niveau est alors flagrante, et Beveren remporte à cette occasion sa plus large victoire face à son voisin : 0-7[32]. Lorsque Lokeren remonte en D1 en 1996, il croise la route de son voisin, à nouveau relégué en Division 2. Les premières allusions à une fusion des deux entités voient le jour dans la presse, et ne sont pas démenties par les dirigeants qui affirment « y réfléchir »[33].

Le SK Beveren remonte parmi l'élite en 1997 et y retrouve son rival waeslandien. Les confrontations entre les deux clubs sont toujours aussi animées et attendues par les supporters, mais les ambitions des deux équipes sont désormais totalement opposées. Sous l'impulsion de son président-mécène Roger Lambrecht, Lokeren veut s'installer de manière durable derrière les "grands" habituels du championnat et jouer régulièrement la Coupe d'Europe[34], tandis que Beveren se contente de jouer le maintien en première division. De nouveau, des projets de fusion sont évoqués, en y incluant le SK Saint-Nicolas, pour former un grand club dans la région. Mais les pouvoirs publics, ayant investi dans les infrastructures des trois clubs, se joignent aux supporters contre ce projet[34].

Malgré les résultats généralement anecdotiques de leurs confrontations par rapport au classement final de la première division belge, les rencontres entre Beveren et Lokeren ont parfois décidé du sort d'un, voire des deux clubs. Ainsi, en 1997-1998, Beveren se sauve de justesse, grâce notamment à deux victoires sur son rival, dont une à la 32e journée, qui annihile les espoirs de Lokeren de disputer la prochaine Coupe UEFA[35]. Neuf ans plus tard, Beveren occupe l'avant-dernière place du classement avant la dernière journée, qui voit Lokeren accueillir le Lierse, dernier avec deux points de moins. La défaite du club du Freethiel, conjuguée à la large victoire des lierrois au Daknam, précipite les joueurs de Beveren en Division 2[36]. Quelques jours plus tôt, un nouveau projet de fusion initié par Roger Lambrecht avait échoué face à la colère des supporters de Beveren[37]. Après cette relégation, il n'y aura plus de rencontre officielle entre les deux clubs.

Bien que les transferts directs entre les deux entités soient assez rares, plusieurs joueurs ont porté le maillot des deux clubs. Généralement considérés comme des « traîtres » par les supporters du club qu'ils venaient de quitter, ces joueurs se font chambrer et siffler à chaque rencontre entre les deux formations. Dans l'histoire récente, seul le transfert du gardien Boubacar Barry Copa de Beveren vers Lokeren en 2007 ne provoque pas la colère des fans beverenois, compréhensifs envers leur portier[38].

Équipe féminine[modifier | modifier le code]

Une section féminine est créée en 2009, et inscrite au championnat provincial. Plusieurs équipes d'âge voient le jour dans les mois suivants. Depuis l'absorption de l'équipe première par le Red Star Waasland, elle a « hérité » du matricule 2300 du club. Le site officiel lui est aujourd'hui exclusivement consacré, et présente les calendriers et résultats des différentes équipes du club.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Notes sur les saisons du club[modifier | modifier le code]

  1. Le SK Beveren-Waes termine à égalité de points avec le KSV Sottegem, mais ce dernier est déclaré champion pour avoir concédé moins de défaites.
  2. Le SK Beveren-Waes se qualifie pour la Coupe des villes de foires 1970-1971.
  3. Le SK Beveren se qualifie pour la Coupe des clubs champions 1979-1980.
  4. Le SK Beveren se qualifie pour la Coupe UEFA 1981-1982.
  5. Le SK Beveren se qualifie pour la Coupe des clubs champions 1984-1985.
  6. Le KSK Beveren se qualifie pour la Coupe UEFA 1986-1987.
  7. Le KSK Beveren se qualifie pour la Coupe UEFA 1987-1988.
  8. Malgré sa 10e place, le KSK Beveren dispute la Coupe Intertoto 1995, Lommel, Saint-Trond et Seraing ayant décidé de ne pas y participer.
  9. Le KSK Beveren n'est pas relégué en Division 2 grâce aux rétrogradations administratives infligées au RWDM et à l'Eendracht Alost.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. a et b Foot 100 ASBL. Dictionnaire des clubs affiliés à l'URBSFA depuis 1895: archives de l'URBSFA
  3. (nl) « Flashback 75 jaar KSK Beveren: 1935-1940 »,‎ 10 septembre 2010 (consulté le 7 octobre 2011)
  4. (nl) « Flashback 75 jaar KSK Beveren: de oorlogsjaren (1) »,‎ 17 septembre 2010 (consulté le 7 octobre 2011)
  5. (nl) « Flashback 75 jaar KSK Beveren: de oorlogsjaren (2) »,‎ 24 septembre 2010 (consulté le 7 octobre 2011)
  6. (nl) « Flashback 75 jaar KSK Beveren: 1948-1949 »,‎ 14 octobre 2010 (consulté le 10 octobre 2011)
  7. (nl) « Flashback 75 jaar KSK Beveren: 1949-1950 (1) »,‎ 23 octobre 2010 (consulté le 10 octobre 2011)
  8. (nl) « Flashback 75 jaar KSK Beveren: 1953-1954 »,‎ 25 janvier 2011 (consulté le 10 octobre 2011)
  9. (nl) « Flashback 75 jaar KSK Beveren: 1959-1960 »,‎ 23 mars 2011 (consulté le 10 octobre 2011)
  10. (nl) « Flashback 75 jaar KSK Beveren: 1960-1961 »,‎ 29 mars 2011 (consulté le 10 octobre 2011)
  11. (nl) « Flashback 75 jaar KSK Beveren: 1965-1966 »,‎ 18 juin 2011 (consulté le 10 octobre 2011)
  12. (nl) « Flashback 75 jaar KSK Beveren: 1966-1967 »,‎ 4 juillet 2011 (consulté le 10 octobre 2011)
  13. (nl) « Flashback 75 jaar KSK Beveren: 1967-1968 (1) »,‎ 25 juillet 2011 (consulté le 7 octobre 2011)
  14. (nl) « Flashback 75 jaar KSK Beveren: 1968-1969 »,‎ 27 août 2011 (consulté le 7 octobre 2011)
  15. « Beveren rejoint son voisin de Lokeren en D1 »,‎ 12 mai 1997 (consulté le 3 octobre 2011)
  16. (en) « Newsnight investigation »,‎ 2 juin 2006 (consulté le 4 octobre 2011)
  17. (en) « Arsenal accused of secret payments »,‎ 2 juin 2006 (consulté le 4 octobre 2011)
  18. « Affaire Beveren: Arsenal innocenté »,‎ 23 juin 2006 (consulté le 4 octobre 2011)
  19. (en) « FIFA clears Arsenal after Beveren probe »,‎ 30 juin 2006 (consulté le 4 octobre 2011)
  20. « L'ACTEUR:Jean-Marc Guillou »,‎ 22 mai 2004 (consulté le 3 octobre 2011)
  21. « Coupe de l'UEFA : Beveren termine sur un zéro pointé »,‎ 16 décembre 2004 (consulté le 5 octobre 2011)
  22. « Beveren relégué en D2 »,‎ 20 mai 2007 (consulté le 5 octobre 2011)
  23. « Alex Czerniatynski nouvel entraîneur de Beveren »,‎ 10 juin 2007 (consulté le 3 octobre 2011)
  24. « Czerniatynski n’est plus l’entraîneur de Beveren »,‎ 31 mars 2008 (consulté le 3 octobre 2011)
  25. « Le KSK Beveren sauvé de la faillite »,‎ 1er mai 2008 (consulté le 3 octobre 2011)
  26. « Johan Boskamp remercié par Beveren »,‎ 27 décembre 2009 (consulté le 4 octobre 2011)
  27. a et b Bertrand Detal, « Beveren, la fin de la belle histoire? », sur Sport.be,‎ 27 mai 2010 (consulté le 27 mai 2010)
  28. a et b L'édition 1979 de la Supercoupe de Belgique n'est pas considérée comme officielle par l'URBSFA, mais apparaît néanmoins dans les statistiques.
  29. En 2009, le FC Barcelone remporte le championnat d'Espagne, la Coupe d'Espagne, la Supercoupe d'Espagne, la Ligue des Champions, la Supercoupe d'Europe et la Coupe du monde des clubs.
  30. Certains joueurs ont une double nationalité, mais un même joueur ne peut jouer que pour une seule sélection nationale.
  31. Seule la sélection la plus importante est indiquée.
  32. Jean-François Lauwens, « La défense lokerenoise était inexistante », sur archives.lesoir.be,‎ 26 janvier 1995 (consulté le 5 octobre 2010)
  33. Serge Trimpont, « La fusion Lokeren-Beveren bientôt à l'ordre du jour? », sur archives.lesoir.be,‎ 1er mars 1996 (consulté le 5 octobre 2010)
  34. a et b Jean-François Lauwens, « Lokeren veut faire la course en tête sans la perdre », sur archives.lesoir.be,‎ 26 janvier 1995 (consulté le 5 octobre 2010)
  35. Yannick Minsier, « Beveren sur la voie du maintien, Lokeren s'éloigne de l'Europe », sur archives.lesoir.be,‎ 30 avril 1998 (consulté le 5 octobre 2010)
  36. « Au Lierse les barrages, à Beveren la relégation en D2 », sur archives.lesoir.be,‎ 21 mai 2007 (consulté le 5 octobre 2010)
  37. Jean-Louis Donnay, « Lokeren et Beveren pas encore mariés », sur archives.lesoir.be,‎ 11 mai 2007 (consulté le 5 octobre 2010)
  38. « Copa choisit Lokeren », sur www.sport.be,‎ 24 mai 2007 (consulté le 5 octobre 2010)

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]