Jeanne Ire d'Auvergne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jeanne d'Auvergne et Jeanne Ire.
Jeanne Ire
Jeanne d'Auvergne (à gauche). Miniature de jean Fouquet dans les Grandes Chroniques de France.
Jeanne d'Auvergne (à gauche). Miniature de jean Fouquet dans les Grandes Chroniques de France.
Fonctions
Comtesse d'Auvergne
Comtesse de Boulogne

(28 ans, 1 mois et 23 jours)
Prédécesseur Guillaume XII
Successeur Philippe de Rouvres
Duchesse de Normandie

(6 mois et 13 jours)
Prédécesseur Bonne de Luxembourg
Successeur Jeanne de Bourbon
Reine de France

(10 ans, 1 mois et 7 jours)
Prédécesseur Blanche de Navarre
Successeur Jeanne de Bourbon
Biographie
Dynastie Maison d'Auvergne
Date de naissance
Date de décès (à 34 ans)
Lieu de décès Vadans
Père Guillaume XII d'Auvergne
Mère Marguerite d'Évreux
Conjoint Philippe de Bourgogne (1343-1346)
Jean II de France (1350-1360)
Enfants Voir section
Héritier Philippe de Rouvres

Jeanne Ire d'Auvergne
Comtes d'Auvergne

Jeanne d'Auvergne[1] ou Jeanne de Boulogne ( - ) est une comtesse d'Auvergne et de Boulogne, devenue reine de France par son second mariage avec le futur Jean le Bon, alors duc de Normandie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille de Guillaume XII, comte d'Auvergne et de Boulogne, et de Marguerite d'Évreux, elle hérite des comtés d'Auvergne et de Boulogne à la mort de son père en 1332.

Épouse de l'héritier de Bourgogne[modifier | modifier le code]

Elle épouse en premières noces Philippe de Bourgogne dit Monsieur, fils et héritier d'Eudes IV, duc de Bourgogne et de Jeanne de France, comtesse d'Artois et de Bourgogne. De ce mariage sont nés :

Son mari meurt le , suivi de sa belle-mère, le et de son beau-père le . Son fils Philippe hérite alors du duché de Bourgogne, des comté de Bourgogne et d'Artois. Comme il n'a que deux ans et demi à la mort du duc Eudes IV, Jeanne d'Auvergne assure la régence des États de son fils.

Reine de France[modifier | modifier le code]

Le [2], elle se remarie avec Jean de France, duc de Normandie, fils du roi de France Phillipe VI. Leur union est consacrée à la chapelle du château royal de Sainte-Gemme (parfois appelé aussi Saint-James et aujourd'hui disparu) à Feucherolles, près de Saint-Germain-en-Laye[3],[4]

A la mort de Philippe VI, son mari devient roi de France, le , sous le nom de Jean II le Bon. De ce mariage sont nés :

  • Blanche (1350 † 1350)
  • Catherine (1352 † 1352)
  • Un fils (1354 † 1354)

Elle meurt lors d'une épidémie de peste, au château de Vadans, en Franche-Comté, près de Poligny en fin septembre 1360[5].

Deux ans avant sa mort, en septembre 1358, elle avait passé commande de son tombeau ainsi que de celui de son premier mari, Philippe de Bourgogne, destiné à la Sainte-Chapelle de Dijon. L'artiste retenu, Jean de Soignoles[6], maçon et imagier parisien, avait auparavant travaillé de 1349 à 1351 à Avignon, avec Pierre Boye et Jean David, à la réalisation du monument funéraire de Clément VI pour l'abbaye de la Chaise-Dieu[7],[8].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Sa généalogie sur le site Medieval Lands.
  2. Ernest Petit (historien), Histoire des ducs de Bourgogne de la race capétienne, tome IX, p. 10.
  3. Ernest Petit, Histoire des ducs de Bourgogne de la race capétienne, tome IX, pp. 10-11.
  4. Jules Viard, archiviste paléographe, conservateur aux Archives nationales, et Eugène Déprez, archiviste du Pas-de-Calais, Chroniques de Jean le Bel, 1905, tome II, note 2 de bas de page 184.
  5. Ernest Petit (historien), Histoire des ducs de Bourgogne de la race capétienne, tome IX, p. 218.
  6. Son nom de famille est orthographié de diverses façons dans les sources : Soignolles, Sanholis, Sanhols...
  7. Bruno Donzet et Christian Siret, Les Fastes du gothique : le siècle de Charles V (Galeries nationales du Grand Palais, 9 octobre 1981-1er février 1982), ministère de la Culture, Editions de la Réunion des musées nationaux, 1981, p. 434 ; Michèle Beaulieu et F. Baron, « Note sur quelques sculptures du Moyen Âge en relation avec la région auvergnate », Actes du 88e Congrès national des sociétés savantes Clermont-Ferrand 1963. Section d'archéologie, 1965, p. 303-310. [lire en ligne].
  8. J. Simonnet, « Marché passé avec maître Jean de Soignoles… », Revue des sociétés savantes des départments, 3e série, tome IV, 1864, p.  453-455 [lire en ligne].


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie complémentaire[modifier | modifier le code]

  • Louis Douët d'Arcq, « Inventaire des meubles de la reine Jeanne de Boulogne, seconde femme du roi Jean (1360) », Bibliothèque de l'école des chartes, vol. 40,‎ , p. 545-562 (lire en ligne).
  • Catherine Bearne, Lives and times of the early Valois queens : Jeanne de Bourgogne, Blanche de Navarre, Jeanne d'Auvergne et de Boulogne, 1898 [lire en ligne].