Yolande de Châtillon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Yolande de Châtillon ou Yolande de Nevers, morte en 1254, est héritière du comté de Nevers, de Tonnerre et d'Auxerre, et dame de Bourbon par son mariage.

Elle est la fille de Guy II, comte de Saint-Pol, et de son épouse Agnès II de Donzy, comtesse de Nevers, de Tonnerre et d'Auxerre.

Sa mère meurt en 1225 et son père est tué l'année suivante au siège d'Avignon[1]. Sa grand-mère maternelle Mathilde de Courtenay la recueille ainsi que son frère Gaucher, comte de Nevers, Tonnerre et Auxerre.

Elle épouse Archambaud IX, seigneur de Bourbon et de Dampierre, dont elle a deux filles :

En 1248, elle suit son mari[2] qui accompagne le roi Louis IX lors de la septième croisade. Archambaud IX de Bourbon meurt à Chypre le 22 janvier 1249, victime d’une épidémie qui fait de nombreuses victimes parmi les croisés. Yolande rentre en France avec la dépouille de son mari[2].

Après la mort de son frère Gaucher en 1250, elle devient l'héritière des comtés de Nevers, Tonnerre et Auxerre. Sa fille aînée Mathilde lui succède en 1254 tandis que sa seconde fille Agnès reçoit la seigneurie de Bourbon.

Ascendance[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
8. Guy II de Châtillon
 
 
 
 
 
 
 
4. Gaucher III de Châtillon
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
9. Alix de Dreux
 
 
 
 
 
 
 
2. Guy III de Châtillon
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
10. Hugues IV de Saint-Pol
 
 
 
 
 
 
 
5. Élisabeth de Saint-Pol
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
11. Yolande de Hainaut
 
 
 
 
 
 
 
1. Yolande de Châtillon
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
12. Hervé III de Donzy
 
 
 
 
 
 
 
6. Hervé IV de Donzy
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
13. Mathilde de Gouët
 
 
 
 
 
 
 
3. Agnès II de Donzy
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
14. Pierre II de Courtenay
 
 
 
 
 
 
 
7. Mathilde de Courtenay
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
15. Agnès Ire de Nevers
 
 
 
 
 
 

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alice Saunier-Seité, Les Courtenay, Éditions France-Empire, 1998 ( (ISBN 2-7048-0845-7)), p. 93
  2. a et b Alice Saunier-Seité, p. 94