Jean-Jacques Gailliard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gaillard.
Jean-Jacques Gailliard
Naissance
Décès
(à 85 ans)
St-Gilles, Drapeau de la Belgique Belgique
Nationalité
Activité

Jean-Jacques Gailliard, né le à Bruxelles et décédé à St-Gilles le , est un peintre, illustrateur, graveur et homme de lettres belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Jacques Gailliard apprend le dessin et la peinture chez son père, le peintre impressionniste Franz Gailliard, tandis que sa mère, parente d'Octave Maus, l'initie à la musique et lui enseigne le piano. Dans son enfance, il est entouré d'artistes, de musiciens et des personnalités du monde de l'occultisme et de l'ésotérisme[1].

Alors qu'il est en humanités gréco-latines à l'Athénée de Bruxelles Jean-Jacques Gailliard s'inscrit en 1903 à l'Académie des beaux-arts de Bruxelles en dessin et en sculpture chez Victor Rousseau ainsi qu'en peinture où il reçoit une formation chez Herman Richir, Gustave Van Strydonck, Émile Fabry et Jean Delville, disciple d'idées ésotériques. En 1910, Gailliard y reçoit le deuxième prix avec grande distinction pour une composition historique.
En 1915, il suit les cours du sculpteur Pierre Braecke à l'Académie de Saint-Josse-ten-Node et en 1916 il travaille le soir à l’Académie libre "La Patte".

En 1912, à l'âge de vingt et un ans, Jean-Jacques Gailliard est séduit par les thèses mystiques du théosophe suédois Swedenborg qui prône une connaissance «illuminative» de réalités suprasensibles plutôt qu'une connaissance scientifique. Ces thèses apaisant ses interrogations, Gailliard se convertit à l'Église de la Nouvelle Jérusalem.

En 1938, Jean-Jacques Gailliard épouse Rita Kaufmann (1909-1995), dont il avait fait la connaissance en 1925 à l'Académie des Beaux-Arts de Bruxelles. Ils auront deux filles, Geneviève et Isabelle.

Le 4 janvier 1973, il est élu membre de l'Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique, Classe des Beaux-Arts[2].

Style[modifier | modifier le code]

à corriger :

Il est un peintre de vues citadines et de paysages, mariniste, portraitiste, de nus et de natures mortes.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Ses œuvres sont exposées dans les musées suivants :

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 1927 : Cercle artistique à Bruxelles
  • 1929 : Palais des beaux-arts de Bruxelles
  • 1947 : Exposition rétrospective à la Galerie G. Giroux à Bruxelles
  • 1953 : Musée de Dinant
  • 1966 : Musée des beaux-arts à Ostende

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]