Edmond Picard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Picard (homonymie).
Edmond Picard
Edmond Picard (1836-1924) (crop).jpg
Fonction
Sénateur
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 87 ans)
DaveVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Edmond Picard est un jurisconsulte et écrivain belge, né à Bruxelles le et mort à Dave le . Il fut le fondateur en 1881 du Journal des Tribunaux, des Pandectes belges et de la revue L'Art moderne. Avocat à la cour d'appel de Bruxelles et à la Cour de cassation il fut bâtonnier, professeur de droit, écrivain, dramaturge, sénateur socialiste, journaliste et mécène. Il fut aussi un influent théoricien de l'antisémitisme. C'est un socialiste de la première heure, avant la création du parti ouvrier belge. Il se range parmi les libéraux progressistes. Il se prononce rapidement pour l'adoption du suffrage universel pur et simple en Belgique. Il est notamment l'auteur d'un "Manifeste des ouvriers", publié en 1866, dans lequel il réclame "l'égalité dans le droit de suffrage"[1]. Il fit partie de la franc-maçonnerie[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Après trois ans passés dans la marine marchande, Edmond Picard entame de brillantes études de droit à l’Université libre de Bruxelles où son père, David Picard, est professeur.

Juriste, il instaure les Pandectes belges et fonde le Journal des tribunaux où il compte Iwan Gilkin (1858-1924) et Émile Verhaeren (1855-1916) parmi ses stagiaires tandis que l'un de ses collaborateurs n'est autre que l'écrivain Georges Rodenbach (1855-1898).

En 1882, il intervient dans le cadre de l'Affaire Peltzer en qualité de conseil d'Armand Peltzer[3].

Passionné de littérature et écrivain lui-même, il fonde en mars 1881 avec entre autres Octave Maus et Eugène Robert la revue L’Art moderne qui prône un « art social » en réaction à « l'art pour l'art » que défend La Jeune Belgique. Cela lui vaut même un duel sans gravité avec Albert Giraud (1860-1929). Henri Nizet le caricature avec férocité sous les traits d'un auteur dénommé « Lenormand » dans son roman Les Béotiens en 1884. Il soutint la défense de Camille Lemonnier lors du procès où ce dernier fut accusé d'atteinte aux bonnes mœurs.

Mécène, il soutient Auguste Rodin (1840-1917) qu'il expose en 1899 dans son propre hôtel particulier.

Entamant une carrière politique, il fut l'un des premiers sénateurs socialistes de Belgique, mais ses opinions teintées d'antisémitisme ternirent son image.

Il fut un proche de l'écrivain naturaliste Léon Cladel : Picard vécut même un temps avec sa fille, Judith Cladel, la biographe de Rodin[4].

Des propos jugés racistes, fascistes, antisémites[modifier | modifier le code]

Certains écrits d'Edmond Picard ne sont pas indemnes de propos que l'on peut qualifier aujourd'hui de racistes voire de racialiste (ce dernier terme étant plus aproprié sur le plan idéologique et politique).

Par exemple, dans son essai publié en 1896, En Congolie, il écrit à propos des Noirs : « Comme le singe, le noir est imitateur. […] C'est cette dextérité indéniable qui, sans doute, a fait naître l'illusion d'une assimilation complète, par ceux qui n'aperçoivent pas l'abîme qui sépare le simple imitateur du créateur. Là, en vérité, semble posée la borne infranchissable. »[5]. Rappelons, pour resituer le contexte, que le roi des Belges, Léopold II, possède via le domaine royal, à cette époque, le Congo belge.

Dans un essai, Foulek Ringelheim écrit en 1999 que : « Picard professa pendant quarante ans, jusqu'au dernier jour de sa vie en 1924, les formes les plus effroyables du racisme et de l'antisémitisme. Il ne fut pas un antisémite ordinaire comme beaucoup l'étaient à l'époque. Il avait horreur du conformisme. Il fut un antisémite enragé. En cela il fut véritablement grand ; le plus grand antisémite de son pays, le Drumont belge : un compliment qui l'aurait ravi. S'il est vrai que l'antisémitisme a été la maladie des sociétés européennes de la fin du XIXe et de la première moitié du XXe siècle, Edmond Picard a été un grand malade. Il fut le vulgarisateur de l'antisémitisme racial. Voilà pourquoi on évite de trop soulever le couvercle du sarcophage où il gît embaumé. Le mépris des races inférieures et la haine des Juifs ont fixé toute sa vision du monde, ont déterminé toutes ses conceptions sociales, juri­diques, littéraires, « scientifiques ». De même que les mordus de la cuisine italienne mettent du basilic dans tous les plats, Picard assaisonnait tout ses écrits d'épices raciologiques. La race était pour lui le facteur fondamental de toute civilisation. Ce sénateur socialiste fut en vérité un préfasciste. »[6]

De con côté, Bernard-Henri Lévy le qualifie dès 1981 de « premier disciple conséquent d'Arthur de Gobineau », et ajoute qu'il est « l'un des fondateurs du national-socialisme à la française. »[7]

Postérité à Bruxelles[modifier | modifier le code]

Un buste d'Edmond Picard est exposé au Palais de justice de Bruxelles. En 1994, l'avocat Michel Graindorge renverse ce buste en invoquant le caractère antisémite de Picard[8]. Graindorge fut condamné en première instance. Lors des débats en appel, l'avocat général déclara que "Le geste de renverser le buste d'un salaud est-il honorable ? Dans ce cas, il y aurait tant d'autres statues que l'on pourrait renverser au palais."[9]. Le 27 novembre 1995, la Cour d'appel de Bruxelles lui a accordé la suspension du prononcé de la condamnation[10]. En 1998, le buste fut replacé par le conservateur du Palais[11].

Une rue Edmond Picard a été créée dans le cadre du "Plan général d'alignement et d'expropriation par zones du quartier Berkendael" (1902-1904), à cheval sur les communes d'Ixelles (1-43, 2-52) et d'Uccle, reliant la place Georges Brugmann à la rue Vanderkindere[12].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Edmond Picard d'après le buste de Louis Mascré (1918)
  • Les Rêveries d'un stagiaire. Poésies, 1879.
  • La Forge Roussel, scènes de la vie judiciaire, 1881.
  • Le Juré, 1886.
  • Désespérance de Faust, prologue pour le théâtre en 4 scènestexte en ligne.
  • Pandectes belges, encyclopédie de législation, de doctrine, de jurisprudence belges, 151 volumes parus de 1878 à 1933.
  • En Congolie, Bruxelles, Paul Lacomblez, 1896.
  • Le Droit Pur, Paris, Flammarion, Bibliothèque de philosophie scientifique, 1908.
  • Les Constantes du droit, Paris, Flammarion, Bibliothèque de philosophie scientifique, 1921 — lire sur Gallica.
  • Wikisource : La Veillée de l'huissier un conte d'Edmond Picard.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles Gheude, « Edmond Picard », L'Humanité nouvelle,‎ , p. 48 (lire en ligne)
  • Guy Rommel, Lettre à un ami, 1961.
  • Marcel Detiège avec Raoul Ruttiens et Guy Rommel, juge de paix de Saint-Gilles, Edmond Picard, défenseur de l’âme belge, La Dryade, Virton.
  • Foulek Ringelheim, Edmond Picard, jurisconsulte de race, éd. Larcier, 1999[13]
  • Paul Aron & Cécile Vanderpelen-Diagre, Edmond Picard (1836-1924). Un bourgeois socialiste belge à la fin du dix-neuvième siècle. Essai d'histoire culturelle, Bruxelles, Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, coll. Thèses et Essais, 2013.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pascal Delwit, La vie politique en Belgique de 1830 à nos jours, Bruxelles, Editions de l'Université de Bruxelles, 2010, p. 53
  2. Andries Van den Abeele, De kinderen van Hiram, Roularta Books, Zellik, 1991
  3. Marc Metdepenningen, Les grands dossiers criminels en Belgique, Vol. 1, éditions Lannoo, 2005 - p. 342, (ISBN 9782873864378), pp. 33-43
  4. Fabrice Van de Kerckhove (éd.), Edmond Picard - Léon Cladel. Lettres de France et de Belgique (1881-1889), Bruxelles, Archives et musée de la littérature, 2009, pages 318-322.
  5. Edmond Picard, En Congolie, Bruxelles, édition Paul Lacomblez, 1896, page 79-80.
  6. Foulek Ringelheim, Edmond Picard, jurisconsulte de race, éd. Larcier, 1999, pages 10 et 11.
  7. B.-H. Lévy (1981), L'Idéologie française, Paris, éd. Le Livre de poche, page 124.
  8. Christian Laporte, "Le buste d'Edmond Picard projeté à terre au palais de Justice de Bruxelles. Me Graindorge revendique un «attentat»", Le Soir, 18 février 1994
  9. Jean-Pierre Borloo, "Michel Graindorge en appel en tant que prévenu", Le Soir, 24 octobre 1995
  10. Belga, "Suspension du prononcé pour Me Graindorge", Le Soir, 28 novembre 1995
  11. Jean-Pierre Borloo, "Edmond Picard réhabilité... par hasard?", Le Soir, 19 mai 1998
  12. "Rue Edmond Picard", Inventaire du Patrimoine architectural (publication de la Direction des Monuments et Sites du Ministère de la Région Bruxelles-Capitale)
  13. Recension de l'essai de Foulek Ringelheim sur Dialogue et partage.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]