Charles Van Lerberghe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charles et Van Lerberghe.
image illustrant un écrivain image illustrant belge
Cet article est une ébauche concernant un écrivain belge.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Charles Van Lerberghe
Description de l'image Charles van Lerberghe, portrait.gif.
Naissance
Gand
Décès (46 ans)
Bruxelles
Activité principale
Écrivain
Auteur
Langue d’écriture française
Genres

Charles Van Lerberghe, né à Gand le et mort à Bruxelles le , est un poète et écrivain symboliste belge francophone.

Biographie[modifier | modifier le code]

Charles Van Lerberghe provenait d'une famille bourgeoise de Gand. Son père et sa mère étant morts alors qu'il n'était encore qu'un enfant, Charles Van Lerberghe est confié à un tuteur légal.

« En septembre 1867, Charles Van Lerberghe entre à l'Institut Saint-Amand. Il y suit les cours élémentaires (5e, 4e et 3e). En août 1870, l'enfant est inscrit au collège Sainte-Barbe. D'après Albert Mockel, c'est pour des raisons de santé que ses études sont interrompues en 1871. La mère du poète meurt le . Le tuteur de l'enfant, Désiré van den Hove, est un oncle de Maeterlinck (...) En 1875, le voici, à nouveau, au collège Sainte-Barbe, avec deux compagnons : Maurice Maeterlinck et Grégoire Le Roy. »[1]

Son œuvre la plus connue est La Chanson d'Ève (1904).

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Solyane et huit poèmes, dans Parnasse de la Jeune Belgique, Léon Vanier, 1887.
  • Les Flaireurs, La Wallonie, Liège, 1889. (Réédition Lacomblez 1891 et Mercure de France 1904).lire sur wikisource
  • Entrevisions, Lacomblez, Bruxelles, 1898. (Réédition Crès, Paris, 1922, avec des poèmes posthumes).lire sur wikisource
  • La Chanson d'Eve, Mercure de France, 1904. (Réédition Un coup de dés, 1906 et Crès, 1906, avec des pièces retranchées).Lire sur Gallica
  • Pan, Mercure de France, 1906.lire sur Gallica

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles van Lerberghe, par Hubert Juin, Seghers, collection Poètes d'aujourd'hui n°186. (avec une très abondante bibliographie).
  • Fin de siècle et symbolisme en Belgique, par Paul Gorceix, Editions Complexe, 1998. (660 pages, avec de très nombreux extraits des poètes symbolistes belges).

Mise en musique[modifier | modifier le code]

Dix poèmes ont été mis en musique dans un cycle de mélodies op. 95 par Gabriel Fauré et six poèmes par Paul Lacombe édités chez Hayet en 1909. Le compositeur gantois Robert Herberigs a également mis en musique des poèmes de La Chanson d'Ève.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Charles Van Lerberghe, Hubert Juin, Poètes d'aujourd'hui, n° 186, éd. Pierre Seghers, Paris, 1969.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :