Art fantastique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La forme ou le fond de cet article est à vérifier (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Améliorez-le ou discutez des points à vérifier. Si vous venez d’apposer le bandeau, merci d’indiquer ici les points à vérifier.

Cet article ou cette section peut contenir un travail inédit ou des déclarations non vérifiées (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Vous pouvez aider en ajoutant des références. Voir la page de discussion pour plus de détails.

L'Art fantastique est un thème artistique qui s'inspire de sujets oniriques, ou fantasmagoriques (imaginaire), aussi bien en peinture, gravure ou sculpture.

Les différents thèmes[modifier | modifier le code]

Le Japonais Hokusai - le maître des fantômes - fut l'un des peintres de l'au-delà[réf. nécessaire].
  • Métamorphoses : les métamorphoses sont une technique de l'art fantastique. Elles consistent à contrefaire les figures vivantes. Jusqu'à Salvador Dalí, on retrouve des métamorphoses, tout comme dans les œuvres d'Arcimboldo. Certaines œuvres de l'artiste Leonor Fini comme L'Ange de l'Anatomie, représentant un personnage mi-humain mi-squelette, pourraient relever de cette catégorie.
  • Le gigantisme : qui fait référence aux proportions exagérées. Exemple: un géant, comme Francisco Goya l'a mis en scène dans son tableau Saturne dévorant ses enfants[1].

Technique[modifier | modifier le code]

L'art fantastique reste fidèle à la réalité de formes. On retrouve ces traits chez Bosch, Bruegel, et jusqu'à Dali en remontant le temps. Cette même filiation sous-tend les œuvres de Boris Vallejo, Rowena Morrill, Gérard Di-Maccio, John Howe, Peter Gric, Jacek Yerka, Siudmak, Jean-Pierre Alaux, Armand Langlois et Michèle Vincent.

Selon Marcel Brion : « Quoique Savery (peintre flamand du XVIe siècle) soit rangé d'ordinaire parmi les animaliers objectifs et anecdotiques, il lui arrive, notamment dans son Noé en prières avant le déluge du musée de Varsovie, de créer une atmosphère surréelle et surnaturelle qui donne à ses tableaux une valeur tout autre que documentaire ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.agora-erasmus.be/Francisco-Goya-la-revolution-americaine-et-le-combat-contre-l-homme-bete_03450

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]