Victor Servranckx

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Servranckx.
Victor Servranckx
Victor Servranckx 011.JPG
de gauche à droite : en haut, René Magritte, E. L. T. Mesens, Victor Servranckx, Pierre-Louis Flouquet, Pierre Bourgeois ; en bas, Georgette Berger, Pierre Broodcoorens, Henriette Flouquet
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Formation

Victor Servranckx, né le à Diegem, mort le à Vilvorde, était un peintre belge, un pionnier de l'Avant-Garde picturale en Belgique. Il est l'un des seuls artistes belge qui se soit illustré dans l'art abstrait jusqu'à sa mort. Il a également réalisé des sculptures abstraites au début de sa carrière et a travaillé comme architecte durant quelques années.

Biographie[modifier | modifier le code]

Depuis son enfance, il dessinait et sculptait des formes abstraites. Servranckx disait lui-même que cet attrait pour les arts plastiques provenait de sa mère qui peignait volontiers, et dont les trois frères étaient peintres et décorateurs[1]. Après avoir étudié dans une école de village à Diegem, il poursuivit sa formation au Kleine Seminarie d'Hoogstraten. Il y devint un fervent défenseur des droits des Flamands car on ne pouvait pas s'exprimer en flamand tous les jours. Il débuta ses années secondaires à Bruxelles à l'institut Broeders van de Christelijke Scholen. (Frères des écoles chrétiennes). Il y étudia le français et y obtint un diplôme de géomètre en 1913.

À seize ans, il entra à l'Académie des Beaux-Arts de Bruxelles et il y resta jusqu'en 1917, année durant laquelle il obtint de grand prix de l'Académie. Ses professeurs, notamment Constant Montald et Adolphe Crespin, considérait l'artiste comme particulièrement prometteur. Selon Servranckx, son séjour à l'Académie le mit en contact avec des œuvres qui eurent une certaine influence sur sa carrière, comme les primitifs flamands ou l'art africain traditionnel. En 1915, Servranckx réalisa selon ses dires le premier collage abstrait, réalisé en partie à partir de gouache.

Cette formation artistique ne plaisait par à son père. C'est pourquoi Servranckx travaillait chaque après-midi comme dessinateur dans la firme de papier peint Peeters-Lacroix où son père travaillait comme chef de bureau. Il y dessinait des motifs figuratifs dans un style art-déco. Il fut promu dessinateur en chef entre 1917 et 1925. À partir de 1922, René Magritte travailla avec lui à la réalisation des motifs de papier peint.

En 1917, grâce à l'aide du Raad van Vlaanderen, il forma un groupe d'artistes flamands (composé notamment de Prosper de Troyer ou Felix De Boeck) qui souhaitait donner un souffle nouveau au groupe Doe Stil voort (poursuit tranquillement ta route), mais malheureusement cette association cessa en 1918.

À la même période, Servranckx pu exposer grâce à la recommandation de son ancien professeur Crespin des œuvres abstraite à la galerie George Giroux à Bruxelle. Michel Seuphor dira "Ce fut la première manifestation de l'art abstrait en Belgique"[1]. Cependant, il n'y eu aucune vente et peu de réaction auprès du public.

En 1921, l'artiste réalisa la sculpture abstraite Opus 1. Cette sculpture représente une sphère ouverte en partie dans laquelle il y a une plus petite sphère et un trou en forme de sphère. L'écrivain Jean-Xavier Franc la décrivit comme étant "un globe qui comme la vérité éclot pour laisser naître un nouvel environnement"[1]. Servranckx en a réalisé plusieurs versions en bronze et en plâtre.

En 1922, l'artiste écrivit avec René Magritte le manuscrit "l'Art pur: défense de l'esthétique", qui ne fut jamais publié[2]. Ils y décrivaient le sujet d'une peinture comme devant être "logique, économique, et précisément construit". L'étonnement du spectateur doit venir de" l'arrangement des lignes, formes et couleurs". Peu longtemps après, Magritte prit ses distances avec l'abstraction.

"7 arts", janvier 1926. Illustration de Victor Servranckx

Durant ses études à l'Académie, Servranckx se lia d'amitié avec René Magritte, Karel Maes ou Pierre-Louis Flouquet. Ils fondèrent la revue constructiviste 7 arts qui prônait un renouveau dans l'art.

Dans les années 1920, l'artiste évolua de la figuration à l’abstraction sous l'influence des futuristes italiens et du purisme français. Il a également assisté à des conférences de Théo van Doesburg, fondateur du mouvement artistique De stijl. Servranckx fut l'un des premiers artistes abstraits de Belgique. Cette transition mena à une tendance constructiviste dans son œuvre. Ses tableaux se composaient alors de formes géométriques lisses et épurées et de structures symétriques dans une palette de couleurs primaires, en combinaison avec du gris, du noir, du blanc. L'artiste définissait alors l'art abstrait comme étant "la captation de formes qui ne sont pas réalistes mais qui sont parfaites et vraies"[1]. Dans ces œuvres abstraites, il souhaitait porter aux nues les progrès techniques du monde industriel. Durant cette période, il donnait des noms plutôt neutre à ses tableaux, comme "Opus", suivi d'une année ou d'un numéro de série. Il donnait comme raison que comme artiste, il n'avait pas le droit d'apposer son nom sur une œuvre qu'il avait reçue et seulement transmise. Il se considérait lui-même comme une "antenne aux sens affûtés qui capte des images, comme un canal le long duquel des images se créent".

Œuvre[modifier | modifier le code]

Proche du purisme et de Fernand Léger, ses œuvres abstraites portent souvent des numéros d'opus. Inspirées de la géométrie du monde industriel, elles suggèrent souvent un univers de machines et de rouages peints avec une gamme de couleurs ocre parfois rehaussées de détails aux couleurs vives.

Certaines de ses peintures sont reproduites dans la revue Phantomas.

Expositions principales[modifier | modifier le code]

Rétrospectives :

  • 1947 - Palais des Beaux-Arts, Bruxelles.
  • 1989 - Musée d'Art moderne, Bruxelles.
  • 2012 - MuZee, Ostende

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (nl) Joos Florquin, en Huize van... Gesprekken met Victor Servranckx, Leuven, Davidsfond, , p. 207-227
  2. (nl) Robert Hoozee, Vlaams expressionisme in Europese Context, 1900-1930, Snoeck-Ducajou & Zoon,

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :