Cobra (mouvement)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cobra (homonymie) et IAE (homonymie).
image illustrant l’art contemporain
Cet article est une ébauche concernant l’art contemporain.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Cobra (graphie CoBrA) ou l’Internationale des artistes expérimentaux (IAE) est un mouvement artistique créé à Paris le 8 novembre 1948 au café de l'hôtel Notre-Dame par les poètes Christian Dotremont et Joseph Noiret et par les peintres Karel Appel, Constant, Corneille et Asger Jorn, en réaction à la querelle entre l'abstraction et la figuration. Ce mouvement publie la revue Cobra (1948-1951) avant de se dissoudre en 1951[1].

Origine[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le nom est l'acronyme de, Copenhague, Bruxelles, Amsterdam », du nom des villes de résidence de la plupart des membres fondateurs : Christian Dotremont, Jacques Calonne, Joseph Noiret, Asger Jorn, Karel Appel, Constant, Corneille, Pierre Alechinsky, Jan Nieuwenhuys, Pol Bury, Georges Collignon, Henry Heerup, Egill Jacobsen, Carl-Henning Pedersen, Jacques Doucet et Jean-Michel Atlan.

Les membres du mouvement CoBrA répudient la culture rationaliste occidentale, dont la décomposition est devenue évidente, selon eux, au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Souhaitant s'abreuver aux sources premières de la création, ils vont chercher leur modèles auprès de formes artistiques non encore contaminées par les normes et les conventions de l'Occident : les totems et les signes magiques des cultures primitives, la calligraphie orientale, l'art préhistorique et médiéval. Cependant ils découvrent des pans encore intacts de leur propre culture, dont telles formes, encore vigoureuses, de l'art populaire nordique, de l'art primitif, de l'art naïf, et des créations dues aux enfants ou aux handicapés mentaux.

Pour eux, l'écriture est par ailleurs l'expression la plus directe du psychisme de l'individu. En fait, les membres du mouvement CoBrA militent en faveur d'une régression consciente, d'un retour aux images archétypiques qui, semble-t-il, demeurent enfouies au tréfonds du subconscient, ainsi que l'a montré l'enseignement du psychologue suisse Carl Gustav Jung, que beaucoup de lecteurs de leur génération admirent.

L'expressionnisme qui apparaît immédiatement après la guerre, se situe dans le droit fil du surréalisme, contre lequel il représente, dans une certaine mesure, une réaction. Le surréalisme, qui prône l'exploration de l'inconscient, se répand comme une tache d'huile dans le monde entier au cours des années 1930, et contribue à grossir considérablement le répertoire des thèmes mis à disposition des artistes.

La génération d'après guerre, en approfondissant le sujet, retrouve des strates mythiques et collectives de ce monde secret. Ses représentants substituent alors à l'automatisme, utilisé par les surréalistes comme moyen de révéler l'inconscient, la spontanéité.

Venus du surréalisme, les artistes de CoBrA rompent avec les communistes lorsque ces derniers optent pour le réalisme socialiste. Recherchant l'expérimentation et la vitalité, ils se rapprochent alors de la poétique libertaire. L'architecte néerlandais Aldo van Eyck[2] fut le scénographe des expositions majeures du groupe.

Le mouvement se dissout dès 1951 à cause, d'une part, de dissensions et de rivalités et, d'autre part, de la maladie des deux promoteurs, Jorn et Dotremont. Cependant Christian Dotremont, animateur, théoricien, commentateur et secrétaire général du mouvement durant ses trois années d'existence, est resté pour les membres du groupe un lien entre eux. Ses idées ont influencé l'Internationale situationniste.

Principes[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cette section contient une ou plusieurs listes. Le texte gagnerait à être rédigé sous la forme de paragraphes synthétiques, plus agréables à la lecture.   (juin 2016).
  • Hostilité à l'égard du parisianocentrisme culturel (intransigeance d'André Breton), cf. René Magritte, période « vache »
  • Rejet du jdanovisme artistique entretenu par le PCF : dispute avec Les Lettres françaises
  • Reproche au surréalisme : la peinture (Joan Miró excepté) n'a presque jamais pratiqué l'automatique ; la spontanéité immédiate est demeurée souvent intellectuelle, rarement physique (voir l'équivalent américain à la même époque, Jackson Pollock)
  • Effervescence de l'activité surréaliste en Belgique ; nombreux groupes divergents, dissidences, disputes… (cf. Le Surréalisme révolutionnaire, 1947)
  • Rôles personnels de Christian Dotremont et d'Asger Jorn comme organisateurs et animateurs
  • Intérêt pour les arts primitifs (art viking, calligraphie orientale, expressionnisme, art préhistorique, art médiéval), naïfs et populaires (créations d’enfants ou de handicapés mentaux) ; et idée anti-élitiste que l’art doit être pratiqué par tout le monde, et non seulement par des artistes reconnus
  • Influence du philosophe français Gaston Bachelard : psychanalyse de l’imaginaire créatif et des éléments fondamentaux (la terre, l’eau, le feu)

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cette section contient une ou plusieurs listes. Le texte gagnerait à être rédigé sous la forme de paragraphes synthétiques, plus agréables à la lecture.   (juin 2016).
  • Liberté et spontanéité (cf. action painting) : rejet des théories préétablies
  • Primitivisme et violence recherchés
  • Anti-spécialisation (« pluridisciplinarité »! ) : le musicien peint, le peintre fait de la poésie, etc.
  • Œuvres collectives dites « œuvres à quatre mains » qui représentent un des aspects significatifs de l'esprit CoBrA (peintures-mots, dessins-mots, sculptures-mots, collages-mots)
  • Travaux souvent collectifs : œuvres réalisées par plusieurs artistes associés
  • Volonté d’internationalisation : + Français, Tchèques, Africains, Russes

Principaux artistes[modifier | modifier le code]

En Belgique[modifier | modifier le code]

Le Cobra Museum pour l'art moderne à Amstelveen.

Au Danemark[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

Aux Pays-Bas[modifier | modifier le code]

En Suède[modifier | modifier le code]

En Allemagne[modifier | modifier le code]

Œuvres représentatives[modifier | modifier le code]

« Un tableau n'est pas une construction de couleurs et de lignes, mais un animal, une nuit, un cri, un homme, ou tout cela en même temps. »

— signé CoBrA[3]

  • 1950
    • Constant, La Guerre, huile sur toile[4]
    • Jacques Doucet, L'Oiseau sur la ville, huile sur toile[5]
    • Anders Osterlin, Rouge imaginaire, huile sur toile[6]
    • Christian Dotremont et Jean-Michel Atlan, Les Transformes, huile sur toile
  • 1951
    • Carl-Henning Pedersen, Paysage étoilée, aquarelle sur papier[7]
  • 1952
    • Karel Appel, Gamine, huile sur toile[8]
    • Asger Jorn, La Ville dévastée, huile sur panneau[9]
  • 1958
    • Christian Dotremont et Karel Appel, Hors blanc, lithographie couleur
    • Christian Dotremont et Serge Vandercam, Enfange, cristal de boue, sculpture
  • 1961
    • Christian Dotremont et Asger Jorn, La Chevelure des choses, dessins-mots
  • 1962
    • Christian Dotremont et Mogens Balle, Dessins-mots
    • Christian Dotremont et Hugo Claus, Il s'en est fallu d'un cheveu, encre de Chine sur aquarelle
  • 1965
    • Christian Dotremont et Pierre Alechinsky, Un homme devint fou, lithographie
  • 1971
    • Christian Dotremont et Reinhoud, Avenue des nervures, dessin-mot

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • CoBrA '48 - '51 - '74; livre-catalogue de l'exposition à l'Hôtel de Ville de Bruxelles (4-28 avril 1974); 156 p. (ill.); Bruxelles (Paul Legrain), 1974.
  • CoBrA, réimpression en fac-similé de la collection complète des dix numéros de la revue, Paris 1980
  • CoBrA, 1948-1951, catalogue du musée d'Art moderne de la Ville de Paris, Paris 1983
  • Jean-Clarence Lambert : CoBrA, un art libre, Paris 1983
  • CoBrA au Stedelijk Museum Amsterdam; livre-catalogue de l'exposition organisée au Musée national d'Histoire et d'Art de Luxembourg (17 juin - 31 juillet 1994); 116 p. (ill.); Luxembourg (Imprimerie Centrale, s.a.), 1994.
  • Willemijn Stokvis : CoBrA, la conquête de la spontanéité, Paris 2001
  • Anne Adriaens-Pannier et Michel Draguet : CoBrA, Bruxelles-Paris 2009

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Connaissance des arts n° 666, décembre 2008, p. 112.
  2. Francis Strauven, Aldo van Eyck, Amsterdam, Architectura et Natura, 1998, Strauven, p. 123-142.
  3. In Connaissance des arts, n° 666, décembre 2008, p. 117.
  4. 99,5 x 60 cm. Staatliche Museen zu Berlin. Reproduction dans Connaissance des arts n° 666, décembre 2008, p. 115.
  5. 46 x 54 cm. Collection Sarah Niels, Bruxelles. Reproduction dans Connaissance des arts n° 666, décembre 2008, p. 116.
  6. 60,7 x 68,2 cm. MalmöArtmuseum. Reproduction dans Connaissance des arts n° 666, décembre 2008, p. 114.
  7. 31 x 48 cm. Reproduction dans Connaissance des arts n° 666, décembre 2008, p. 114.
  8. 100 x 50 cm. Ellen en Jan Nieuwenhuizen Segaar. Reproduction dans Connaissance des arts n° 666, décembre 2008, p. 112.
  9. 160 x 128 cm. Ellen en Jan Nieuwenhuizen Segaar. Reproduction dans Connaissance des arts n° 666, décembre 2008, p. 117.

Liens externes[modifier | modifier le code]