Serge Hutin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hutin.
Serge Hutin
Nom de naissance Serge Hutin
Naissance
Paris, Drapeau de la France France
Décès
Prades
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français
Mouvement ésotérisme et franc-maçonnerie
Genres

Œuvres principales

  • Histoire des Rose-Croix (1955)
  • Les Alchimistes (1959)
  • Les Francs-Maçons (1960)
  • Les disciples anglais de Jacob Boehme (1960)

Serge Hutin, né le à Paris et mort à Prades (Pyrénées-Orientales) le , est un auteur d'ouvrages sur l'ésotérisme, notamment l'alchimie, la franc-maçonnerie et les sociétés secrètes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Serge Hutin est docteur ès lettres, diplômé de l'École pratique des Hautes Études. Il fut l'élève d'Alexandre Koyré[1] et consacra un mémoire à Robert Fludd, alchimiste et philosophe rosicrucien[2].

Ex-attaché de recherche au CNRS, après avoir soutenu une thèse consacrée à Henry More en (1958)[3], il s'orientera vers la vulgarisation ésotérique.

Outre ses ouvrages dont certains furent souvent réédités (le « Que sais-je » sur l'alchimie et celui sur les sociétés secrètes) et traduits, il publiera plus de 500 articles dans près d'une centaine de revues initiatiques ou littéraires[4] dont la Revue Métapsychique, la Tour Saint-Jacques, la revue Planète, Atlantis, L'Initiation (revue de l'Ordre Martiniste de Papus), Initiation et Science, La Voix solaire, le Symbolisme, Les Cahiers astrologiques, Points de vue initiatiques, la revue Rose-Croix de l'AMORC, Nostra puis Nostra Magazine, Les Cahiers du réalisme fantastique, le Monde Inconnu, L'Autre Monde, des revues littéraires ou fanzines de Science-fiction (Ailleurs, Temps mêlés, Présence, Le Jardin Sidéral, Lunatique, Horizons du fantastique, Fantasmagie, etc).

Il donnera également des centaines de conférence à Paris et en province sur des sujets initiatiques, notamment en tant que conférencier officiel de l'AMORC[réf. nécessaire]. Rentré à l'AMORC, initié en martinisme et en franc-maçonnerie, il fréquenta notamment Robert Amadou, Jacques Bergier, Jean-Pierre Bayard, Jean Phaure, Roland Villeneuve, Valentin Bresle, Philippe Encausse, fils de Papus, Pierre Versins, Philippe Curval, Claude Seignolle, Pierre Mariel, René Alleau, Robert Ambelain, et dans les années 1980-90, entre autres, Roger Facon, Philippe Pissier et des frères maçons d'une loge de Prades qui s'occupèrent de ses obsèques. Une urne au nom de Serge Hutin avec le symbole de la rose-croix est visible au cimetière de Prades[réf. souhaitée].

Critiques[modifier | modifier le code]

Pour Didier Kahn, spécialiste de l'alchimie et chargé de recherche au CNRS : « On pourrait même ajouter que l'alchimie détient, aujourd'hui comme hier un terrible pouvoir : celui de faire perdre la tête aux meilleurs esprits [...] citons le cas regrettable de Serge Hutin, l'excellent auteur des Disciples anglais de Jacob Boehme (1960), qui versa dans l'occultisme dès lors qu'il se tourna vers l'alchimie »[5].

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

  • L'alchimie. PUF. Que sais-je, 1951 (12e éd., 2011).
  • Les sociétés secrètes. PUF. Que sais-je, 1952 (13e éd., 2007).
  • Histoire des rose-croix. Gérard Nizet, 1955. (Le Courrier du Livre, 1962, 1971).
  • Les alchimistes Le Seuil, 1959 (en collaboration avec Michel Caron) (3e éd. 1999).
  • Histoire mondiale des sociétés secrètes, Les Productions de Paris, 1959 (numérotée: 3000 ex. reliure toile, 500 ex. reliure demi-chagrin).
  • Les disciples anglais de Jacob Boehme, Denoël, coll. La Tour Saint-Jacques, 1960.
  • Les Francs-Maçons, Le Seuil, coll. Le Temps qui court, 1960. (3e éd. 1971).
  • Henry More : essai sur les doctrines théosophiques chez les platoniciens de Cambridge, Hildesheim, Verlag Georg Olms, 1966.
  • Les prophéties de Nostradamus, Belfond, 1966 (présentation et commentaires) (Rééd. coll. Sciences secrètes, édition illustrée, 1972).
  • Article Esotérisme et 2e partie de l'article Franc-Maçonnerie, Encyclopædia Universalis, 1968.
  • Histoire de l'astrologie, Marabout, 1970.
  • Hommes et civilisations fantastiques, coll. J'ai lu L'Aventure mystérieuse, n°A238, 1970.
  • Histoire de l'alchimie, Marabout, 1971.
  • Gouvernants invisibles et sociétés secrètes, coll. J'ai lu L'Aventure mystérieuse, n°A269, 1971.
  • L'amour magique : Révélations sur le tantrisme, Albin Michel, 1971.
  • Robert Fludd, alchimiste et philosophe rosicrucien, Omnium Littéraire, 1972. (Rééd. Savoir pour Être, 1994).
  • Aleister Crowley, le plus grand des mages modernes, Marabout, 1973. (Rééd. Éditions Arqa, 2005).
  • Les Noces Chymiques de Christian Rosencreutz de Jean Valentin Andreae (Traduction et notes), Éditions du Prisme, 1973.
  • Des mondes souterrains au roi du monde, Albin Michel, 1976.
  • La Vie quotidienne des alchimistes au Moyen Âge, Hachette, 1977.
  • La tradition alchimique : pierre philosophale et élixir de longue vie, Dangles, 1979.
  • L'ésotérisme de l'histoire : de l'Atlantide aux États-Unis, de Cagliostro à Mary Poppins, Diffusion rosicrucienne, 1998 (recueil d'articles).
  • Le spiritisme et la société théosophique suivi de La franc-maçonnerie, in Henri-Charles Puech, (dir.) Histoire des religions. Tome 2. Gallimard, Pléiade, p. 1363-1409.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'annuaire de la Section des Sciences Religieuses de l'École Pratique des Hautes Études publié en 1950 montre qu'il est un « auditeur assidu » (il y en a 9 sur 27 inscrits) pendant l'année 1949-1950 du cours « Études sur la pensée religieuse du XVIIe siècle : le christianisme raisonnable ; les platoniciens de Cambridge et John Locke » professé par Alexandre Koyré, titulaire de la Chaire d'Histoire des idées religieuses dans l'Europe moderne. Annuaire de la Section des Sciences Religieuses de l'École Pratique des Hautes Études, Paris, 1950. Résumé du cours p. 76-79. Repris dans Alexandre Koyré. De la mystique à la science : cours, conférences et documents 1922-1962. Ed. par Pietro Redondi. Ed. de l'École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1986. p. 147-150.
  2. Joscelyn Godwin estime que Serge Hutin parvient à écrire « la meilleure monographie d'ensemble, empreinte à la fois d'érudition et de sympathie pour Fludd », Godwin, Joscelyn. Robert Fludd, philosophe hermétique et arpenteur de Deux mondes. Thames and Hudson Ltd, 1979. Traduit chez J.J. Pauvert, Un livre de la vue, 1980, p. 95.
  3. Hutin soutient sa thèse de doctorat ès-Lettres à la Sorbonne vers avril 1958. La thèse principale s'intitule Henry More, essai sur les doctrines théosophiques chez les platoniciens de Cambridge (thèse publiée en 1966 à l'occasion de l'édition des œuvres complètes de Henry More) et la thèse complémentaire, Les disciples anglais de Jacob Bœhme aux XVIIe et XVIIIe siècles, publiée en 1960 dans la collection « La Tour Saint-Jacques » dirigée par Robert Amadou chez Denoël. La soutenance est qualifiée de « brillante » par Amadou (cf. La Tour Saint-Jacques no 15, mai-juin 1958, p. 91.), « seul spectateur car Hutin n'avait pu surmonter sa timidité et inviter d'autres camarades » (cf. Amadou, Robert. Lettre à Patrick Négrier. Points de vue initiatiques no 113, mars-avril-mai 1999 p. 10.)
  4. Ce décompte provient d'une bibliographie établie dans une biographie de Serge Hutin pour l'instant non publiée[réf. nécessaire].
  5. Didier Kahn, Alchimie et Paracelsisme en France à la fin de la Renaissance (1567-1625), Genève, Droz, coll. « Cahiers d'Humanisme et Renaissance », , 806 p. (ISBN 978-2-6000-0688-0 et 2600006885, OCLC 154673701), p. 1.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  •  Bayard, Jean-Pierre. « A notre frère Serge Hutin ». Points de Vue initiatiqueno 109. mars-avril-mai 1998. p. 3-5.
  •  Bayard, Jean-Pierre. « Serge Hutin : ses écrits maçonniques ». Points de Vue initiatiqueno 113. mars-avril-mai 1999. p. 15-22
  •  Boisset, Yves-Fred. « In Memoriam : Serge Hutin ». L'Initiationno 4. octobre-décembre 1997. p. 193
  •  Moutet, Michel. « Serge Hutin 1929-1997. Les articles oubliés ». Cahiers du Réalisme Fantastique, 2001. p. 6-10
  •  Négrier, Patrick. « Tombeau de Serge Hutin ». Points de vue initiatiquesno 113. mars-avril-mai 1999. p. 11-14. 
  •  Négrier, Patrick. La tradition initiatique : idées et figures autour de la franc-maçonnerie, Éditions Ivoire-Clair, 2001. « Serge Hutin et le tantrisme ». p. 359-368.  
  •  Pissier, Philippe. « In Memoriam : Serge Hutin ». Murmures d'Iremno 9, Éditions de l'Œil du Sphinx, 1998. p. 112-118. Lettres de Serge Hutin à Philippe Pissier de 1995). lire en ligne

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]