Exposition universelle de 1935

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Exposition universelle de 1958.
Exposition Universelle et Internationale de Bruxelles
Palais des Expositions
Palais des Expositions
Général
Type-BIE Universelle
Catégorie Expo de première catégorie
Thème Transports et colonisation
Bâtiment Palais des Expositions
Surface 150 hectares
Fréquentation 20.000.000 visiteurs
Organisateur(s) Joseph van Neck
Participant(s)
Nombre de pays 25
Localisation
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Ville Bruxelles
Site Heysel
Coordonnées 50° 53′ 50″ nord, 4° 20′ 21″ est
Chronologie
Candidature 1914
Attribution 1926
Date d'ouverture
Date de clôture
Éditions Universelles
Précédente Expo 1933 , Chicago
Suivante Expo 1937 , Paris
Éditions spécialisées
Suivante ILIS 1936 , Stockholm

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Exposition Universelle et Internationale de Bruxelles

Géolocalisation sur la carte : Bruxelles

(Voir situation sur carte : Bruxelles)
Exposition Universelle et Internationale de Bruxelles

L'Exposition universelle[1] de 1935 s'est tenue du 27 avril au sur le plateau du Heysel à Bruxelles[2],[3].

Exposition méconnue, son importance n'est toutefois pas relative, malgré la taille modeste de ses infrastructures comparées à celles de l'Exposition universelle de 1958. En effet, elle est à l'origine de l'élaboration du site du Heysel, avec la construction du Palais 5[4]. Les palais ont été réutilisés pour l'Exposition de 1958[5], et habillés pour l'occasion. À l'heure actuelle, les palais de 1935 servent encore pour des événements divers, salons, expositions, etc.

Elle a reçu en son sein plus de 20.000.000 de visiteurs[6],[7].

Contexte[modifier | modifier le code]

Le Jeudi 24 octobre 1929 ou « jeudi noir » est connut dans le monde pour avoir été une véritable catastrophe. Le Krach boursier qui a débuté le jeudi 24 octobre 1929 démarrait l’ importante crise économique que connu l’Amérique et par la suite, l’Europe. Cette crise était la conséquence de la forte croissance économique des années 20[8].  

Dans les années 30, les puissances européennes s'appuient sur les revenus qu’ils tirent de leurs colonies pour affronter la crise économique (de 1929). La Belgique ne déroge pas à la règle, elle possède des colonies. Le Congo est une colonie belge depuis le 15 novembre 1908. Le roi Léopold II, souverain aux droits limités par la Constitution en Belgique, était paradoxalement, un monarque absolu au Congo[9]. Le Congo, colonie d’exploitation, était exploité afin d’en extraire ses richesses, richesses qui revenaient évidemment au pays colonisateur, la Belgique. Le Congo était historiquement réputé pour l’ivoire, le caoutchouc et ses ressources minières[10],[11]

L’entre-deux-guerres est une période intéressante parce qu’elle n’est plus marquée par l’esprit « explorateur et pionnier» de l’aventure léopoldienne. Elle n’est pas encore touchée par les angoisses de l’après-guerre où l’on se sentira soudain concerné par la vague des indépendances. C’est la période où, en toute bonne conscience, s’étale le triomphe de l’Homme Blanc[12]

De plus, à cette époque l’intérêt envers les colonies était de plus en plus présent dans les esprits. Les expositions coloniales internationales sont les exemples les plus marquants. Le but des ces expositions était de montrer les différentes facettes de la colonisation. La Belgique accueillit une exposition coloniale en 1930 à Anvers. Elle portait le nom d’ « Exposition Internationale, coloniale, maritime et d'Art flamand ». Le thème de l’Exposition Universelle de 1935 était d’ailleurs le « Transport et la Colonisation »[13],[14], thème choisi à l’occasion du cinquantième anniversaire de la création de l’Etat indépendant du Congo, Etat qui n’exista pourtant que de 1885 à 1908, 1908 marquant le début du Congo belge[15].  

Sélection de la ville hôte[modifier | modifier le code]

La Belgique fêtait en 1930, les cent ans de son indépendance. On avait ajouté au programme des manifestations qui devaient marquer cette année inoubliable, une Exposition Universelle et Internationale. Il semblait évident que cet évènement important se tiendrait à Bruxelles. Mais Anvers et Liège ne voyaient pas les choses de la même manière. Elles firent valoir que Anvers depuis 1894 et Liège depuis 1905 n'avaient plus eu d'Exposition[16]. La capitale s'effaça, au plus grand profit de la concorde nationale. L’Exposition universelle de 1930 se déroula alors sur les deux sites[17].

En 1935, l’idée d’une  Exposition universelle à Bruxelles renaissait dans les esprits. Depuis 10 ans d'ailleurs, un comité avait jeté les bases de ce gigantesque projet. En effet, dès 1922 s'était fondée "La Ligue Bruxelles-Exposition". L'objet de ces premières discussions fut tout naturellement le choix de l'emplacement de l’Exposition. Beaucoup proposaient Laeken et les environs du Parc de Woluwe. Ce dernier était idéal car il offrait un cadre idyllique et magnifique à la fois. Mais Léopold II ayant légué à l'Etat un vaste domaine aux confins du Laeken, celui-ci fut choisi. La ville de Bruxelles mis a disposition des organisateurs le magnifique plateau du Heysel[18],[19].

Organisation et préparation[modifier | modifier le code]

Aménagement de la ville[modifier | modifier le code]

Le plateau d’Heysel est entièrement réaménagé de par ses voies d’accès. Le quartier bénéficie d’une des nouvelles distributions d’eau d’électricité et de gaz. Des jardins sont érigés ainsi que des bassins et parcs. Le grand palais voit le jour et tout est mis en oeuvre afin de donner une image spectaculaire de notre pays aux yeux de tous les visiteurs[20]

Budget[modifier | modifier le code]

A l’époque la ville investit beaucoup d’argent dans le renouvellement et la construction d’infrastructures (cfr section supra) et ne lésine pas sur son financement. Les dépenses sont estimées à 227 millions de francs belges. Ces dépenses n’ont heureusement pas été veines et ont permis des recettes supérieures et un bénéfice total de 45 millions de francs belges (1 155 000euros).  Ce fut la première fois, et ce malgré la crise économique qui touchait le pays, qu’une exposition internationale se clôturait de manière aussi favorable au niveau budgétaire[21],[22].

Couverture médiatique[modifier | modifier le code]

Pour cette édition, la capitale est sous les feux des projecteurs. Le bourgmestre souhaite mettre en lumière aux yeux du monde entier deux atouts indéniables de notre pays ; d’une part nos connaissances et nos avancées techniques en matière de transports et d’autre part la colonisation. En ce qui concerne la visibilité de l’exposition auprès des pays étrangers, notre gouvernement en fait l’éloge auprès des nations étrangères et promet une exposition grandiose, ce qui permettra la participation de vingt-cinq pays. La participation d’autant de pays et la visite de plus de vingt millions de personnes est un réel signe de réussite pour cette exposition qui se déroule pourtant dans une certaine période d’entre-deux-guerres en proie à une crise économique et politique et suite à la mort de la reine Astrid[23]

Pavillons[modifier | modifier le code]

L'Exposition a abrité plus de 450 pavillons[24],[25].

Le Grand Palais[modifier | modifier le code]

Le Grand Palais - Gare Modèle[modifier | modifier le code]

Le Hall Principal du Grand Palais conçu par Joseph Van Neck[26] fut aménagé en Gare Modèle par l'architecte Victor Bourgeois. Cela n’étonne guère puisque le transport et la colonisation était le thème de l’exposition de 1935.

Pour avoir accès aux quais, les visiteurs devaient se munir de tickets de 0.50 franc belge qui constituait des billets de tombola. Les quais comptaient douze voies longues de 85 mètres, occupées par du matériel roulant belge et étranger.

La Gare Modèle représentait une synthèse de l'activité nationale et internationale dans le domaine des transports ferroviaires[27].

Le Grand Palais - le Hall latéral droit[modifier | modifier le code]

Divisé en trois couloirs centraux et deux allées latérales, le hall latéral de droite réunissait les sections de la métallurgie, de l'industrie mécanique, de l'électricité, des mines et du matériel de mines. La Belgique occupait, à l’époque, une place de premier choix dans le domaine de la métallurgie et de l’exploitation des richesses minières. Le métal était utilisé dans la fabrication des rails de chemins de fer[28].

Le Grand Palais - le Hall latéral gauche[modifier | modifier le code]

En retrait de l'Esplanade d'Honneur et au-delà du Palais de l'Art Ancien s'érigeait la façade du Hall latéral de gauche. La participation de l’Armée y couvrait une superficie de près de 2000 m2. Le premier département synthétisait la vie de l'armée en temps de paix et avait trait à l'hygiène et à l'éducation physique du soldat. Le deuxième département donnait aux visiteurs une idée de l'armée mobilisée. Un vaste département était consacré à l'art dans l'armée. La science occupait le stand central, avec son salon d'honneur décoré du portrait des souverains belges. En dehors de l'Armée, le hall latéral gauche abritait les participations de la marine, de la navigation fluviale, de l’aéronautique, de l’éducation et du tourisme. Venaient ensuite les compartiments où étaient mis en lumière les progrès réalisés dans le domaine de l’enseignement. La Croix Rouge de Belgique occupait également une place importante dans le Hall. Les divers partis politiques avaient installé des stands sociaux. Plusieurs stands avaient été installés par les Chambres de commerce belges et étrangères[29].

Pavillons de la section belge[modifier | modifier le code]

Léopold II, Roi de Belgique

La Belgique, Pays Organisateur de l’Exposition a évidemment contribué à l’érection de nombreux pavillons : pavillon de l’agriculture, de l’alimentation, de l’art ancien, de l’art moderne, de l’art décoratif, de l’art graphique, de l’automobile, du bâtiment. Plusieurs chapelles avaient été érigées pour l’occasion : Chapelle d’Arts religieux, Chapelle Maris Stella. La Collectivité des Emballages occupait un vaste pavillon de 40 mètres de façade. Les Pavillons du Cuir, des Eaux et Forêts, de l’Electricité ménagère, des Expositions temporaires, des Fermes modèles, du Gaz, des Industries chimiques, du papier peint, des Provinces du Brabant, des textiles et de la vie catholique ont également été érigés à l’occasion de cette grande exposition. Un Pavillon d’Honneur du Commissaire général fut également construit. Enfin, le Palais de la Ville de Bruxelles couvrait une superficie d'environ 5,000 m2. Au total plus d’une vingtaine de pavillons belges étaient répartis sur le site[30].

Section coloniale belge[modifier | modifier le code]

Section de la croix rouge du pavillon du congo

Le thème étant la colonisation, la Belgique ne pouvait pas organiser l’ Exposition sans y consacrer une partie significative. Un Pavillon avait été érigé à l’intention des Entreprises coloniales privées. L'ensemble de ce Pavillon illustrait de manière frappante les résultats remarquables obtenus au Congo par l'initiative privée.

Le Pavillon officiel du Congo belge, quant à lui, couvrait une superficie de 2,000 mètres carrés. Il était l'œuvre de l'architecte René Schoentjes qui avait voulu évoquer chez le spectateur, à l'aide d'éléments choisis dans l'art indigène, les sensations de rudesse, de contraste et de mystère que cet art éveille.

Le Pavillons des Société auxiliaires de propagandes coloniales comprenait un bâtiment d'une superficie de 3,500 m2 abritant le panorama des peintres Alfred Bastien et Paul Mathieu et constituant une évocation remarquable des sites montagneux du Bas-Congo[31].

Participations étrangères[modifier | modifier le code]

Le site était occupé par de nombreux pavillons étrangers. De nombreux pays ont participé : Autriche, Brésil, Bulgarie, Chili, Danemark, Egypte, France, Finlande, Grand-Duché du Luxembourg, Grande-Bretagne, Grèce, Hongrie, Italie, Iran, Lettonie, Norvège, Palestine, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Roumanie, Suède, Suisse, Tchécoslovaquie, Turquie.

Certains pays on participé plus que d’autres à l’Exposition. Ce fut notamment le cas de l’Italie et la France. La Section française, fut la plus vaste de l'Exposition, elle comprenait le Palais de la France Métropolitaine, le Pavillon de la Ville de Paris, le Palais de la France d'Outre-Mer, le Pavillon de l'Agriculture et celui des Eaux et Forêts. A tout cela, il faut ajouter la part importante que prit la France aux expositions de l'Art Ancien et de l'Art Moderne, ainsi que la représentation de ses grands réseaux de chemin de fer dans la Halle Centrale, aménagée en Gare Modèle[32].

Pavillons privé[modifier | modifier le code]

L’Exposition abritait également de nombreux pavillons privés. Des sociétés privées belges et étrangères avaient la chance d’exposer, de faire la publicité de leurs produits[33].

Impacts de l'Exposition[modifier | modifier le code]

Palais 5 du Heysel de nos jours

Outre l’impact budgétaire cité précédemment et bien que la majorité des infrastructures aient eu un caractère éphémère, les lieux et bâtiments utilisés pour cette exposition ont pour certains tout de même eu une deuxième vie. C’est le cas du site du Heysel sur lequel la participation de l’Exposition universelle de 1958 se renouvela. Le palais 5 qui existe toujours actuellement fut également érigé sur le plateau cette année là. Laeken bénéficia d’une nouvelle zone citadine et d’un élan d’une animation non négligeable. 

Galerie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Lambotte, Charles Pargameni, Exposition universelle et internationale Bruxelles 1935 : avril-novembre, Bruxelles, 1935.
  • Georges-Henri Dumont, 150 ans d'expansion et de colonisation, Bruxelles, Edition Paul Legrain, 1979.
  • Brigitte Schroeder-Gudehus, Anne Rasmussen, les fastes du progrès : le guide des expositions universelles 1851 -1992, Flemmarion, Paris, 1992.
  • Michel Mary, « Adrien van der Burch, Commissaire général près l'Exposition Universelle et Internationale Bruxelles 1935 », dans Annales du Cercle royal d'histoire du Canton de Soignies, t. XXXVII, 2004.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Expositions universelles - BIE »
  2. « Données - Exposition Bruxelles 1935 »
  3. Paul Lambotte et Charles Pargameni, Exposition universelle et internationale Bruxelles 1935 : avril-novembre, Bruxelles, impr. de C. Van Cortenbergh, , 55 p.
  4. « Palais 5 - Brussels expo »
  5. Brigitte Schroeder-Gudehus et Anne Rasmussen, Les fastes du progrès : le guide des expositions universelle 1851-1992, Paris, Flammarion, , 253 p.
  6. « La "discrète" Expo de 1935 - La Libre »
  7. Paul Lambotte et Charles Pargameni, Exposition universelle et internationale Bruxelles 1935 : avril-novembre, Bruxelles, impr. de C. Van Cortenbergh, , 55 p.
  8. « Histoire pour tous : crise financière économique de 1929 »
  9. George-Henri Dumont, 150 ans d'Expansion et de Colonisation, Bruxelles, Paul Legrain, , 102 p.
  10. « Histoire des belges au fil du temps/ Epoque contemporaine - Congo belge »
  11. George-Henri Dumont, 150 ans d'Expansion et de Colonisation, Bruxelles, Paul Legrain, , 102 p.
  12. « Congoforum : Le Congo - Exposition Bruxelles 1935 »
  13. « Congoforum : Thème expo Bruxelles 1935 »
  14. Paul Lambotte et Charles Pargameni, Exposition universelle et internationale Bruxelles 1935 : avril-novembre, Bruxelles, Impr. de C. Van Cortenbergh, , 55 p.
  15. Paul Lambotte et Charles Pargameni, Exposition internationale Bruxelles 1935 : avril-novembre, Bruxelles, impr. de C. Van Cortenbergh, , 55 p.
  16. « Exposition internationale de 1930 : Anvers/Liège »
  17. « Historique - Exposition Bruxelles 1935 »
  18. « Historique - Exposition Bruxelles 1935 »
  19. Brigitte Schroeder-Gudehus et Anne Rasmussen, Les fastes du progrès : le guide des expositions universelles 1851-1992, Paris, Flammarion, , 253 p.
  20. « Congoforum : Données Expo Bruxelles 1935 »
  21. « Données - Exposition Bruxelles 1935 »
  22. « Congoforum : Données Expo Bruxelles 1935 »
  23. « Congoforum : Données Expo Bruxelles 1935 »
  24. « La "discrète" Expo de 1935 - La Libre »
  25. « Worldfairs - Pavillons Expo Bruxelles 1935 »
  26. « Biographie - Joseph Van neck »
  27. « Worldfairs - Pavillons Expo Bruxelles 1935 »
  28. « Worldfairs - Pavillons Expo Bruxelles 1935 »
  29. « Worldfairs - Pavillons Expo Bruxelles 1935 »
  30. « Worldfairs - Pavillons Expo Bruxelles 1935 »
  31. « Worldfairs - Pavillons Expo Bruxelles 1935 »
  32. « Worldfairs - Pavillons Expo Bruxelles 1935 »
  33. « Worldfairs - Pavillons Expo Bruxelles 1935 »