Paul Colinet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paul Colinet
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
Mouvement

Paul Colinet (1898-1957) est un membre du groupe surréaliste belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Paul Colinet est né le 2 mai 1898 à Arquennes. Entre 1910 et 1912 il séjourne à Lierre, en Flandre, ce qui lui permet de maîtriser parfaitement le néerlandais. Il rencontre en 1934 les surréalistes Magritte, Scutenaire et Mesens. En 1935 il participe à "L'exposition surréaliste" de La Louvière. Il publie à Bruxelles en 1936 plusieurs poèmes mis en musique.

En 1945 Paul Colinet dirige l'hebdomadaire "Le Ciel Bleu" et collabore à "La terre n'est pas une vallée de larmes" puis, en 1946 et 1947, à la revue "Les deux sœurs" de Christian Dotremont, ainsi qu'à la revue "Les Quatre Vents".

En novembre 1949 Paul Colinet entreprend la réalisation de "Vendredi" afin de donner à son neveu Robert Willems, envoyé au Congo, des nouvelles de ses amis surréalistes. Cent numéros manuscrits, comportant de nombreux dessins, lui sont expédiés jusqu'en octobre 1951. Y contribuent Alechinsky, Dotremont, Irène Hamoir, Marcel Lecomte, Marcel Mariën, Paul Nougé, Camille Goemans, Marcel et Gabriel Piqueray, Scutenaire et Magritte (les relations de Colinet et du peintre avaient été longtemps rompues du fait de sa liaison avec Georgette Magritte).

Paul Colinet meurt à Forest (Bruxelles) le 23 décembre 1957.

Éléments de bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie Trombone Chapeau Buse, poème mis en musique par Paul Magritte, avec un dessin de René Magritte, éditions Magritte, 1936.
  • Le Chemin perdu, poèmes mis en musique par Henriette Harlez, Bruxelles, éditions Magritte, 1936.
  • Les Histoires de la lampe, couverture illustrée par l'auteur, Anvers, Ça ira, 1942.
  • La Nuit blanche, Paris, Fontaine, 1945.
  • La Maison de Vénose, avec des dessins de Robert Willems et en collaboration avec Marcel Piqueray, Paris, Fontaine, 1947.
  • La Bonne semence, en collaboration avec Marcel Piqueray, Paris, Fontaine, 1947.
  • Écriture, dessins de Buno Capacci, Paris, Fontaine, 1947.
  • Les Naturels de l'esprit, avec dix-huit dessins de Suzanne Van Damme, Paris, Fontaine, 1947.
  • Quelques textes inédits, avec un portrait par Armand Permantier et une préface de Louis Scutenaire, dans "Journal du mois", Bruxelles, juillet 1952.
  • La Manivelle du château, Bruxelles, Georges Houyoux, 1954.
  • Paul Colinet, numéro spécial de la revue "Phantomas", Bruxelles, 1959.
  • La Lampe du valet de pique, avec un portrait par Suzanne Van Damme et une préface de Louis Scutenaire, Tilleur-les-Liège, Rhétorique, 1963.
  • Le délégué de la Guadeloupe, en collaboration avec Marcel Piqueray, Milan, Communicazione, 1964.
  • Vilaine et Réséda, La Louvière, Daily-Bul, 1966.
  • Amédée Providentiel Lerebond, peintre, poète et penseur, Bruxelles, Phantomas, 1968.
  • Les Tziganes du paillasson, avec deux dessins de Marcel Mariën, Bruxelles, Les Lèvres nues, 1970.
  • Les Écritures d'Octavon de Pleineboule, avec quatre dessins de l'auteur, Bruxelles, Phantomas, 1971.
  • Dictionnaire de médecine amusante, en collaboration avec Edmond Kinds, publié sous les pseudonymes des Docteurs Montagnet et Desgosses, Bruxelles, André de Rache, 1971.
  • Pour illustrer Magritte, Bruxelles, Les Lèvres nues, 1971.
  • À partir de 1973 de nombreux textes de Paul Colinet ont été publiés par Tom Gutt dans "Le Vocatif"
  • Une carrière idéale, avec huit dessins de René Magritte, Bruxelles, Les Lèvres nues, 1975.
  • La Cantate, en collaboration avec Gabriel et Marcel Piqueray, illustration de Robert Willems, La Louvière, Daily-Bul, 1976.
  • Œuvres, textes réunis et publiés par R. Willems, préface de Louis Scutenaire, Bruxelles, Lebeer-Hossmann, 1980-1989, 4 volumes.

Sur Paul Colinet[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : Source utilisée pour la rédaction de l’article

Citation[modifier | modifier le code]

Le Homard (dans L'Humour vert) Le homard est un oiseau à échasses, de la classe des engoulevents. [...] Le homard est le seul oiseau carnivore dont le vol s'opère à reculons. [...]

Jugement[modifier | modifier le code]

« Né de lui-même, tributaire de rien ni d'aucuns, ni de ce dont il parle tout en s'y adaptant mieux que cholestérol à l'artère, que chevron à la manche, que l'échantignole à la panne, que joug à l'épaule, badaud sans curiosité, savant pétri d'ignorance, indifférent passionné, voilà bien, il me semble, des titres à l'intérêt profond sinon à la gloire. Ce fut le Paul Féval du texte court, le Mallarmé de l'intelligible, le Germain Nouveau de l'impiété, le Louis Veuillot de l'érotisme, le Flaubert de la carabine des foires interdites, le carbonaro du confessionnal, le forgeron de la dentelle, le puceau des nuits chaudes. »

— Louis Scutenaire, Monsieur Paul, préface à Paul Colinet, « Œuvres », Bruxelles, Éditions Lebeer Hossmann, 1980 (p. 7)

Lien interne[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

[1] Portrait de Paul Colinet par Magritte, Musées royaux des beaux-arts de Belgique, Bruxelles