Jean-Luc Fugit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jean-Luc Fugit
Illustration.
Jean-Luc Fugit en 2017.
Fonctions
Président du Conseil national de l'air
En fonction depuis le
(3 ans, 11 mois et 29 jours)
Prédécesseur Martial Saddier
Député français
En fonction depuis le
(5 ans et 12 jours)
Élection 18 juin 2017
Réélection 19 juin 2022
Circonscription 11e du Rhône
Législature XVe (Cinquième République)
Prédécesseur Georges Fenech
Biographie
Date de naissance (52 ans)
Lieu de naissance Rodez (France)
Nationalité Français
Parti politique LREM
Diplômé de ENSIACET
Profession Enseignant-chercheur
Chimiste
Site web https://www.jeanlucfugit.fr

Jean-Luc Fugit, né le à Rodez, est un chimiste, universitaire et homme politique français.

Docteur en pollution de l'air, il est d'abord membre du Parti socialiste, puis rejoint La République en marche. Il est élu député dans la 11e circonscription du Rhône lors des élections législatives de 2017 et réélu en 2022.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Jean-Luc Fugit est fils de paysan. Il pratique le rugby[1].

Formation et vie professionnelle[modifier | modifier le code]

Enseignant-chercheur en chimie depuis 1996, il est docteur en pollution de l'air diplômé de l'Institut national polytechnique de Toulouse et ingénieur-chimiste de l’ENSIACET de Toulouse. Il est aussi titulaire d’une habilitation à diriger des recherches depuis 2002[2].

Entre 2011 et 2017, il est vice-président de l’université Jean-Monnet-Saint-Étienne en charge de l’insertion professionnelle, de l’orientation, et de la réussite des étudiants[2].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

De 2008 à 2014, il est élu d'opposition au conseil municipal de La Grand-Croix, une commune de la Loire[3].

En 2014, lors des élections municipales à Saint-Étienne, il est candidat (en 15e place) sur la liste socialiste du sénateur-maire sortant Maurice Vincent[4].

En 2015, pour les élections régionales, il est candidat sur la liste socialiste de Jean-Jack Queyranne pour le département de la Loire[5].

Après avoir eu des responsabilités à la fédération socialiste de la Loire, il décide de rejoindre celle du Rhône qui soutient en majorité le maire de Lyon, Gérard Collomb[6].

Lors des élections législatives de 2017, il obtient l'investiture d'En marche pour la 11e circonscription du Rhône et il est élu le , devenant ainsi député en battant Georges Fenech lors du second tour[7],[8]. Conformément à ses engagements, il met en suspens son activité professionnelle pour se consacrer pleinement à son mandat de député.

Il est rapporteur du volet « mobilités propres » de la loi d'orientation des mobilités en 2019, et président du Conseil national de l'air[9] depuis juillet 2018.

À l'Assemblée nationale, il siège au sein de la commission du Développement durable et de l'Aménagement du territoire. Il s'engage en particulier sur les sujets en lien avec l'amélioration de la qualité de l'air et la lutte contre la pollution de l'air. Dans le cadre de l'examen de la loi climat et résilience, il porte ainsi des amendements sur les zones à faibles émissions - mobilité et propose « un dispositif de prêt à taux zéro mobilités » pour « 20 % des ménages les plus modestes », en vue de l’achat d’une voiture dite « propre »[10].

Il est également vice-président de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques, pour lequel il rend un rapport sur l'agriculture et la production d'énergie[11], et un autre sur les liens entre pollution de l'air et Covid-19[12].

Candidat à un second mandat, il est réélu au second tour le en obtenant 64,09 % face à Abdel Yousfi, candidat communiste de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (NUPES)[13].

Controverses[modifier | modifier le code]

Selon une étude de l'association Agir pour l'environnement tenant compte de ses votes à l'Assemblé nationale, il fait partie des députés de la XVe législature (2017-2022) les moins impliqués dans la préservation de la planète. Il est classé 654e sur 665 députés ou suppléants ayant siégé au cours de cette législature[2],[14],[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Luc Fugit, « Biographie », sur www.jeanlucfugit.fr (consulté le )
  2. a b et c Jean-Luc Fugit, « Député du Rhône - Fonctions actuelles », sur www.jeanlucfugit.fr (consulté le ) Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : le nom « :0 » est défini plusieurs fois avec des contenus différents.
  3. « Législatives: Georges Fenech en difficulté face au FN dans le Rhône », sur www.20minutes.fr (consulté le )
  4. « Municipales : voici la liste de Maurice Vincent à Saint-Etienne », sur Le Grisou, (consulté le )
  5. « Régionales 2015 : Jean-Jack Queyranne présente sa liste dans la Loire », France Bleu,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. « Parti Socialiste de La Loire  » Archive du blog  » La Parité, c’est nous », sur ps42.fr (consulté le )
  7. Ministère de l'Intérieur, « Élections législatives 2017 », sur elections.interieur.gouv.fr, (consulté le ).
  8. « Jean-Luc Fugit (LREM), tombeur de Georges Fenech » (consulté le )
  9. « Projet de loi Convention citoyenne : les députés à suivre », sur Contexte, (consulté le ).
  10. Mickaël Correia, « Quand la loi «climat» fonce droit dans le mur », sur Mediapart, (consulté le ).
  11. « Agriculture et production d'énergie », sur Assemblée nationale (consulté le )
  12. « Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques - Assemblée nationale », sur www2.assemblee-nationale.fr (consulté le )
  13. « Jean-Luc Fugit (Ensemble !) retrouve son fauteuil dans la 11e circonscription », Le Progrès,
  14. « "ParlemenTerre": une association classe les députés en fonction de leurs votes pour l'écologie », sur BFMTV (consulté le )
  15. « "ParlemenTerre" : le classement écolo des députés », sur www.linfodurable.fr (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]