Grand prix du maire de Champignac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le grand prix du maire de Champignac est un prix décerné pour la sortie la plus amphigourique de l'année, en Suisse romande, créé en 1988 par la revue satirique lausannoise La Distinction. Il tire son nom du maire de Champignac, un personnage de la bande dessinée Spirou et Fantasio, qui se distingue par ses longs discours pleins de langue de bois.

Lauréats[modifier | modifier le code]

2016[modifier | modifier le code]

Luc Barthassat
Isabelle Moret
  • Champignac d'Or 2016 :
    • « Son décès complique le travail de la police, qui n'a pas pu l'interroger »
      • Céline Zünd
      • Le Temps
  • Champignac d'Argent 2016 :
    • Pour son attention aux difficultés de la vie associative. « Le manque de mains au sein du comité a fait baisser les bras à plus d'un membre »
      • Sandra Giampetruzzi
      • Le Régional
  • « Rétroviseur intérieur »
    • « Ce n'est plus quelque chose qui va défigurer notre rade, puisqu'on l'aura dans le dos quand on sera face à elle »
  • « Top chrono »
    • « Tout le monde disait 2030, c'est dans 30 ans ; maintenant, c'est dans 14 ans »

2015[modifier | modifier le code]

  • Champignac d'Or 2015 :
    • Pour un énoncé particulièrement expéditif. « Un prix forfaitaire a été convenu pour les castrations et stérilisations de chiens et de chats errants ou de personnes démunies »
      • La Société vaudoise pour la protection des animaux (SVPA), rédacteur en chef Stéphane Crausaz
      • Le Courrier des bêtes
  • Champignac d'Argent 2015 :
    • Pour son sens de la formule délicate. « Hervé Cornara, la victime de la décapitation barbare de l'Isère. Il nous faut tenir tête contre le terrorisme »
      • Denis Müller, professeur honoraire d'éthique aux Universités de Genève et de Lausanne
      • Sur un réseau social
  • «Out of Control»
    • « Ma relation avec la langue française est la même qu'avec ma femme. Je l'aime beaucoup, mais je ne la maîtrise pas du tout »
  • «Délivrance»
    • « Sage-femme, c'est un métier où l'on donne tout ce que l'on a. À la fin d'un accouchement, on est aussi vidée que la maman »
      • Marie-Thérèse Adjaho, cheffe des sages-femmes du CHUV à Lausanne
      • Journal Le Matin

2014[modifier | modifier le code]

  • Champignac d'Or 2014 :
    • Pour le "choc verbal". « Un coup de pioche, c'est toujours bon à prendre »
      • Pierrette Roulet-Grin, présidente du TCS-Vaud
      • La Région nord vaudoise, 21 mai 2014
  • « Révolution culturelle »
    • « Les Chinois sont ouverts à toutes sortes de styles de musique, y compris la musique francophone. On sent qu'ils ont été longtemps bridés et qu'ils ont envie de découvrir de nouvelles choses. »
      • Florence Chitacumbi, chanteuse neuchâteloise
  • « Complètement piqué »
    • « Mais est-ce que le local d'injection, finalement, ce n'est pas pour faire partir uniquement les toxicomanes, mais ça ne résout pas totalement le problème? La solution finale, on ne l'a pas encore trouvée.... »
      • Oscar Tosato, municipal lausannois

2013[modifier | modifier le code]

  • Champignac d'Or 2013 :
    • « Dans Télétop Matin, Anne-Sylvie Sprenger constatait quant à elle que le sexe n'était plus tabou et que dans les interviews, il était dans toutes les bouches. »
      • Stéphanie Pahud, linguiste, enseignante
      • Les Quotidiennes, 10 janvier 2013
  • Champignac d'Argent 2013 :
    • « La ville n'a pas entretenu ses WC. Elle a privilégié les besoins du tourisme, au bord du lac. »
      • Jérôme Cachin, journaliste, Vaud
      • La Liberté, 21 février 2013
  • « Mélomane intégral »
    • « La chanson qui vous trotte dans la tête? "L'ouverture de la Traviata de Giuseppe Verdi, qui ne trotte pas dans la tête, mais m'habite. »
      • Thierry Grosjean, ex-conseiller d'État neuchâtelois
      • Le Courrier neuchâtelois, 16 octobre 2013
  • « SOS fantômes »
    • « Prévoir sa succession est une délicate affaire. Faut-il le faire de son vivant?. »
      • Nina Brissot, rédactrice en chef
      • Le Régional, 3 avril 2013

2012[modifier | modifier le code]

  • Champignac d'Or 2012 :
    • « Or l'article de M. Nordmann ne prétend pas qu'il faut coucher pour obtenir une patente de restaurateur, mais laisse entendre qu'il est utile d'être introduit. »
      • Patrick Stoudmann, juge vaudois
      • La Liberté, 18 avril 2012
  • Champignac d'Argent 2012 :
    • « Monsieur Maudet vomit sur l'UDC depuis beaucoup de temps : ça, c'était dur à faire avaler. »
  • « Apnée »
    • « Les dauphins arrivent à faire trois périlleux arrières et à retomber sur la queue. Il y a des trucs que nous n'arrivons pas à faire. »
  • « Faites entrer l'accusé »
    • « Si pour chaque sujet délicat, un huis clos est prononcé, c'est la porte ouverte à tout ! »
      • Olivier Piccard, préfet du district vaudois
      • La Liberté, 30 mars 2012
  • « Fortalis »
    • « Je ne veux pas avoir un pied à Berne et un pied à Genève, sinon je vais finir avec un torticolis. »

2011[modifier | modifier le code]

  • Champignac d'Argent 2011 :
    • « Le tabagisme et la fumée passive étant des projets de santé publique majeurs, le Conseil d'État a décidé que la fonction publique devait jouer un rôle moteur »
      • Séverin Bez, directeur de l'enseignement postobligatoire vaudois
      • Lettre au Gymnase de Burier. 17.12. 2011
  • « Mention Clairvoyance lumineuse »
    • « Est-ce que vous avez aussi un regard, en tant qu'Ivoirien, sur ce qui se passe en ce moment ? »
      • Natacha Van Cutsem, journaliste
  • « Mention double peine »
    • « Vous aviez, avant EVM, 120 à 130 hellénistes qui sortaient par année au canton de Vaud. Il y en a 7 à 12. Ça veut dire qu’on est en train de tuer les langues mortes »
  • « Argument frappant »
    • « La boxe, c'est un sport populaire, ça touche de près les gens »
  • « Juste cause »
    • « Grâce au rassemblement que la Marche Blanche suisse avait su susciter, le droit suisse a hissé l’abus sexuel contre l’enfance à hauteur d’un véritable droit fondamental. »
      • Alain Zogmal, UDC, Onex

2010[modifier | modifier le code]

  • Champignac d'Or 2010 :
    • « Je n’ai jamais été partisane de la fessée ou du martinet comme principe pédagogique. Cela doit rester un choix de ces femmes »
      • Ada Marra, conseillère nationale socialiste vaudoise
      • 24 Heures, mai 2010
  • Champignac d'Argent 2010 :
    • « Monsieur Yves Mugny a des arguments qui sont tellement faux que même l’inverse n’est pas vrai »
  • « Mention Clairvoyance »
    • « Le gouvernement ivoirien n’est pas aveugle »
      • Manuelle Pernoud, journaliste RTS
      • TSR, décembre 2009
  • « Mention Zoo de Bâle »
    • La raquette du no 1 mondial est redevenue un sceptre. Sa crinière n'avait pas blanchi pour de vrai. La foire du trône reste ouverte, mais le roi de la jungle s'appelle toujours Roger Federer. Les battus d'hier seront peut-être les vainqueurs de demain, tant pis, tant mieux, que le meilleur gagne. […] Un Federer lancé est une gazelle au volant d'un éléphant, la puissance et la grâce, et toujours ces coups qui trompent énormément.
      • Patrick Turuvani, journaliste
      • L'Express-Feuille d'Avis de Neuchâtel, 1er février 2010
  • « Mention chute libre »
    • Les attentats du 11 septembre 2001 se préparaient depuis longtemps. […] Ils ne sont pas tombés du ciel.
      • Jacques Baud, expert en sécurité
      • Dans un colloque de la Société vaudoise des officiers, Pully, 16 avril 2010

2009[modifier | modifier le code]

  • Champignac d’Or 2009 :
    • « Le feu est sous contrôle, mes hommes sont cuits ! »
      • Jean-Luc Berney, commandant des pompiers lausannois
      • 24 Heures, 28 septembre 2009
Didier Burkhalter, conseiller fédéral (premier à gauche)
  • Champignac d’Argent 2009 :
    • « Le loup est arrivé et il est bien parti pour rester »
      • Jean-Claude Roch, garde faune vaudois
      • La Gruyère, 28 juillet 2009
  • Mention « Espoirs du champignacisme » :
    • « Je ne suis pas le seul à être de mon avis »
  • Mention « Oreille de lynx »
  • Mention « Aller simple » :
    • « Faire comprendre ce que signifie mourir de faim, de maladie, ou sous les balles. Il est très difficile d’appréhender ce genre de situations si on ne les a pas vécues soi-même »
      • André Simonazzi, vice-chancelier de la Confédération suisse
      • Le Temps, 9 mars 2009

2008[modifier | modifier le code]

  • Champignac d'Or 2008 :
    • « Je pars du principe que tout exercice doit être répété quatre ou cinq fois jusqu'à ce qu'il soit réussi du premier coup »
      • Daniel Berger, brigadier
      • Dans la revue de la brigade blindée 1, Armee Aktuell
  • Champignac d'Argent 2008 :
    • « Il y a quelques mois, […] je vous ai dit que tout était possible. Tout ce qui se passe depuis montre que ce n'était pas tout faux »
  • Mention « Tout fout le camp » :
    • « Le problème, avec la question de l'avortement, c'est qu'on a un tout petit peu jeté le bébé avec l'eau du bain »
      • Florian Baier, candidat du Parti évangélique genevois
      • Sur les ondes de la Radio suisse romande, octobre 2007
  • Mention « Manque pas de souffle » :
    • « Mais pour moi, tout travail mérite salaire, et pas l'inverse » et
    • « A coup de questions mal posées, le Centre droit s'époumone à chercher des équilibres que l'air du temps s'évertue à déchirer, alors qu'une droite dure a fait son apparition, exigeant une politique de droite sans compromis »
  • Mention « Valais demain » :
    • « Regarder l'avenir dans un rétroviseur, c'est entretenir un miroir aux alouettes et faire un combat d'arrière-garde pour préserver des rentes de situation. Autant, dès lors, s'accommoder des réformes en marche »

2007[modifier | modifier le code]

  • Mention « fort comme un chêne » :
    • « Le député de Gland, tendu, reconnaissait dimanche après- midi qu'il y avait 98 % de chances qu'il se retire »
      • Samuel Russier, journaliste
      • Dans le journal Le Temps
  • Mention « travaux manuels » :
    • « Personnellement, je n'aime pas me laisser enfiler des bricolages par derrière sans que je le sache »
      • Jonas de Pury, conseiller général libéral à Neuchâtel
  • Mention « géostationnaire »:
    • « En résumé, j'aimerais souligner que ne rien faire n'est pas une option dans la mesure où cet immobilisme constituerait un pas en arrière » et « Je suis capable de faire un pas de retrait pour mieux avancer derrière »

2006[modifier | modifier le code]

  • Champignac d'Or 2006 :
  • Champignac d'Argent 2006 :
    • « L’équipe suisse n’est pas parvenue à monter sur le moindre podium lors des deux premières journées des Paralympiques 2006 de Turin. »
  • Mention « Chupa-Chups »:
    • « Il est exclu que la Municipalité accepte des amendements qui péjoreraient les prestations offertes à la population ! Ce n’est pas parce que le Canton nous suce que nous devons sucer les autres ! »
  • Mention « Frein moteur » :
    • « Il y a eu beaucoup d’oppositions, parce que les forces conservatrices s’allient, et les forces conservatrices sont souvent à gauche, je dois le regretter. Elles s’allient pour tout bloquer. Et si on bloque tout, on va dans le mur. »
  • Mention « Ping-Pong » :
    • « Ce ne sont pas les moyens qui conditionnent les ambitions, mais les ambitions qui sont conditionnées par les moyens. »

2005[modifier | modifier le code]

  • Champignac d'Or 2005 :
    • « Mesdames, Messieurs, d’abord, je rectifierai un petit peu la vérité. » et « Je garantis que la Municipalité ne fait pas le concours du plus beau trou, bien au contraire. »
      • Olivier Français, Municipal lausannois, Directeur des Travaux
      • Conseil communal de Lausanne, 23 novembre 2004, 19h36
  • Champignac d'Argent 2005 :
    • «…avec un stock aussi bas, on est obligé d’avoir l’appui de salines étrangères, voire suisses-allemandes. »
      • Jean-François Nicollier, resp. de production des Mines et Salines de Bex
      • TSR1, 1er février 2005, vers 19h30
  • Mention Obscure Clarté :
    • « Nous ne voyons pas pourquoi une personne en chaise roulante aurait plus besoin d’aller au cinéma qu’un aveugle. »
      • Marc Vuilleumier, conseiller communal lausannois
      • Conseil communal lausannois, séance du 7 juin 2005, 19h58
  • Mention Grand Écart:
    • « Qu’est-ce qui nous dit qu’avec cette loi, on ne met pas le pied dans une porte qui va nous emmener très très loin ? »
  • Mention Erreur de diagnostic :
    • «…Madame Arafat qui a très longtemps fait antichambre devant la salle des urgences où est entubé son mari. »
      • Jacques Allaman, journaliste
      • RSR1-La Première, 9 novembre 2004, vers 12h30

2004[modifier | modifier le code]

  • Champignac d'Or 2004 :
    • « Ce serait véritablement se tirer une balle de plus dans le pied que de se mettre cette épée de Damoclès au-dessus de la tête, et puis de couper la corde qui la retient. »
      • Pierre Chiffelle, alors conseiller d'État vaudois,
      • Radio Chablais, 1er avril 2004, vers 6h30
  • Champignac d'Argent 2004 :
    • « La Municipalité a choisi une personne compétente pour ce projet. Comme beaucoup, je le regrette. »
      • Mireille Cornaz, conseillère communale VDC,
      • Conseil Communal de Lausanne, 20 avril 2004, un peu avant 22h00
  • Mention Couverture militaire :
    • « Il n'existe aucune maison sans toit, et il faut comprendre ces avions comme le toit au-dessus de ce pays, au-dessus de sa population. Et ça, c'est une tâche à long terme. Si on veut supprimer le toit d'un pays, c'est vraiment une question de fond, qu'il faudrait discuter tout à fait professionnellement et non pas en termes d'émotions. »
      • Christophe Keckeis, chef de l'armée suisse,
      • RSR1-La Première, 20 avril 2004, vers 7h50
  • Mention Dieu du Stade :
  • Mention 0,5 pour mille :
    • « Autrefois, nous mettions de l'eau dans notre vin, explique le député de Bière. Mais aujourd'hui la coupe est pleine. »
      • François Othenin-Girard, journaliste,
      • 24 Heures, 27 août 2004

2003[modifier | modifier le code]

  • Champignac d'Or 2003 :
    • « L'artillerie, mal adaptée aux missions humanitaires et de promotion de la paix, vit une crise de confiance et de budgets. »
      • Alexandre Vautravers, capitaine de son état et chroniqueur de circonstance à la télé,
      • Revue Militaire Suisse[1], avril 2003, p. 57
  • Champignac d'Argent 2003 :
    • « Cela signifierait, Monsieur, que si l'accident s'était produit dans quelque temps il n'aurait pas pu avoir lieu ? »

2002[modifier | modifier le code]

  • Champignac d'Or 2002 :
    • « Je crois que le parti socialiste est un parti de gauche, qu'il doit pratiquer une politique de gauche et c'est ce qui le distingue des autres partis bourgeois. »
  • Champignac d'Argent 2002 :
    • « Expo.02 donne à voir et offre aussi un point de vue. Ma position de directrice générale me permet d'être une observatrice dont l'observatoire est constitué par l'objet même de ma vision. »

2001[modifier | modifier le code]

  • Champignac d'Or 2001 :
    • « Je n'ai personnellement pas honte à dire que je suis un homme de sexe masculin. »
      • Claude Ruey, conseiller d'État vaudois,
      • À la tribune du Grand Conseil, 26 juin 2001
  • Champignac d'Argent 2001 :
    • « La Comco envoie ainsi un coup d'épée dans l'oreille d'un sourd. »
      • François Nussbaum, redoutable bretteur, dans L'Impartial,
      • repris dans Le Courrier du 22 décembre 2000

2000[modifier | modifier le code]

  • Champignac d'Or 2000 :
    • « Ça m'est arrivé de me mettre les doigts pour me faire vomir. C'est un cercle infernal, si on met les pieds dedans, on ne s'en sort plus. »
    • Christel Borghi, championne suisse 1999 de patinage,
      • Dans dimanche.ch, 6 février 2000
  • Champignac d'Argent 2000 :
    • « Ils ont perdu du temps sur ceux qui ont déjà franchi la ligne. » (Bertrand Duboux, chroniqueur cycliste déjanté, TSR1, 17 septembre 1999, 17h38)
    • « Il a pris un virage très douloureux dans le mauvais sens du terme. » (Bertrand Duboux, TSR1, 17 septembre 1999, 17h42)
    • « Les coureurs passent devant le château de Chillon toujours aussi imperturbable. » (Bertrand Duboux)
    • « Ah ! Il est fort, Laurent Jalabert, c'est certain. Il est capable de tout faire, de gagner comme de perdre. » (Bertrand Duboux, entre Liège, Bastogne et Liège, TSR, 16 avril 2000, 16h16)

1999[modifier | modifier le code]

  • Champignac d'Or 1999 :
    • « Beaucoup de gens devront donc attendre pour me rencontrer, et certains n'y arriveront peut-être pas. Je partage bien sûr leur déception. »
  • Champignac d'Argent 1999 :
    • « C'est avec la langue que vous mettez les pieds dans le plat. »
      • Claude Froidevaux, journaliste
      • RSR-La Première, 22 janvier 1999, entre 18h20 et 19h00
  • Mention « Bons tuyaux 1999 » :
    • « Lausanne est couverte de canalisations en dessous. »
      • Sylvia Zamora, directrice lausannoise des Travaux publics
      • Lors du colloque « La ville et l'enfant », Musée olympique, 10 mars 1999
  • Mention « Accouchement au forceps 1999 » :
    • « On ne peut pas comparer la maternité et les obligations militaires. Ce n'est pas comme si les hommes étaient rémunérés pour jouer au football. »

1997[modifier | modifier le code]

  • Champignac d'Or 1997
    • « Comment vivre sans nez ? Rien qu'à l'odorat je pourrais repérer mes enfants, mes petits-enfants, mes proches, et même distinguer ma chatte de celle de ma voisine. »
    • Françoise Buffat, chroniqueuse dans le Journal de Genève, 19 février 1997
  • Champignac d'Argent 1997
    • « Je voudrais rafraîchir la mémoire de ceux qui étaient absents la semaine passée. »
    • Jacqueline Maurer-Mayor, députée au Grand Conseil vaudois, séance du 16 décembre 1996, à 16 h 03
  • Mention Poids Plume 1997
    • « Utiliser un moyen aussi lourd que la grève me semble léger. »
    • Jean Jacques Schwaab, chef du DIPC vaudois, dans le Journal de Genève, avril 1997
  • Mention Clair et Net 1997
    • « Le résultat est net. Je ne suis pas sûr qu'il soit clair. »
    • Claude Ruey, conseiller d'État vaudois, supra TSR, 28 septembre 1997, vers 19 h 50

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Contre-sagesses suisses : Grand prix du maire de Champignac (ill. Valérie Bovay), Helvetiq, , 124 p. (ISBN 9782940481002).
« Une idée de Hadi Barkat », « 88 fleurons d’art oratoire ».
  • Contre-sagesses suisses 2 : Grand prix du maire de Champignac (ill. Roxanne Borloz), Helvetiq, , 120 p. (ISBN 9782940481095).
« Morceaux choisis du Grand prix du maire de Champignac organisé par La Distinction », « 88 fleurons d’art oratoire ».

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]