Pierre-Yves Maillard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pierre-Yves Maillard
Illustration.
Portrait officiel, 2019.
Fonctions
Conseiller national
En fonction depuis le
Législature 51e
Groupe politique socialiste (S)
Commission CSSS
Législature 46e et 47e
Commission CEATE et CdF
Successeur Roger Nordmann
Président de l'Union syndicale suisse
En fonction depuis le
Élection
Prédécesseur Paul Rechsteiner
Conseiller d'État du canton de Vaud
Département de la santé et de l'action sociale
Élection 24 octobre 2004
Réélection 11 mars 2007
11 mars 2012
30 avril 2017
Législature 2002-2007, 2007-2012, 2012-2017, 2017-2022
Prédécesseur Pierre Chiffelle
Successeur Rebecca Ruiz
Président du Conseil d'État du canton de Vaud
Législature 2012-2017
Prédécesseur Pascal Broulis
Successeur Nuria Gorrite
Vice-président du Parti socialiste suisse
Prédécesseur Hans-Jürg Fehr
Député au Grand Conseil du Canton de Vaud
Législature 1994-1998, 1998-2002
Biographie
Date de naissance (53 ans)
Lieu de naissance Lausanne
Nationalité Suisse
Parti politique PS
Diplômé de Université de Lausanne
Profession Enseignant
Syndicaliste

Pierre-Yves Maillard, né le à Lausanne (originaire de Mossel), est une personnalité politique suisse, membre du Parti socialiste.

Il est membre du Conseil d'État du canton de Vaud, à la tête du département de la santé et de l'action sociale, de à , président de l'Union syndicale suisse depuis [1] et député du canton de Vaud au Conseil national de à et depuis .

Biographie[modifier | modifier le code]

Pierre-Yves Maillard naît le à Lausanne[2]. Il est originaire de Mossel, village de la commune d'Ursy dans le canton de Fribourg[3].

Il devient secrétaire général de la Fédération des associations d'étudiants après des études de lettres à l'Université de Lausanne. Enseignant de français, d'histoire et de géographie dans les établissements secondaires de Préverenges et Charles-Ferdinand Ramuz à Lausanne, il assure, entre 2000 et 2004, la fonction de secrétaire régional du syndicat FTMH Vaud Fribourg[3]. En 1994 et 1995, il est collaborateur personnel du conseiller d'État vaudois Jean-Jacques Schwaab, mais démissionne en raison du programme d'économies Orchidée II[4].

Il est marié et père de deux enfants[2].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Il est successivement conseiller communal de la ville de Lausanne de à et député au Grand Conseil vaudois de à [2],[3]. En 1997, il se présente à une élection complémentaire pour le Conseil d'État, mais est battu au second tour par la radicale Jacqueline Maurer[5]. Il siège au Conseil national de à , où il fait partie de la Commission de l'environnement, de l'aménagement du territoire et de l'énergie (CEATE) et de la Commission des finances (CdF)[2],[3].

Conseiller d'État[modifier | modifier le code]

Depuis le , Pierre-Yves Maillard est conseiller d'État vaudois responsable du département de la santé et de l'action sociale[3]. Le , il devient le premier conseiller d'État socialiste de l'histoire vaudoise à être élu dès le premier tour, avec 54 % des voix. Il préside le Conseil d'État du à 2017.

Entre le et le , il est vice-président du Parti socialiste suisse.

Le , il annonce sa candidature à la succession de la conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey, estimant avoir « les compétences et l'expérience » nécessaires[6] ; le Parti socialiste vaudois valide sa candidature trois jours plus tard[7]. Le , le Parti socialiste le choisit comme candidat officiel, sur un ticket à deux noms aux côtés du conseiller aux États fribourgeois Alain Berset[8]. Le suivant, c'est ce dernier qui est finalement choisi par l'Assemblée fédérale, au second tour de scrutin, par 126 voix sur 245[9].

Avec le Conseil d'État, il a notamment augmenté les allocations familiales (de 170 à 300 francs par mois), plafonné les primes d’assurance maladie (à 10 % du revenu net) et introduit une « rente pont » pour les chômeurs âgés[1].

Union syndicale suisse[modifier | modifier le code]

Le , Pierre-Yves Maillard est élu président de l'Union syndicale suisse[1]. Il succède à Paul Rechsteiner en 2019[1].

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Michel Guillaume, « Pierre-Yves Maillard nouveau patron des syndicats », Le temps,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. a b c et d « Biographie de Pierre-Yves Maillard », sur le site de l'Assemblée fédérale suisse.
  3. a b c d et e Fiche personnelle sur le site officiel de l'État de Vaud
  4. « Orchidée », L'Express,‎ , p. 7 (www.lexpressarchives.ch/)
  5. « Première féminine », L'Express,‎ , p. 15 (www.lexpressarchives.ch/)
  6. « Pierre-Yves Maillard se lance dans la course au Conseil fédéral alors que Jean Studer renonce », tsrinfo.ch, 26 octobre 2011
  7. « Le Parti socialiste vaudois a adoubé samedi Pierre-Yves Maillard comme candidat au Conseil fédéral », tsrinfo.ch, 29 octobre 2011
  8. « Le PS met ses espoirs dans un duo de ténors »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Le Temps, 26 novembre 2011
  9. Renouvellement intégral du Conseil fédéral du 14 décembre 2011 sur le site de l'Assemblée fédérale

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]