Pierre-Yves Maillard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maillard.
Pierre-Yves Maillard
Portrait de Pierre-Yves Maillard
Portrait de Pierre-Yves Maillard
Fonctions
Président du Conseil d'État vaudois
Législature 2012-2017
Prédécesseur Pascal Broulis
Successeur Nuria Gorrite
Conseiller d'État vaudois
En fonction depuis le
Législature 2002-2007
2007-2012
2012-2017
2017-2022
Conseiller national
Législature 46e (1999-2003)
47e (2003-2007)
Biographie
Date de naissance (49 ans)
Lieu de naissance Lausanne
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Parti politique Parti socialiste suisse
Diplômé de Université de Lausanne
Profession Enseignant
Syndicaliste

Pierre-Yves Maillard, né le à Lausanne, est un homme politique suisse, membre du Parti socialiste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire de Mossel[1], village de la commune d'Ursy dans le canton de Fribourg, il devient secrétaire général de la Fédération des associations d'étudiant(e)s après des études de lettres à l'université de Lausanne. Enseignant de français, d'histoire et de géographie dans les établissements secondaires de Préverenges et Charles-Ferdinand Ramuz à Lausanne, il assure, entre 2000 et 2004, la fonction de secrétaire régional du syndicat FTMH Vaud Fribourg[1].

Politiquement, il est successivement conseiller communal de la ville de Lausanne de mars 1990 à mars 1998 et député au Grand Conseil vaudois de mars 1998 à mars 2000, avant de siéger au Conseil national de décembre 1999 à novembre 2004, où il fait partie de la commission de l'environnement, de l'aménagement du territoire et de l'énergie et à celle des finances[2],[1].

Depuis le , il est conseiller d'État vaudois responsable du département de la santé et de l'action sociale[1]. Le , il devient le premier conseiller d'État socialiste de l'histoire vaudoise à être élu dès le premier tour, avec 54,45 % des voix. Il préside le Conseil d'État depuis le .

Entre le et le , il est vice-président du Parti socialiste suisse.

Le , il annonce sa candidature à la succession de la conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey en estimant avoir « les compétences et l'expérience » nécessaires[3] ; le Parti socialiste vaudois valide sa candidature trois jours plus tard[4]. Le , le Parti socialiste le choisit comme candidat officiel, sur un ticket à deux noms aux côtés du conseiller aux États fribourgeois Alain Berset[5]. Le 14 décembre suivant, c'est ce dernier qui est finalement choisi par l'Assemblée fédérale, au second tour de scrutin, par 126 voix sur 245[6].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Temps de Luttes, Éditions de l'Aire, .
  • Soigner l'assurance maladie, Éditions Favre, . (ISBN 9782828911690)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]