ABB (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir ABB.

ABB
logo de ABB (entreprise)
Logo de ABB
illustration de ABB (entreprise)

Création 1988 par la fusion d’ASEA (1890) de Suède et de Brown, Boveri & Cie (1891) de Suisse
Forme juridique Société anonyme avec appel public à l’épargne (Ltd.)
Action (SIX: ABB Ltd N, NYSE: ABB, OMX: ABB)
Slogan Let's write the future. Together.
Siège social Zurich
Drapeau de Suisse Suisse
Direction Ulrich Spiesshofer (CEO)
Hubertus von Grünberg (Chairman)
Président Peter VoserVoir et modifier les données sur Wikidata
Actionnaires Investor AB (0,08 )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité Technologies de l’énergie et de l'automation
Produits Appareillage électrique à haute tensionVoir et modifier les données sur Wikidata
Filiales ABB (Sweden) (d), ABB (United Kingdom) (d), ABB (d), ABB (Germany) (d), ABB (Norway) (d), ABB (Canada) (d), ABB (Japan) (d) et ABB (d)
Effectif 146 600 environ fin 2018/
Site web www.abb.ch

Capitalisation 45 097 millions USD en octobre 2019
Chiffre d'affaires 27 662 millions USD en 2018
Résultat net 2 173 millions USD en 2018[1]
Le siège suédois de l'entreprise à Västerås.
La présence d'ABB dans le monde.
Un robot de l'entreprise à Villeneuve-d'Ascq.

ABB (sigle d’ASEA Brown Boveri) est une entreprise helvético-suédoise dont le siège social est basé à Zurich, en Suisse. Elle est un acteur majeur des technologies de l’énergie et de l’automation. Présente dans près de 100 pays, avec environ 136 000 collaborateurs (2017) et un chiffre d'affaires de 33,8 milliards de dollars US (2016), ABB est l’une des plus grandes sociétés d’ingénierie, mais aussi l’un des plus grands conglomérats du monde. Le groupe est classé 314e au classement Fortune Global 500 en 2017[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines d'ABB[modifier | modifier le code]

ABB naît en 1988 de la fusion de deux entreprises, ASEA et Brown, Boveri & Cie, ayant pour origine la fin du XIXe siècle. Le premier directeur général d'ABB est l’ancien directeur général d'ASEA, Percy Barnevik, qui dirigera l'entreprise jusqu’en 1996.

ASEA[modifier | modifier le code]

En 1883, Ludwig Fredholm fonde l'Elektriska Aktiebolaget i Stockholm (Compagnie électrique de Stockholm), qui fusionne en 1890 avec Wenströms & Granströms Elektriska Kraftbolag (Compagnie électrique Wenström et Granström), elle-même fondée en 1889 par Jonas et Göran Wenström. Il résulte de cette fusion l'ASEA, ou Allmänna Svenska Elektriska Aktiebolaget (Compagnie électrique générale suédoise), qui connaîtra rapidement des problèmes et sera acquise et réorganisée par la banque privée Stockholms Enskilda Bank. Elle connaîtra ensuite rapidement un succès international, ainsi qu'une présence très forte en Suède dans le domaine de l'énergie et de l'électricité, où elle construira notamment neuf centrales nucléaires (années 1960). On compte parmi ses innovations marquantes la première ligne commerciale de haute tension à courant continu, les premiers diamants industriels (1953) et le premier robot complètement électrifié, l'ASEA IRB (en) (1975).

Brown, Boveri & Cie[modifier | modifier le code]

En 1891, Charles Eugene Lancelot Brown (en) et Walter Boveri, deux anciens employés de la Maschinenfabrik Oerlikon (en), fondent l'entreprise Brown, Boveri & Cie (BBC) se forme en 1891 à Baden en Suisse. La société se spécialise dans l’électricité et produit des moteurs AC et DC, des générateurs, des turbines à vapeur et des transformateurs. Elle devient vite un groupe multinational avec des filiales dans plusieurs pays européens, notamment la Compagnie Électro-Mécanique en France en 1894, ou via l'entreprise Vickers en Grande-Bretagne qui est autorisée par un accord de licence (1919) à fabriquer des produits Brown Boveri et les vendre dans l'Empire britannique ainsi que certains pays d'Europe. Brown Boveri & Cie fabrique également des locomotives et des tramways. L'entreprise acquerra Maschinenfabrik Oerlikon en 1967. En 1994 ABB créé ABB Flexible Automation qui regroupe se activités d'automatisation avec des acquisitions récentes la filiale de Renault consacrée à la robotique (Acma)[3].

Acquisitions depuis 2010[modifier | modifier le code]

En 2010, ABB acquiert Ventyx, un éditeur américain de logiciel pour l'industrie, pour environ 1 milliard de dollars[4].

En 2011, ABB fait l’acquisition dans une transaction en cash de Baldor Electric USA (en) pour 4,2 milliards de dollars[5],[6].

Le , ABB acquiert Thomas & Betts (en), une entreprise américaine spécialisée dans les composants électriques, pour 3,9 milliards de dollars[7],[8].

Le , ABB acquiert l'entreprise Tropos, spécialisée dans la technologie sans fil commerciale et industrielle[9].

En , ABB acquiert Power-One via une transaction d'un milliard de dollars US en cash, ce qui en fait le premier fabricant mondial d'onduleurs solaires[10].

En , ABB annonce l'acquisition de B&R, entreprise autrichienne spécialisée dans l'automatisation industrielle (en), pour un montant estimé proche de 2 milliards de dollars[11].

En , ABB annonce l'acquisition de certaines activités liées aux équipements de distribution électriques de General Electric pour 2,6 milliards de dollars[12].

Le groupe ABB devient le partenaire de la Formule E en [13].

En , ABB annonce céder une participation de 80 % de son activité dans les réseaux électriques à Hitachi pour 7,7 milliards de dollars[14],[15]. En , ABB offre 470 millions de dollars à Fimer pour se défaire de ses activités d'onduleur solaire déficitaire à Fimer, une entreprise italienne[16].

Bourse[modifier | modifier le code]

Le groupe ABB est coté à la bourse de Zurich et à la bourse de Stockholm depuis 1999, ainsi qu'à la bourse de New York depuis 2001. L'entreprise est la cinquième la plus importante du Swiss Market Index (SMI)[17] et fait systématiquement partie des 30 sociétés dont les actions sont les plus échangées à la bourse de Stockholm, l'OMX Stockholm 30[18].

L’unité indienne du groupe ABB, ABB India Limited, est cotée à la bourse nationale indienne et à la bourse de Bombay. La filiale indienne d'ABB a une capitalisation boursière de plus de 4 milliards de dollars.

Activités et produits[modifier | modifier le code]

ABB est le plus grand constructeur de réseaux électriques au monde et est actif dans de nombreux secteurs[réf. souhaitée]. Ses activités centrales au commencement étaient les technologies de l'énergie et de l'automation. La société est constituée en quatre divisions, elles-mêmes subdivisées en unités d'affaires (business units/BU) et sert les marchés des industries de process et manufacturières, des infrastructures et du résidentiel. ABB a connu une réorganisation en .

Divisions de l'entreprise[modifier | modifier le code]

Produits d'électrification[modifier | modifier le code]

Les produits d’électrification constituent les composants principaux utilisés pour le transport et la distribution d’électricité. La division produit notamment des transformateurs, des appareillages, des disjoncteurs, des câbles et l’équipement associé. Elle propose aussi des produits de basse tension, comme des disjoncteurs, des contacteurs des produits de commande, des accessoires de câblage et de raccordement des parafoudres, des interrupteurs sectionneurs, des armoires et des tableaux basse tension protégeant les personnes, les immeubles et les équipements. Pour l'industrie des produits, afin de sécuriser les machines, des relais de mesures et des démarreurs électroniques progressifs sont conçus[réf. souhaitée]. Des produits basés sur le standard KNX automatisent les installations électriques des bâtiments, les systèmes de ventilation et de sécurité ainsi que les réseaux de communication.

Réseaux électriques[modifier | modifier le code]

La division des systèmes d’énergie propose des systèmes et des services clés en main destinés aux réseaux de transport et de distribution d’énergie et aux centrales électriques. Les principales applications sont les postes électriques et les systèmes d’automation des postes, et d’autres utilisations comprennent notamment des systèmes de transmission flexible en courant alternatif (FACTS), des systèmes en courant continu à haute tension (CCHT) et des systèmes de gestion de réseaux. Sont aussi mis en vente des produits et des services d'instrumentation, de commande et d’électrification des centrales électriques.

Robotique et moteurs industriels[modifier | modifier le code]

Cette division propose des produits, des solutions et des services qui améliorent la productivité industrielle et l’efficacité énergétique. Elle comprend des moteurs, des générateurs, des variateurs de vitesse, des automates programmables (PLC), de l’électronique de puissance et de la robotique offrant puissance, mouvement et commande pour une large gamme d’applications automatisées[réf. souhaitée]. ABB est également leader dans le domaine des éoliennes[réf. souhaitée]. L'entreprise a installé près de 120 000 robots[réf. souhaitée]. En 2006, le siège social de la section robotique déménage à Shanghai en Chine et celui de la Recherche & Développement à Bangalore en Inde.

Automatisation industrielle[modifier | modifier le code]

Cette division vend des services de contrôle et à d’optimisation d’usines, et des applications industrielles. Les industries desservies comprennent les secteurs du pétrole et du gaz, des produits chimiques et pharmaceutiques, de la pâte à papier, des métaux et minerais, le secteur naval et les turbocompresseurs.

Système TOSA[modifier | modifier le code]

Bus de marque Hess équipé du système TOSA (Trolleybus optimisation du système d'alimentation) à Genève Aéroport

En , ABB Sécheron SA, en collaboration avec les Services Industriels de Genève, les Transports Publics Genevois et l'Office de la promotion industrielle du Canton de Genève, met au point le système Trolleybus optimisation du système d'alimentation (TOSA).

Direction de l'entreprise[modifier | modifier le code]

Direction générale : Ulrich Spiesshofer (depuis )

  • -  : Joseph Hogan (de)
  • -  : Michel Demaré (ad interim)
  • -  : Fred Kindle (de)
  • -  : Jürgen Dormann (de)
  • -  : Jörgen Centerman
  • -  : Göran Lindahl
  • 1987 - 1996 : Percy Barnevik

Présidence du conseil d’administration : Peter Voser (depuis )

Donald Rumsfeld, ancien secrétaire à la défense des États-Unis, a été membre du conseil d'administration de 1990 à 2001.

Actionnaires[modifier | modifier le code]

Liste des actionnaires au 30 octobre 2019[19].

Investor (holding) 11,0%
Cevian Capital 5,34%
Artisan Partners 3,03%
The Vanguard Group 2,34%
Invesco Advisers 1,93%
Alecta Pension Insurance Mutual 1,82%
Swedbank Robur Fonder 1,78%
ABB 1,66%
Norges Bank Investment Management 1,65%
UBS Asset Management Switzerland 1,38%

Critiques et controverses[modifier | modifier le code]

Corruption[modifier | modifier le code]

ABB est condamnée en 2010 aux États-Unis à 58,3 millions de dollars pour des faits de corruption au Mexique et en Irak. L'entreprise avait « effectué des versements d'au moins 2,7 millions de dollars pour obtenir des contrats qui ont généré plus de 100 millions de dollars de chiffre d'affaires »[20].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.zonebourse.com/ABB-LTD-9365000/fondamentaux/
  2. (en) « Fortune Global 500 - Search by company name : "abb" », sur fortune.com,
  3. X.D., « ABB fusionne la robotique et le traitement de surface », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  4. ABB s’offre l’éditeur américain Ventyx, Yann le Houelleur, Usine Nouvelle, 6 mai 2010
  5. ABB to buy Baldor Electric in $4.2bn deal, Haig Simonian, The Financial Times, 30 novembre 2010
  6. Après son échec sur Chloride, ABB reprend l'américain Baldor Electric pour 4,2 milliards de dollars, Les Échos, 1er décembre 2010
  7. ABB to Buy Thomas & Betts for $3.9 Billion, Michael J. de la Merced, The New York Times, 29 janvier 2012
  8. ABB to buy Thomas & Betts for $3.9 billion in U.S. push, Caroline Copley et Victoria Howley, Reuters, 30 janvier 2012
  9. (en) « ABB completes acquisition of Tropos », sur abb.com, (consulté le 12 novembre 2017)
  10. (en) « ABB completes acquisition of Power-One », sur abb.com, (consulté le 12 novembre 2017)
  11. ABB buys B&R to help it challenge Siemens in industrial automation, John Revill et Oliver Hirt, Reuters, 4 avril 2017
  12. John Miller, « ABB buys GE business for $2.6 billion in bet it can boost margins », sur Reuters,
  13. Alex Muszynski, « La Formule E devient la ABB FIA Formula E », sur franceracing.fr
  14. « ABB relents to activist shareholder and unloads Power Grids unit », sur Reuters,
  15. « ABB to sell Power Grids to Hitachi, revamp business structure », sur Reuters,
  16. John Revill, « ABB pays up to $470 m to ditch solar converter business », sur Reuters,
  17. (en) « Swiss Market Index (SMI®) Family », sur six-swiss-exchange.com, (consulté le 12 novembre 2017)
  18. (en) « ABB, ABB Ltd, (ISIN CH0012221716) », sur www.nasdaqomxnordic.com, (consulté le 12 novembre 2017)
  19. Zone Bourse, « ABB : Actionnaires Dirigeants », sur www.zonebourse.com (consulté le 31 octobre 2019)
  20. « Corruption: ABB se rachète une conduite aux USA », sur rts.ch, (consulté le 8 octobre 2019)
(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « ABB Group » (voir la liste des auteurs).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]