Zofingue (société d'étudiants)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Zofingue (homonymie).
Blason de Zofingue.

Zofingue (Zofingia en allemand) est le nom de l'une des plus anciennes sociétés d'étudiants de Suisse[1]. Fondée à Zofingue en 1819 par des étudiants bernois et zurichois, son but initial était de promouvoir la création d'un État fédéral suisse, en rétablissant les libertés que le Pacte fédéral de 1815 avait supprimés[2]. Rapidement, des étudiants de toute la Suisse se sont joints à cette démarche. Ce but a été atteint avec la Constitution fédérale de 1848.

L'association organise régulièrement des stamms (réunions) dans ses sections locales, la plupart du temps à la « Blanche », nom donné au local utilisé pour les réunions.

Elle compte environ 450 membres actifs et 2 600 Vieux-Zofingiens[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dès 1820, plusieurs étudiants, dont Louis Vulliemin, fondent une section vaudoise, ouvrant la société à la francophonie. La Section vaudoise de Zofingue organise en particulier chaque année une théâtrale et décerne, tous les trois ans, le Prix littéraire Eugène-Rambert.

Aujourd'hui, la Société des étudiants de Zofingue a pour but de ménager ce fédéralisme en jetant des ponts entre étudiants de toute la Suisse. Elle compte près de quatre cents membres actifs auxquels on ajoute les trois mille anciens regroupés sous la bannière de la Société suisse des Vieux-Zofingiens. Il existe neuf sections universitaires à Bâle, Berne, Genève, Fribourg, Lausanne, Lucerne, Neuchâtel, Saint-Gall, Zurich, et cinq sections gymnasiales à Aarau-Olten, Bâle, Lucerne, Saint-Gall et Zofingen[4]. À ses débuts la société s'est fortement inspirée des burschenschaft allemands desquels elle reprends nombre de principe et traditions.

La société reste réservée aux hommes[5].

Organisation et caractéristiques[modifier | modifier le code]

Zirkel de Zofingue.

Le sigle (Zirkel) de la Société suisse des étudiants de Zofingue est un mélange caligraphique de quatre lettres, V, C, F et T, signifiant « Vivat Crescat Floreat Tobinia ! » (« que vive, croisse et fleurisse Zofingue ! »)

La devise de la société suisse des étudiants de Zofingue est : « Patriae, Amicitiae, Litteris » (« À la Patrie, à l'Amitié, à la Science »). Ses couleurs (de) sont le rouge-blanc-rouge.

Chaque année, les différentes sections se réunissent lors de la fête centrale à Zofingue, placée sous le signe de la fraternité et de la convivialité.

Sections[modifier | modifier le code]

La Théâtrale[modifier | modifier le code]

La section vaudoise a pour coutume de monter une revue satirique annuelle sous forme de prologue. Cette « Théâtrale » a pour habitude de passer en revue l'actualité cantonale, nationale et internationale. D'autres sections, notamment les genevoises et neuchâteloises, se produisent parfois sur scène, mais ce de façon nettement moins régulière.

Le Zofingerconzärtli[modifier | modifier le code]

La section bâloise monte également une revue satirique tous les ans, le Zofingerconzärtli. Il a lieu deux semaines avant le carnaval de Bâle, se compose d'un pièce de théâtre caricaturant les évènements en priorité locaux de l'année précédente, d'un récital de piano et du petit concert d'une "clique" (groupe de fifres et tambours typique du carnaval de Bâle). Le Zofingerconzärtli est une représentation s'inscrivant dans la tradition des Vorfasnachtsveranstaltung de Bâle, des revues satiriques plus ou moins professionnelles. C'est aussi la plus ancienne d'entre elles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Société suisse de Zofingue » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.
  2. Marco Di Corcia et Maxime Mellina, « Zofingue, histoire et fonctionnement », sur UNIL, (consulté le 16 décembre 2017)
  3. Francois Héritier, « Société d'étudiants de Zofingue », sur students.ch, (consulté le 16 décembre 2017)
  4. « L’histoire de Zofingue », sur Vieux-Zofingiens (consulté le 16 décembre 2017)
  5. Pauline Cancela, « Zofingue et Venusia tiennent à la tradition de la non-mixité », Le Courrier,‎ (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]