Exposition universelle de 1876

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
EXPO Philadelphie 1876
Memorial Hall
Memorial Hall
Général
Type-BIE Universelle
Categorie Expo historique
Nom Centennial Exposition
Thème 100 ans Etats Unies
Bâtiment Memorial Hall
Surface 115 hectares
Inventions Thonetchair, Machine à écrire, Machine à coudre, Telephone
Fréquentation 9.910.966 visiteurs
Participant(s)
Pays 35
Localisation
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Ville Philadelphie
Site Fairmount Park
Coordonnées 39° 59′ 09.8″ N 75° 12′ 22.8″ O / 39.986056, -75.206333 ()
Chronologie
Candidature Decembre 1866
Attribution Janvier 1870
Date d'ouverture
Date de clôture
Éditions Universelles
Précédente Exposition universelle de 1873 , Vienne
Suivante Exposition universelle de 1878 , Paris

L'exposition universelle de 1876, officiellement Centennial Exhibition of Arts, Manufactures and Products of the soil and mine ou Centennial International Exhibition (littéralement « Exposition internationale du centenaire ») fut la première exposition universelle organisée aux États-Unis. Elle est organisée à Philadelphie à l'occasion du centenaire de la déclaration d'indépendance des États-Unis d'Amérique qui a été signée dans cette même ville le 4 juillet 1776. Le nom complet de l'exposition est International Exhibition of Arts, Manufactures and Products of the Soil and Mine, ce qui signifie « Exposition internationale d'art, de confection, et des produits du sol et de la mine ». L'événement est organisé dans le Fairmount Park, le long de la Schuylkill River sur un total de 34 hectares[1].

Carte des lieux de l'Exposition.

L'exposition est globalement un succès étant donné que 9 789 392 personnes[2] l'ont visitée, c'est-à-dire 20 % de la population des États-Unis à l'époque (cependant, certains visiteurs sont venus plusieurs fois). Elle coute quelque 7 millions de dollars, soit 35 millions de francs de l'époque[2].

l'ingénieur Armand Moisant (qui s'était déjà illustré dans la construction métallique du Moulin de la Chocolaterie Menier à Noisiel et du Bon Marché à Paris) construisit le Pavillon de la France, pavillon qui serra réédifié à Paris à l'exposition de 1878. C'est à l'occasion de cette exposition que la torche de la statue de la Liberté est pour la première fois présentée au public.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Robert Belot, Daniel Bermond, Bartholdi, Paris, Perrin, 2004, p. 301
  2. a et b Robert Belot, Daniel Bermond, Bartholdi, Paris, Perrin, 2004, p. 301