Dominique Manotti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dominique Manotti
Description de cette image, également commentée ci-après

Dominique Manotti en 2006

Naissance (73 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Œuvres principales

Dominique Manotti, née en à Paris, où elle a toujours vécu, est une écrivaine française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Agrégée d'histoire, spécialiste de l'histoire économique du XIXe siècle, elle enseigne d'abord cette discipline en lycée. Après 1968, elle rejoint l'Université, au Centre expérimental de Vincennes, puis en tant que maître de conférences à Paris-VIII Saint-Denis.

Auteure tardive, militante politique depuis la fin des années 1950, notamment à l'Union des étudiants communistes, et syndicaliste à la CFDT jusqu'au milieu des années 1980[1], elle applique les outils de la recherche historique à l'écriture de romans noirs à forte connotation économico-politique et sociale.

Son premier roman, Sombre Sentier, publié en 1995, a pour toile de fond une grève de travailleurs clandestins turcs dans le Sentier, à laquelle elle avait participé en 1980. C'est dans ce roman qu'elle crée le personnage de l'inspecteur Théodore Daquin, flic homosexuel, qui sera également le héros des deux romans suivants.

Chroniques politiques des années 1980, ses premiers romans traitent de la spéculation immobilière (À nos chevaux), des implications politiques et économiques dans le monde du football (KOP), de la corruption et du commerce des armes (Nos fantastiques années fric).

Toujours inscrits dans leur contexte politique et social, ses romans suivants changent d'époque. Le corps noir met en scène la Gestapo française en 1944, pendant l'Occupation. Lorraine connection a pour cadre les affrontements entre Alcatel et l'alliance Groupe Lagardère-Daewoo pour la reprise du groupe Thomson à la fin des années 1990.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Printemps 1972 (1998), dans le magazine Caïn Hors-Série no 3, Éditions La Loupiote
  • La Blanche (2000), dans le recueil collectif Tanger, Eden Publications, collection Eden noir no 6 (ISBN 2-913245-17-X)
  • Garde-à-vue, mon amour (2000), dans le recueil collectif Les Sept Familles du polar, Baleine (ISBN 2-84219-305-9)
  • Carnet rose (2004) dans le recueil collectif 36 nouvelles noires pour l'Humanité (ISBN 2-915286-24-8)

Adaptation cinématographique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir notamment « Dominique Manotti : du militantisme à l’écriture tout en parlant de politique », Entretien réalisé par Franck Frommer et Marco Oberti, Mouvements, La Découverte, no15-16 2001/3, p. 41 à 47 [1]

Liens externes[modifier | modifier le code]