Alexandra Schwartzbrod

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Alexandra Schwartzbrod
Description de l'image Defaut.svg.
Naissance (58 ans)
Nancy, Drapeau de la France France
Activité principale
Journaliste, essayiste, romancière
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Œuvres principales

  • Balagan
  • Adieu Jérusalem

Alexandra Schwartzbrod, née le 24 février 1960 à Nancy, est une journaliste, essayiste et auteur français de roman policier.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issue d'une famille juive, elle est diplômée de l'École supérieure d'interprètes et de traducteurs (ESIT) en 1982, elle s'oriente vers le journalisme. Elle est notamment journaliste aux Échos de 1989 à 1994 avant de rejoindre le journal Libération en 1994, pour lequel elle a été correspondante à Jérusalem de 2000 à 2003[1]. Commentant la politique intérieure israélienne, elle dénonce le « mépris avec lequel les Palestiniens sont traités. »[2].

Elle est directrice adjointe de la rédaction de Libération[3].

Parallèlement à ses activités journalistiques, elle écrit des essais et des romans dont deux ont été primés : Balagan, qui a reçu le Prix SNCF du polar en 2003, et Adieu Jérusalem, Grand prix de littérature policière en 2010.

Prises de position[modifier | modifier le code]

En 2013, commentant les manifestations faisant suite au vote de la loi concernant le mariage homosexuel, elle avance que les opposants à cette loi « ceux qui se disent encore anti-mariage pour tous se positionnent d’abord comme anti-républicains, refusant obstinément de reconnaître la loi votée »[4].

En 2015, afin de lutter contre l'immigration clandestine, elle propose dans Libération d'ouvrir « nos portes aux migrants », « en organisant intelligemment et humainement l’arrivée de réfugiés souvent qualifiés »[5].

Principales publications[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

  • Dassault, le dernier round, 1991, Olivier Orban
  • Le Président qui n'aimait pas la guerre - Dans les coulisses du pouvoir, 1995, Plon
  • L'Acrobate - Jean-Luc Lagardère ou les armes du pouvoir, 1998, Seuil
  • Jérusalem, 2008, Tertium Éditions

Romans[modifier | modifier le code]

  • Koutchouk, 2000, Denoël
  • Balagan, 2003, Stock
  • Petite Mort, 2005, Stock
  • La Cuve du Diable, 2007, Stock
  • Adieu Jérusalem, 2010, Stock
  • Le Songe d'Ariel, 2012, Gallimard

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Biographie sur le site k-libre.
  2. Alexandra Schwartzbrod : Le songe d'Ariel, entretien, cclj.be, 1 février 2012
  3. Libération : les salariés font front, lesinrocks.com, 10 février 2014
  4. Egarés, Alexandra Schwartzbrod, Libération.fr, 9 août 2013
  5. Permis, liberation.fr, 21 avril 2015

Liens externes[modifier | modifier le code]