Jacques Syreigeol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jacques Syreigeol
Naissance
Oran, Algérie
Décès (à 56 ans)
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Jacques Syreigeol, né le à Oran en Algérie[1] et mort le à La Roche-sur-Yon en France[1], est un écrivain français de roman noir.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fait des études de médecine, psychologie et une spécialisation en psychiatrie. Lors de leur création, il travaille dans les instituts médicaux éducatifs. En 1979, il se spécialise en acupuncture et prend la direction de l'école européenne d'acupuncture.

Il commence à écrire en 1985 et, après une rencontre avec Jean-Bernard Pouy, il propose son premier roman, Vendetta en Vendée, à la Série noire qui le publie en 1990.

Dans ce roman, Marc Martin habite en Vendée avec sa famille. Après avoir pris une jeune fille en stop, il est accusé de viol. S'il arrive à démontrer son innocence après plusieurs semaines de prison, sa famille en a profité pour dilapider tous ses biens. Dès lors, il ne pense qu'à se venger. Son deuxième roman, Une mort dans le djebel obtient le prix Mystère de la Critique en 1991. Dans son troisième et dernier roman noir, Miracle en Vendée, on retrouve des protagonistes des deux premiers.

Selon Claude Mesplède, « Jacques Syreigeol débutait une œuvre à la tonalité singulière, interrompue par sa disparition prématurée »[2]. Il décède brutalement en mars 1992 des suites d'une opération chirurgicale.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Vendetta en Vendée, Série noire no 2220, 1990
  • Une mort dans le djebel, Série noire no 2242, 1990
  • Miracle en Vendée, Série noire no 2260, 1991
  • Boire et manger, Souris no 54, 1992

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Jacques Paul Denis Syreigeol », sur Les Fleurs de L'Orient (consulté le 22 mars 2014).
  2. Dictionnaire des littératures policières, vol. 2, 1re éd., p. 735

Liens externes[modifier | modifier le code]