Besain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Besain
Besain
Mairie de Besain.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Lons-le-Saunier
Canton Poligny
Intercommunalité Communauté de communes Arbois, Poligny, Salins, Cœur du Jura
Maire
Mandat
René Guineret
2014-2020
Code postal 39800
Code commune 39050
Démographie
Gentilé Béseniers
Population
municipale
162 hab. (2016 en augmentation de 5,88 % par rapport à 2011)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 47′ 11″ nord, 5° 47′ 41″ est
Altitude Min. 514 m
Max. 640 m
Superficie 12,84 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Jura

Voir sur la carte administrative du Département du Jura
City locator 14.svg
Besain

Géolocalisation sur la carte : Jura

Voir sur la carte topographique du Département du Jura
City locator 14.svg
Besain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Besain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Besain

Besain est une commune française située dans le département du Jura, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune du Jura située sur le premier plateau, Besain se situe entre Poligny et Champagnole.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Molain Rose des vents
Poligny N Montrond
Crotenay
O    Besain    E
S
Picarreau

Histoire[modifier | modifier le code]

Stèle commémorative du 3 août 1944.

5 hommes des Forces françaises de l'intérieur ont été fusillés par l'armée allemande à quelques centaines de mètres du village le 3 août 1944 (Stèle commémorative de Besain) :

  • Auguet Michel (capitaine), né à Saïda, mort pour la France à 33 ans ;
  • Deroussin Henri (soldat), né à Pierre de-Bresse (Saône-et-Loire), mort pour la France à 19 ans ;
  • Giraudo Georges (sergent), né à Chamblanc (Côte d'or), mort pour la France à 21 ans ;
  • Guéraud Louis (sergent), né à Longwy-sur-le-Doubs (Jura), mort pour la France à 26 ans ;
  • Perrin André (soldat), né à Bondy (Seine), mort pour la France à 18 ans.

C'est en 1972 sous l'impulsion du maire de l'époque, Raymond Nicod, que la commune se dote d'un lac artificiel. Une zone humide avec un sous-sol argileux (marne) d'une dizaine de mètres et des sources se trouvaient à cet endroit. Le coût élevé de cette réalisation a prêté à polémique.

Depuis sa création, chaque année, le comité des fêtes du village organise la « fête du lac », le 3e dimanche de juillet, qui réunit de nombreuses personnes autour d'un repas champêtre midi et soir, d'activités diverses et d'un feu d'artifice en clôture.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Jean-Baptiste Cottez    
    Ernest Nicod    
    Alfred Debrand    
  1959 Émile Degouhant PCF  
1959 1971 Paul Poux    
1971 1983 Raymond Nicod    
1983 1989 Jean Gagneur    
1989 1995 Jean-Jacques Pernot    
1995 2008 Pascal Lagalice    
avril 2008 mars 2014 Jean-Claude Girardot[1]    
avril 2014 En cours René Guineret DVD Retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3].

En 2016, la commune comptait 162 habitants[Note 1], en augmentation de 5,88 % par rapport à 2011 (Jura : -0,3 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
346425478481421401426485413
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
367337326334314341297301313
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
298294256223255226239196190
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
191163146134146180170153162
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Cette petite bourgade du premier plateau jurassien comprend :

  • un artisan menuisier ébéniste ;
  • trois fermes dont l'activité centrale est la production laitière destinée à faire du comté ;
  • une boulangerie-pâtisserie spécialisée dans le chocolat et la conception de pièce montée originale ;
  • une carrière de pierres, dont l'exploitation sert entre autres à faire des gabions.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Jean-Baptiste ;
  • Fontaines ;
  • Grottes, sur le sentier karstique ;
  • Lac artificiel (7 ha), au pied de la côte de l'Heute, mis en eau en 1972 ;
  • Stèle commémorative aux martyrs locaux de la Résistance.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]