Commando Kieffer (Marine nationale)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Commandos Kieffer (France libre)
image illustrant le domaine militaire
Cet article est une ébauche concernant le domaine militaire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Commando Kieffer
Insigne du commando Kieffer.
Insigne du commando Kieffer.

Branche Commandos marine
Type Force spéciale
Fait partie de FORFUSCO
Garnison Lorient
Devise Semper Primum
Anniversaire 6 Juin
Commandant capitaine de frégate Pierre Roty
Commandant historique Philippe Kieffer
L'argument marraine(valeur <nowiki>Dominique Kieffer</nowiki>) n'existe pas dans le modèle appelé

Le commando Kieffer est le sixième commando marine (FORFUSCO) créé au sein de la Marine nationale française, en 2008 ; de plus il appartient aux forces spéciales. Il porte le nom du capitaine de corvette Kieffer, qui, pendant la Seconde Guerre mondiale, a formé et dirigé le 1er Bataillon de Fusiliers Marins Commandos, 177 commandos marine de la France libre qui ont participé au débarquement allié en Normandie le .

Création[modifier | modifier le code]

La création du commando Kieffer a été pronnoncée le par le président Nicolas Sarkozy lors des cérémonies commémorant la victoire du , exceptionnellement décentralisées sur la plage de Ouistreham, précisément là où les commandos Kieffer de la France libre avaient débarqué le . À cette occasion, le président de la République a remis symboliquement le fanion du nouveau commando au contre-amiral Marin Gillier[1].

Rôle[modifier | modifier le code]

À sa formation en 2008, le commando Kieffer comportait moins de 30 hommes, en 2014 l'effectif supposé est de 70 hommes. Le commando Kieffer aurait deux rôles: celui d'assurer le commandement pour les opérations spéciales maritimes (structure de SOTG déployable) et de fournir des compétences technologiques ou à forte valeur ajoutée. Pour cela il dispose de Sections d'Appuis Spécialisés comprenant notamment des maîtres-chiens pour la recherche d’explosifs improvisés ou la cynotechnie offensive, des spécialistes du renseignement humain, d'experts dans la mise en œuvre de drones, de la guerre électronique et cyber, du déminage ou du combat en environnement NRBC (nucléaire, radiologique, bactériologique et chimique)[2]. Il est basé à Lorient[1]. À la différence des autres unités, le commando Kieffer recrute et sélectionne certains de ces spécialistes dans la Marine Nationale ou dans les armées puis les forme pour en faire des opérateurs "Forces Spéciales".

Historique de l’appellation[modifier | modifier le code]

Originellement, ce qui est communément désigné par les « commando Kieffer » est une unité spéciale créée pendant la Seconde Guerre mondiale par Philippe Kieffer.

Banquier avant la guerre, celui-ci décide de s'engager auprès des Forces navales françaises libres (FNFL). Il rejoint l'Angleterre, où il sert comme officier de liaison grâce à ses compétences linguistiques. Il est fasciné par les exploits des commandos marine britanniques face à l'Allemagne nazie,notamment les raids en Norvège. Son idée de créer une unité commando Française cadre avec le projet de Churchill de former des étrangers aux techniques commando pour former une unité interalliés en vue des opérations en Europe et au Moyen Orient. Le général de Gaulle donne son accord pour confier le commandement de cette unité à Philippe Kieffer. Kieffer est alors promu officier, au grade d’enseigne de vaisseau, et effectue avec une poignée de volontaire (27) le redouté stage commando du camp d'entrainement britannique d'Arnachary en Écosse[3]. Le groupe sera suivi de nombreux autres volontaires de toutes spécialités de la marine et de l'armée de terre jusqu'à constituer 2 Troop (commandos) d'assaut et 1/2 Troop d'appui (K-Gun) au sein du N°10 Commando. Ils effectueront le débarquement du D-Day (Ouistreham, SWORD) et la campagne de Hollande rattachés au N°4 Commando britannique.

Autres commandos[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

  • Commando Jaubert Assaut terrestre et maritime, contre terrorisme et libération d'otages
  • Commando Trépel Assaut terrestre et maritime, contre terrorisme et libération d'otages
  • Commando de Penfentenyo Assaut terrestre et maritime, Renseignement Humain et Tir d'Elite Longue Distance (ESNO)
  • Commando de Montfort, Assaut terrestre et maritime, Renseignement Humain et Tir d'Elite Longue Distance (ESNO)
  • Commando Hubert Contre terrorisme et libération d'otages, ESNO, action subaquatique
  • Commando Ponchardier Mobilité terrestre, maritime et aérienne

À l'étranger[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b , qui commandait la FORFUSCO [1] "Marine. Sarkozy réactive le « commando Kieffer »", Le Télégramme, 9 mai 2008.
  2. "À l'occasion du 8 mai, Sarkozy annonce le nouveau commando Kieffer", Le Point.com, 8 mai 2008.
  3. Le commando Kieffer - Site officiel de la marine nationale.

Liens externes[modifier | modifier le code]