Shandong

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Péninsule du Shandong

36° 24′ N 118° 24′ E / 36.4, 118.4 ()

Shandong
Carte indiquant la localisation du Shandong (en rouge) à l'intérieur de la Chine
Carte indiquant la localisation du Shandong (en rouge) à l'intérieur de la Chine
Administration
Pays Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Autres noms 山东 / 山東, shāndōng
Abréviation ,
Statut politique Province
Capitale Jinan
Démographie
Population 95 793 065 hab. (2010)
Densité 611 hab./km2
Rang 2e
Nationalités Hans (99,3 %)
Hui (0,6 %)
Géographie
Superficie 156 700 km2
Rang 20e
Économie
PIB (2012) 5 000 000  (2e)
PIB/hab. 52 196 Ұ (8e)

Le Shandong (chinois simplifié : 山东 ; chinois traditionnel : 山東 ; pinyin : Shāndōng ; littéralement : « à l'est de la montagne ») est une province de l'est de la Chine, sur la mer Jaune et la mer de Bohai. Avec plus de 95 millions d'habitants[1], c'est l'une des provinces les plus peuplées du pays. Bien que situé au sud de Pékin, on considère que le Shandong fait partie de la Chine du Nord. Son chef-lieu est Jinan (pinyin : Jǐ'nán). La partie est de la province, la péninsule du Shandong où se trouve la ville de Qingdao, bénéficie d'importants investissements étrangers. C'est dans le Shandong, alors nommé pays de Lu, que vécut et mourut Confucius Confucius (551-479 av-JC).

Situation[modifier | modifier le code]

Bordée par la mer de Bohai au nord et la mer Jaune (chinois : 黄海 ; pinyin : Huáng hǎi) à l'est, elle est située à l'est du mont Tàihángshān (chinois : 太行山 ). Le Shāndōng est la partie la plus ouverte à la mer de la Chine du Nord. Ainsi les habitants entretiennent plus de points de contact avec les habitants de la côte orientale et méridionale que leurs voisins de Pékin ou de la province du Hénán. C'est une région à forte tradition maritime, où la pêche et les activités portuaires se sont beaucoup développées.

Géographie[modifier | modifier le code]

La province du Shāndōng, peuplée en grande majorité de Hans, est principalement une région de plaines sur les littoraux, dans la vallée du fleuve Jaune (pinyin : Huáng hé) et au nord du Shāndōng, avec un grand promontoire montagneux qui plonge dans la mer Jaune. Le fleuve Jaune s'y jette dans la mer. Le littoral du Shāndōng, véritable porte d'échanges commerciaux a subi les effets de la pénétration occidentale et on constate très tôt l'influence japonaise et coréenne.

Sa partie occidentale appartient à la grande plaine du Nord ; c'est une zone rurale peu développée où le coton est la culture principale. Au centre, il s'agit de roches anciennes en majorité granitiques, aux versants abruptes, constituant un relief de collines moyennes et de moyennes montagnes avec le mont Tàishān (chinois : 泰山 ) qui culmine à 1545 m.

La plaine côtière est le centre économique de la province. Il s'agit de la Zone économique ouverte créée en 1988, structurée autour de 5 villes :

D'autres villes moyennes importantes de la province, située d'avantage sur la partie continentale sont :

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1897, Qīngdǎo passa sous contrôle allemand. Malgré la présence britannique à Wēihǎi, l'influence allemande fut prédominante jusqu'à la Première Guerre mondiale. Après la guerre, le Japon bénéficia pendant quelques années de concessions allemandes qui revinrent à la Chine en 1922. La présence allemande explique l'importance de la brasserie de Qīngdǎo (bière Tsingtao, la plus vendue au monde, ayant la particularité de contenir du riz), le vin blanc dit Tsing-Tao et l'architecture bavaroise.

À compter de 1938, la province fit l'objet d'une invasion de l'armée impériale japonaise dans le cadre de l'expansion de l'Empire Shōwa. Le général Yasuji Okamura y mit en branle la Politique des Trois Tout (三光作戦, Sankō Sakusen?, « tue tout, brûle tout, pille tout »), une stratégie de la terre brûlée, en 1942.

Dans son ouvrage Chine : L'archipel oublié, le sinologue Jean-Luc Domenach indique que pendant le Grand Bond en avant, l'archipel a plus souffert de la famine que le reste de la Chine, plusieurs cas d'anthropophagie sont signalés y compris dans celui de Linyi de Shandong[2].

Villes[modifier | modifier le code]

Ville Population 2006
1. Zibo 淄博 2 754 147
2. Jinan 济南 2 109 987
3. Qingdao (Tsingtao) 青岛 1 668 503
4. Tai'an 泰安 787 315
5. Yantai 烟台 740 249
6. Jining 济宁 465 418
7. Weifang 潍坊 401 943
8. Dezhou 德州 397 036
9. Dongying 东营 309 612
10. Linyi 临沂 272 422
11. Heze (Caozhou) 荷泽 256 350
12. Rizhao 日照 248 385
13. Liaocheng 聊城 229 117
14. Xintai 新泰 224 104

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le Shandong a une forte identité historique : il a fait partie des États de Lu et de Qi, c'est le territoire du confucianisme et de Confucius lui-même. Sa population a la réputation d'être droite, simple et conservatrice, c'est-à-dire en accord avec les principes confucéens. Aujourd'hui le confucianisme a une grande importance touristique chinoise qui est mise en valeur avec le Qufu, ville natale de Confucius et le mont Tàishān, une des cinq montagnes sacrées taoïste et haut lieu du taoïsme.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Jiaozi souvent appelés en français raviolis pékinois, mais qui sont répandus dans différentes provinces du nord-est de la Chine. Chaque province a sa façon de les préparer.

Dao Mian : les pâtes au couteau. À partir d'un pâton, le cuisinier détache vivement des copeaux de pâte qui tombent directement dans l'eau bouillante. Une fois cuits, ils sont sautés dans un wok avec la garniture.

À voir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.geohive.com/cntry/cn-37.aspx
  2. Jean-Luc Domenach, Chine : L'archipel oublié page 240 et 241, « des cas d'anthropophagies sont mentionnés. Au camp de Qiujin, un détenu chinois surnommé « le vautour » tue un enfant de 8 ans et le mange. Dans celui de Linyi (Shandong) un prisonnier rendu fou par la faim déterre les cadavres pour les dévorer... »

Liens externes[modifier | modifier le code]