Shandong

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Shandong
Shandong
Carte indiquant la localisation du Shandong (en rouge) à l'intérieur de la Chine.
Administration
Pays Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Autres noms 山东省 / 山東省, Shāndōng shěng
Abréviation ,
Statut politique Province
Capitale Jinan
Secrétaire du parti Liu Jiayi (en)
Gouverneur Li Ganjie (en)
Démographie
Population 100 060 000 hab. (2017)
Densité 639 hab./km2
Rang 2e
Groupes ethniques Hans (99,3 %)
Hui (0,6 %)
Géographie
Superficie 156 700 km2
Rang 20e
Économie
PIB (2012) 5 000 000  (2e)
PIB/hab. 49 970 Ұ (8e)

Le Shandong (chinois simplifié : 山东省 ; chinois traditionnel : 山東省 ; pinyin : Shāndōng shěng ; litt. « à l'est de la montagne ») est une province de l'est de la Chine, sur la mer Jaune et le golfe de Bohai. Avec plus de 100 millions d'habitants[1], c'est l'une des provinces les plus peuplées du pays. Bien que situé au sud de Pékin, on considère que le Shandong fait partie de la Chine du Nord. Son chef-lieu est Jinan (pinyin : Jǐ'nán). La partie est de la province, la péninsule du Shandong où se trouve la ville de Qingdao, bénéficie d'importants investissements étrangers. C'est dans le Shandong, alors nommé pays de Lu, que vécut et mourut Confucius (551-479 av. J.-C.).

Situation[modifier | modifier le code]

Bordée par la mer de Bohai au nord et la mer Jaune (chinois : 黄海 ; pinyin : Huáng hǎi) à l'est, elle est située à l'est du mont Tàihángshān (chinois : 太行山). Le Shāndōng est la partie la plus ouverte à la mer de la Chine du Nord. Ainsi les habitants entretiennent plus de points de contact avec les habitants de la côte orientale et méridionale que leurs voisins de Pékin ou de la province du Hénán. C'est une région à forte tradition maritime, où la pêche et les activités portuaires se sont beaucoup développées.

Géographie[modifier | modifier le code]

La province du Shāndōng, peuplée en grande majorité de Hans, est principalement une région de plaines sur les littoraux, dans la vallée du fleuve Jaune (pinyin : Huáng hé) et au nord du Shāndōng, avec un grand promontoire montagneux qui plonge dans la mer Jaune. Le fleuve Jaune s'y jette dans la mer. Le littoral du Shāndōng, véritable porte d'échanges commerciaux a subi les effets de la pénétration occidentale et on constate très tôt l'influence japonaise et coréenne.

Sa partie occidentale appartient à la grande plaine du Nord ; c'est une zone rurale peu développée où le coton est la culture principale. Au centre, il s'agit de roches anciennes en majorité granitiques, aux versants abruptes, constituant un relief de collines moyennes et de moyennes montagnes avec le mont Tàishān (chinois : 泰山) qui culmine à 1545 m.

La plaine côtière est le centre économique de la province. Il s'agit de la Zone économique ouverte créée en 1988, structurée autour de 5 villes :

D'autres villes moyennes importantes de la province, située davantage sur la partie continentale sont :

Histoire[modifier | modifier le code]

Le mont Tai. Haut lieu de dévotion sous la dynastie Han, cette montagne taoïste héberge temples et sanctuaires.

La dynastie Qin a conquis le Qi et fondé le premier État chinois centralisé en 221 av. La dynastie Han qui a suivi a créé un certain nombre de commanderies supervisées par deux régions (部) dans le Shandong actuel: Qingzhou (青州) au nord et Yanzhou (州) au sud. Après la chute de la dynastie Han, la Chine a été divisée en Trois Royaumes. Le Shandong appartenait aux Cao-Wei, qui régnaient sur le nord de la Chine.

La province moderne du Shandong a été créée par la dynastie Ming, où elle possédait un territoire plus vaste comprenant la partie agricole du Liaoning. Après la transition des Ming aux Qing en 1644, le Shandong acquiert (plus ou moins) ses frontières actuelles.

Shandong au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Au cours du XIXe siècle, la Chine est de plus en plus exposée à l'influence occidentale et le Shandong, province côtière, est particulièrement touchée.

En 1897, le comptoir de Kiautschou passe sous contrôle des Allemands qui y fondent la ville de Qīngdǎo. En raison de la pression étrangère de l'Empire russe, qui avait annexé la Mandchourie extérieure en 1860, la dynastie Qing encouragea l'installation de populations du Shandong dans ce qui restait du nord-est de la Chine.

Le Shandong a été l'un des premiers endroits où la révolte des Boxers a commencé et est devenue l'un des centres du soulèvement. En 1899, le général Qing Yuan Shikai est nommé gouverneur de la province pour réprimer le soulèvement. Il occupe le poste pendant trois ans.

Malgré la présence britannique à Wēihǎi, l'influence allemande fut prédominante jusqu'à la Première Guerre mondiale. Après la guerre, le Japon bénéficia pendant quelques années de concessions allemandes qui revinrent à la Chine en 1922. La présence allemande explique l'importance de la brasserie de Qīngdǎo (bière Tsingtao, la plus vendue au monde, ayant la particularité de contenir du riz), le vin blanc dit Tsing-Tao et l'architecture bavaroise.

Shandong pendant la seconde guerre sino-japonaise (1931-1945)[modifier | modifier le code]

À compter de 1938, la province est envahie par l'armée impériale japonaise dans le cadre de l'expansion de l'Empire Shōwa, la résistance se poursuivant dans les campagnes. Le général Yasuji Okamura y mit en branle la Politique des Trois Tout (三光作戦, Sankō Sakusen?, « tue tout, brûle tout, pille tout »), une stratégie de la terre brûlée, en 1942. Cette politique dure jusqu'à la capitulation du Japon en 1945, tuant des millions de personnes dans le Shandong et le nord de la Chine.

Sous le communisme[modifier | modifier le code]

En 1945, les forces communistes détiennent déjà certaines parties du Shandong. Au cours des quatre années suivantes de la guerre civile chinoise, ils élargissent leurs possessions, chassant finalement le Kuomintang (gouvernement de la République de Chine) du Shandong en juin 1949. La République populaire de Chine est fondée en octobre de la même année.

Dans son ouvrage Chine : L'archipel oublié, le sinologue Jean-Luc Domenach indique que pendant le Grand Bond en avant, l'archipel a plus souffert de la famine que le reste de la Chine, plusieurs cas d'anthropophagie sont signalés y compris dans celui de Linyi de Shandong[2]. Environ six millions de personnes sont mortes de faim dans le Shandong pendant la grande famine en Chine[3].

Depuis la conversion au « socialisme de marché »[modifier | modifier le code]

Ces dernières années, le Shandong, en particulier l'est du Shandong, a connu un développement économique important, devenant l'une des provinces les plus riches de la République populaire de Chine.

Divisions administratives[modifier | modifier le code]

La province de Shandong est subdivisée en 16 villes-préfectures dont deux villes provinciales (Jinan et Qingdao). Ces villes préfectures sont elles-mêmes découpées en 137 subdivisions dont 55 districts , 26 Xians et 56 villes-district. Au troisième niveau on trouve 1941 subdivisions de niveau canton dont 1223 bourgs, 293 cantons, 2 cantons ethniques et 423 sous-districts.

Divisions administratives du Shandong
Shandong prfc map.png

District Xian

N° sur
la carte
Ville-préfecture Superficie en km2[4] Population 2010[5] Siège Subdivisions[6]
Districts Xians villes-district
1 Jinan 10 247,01 km² 8 112 513 District de Lixia 10 2
2 Qingdao 11 175,30 km² 8 715 087 District de Shinan 7 3
8 Zibo 5965,17 4 530 597 District de Zhangdian 5 3
16 Zaozhuang 4 563,22 km² 3 729 140 District de Xuecheng 5 1
5 Dongying 7 923,26 km² 2 035 338 District de Dongying 3 2
15 Yantai 13 746,47 km² 6 968 202 District de Laishan 4 1 7
13 Weifang 16 143,14 km² 9 086 241 District de Kuiwen 4 2 6
7 Jining 11 186,98 km² 8 081 905 District de Rencheng 2 7 2
12 Tai'an 7 761,83 km² 5 494 207 District de Taishan 2 2 2
14 Weihai 5 796,98 km² 2 804 771 District de Huancui 2 2
11 Rizhao 5 347,99 km² 2 801 013 District de Donggang 2 2
10 Linyi 17 191,21 km² 10 039 440 District de Lanshan 3 9
4 Dezhou 10 356,32 km² 5 568 235 District de Decheng 2 7 2
9 Liaocheng 8 714,57 km² 5 789 863 District de Dongchangfu 2 5 1
3 Binzhou 9 444,65 km² 3 748 474 District de Bincheng 2 4 1
6 Heze 12 193,85 km² 8 287 693 District de Mudan 2 7
  Ensemble de la province 157 100 km² 95 792 719 Jinan 57 53 27
  • Ville sous-provinciale
  • Villes[modifier | modifier le code]

    Weicheng, Weifang, Shandong, China - panoramio (80).jpg
    Agglomérations de plus de 500 000 habitants (2018)[7].
    Agglomération Désignation en chinois Population de l'agglomération
    millions (2017)
    Rang (Chine) Superficie Densité Commentaire
    Qingdao (Tsingtao) 青岛 5,915 17 1632 km² 3600
    Jinan 济南 3,99 23 305 km² 5100
    Linyi 临沂 2,715 40 907 km² 3000
    Zibo 淄博 2,67 41 829 km² 3200
    Yantai 烟台 2,385 45 583 km² 4100
    Weifang 潍坊 1,82 56 414 km² 4400
    Zhucheng 1,205 220 km² 5500 Rattaché à la ville-préfecture de Weifang
    Dongying 东营 1,175 240 km² 4900
    Rizhao 日照 1,06 231 km² 4600
    Jining 济宁 0,945 189 km² 5000
    Laiwu 0,935 306 km² 3100
    Tengzhou 0,91 114 km² 20700 Rattaché à la ville-préfecture de Zaozhuang
    Tai'an 泰安 0,85 101 km² 8800
    Anqiu 0,81 93 km² 8700 Rattaché à la ville-préfecture de Weifang
    Heze (Caozhou) 荷泽 0,805 210 km² 3800
    Xintai 新泰 0,795 174 km² 4600
    Binzhou 0,76 207 km² 3700
    Zhangqiu 0,72 106 km² 6800
    Gaomi 0,705 272 km² 2600
    Liaocheng 聊城 0,67 130 km² 5200
    Dezhou 德州 0,665 176 km² 9800
    Qingzhou 0,66 153 km² 4300 Rattaché à la ville-préfecture de Weifang
    Laixi 0,645 142 km² 4500 Rattaché à la ville-préfecture de Qingdao
    Laiyang 0,605 122 km² 5000 Rattaché à la ville-préfecture de Yantai
    Shougang 0,57 104 km² 5500 Rattaché à la ville-préfecture de Weifang
    Zouping 0,55 241 km² 2300 Rattaché à la ville-préfecture de Binzhou
    Feicheng 0,535 78 km² 6900 Rattaché à la ville-préfecture de Taian
    Qufu 0,525 122 km² 4300 Rattaché à la ville-préfecture de Jining
    Pingdu 0,51 119 km² 11100 Rattaché à la ville-préfecture de Qingdao
    Dongming 0,5 130 km² 3900 Rattaché à la ville-préfecture de Heze
    Linqi 0,5 197 km² 2500 Rattaché à la ville-préfecture de Weifang
    Zoucheng 0,5 104 km² 4800 Rattaché à la ville-préfecture de Jining

    Économie[modifier | modifier le code]

    Agriculture[modifier | modifier le code]

    La production de vin est importante dans la province.

    À l'heure actuelle, il existe plus de 140 établissements vinicoles dans la région, principalement répartis dans la vallée du raisin Nanwang et le long de la route touristique Yan-Peng. La région produit plus de 40 % de la production chinoise de vin de raisin. Les principaux cépages sont le cabernet sauvignon, le cabernet gernischt, le merlot, le riesling et le chardonnay.

    Tourisme[modifier | modifier le code]

    Tai Shan, Shandong, China.jpg

    Le Shandong a une forte identité historique : il a fait partie des États de Lu et de Qi, c'est le territoire du confucianisme et de Confucius lui-même. Sa population a la réputation d'être droite, simple et conservatrice, c'est-à-dire en accord avec les principes confucéens. Aujourd'hui le confucianisme a une grande importance touristique chinoise qui est mise en valeur avec Qufu, ville natale de Confucius et le mont Tàishān, une des cinq montagnes sacrées taoïste et haut lieu du taoïsme.

    Gastronomie[modifier | modifier le code]

    Jiaozi  : ils sont souvent appelés en français raviolis pékinois, mais ils sont répandus dans différentes provinces du nord-est de la Chine. Chaque province a sa façon de les préparer.

    Dao Mian : les pâtes au couteau. À partir d'un pâton, le cuisinier détache vivement des copeaux de pâte qui tombent directement dans l'eau bouillante. Une fois cuits, ils sont sautés dans un wok avec la garniture.

    À voir[modifier | modifier le code]

    Sur les autres projets Wikimedia :

    Jumelage[modifier | modifier le code]

    Le Shandong est jumelé avec la région Bretagne et les Pays de la Loire (France)[8].

    Transport[modifier | modifier le code]

    Ferroviaire[modifier | modifier le code]

    Le Shandong possède de nombreuses gares de train haute vitesse:

    (À compléter)

    Aérien[modifier | modifier le code]

    (À compléter)

    Métro[modifier | modifier le code]

    Deux villes du Shandong possèdent un réseau de métro :

    Notes et références[modifier | modifier le code]

    1. http://www.geohive.com/cntry/cn-37.aspx
    2. Jean-Luc Domenach, Chine : L'archipel oublié page 240 et 241, « des cas d'anthropophagies sont mentionnés. Au camp de Qiujin, un détenu chinois surnommé « le vautour » tue un enfant de 8 ans et le mange. Dans celui de Linyi (Shandong) un prisonnier rendu fou par la faim déterre les cadavres pour les dévorer... »
    3. (en) Gu Chang-Sheng, Awaken: Memoirs of a Chinese Historian, AuthorHouse, 2009, p.130
    4. (zh) Shenzhen Bureau of Statistics, 深圳统计年鉴2014》, China Statistics Print (lire en ligne)
    5. Census Office of the State Council of the People's Republic of China et Population and Employment Statistics Division of the National Bureau of Statistics of the People's Republic of China, 中国2010人口普查分乡、镇、街道资料, China Statistics Print,‎ , 1re éd., 937 p. (ISBN 978-7-5037-6660-2)
    6. (zh) Ministère des Affaires civiles, 中国民政统计年鉴2014, China Statistics Print,‎ (ISBN 978-7-5037-7130-9)
    7. (en) « Demographia World Urban Areas - 15th Annual Edition : 201904 »,
    8. http://www.paysdelaloire.fr/no_cache/actualites/actu-detaillee/n/shandong-chine/

    Voir aussi[modifier | modifier le code]

    Article connexe[modifier | modifier le code]

    Liens externes[modifier | modifier le code]