Cité de l'espace

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Cité de l’espace)
Aller à : navigation, rechercher
Cité de l'espace
Image illustrative de l'article Cité de l'espace

Ouverture
Pays Drapeau de la France France
Département Haute-Garonne
Commune Toulouse
Propriétaire Ville de Toulouse
Type de parc Parc à thème sur l'espace
Nombre de visiteurs 323 100[1] (2016)
Site web www.cite-espace.com
Coordonnées 43° 35′ 13″ nord, 1° 29′ 35″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Cité de l'espace

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

(Voir situation sur carte : Haute-Garonne)
Cité de l'espace

Géolocalisation sur la carte : Toulouse

(Voir situation sur carte : Toulouse)
Cité de l'espace

La Cité de l'espace est un centre de culture scientifique orienté vers l'espace et la conquête spatiale, consacré autant à l'astronomie qu'à l'astronautique. Située à Toulouse, la Cité de l'espace a été inaugurée en . Elle a été réalisée à l'initiative de la Mairie de Toulouse avec la participation de nombreux partenaires comme le Conseil régional de Midi-Pyrénées, les Ministères de l'Équipement, des Transports, de la Défense, de l'Éducation Nationale, de la Recherche et de la Technologie, du Centre national d'études spatiales (CNES), de Météo-France, d'EADS, Astrium, entre autres[2].

Près de 5 millions de visiteurs l'ont visitée en 20 ans d'existence.

La visite[modifier | modifier le code]

La Cité de l'espace permet de découvrir la réplique grandeur nature de la fusée Ariane 5 (53 mètres de haut), du vaisseau Soyouz et du satellite d'observation de la terre ERS[3]. On peut aussi visiter un modèle d'ingénierie de la station spatiale Mir avec tous ses équipements. Elle est également équipée d'une coupole d'observation, La Coupole de l'Astronome.

La Cité de l'espace est également dotée de nombreuses expositions, souvent interactives : ainsi la salle de contrôle permet de préparer le lancement d'une fusée, d'assister à son décollage, à son vol puis à la mise en orbite d'un satellite. Le Terr@dome (un demi-globe terrestre de 25 m de diamètre) présente un quiz sur la vie extrême sur notre planète. L'Astralia, ouvert en 2005, propose toute la journée des spectacles grâce à un planétarium de 280 places, doté d'un écran hémisphérique de 600 m2 et d'une salle de cinéma IMAX de 300 places qui projette un film sur l'espace en relief composé d'images et de séquences filmées dans l'espace. Pour les plus jeunes, des spectacles sont diffusés dans le Stellarium, un planétarium de 130 places. Il sert aussi à de courts spectacles généralistes, comme le film « Astronautes ».

De nombreuses animations, des expériences d'entrainement de l'astronaute à vivre et des rendez-vous avec les prévisionnistes de Météo France sont programmés chaque jour.

La Cité de l'espace possède également plusieurs salles de séminaire.

Historique[modifier | modifier le code]

  • De 1994 à 1997 : le projet est lancé par la Ville de Toulouse, qui a assuré le lancement de l'équipement au travers de la Setomip[Quoi ?]. Roger Lesgards, nommé par le Maire de Toulouse, Dominique Baudis, pour créer le projet, a choisi Jean-Noël Plachez pour Chef de projet muséologique. Le cabinet d'architecture choisi fut Cardete et Huet Architectes.
  • Juin 1997 : inauguration de la Cité de l'espace par Dominique Baudis, député maire de Toulouse, et Claudie Haigneré, marraine du parc, en présence de Jean-François Clervoy.
  • Juillet 1998 : inauguration de la station Mir grandeur réelle.
  • Septembre 2000 : le millionième visiteur est accueilli dans le parc.
  • Octobre 2000 : inauguration du Terr@dome.
  • Octobre 2002 : inauguration d'une salle d'exposition permanente consacré à Mars.
  • Juillet 2003 : accueil de la 13e étape du Tour de France (Toulouse/Ax 3 Domaines).
  • Octobre 2003 : la Cité de l'espace est officiellement labellisée « Tourisme et Handicap » pour les quatre types de déficiences (mentale, visuelle, motrice, auditive).
  • Avril 2005 : inauguration de l' « Astralia - le 6e continent », qui abrite notamment le nouveau planétarium et la salle IMAX.
  • Mai 2006 : inauguration d'un espace spécialement réservé aux enfants, la « Base des Enfants ».
  • Juillet 2007 : à l'occasion de l'anniversaire des 10 ans du parc, un week-end "portes ouvertes" est organisé. Plus de 20 000 personnes sont alors venues assister aux nombreuses animations et au feu d'artifice qui avaient été organisés.
  • Mai 2012 : organisation de la conférence annuel d'ECSITE : 1000 professionnels de 40 pays[4]
  • 2013 : acquisition d'une météorite martienne [5]
  • Avril 2014 : ouverture de La Coupole de l'Astronome[6] et des nouveaux laboratoires éducatifs
  • Juillet 2017 : ouverture du planétarium rénové [7],[8],[9]

Direction[modifier | modifier le code]

Le Directeur de la Cité de l'espace a été Jean-Michel Oberto. Il a dirigé le lancement des équipes d'exploitation entre 1995 et 1997. En juin 1997 la Cité de l'espace a été dirigée par Bernard Burel jusqu'en 2010. La conception des nouveaux projets et développements sont actuellement sous la responsabilité de la Direction des Expositions, dirigée par Marc Moutin, et la Médiation, les évènements et les nouvelles animations relèvent de la Direction des Publics, dirigée par Philippe Droneau. Bernard Reilhac, également Directeur du Marketing, fut Directeur Général par intérim, avant l'arrivée en mai 2011 de Jean Baptiste Desbois.

Quelques chiffres[modifier | modifier le code]

  • Parc de 4 hectares.
  • 4 000 m2 d'expositions.
  • 2 planétariums de 140 et 280 places, de 15 et 20 m de diamètre respectivement.
  • Investissement initial : 23 millions d'euros, financé à hauteur de 60 % par la ville de Toulouse et 40 % par d'autres partenaires publics et privés. À la suite d'investissements complémentaires le capital investi est à ce jour de 48,7 millions d'euros.
  • 107 salariés travaillent à la Cité de l'espace.

Fréquentation et financement[modifier | modifier le code]

Nombres de visiteurs annuels[N 1],[10]
Année Nombre de visiteurs
2001 321 000
2002 288 000
2003 248 000
2004 252 000
2005 279 662
2006 266 500
2008 278 000
2009 302 000
2010 268 900
2013 304 000[11]
2014 303 000[11]
2015 299 000[11]
2016 323 100[1],[11]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La Dépêche du Midi donne des chiffres de fréquentation légèrement différents : 321 000 visiteurs en 2001, 283 000 en 2002 et 246 000 en 2003. Quoi qu'il en soit, cette baisse est à l'origine de l'augmentation de la subvention de la ville de Toulouse qui passe de 1,5 million d'euros à 4,34 millions d'euros en 2004. Cette hausse des subventions doit encourager la Cité de l'espace à multiplier les événements sur le site et à se tourner vers les publics scolaires, avec pour objectif 420 000 visiteurs en 2007. Mais finalement cette hausse de subvention permet tout juste de stabiliser la baisse des visiteurs.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Fleur Olagnier, « La Cité de l'espace bât son record de fréquentation en 2016 », sur La Dépêche du Midi, (consulté le 24 février 2017)
  2. [doc] Dossier de presse du site de la Cité de l'espace, page 3
  3. [doc] Dossier de presse du site de la Cité de l'espace, page 7
  4. ECSITE
  5. « La Cité de l'espace ouvre la porte des étoiles », sur servirlepublic.fr (consulté le 1er août 2017)
  6. « La Cité de l'espace inaugure sa coupole de l'astronome », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne)
  7. « Un planétarium dernière génération pour la Cité de l'Espace », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne)
  8. « La Cité de l'Espace s'offre un nouveau Planétarium », sur Toulouse FM, (consulté le 1er août 2017)
  9. « Toulouse : pour ses 20 ans, la Cité de l'Espace s'offre l'un des plus puissants planétariums au monde », Actu Toulouse,‎ (lire en ligne)
  10. La mairie de Toulouse augmente sa subvention à la cité de l'espace pour compenser la baisse des visiteurs la dépêche du Midi, 12 février 2004
  11. a, b, c et d « À Toulouse, la Cité de l'espace a battu son record de fréquentation en 2016 », sur actu.cotetoulouse.fr (consulté le 27 janvier 2017)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]