Caféiculture au Cameroun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La production de café est très importante pour l'économie du Cameroun[1],[2],[3] La plante est cultivée à grande échelle dans le pays, avec le robusta plus répandu dans les zones côtières et de l'arabica de plus en plus répandu dans les highlands de l'ouest.[4] Les deux variétés d' arabica cultivées sont Java et de la Jamaïque dont seulement Java est résistant aux parasites tels que les cerises de Café de la Maladie et de la rouille[5]. En 2014, le Cameroun a été classé le 31 le plus grand producteur de café au monde[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de la caféiculture.

La culture du café au Cameroun date de 1884, lors de l'époque coloniale allemande, dans les zones de Victoria, Ebolowa, Nkongsamba et Dschang. La culture du café, a plus tard été étendue à Yokadouma, Abong-Mbang, Doumé, Lomié et Akonolinga.

Autour de 1927, le café a trouvé son chemin dans l'Ouest. En 1928, 200 000 plants de café ont été plantés à Dschang[7]. En 1929, le développement de la culture du café au Cameroun a été important grâce à René Coste, un ingénieur agronome français nommé à la tête de la Station de Dschang[8].

Entre la fin de la guerre et 1962, la production de la Côte d'Ivoire est multipliée par 20[9]. Ce bond gigantesque est dû essentiellement à la politique de soutien de la France qui absorbe la majeure partie de la production, alors que l'accession de ces pays à l'indépendance se dessine et risque d'influer sur les débouchés qu'ils peuvent trouver au cours des années qui suivront[9]. Madagascar a comparativement beaucoup moins progressé: seulement 60 % environ[9].

Il y avait un niveau élevé de production en 1990, permettant l'exportation de 156 000 tonnes. Le Cameroun a été 12e au classement mondial. Lors de la baisse de la production, attribuée à la politique du gouvernement et à la crise économique mondiale, le gouvernement a demandé l'aide d'experts brésiliens pour proposer des solutions, et il a également investi 750 millions de Franc CFA, environ 1,5 million de dollars, pour une période de cinq ans, pour remédier au problème.

La Production[modifier | modifier le code]

Le café est cultivé dans sept régions du Cameroun; à l'Ouest, le nord-ouest, Littoral, sud-ouest, du Sud, du Centre et de l'Est de la Région[10]. Bamileke et Bamaoun sont les hauts plateaux, les zones où l'arabica plantations sont situées.[11] Robusta, ce qui est un plus culture dominante du pays, est cultivé en moyenne altitude, dans la région de l'ouest et aussi dans une certaine mesure dans Abang Mbang.[11] de l'Arabica et du robusta sont en partie transformées dans le pays.[12] La production du Cameroun café est placé sous la responsabilité des Ministères de l'Agriculture et du Développement Rural (MINADER) et celui de la Recherche Scientifique et des Innovations (« MINRESI »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 10 septembre 2017)). En vertu de ces ministères, il y a de divers projets visant à stimuler la production de café[13]. Selon les Nations Unies, la FAO des statistiques, la production de café en 2013, a été 41 800 tonnes dans une zone 212 000 hectares ( ?) avec un taux de rendement de 1.972 hectogram par ha[14]. Au cours de l'exercice 2007-08, plus de 40 % du total de l'exportation de café vert de l'Italie. Robusta a été exporté vers la Belgique, le Portugal et la France. Au cours de la même période de 70 % de l'exportation de arabicaa a été pour l'Allemagne. L'Arabica a également été exportés vers les États-Unis, l'Italie et la Belgique.

La relance du secteur[modifier | modifier le code]

Le 30 septembre 2014, le gouvernement du Cameroun validé et lancé un nouveau plan pour relancer le secteur du café, en espérant stimuler la production; le Café Robusta à 120 000 tonnes et de café Arabica à 35 000 tonnes d'ici 2020[15],[16],[15]. Cela a été marquée par une augmentation de 100 % des prélèvements à l'exportation sur le café pour financer le projet.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les cahiers d'autre mer Les cahiers d'autre mer, « Café, caféiculteurs et vie politique dans les hautes terres de l’Ouest-Cameroun », Martin Kuété (consulté le 11 septembre 2015)
  2. Journal du Cameroun Journal du Cameroun, Xinhua, « Café camerounais: Un festival pour relancer une filière en crise », Journal du Cameroun,‎ (lire en ligne)
  3. Cameroon Tribune Cameroon Tribune, « Festicoffee 2015: Le café des femmes », Cameroon Tribune, vol. 32, nos 10832/7017,‎ , p. 10 (lire en ligne)
  4. DeLancey, Mbuh et Delancey 2010, p. 103.
  5. « Cameroon Coffee Sector Development Strateg 2010-2015 », National Cocoa And Coffee Board (consulté le 5 juin 2015)
  6. (en) « Cameroon's Coffee Farmers Blame Government for Production Drops », Voice of America,‎ (lire en ligne)
  7. OFFICE NATIONAL DU CACAO ET DU CAFE NATIONAL COCOA AND COFFEE BOARD OF CAMEROON, « Histoire du Café au Cameroun », sur ONCC/NCCB, oncc (consulté le 11 septembre 2015)
  8. OFFICE NATIONAL DU CACAO ET DU CAFE NATIONAL COCOA AND COFFEE BOARD, « Histoire du Café au Cameroun », sur ONCC/NCCB, oncc
  9. a b et c "Production et consommation du café dans le monde", par Marcel Lachiver, dansL'Information géographique de 1962 [1]
  10. National Cocoa and Coffee Board, « Production Zone of Coffee », sur ONCC/NCCB (consulté le 14 septembre 2015)
  11. a et b Waller, Bigger et Hillocks 2007, p. 31.
  12. Belda 2006, p. 99.
  13. The Ministry of Agriculture and Rural Development The Ministry of Agriculture and Rural Development, « Vous êtes ici: Accueil " Organismes sous-tutelle Imprimer cette page Générer un PDF Organismes sous-tutelle », sur MINADER Cameroon (consulté le 14 septembre 2015)
  14. « Cameroon: Coffee, green, yield », Factfish.com (consulté le 5 juin 2015)
  15. a et b « Cacao Le Cameroun adopte un plan de relance de 600 milliards de FCfa, pour les filières cacao-café », Agence Ecofin,‎ 1 octobre 2014 13:11 (lire en ligne)
  16. « Le Cameroun adopte un plan de 600 milliards de FCfa, pour la relance des filières cacao-café », sur Investir au Cameroun (consulté le 14 septembre 2015)

Bibliographie[modifier | modifier le code]