Café liégeois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Le café liégeois est un dessert à base de crème glacée parfumée au café et à la vanille.

Le café liégeois[1] est un dessert froid à base de café légèrement sucré, de crème glacée parfumée au café et de crème chantilly.

Il est conseillé de refroidir un grand verre rempli de la valeur d'un café serré sucré au réfrigérateur, sans le glacer, avant d'y déposer juste avant de servir les autres ingrédients (glace au café, glace à la vanille puis chantilly). On parsème fréquemment le dessus de la crème chantilly d'un grain de café concassé.

Une variante est de remplacer le café par du chocolat, le dessert prend alors le nom de chocolat liégeois.

Il est aussi vendu dans l'industrie agroalimentaire des desserts lactés sous le nom de "liégeois" ou parfois "viennois". Il s'agit alors d'une crème dessert (au café, au chocolat, voire à la vanille) recouverte d'une nappe de crème chantilly.

Histoire[modifier | modifier le code]

Contrairement à ce que son appellation peut laisser croire, le café liégeois n'est pas une spécialité de la ville belge de Liège mais un hommage à la résistance liégeoise en [2],[3].

Au début de la Première Guerre mondiale, la bataille de Liège (-) donna aux alliés un temps précieux. Bien que la ville elle-même n'ait pas résisté, les combats de l'armée belge de campagne appuyée sur les forts suscita un vif intérêt pour Liège et lui valut la Légion d'honneur décernée par la France (alors que le mérite de la résistance revenait aux militaires). À Paris, on débaptisa le café viennois, évoquant l'ennemi, pour le renommer café liégeois (idem, à Paris, la rue de Berlin et sa station de métro furent débaptisés au profit de la ville belge). Cependant, à Liège, qui fut coupée de Paris durant les quatre ans d'occupation, c'est l'expression « café viennois » qui resta en usage.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Entrée « café liégeois » [html], sur Dictionnaires de français (en ligne), Larousse (consulté le 17 juin 2016).
  2. « Le café liégeois : une histoire de bravoure » [html], Liège 14-18, sur provincedeliege.be, province de Liège (consulté le 17 juin 2016).
  3. « Le café des valeureux Liégeois » [html], sur lesoir.be,‎ (consulté le 17 juin 2016).